Le Plaisir de chanter

MUSIQUES | Musique / François Virot, chanteur-musicien, sort ces jours-ci un premier album folk aussi intelligent qu’accessible, simple et direct comme son auteur. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Vendredi 17 octobre 2008

On attrape François Virot au réveil. Il est pourtant 14 heures… Mais il donnait la veille un concert à Berlin, et l'embarquement était à 5 heures ce matin. Merci Easy Jet… François Virot nous raconte d'ailleurs qu'à cause d'eux, il a dû changer de guitare, la première ayant été définitivement égarée lors d'un précédent voyage. Pas beaucoup dormi donc, un peu hirsute aussi. Café et cigarettes roulées nécessaires pour mettre en route l'interview. Et voilà François Virot prêt à défendre son premier album, Yes or no. Enfin, défendre… Quand on lui demande le moment où il a eu l'impression d'écrire des chansons abouties, il répond : Jamais. Et il ajoute : C'est toujours un peu mieux qu'avant. Mais j'ai du mal à écouter l'album aujourd'hui, je trouve ça un peu pourri… En retraçant avec lui sa courte biographie (il n'a que 24 ans), on comprend que cette insatisfaction est surtout le fruit d'un désir d'apprendre et de désapprendre. D'où lui vient l'envie de faire de la musique ? J'avais un grand frère, j'ai juste fait comme lui.Quand ce mimétisme a-t-il débuté ? Assez tôt, j'avais sept ans. J'ai essayé de jouer de la guitare, et j'ai arrêté à neuf ans. Je n'ai fait que de la batterie ensuite, j'ai repris la guitare il y a trois ans à peine.

The Ex-Montbardois

La famille Virot vient de Montbard, sous-préfecture de la Côte d'or. François Virot raconte ses premiers concerts comme une sorte d'expérience fondatrice : Mon frère et moi avions joué dans un bar pourrave avec un autre groupe. Il y avait des lycéens à la con et leurs parents dans la salle. Nous, on a fait nos compos et tout le monde s'en foutait. L'autre groupe arrive, ils jouent Smells like teen spirit et les gens applaudissent. Alors que c'est nul de faire ça, tout le monde connaissait l'album de Nirvana par cœur, c'est même avec ça que j'ai appris la guitare ! Essayer de composer des morceaux, faire en sorte à chaque fois que ce soit de plus en plus dur, c'est le seul moyen d'apprendre à faire de la musique. Les frères Virot se cherchent d'abord niveau style : punk-rock, puis noise, avec des chansons de plus en plus compliquées. Pour François, la découverte de The Ex, mythique groupe hollandais, reste une inspiration décisive. Ensuite, on a choisi de se calmer et de réfléchir à ce qu'on faisait, ce qui a changé beaucoup de choses. D'éphémères études en économie et l'envie d'une plus grande ville musicale poussent François Virot à s'installer à Lyon où il commencera à écrire des chansons en solitaire, tout en participant au groupe Clara Clara.

Pas que la musique…
Au milieu de tout ça, François Virot a aussi fait partie de l'équipe fondatrice de Grnd Zéro, du temps où il était un squat du côté de Gerland. Quand l'aventure devient plus institutionnelle, Virot prend ses distances : Je n'avais pas envie de cette option où l'on discute avec les autorités. Je voulais plutôt foutre un peu le bordel… Mais c'est surtout l'occasion de se consacrer à sa musique, faire des concerts et pas seulement en organiser. Le choix du folk n'en est même pas un : Je me suis retrouvé à jouer tout seul avec une guitare parce que je n'avais pas d'endroit où répéter. Pour lui, la musique est avant tout un plaisir de l'ordre de la spontanéité. L'album, il l'a enregistré en trois semaines chez lui : Tout seul avec une guitare, un micro, une carte son, une table pour taper dessus… Il ne s'épanche pas sur sa manière si particulière de jouer de la guitare, incroyablement rythmique ; on ne l'interroge même pas sur sa voix, incroyable. Il faudra attendre qu'il passe la musique des autres et qu'il explique son enthousiasme pour le nouveau set de Clara Clara afin de mieux cerner ce qui le motive : quand chaque note prend le contre-pied de la précédente, quand la sophistication disparaît derrière l'évidence, quand des suites d'accord complexes produisent un plaisir d'écoute simple. Je me suis rendu compte que les meilleurs albums de mes groupes préférés ont été faits au moment où, pour eux, la musique n'était pas si importante que ça, mais qu'il y a autre chose. Ainsi est François Virot : méfiant envers la mythologie rock et heureux que sa musique soit cool à écouter. François Virot

Yes or no (Clapping music)
En concert à Grnd Zéro avec David Grubbs mercredi 22 octobre.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

On commence par l'apéro au Transbo, on finit par rouler sur des patins

Les Bons Plans de la Semaine | Un bon plan par jour jusqu'à la rentrée : fuyez l'ennui, suivez le guide. Direction le Transbordeur mercredi soir pour la Summer Session du Petit Bulletin, on clôture ensuite le Bal des Fringants, avant un final endiablé dimanche sur des patins à roulettes.

La rédaction | Mercredi 4 juillet 2018

On commence par l'apéro au Transbo, on finit par rouler sur des patins

Mercredi 4 juillet - Summer Session L’apéro avec l’équipe du Petit Bulletin Chaque année, c’est désormais une tradition, toute l’équipe du Petit Bulletin vous convie à fêter son dernier numéro couvrant tout l’été (on sera de retour le 5 septembre) en sirotant quelques mojitos et mauresques au Transbordeur, où nous investissons la scène extérieure pour deux concerts de pépites à découvrir : Perez en premier lieu, qui vient de sortir son second album, où la pop électronisante du Bordelais enchante les fans de ce Daho post-house. Et en ouverture, on savourera le retour aux couleurs new wave tout aussi 80’s de la paire lyonnaise Spitzer. Il est probable que quelques membres de notre équipe se saisissent également des platines… On compte sur vous ! Au Transbordeur à 19h Jeudi 5 juillet - rock Dernière danse aux Fringants Un dernier bal comme une dernière danse. Le 6 juillet, comme nous vous l'annoncions le mois dernier, le Bal

Continuer à lire

Who's (Born) Bad ?

MUSIQUES | Quand on lui parle de la tournée anniversaire qui vient couronner la belle décennie musicale du label Born Bad, JB Guillot avoue qu'il se serait bien passé (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 2 mai 2017

Who's (Born) Bad ?

Quand on lui parle de la tournée anniversaire qui vient couronner la belle décennie musicale du label Born Bad, JB Guillot avoue qu'il se serait bien passé d'un tel raout, que son emploi du temps est bien assez chargé et qu'il se serait plutôt fait un cadeau à lui-même. Pourtant cette tournée est bien là, elle existe - « il y avait beaucoup de demandes » avoue-t-il. Comme existe encore Born Bad, le label phare du renouveau rock et pop français, en réalité né en 2006. Parfois au grand étonnement de son fondateur, rocker alternatif qui souhaite à l'origine remettre à l'heure les pendules de l'indépendance déréglées par son expérience de directeur artistique en major (voir interview). Premier groupe signé, comme un symbole : Frustration – « meilleur groupe de post punk français », précise-t-il – dont le batteur est propriétaire de la boutique Born Bad à laquelle s'adosse le label sur les modèles de Rough Trade ou New Rose. D'entrée, Born Bad se veut « très cocardier », soucieux de défendre la contre culture française : de rééditions de pépites françaises 60's, 70's, 80's, oubliées (« une façon de revendiquer une f

Continuer à lire

Sathönay en concert secret

MUSIQUES | Un duo, un solo et un trio pour réviser ses mathématiques et ses esgourdes : c’est d’abord Arnaud Rivière & Rodolphe Loubatière qui marient bidouillage (...)

Lisa Dumoulin | Mardi 17 janvier 2017

Sathönay en concert secret

Un duo, un solo et un trio pour réviser ses mathématiques et ses esgourdes : c’est d’abord Arnaud Rivière & Rodolphe Loubatière qui marient bidouillage électronique et percussions, puis Cyril M. et ses objets improbables qui offrent une expérience musicale chaque fois renouvelée, enfin Sathönay qui rassemble Nico Poisson, François Virot et Léonore Grollemund et fusionne musiques traditionnelles proche-orientales et psyché-pop à l'occidentale. Une soirée surprenante s’annonce ce jeudi 19 janvier (écrire à jesuisanxieux@gmail.com pour connaître le lieu, qui est secret).

Continuer à lire

François Virot : « Les aberrations techniques ont leur rôle »

Indie Pop | François Virot (Clara Clara) fait son grand retour en solo avec Marginal Spots, paru en décembre sur Born Bad Records : à savourer live dans le cadre d'une sublime soirée du label au festival Plug & Play, le 23 janvier.

Gabriel Cnudde | Mardi 10 janvier 2017

François Virot : « Les aberrations techniques ont leur rôle »

Peux-tu nous présenter ce dernier album, Marginal Spots ? François Virot : Je pourrais le présenter par rapport à mon premier album, Yes or no (2008), mais ce ne serait pas forcément une bonne idée vu le temps qui sépare les deux. Entre-temps, il y a quand même eu deux albums de Clara Clara et deux albums de Réveille. J'ai assez peu de recul sur cet album pour le moment. C'était juste des morceaux que je jouais au local, à un moment où je n'avais pas trop d'actualité. J'étais assez libre de faire ce que je voulais. Quand j'ai vu que j'avais quatre ou cinq morceaux qui tournaient bien, j'ai commencé à penser à un album. Avec certains morceaux, j'ai volontairement tenté d'aller voir ailleurs pour donner un peu d'air au disque. J'ai du mal à en parler dans son ensemble, j'arrive plus à parler des morceaux. La critique avait été très bienveillante envers ton premier album solo. As-tu ressenti une pression particulière en écrivant le second ? Non, justement parce que c'était longtemps après. Je pense que certains se rappellent du premier, d'autres n

Continuer à lire

Julien Gasc, beau gibier pop

MUSIQUES | Attention, nuage de petits génies au Café du Rhône. On ne présente plus ici François Virot, multi-activiste d'une scène qu'on n'oserait qualifier d'indé locale, (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 21 avril 2015

Julien Gasc, beau gibier pop

Attention, nuage de petits génies au Café du Rhône. On ne présente plus ici François Virot, multi-activiste d'une scène qu'on n'oserait qualifier d'indé locale, puisque François est bien plus qu'indé et un peu plus que local, mais c'est l'idée. Quant à Odessey & Oracle, ce fut fait il y a quelques mois à la sortie de leur invraisemblable tirage épo(p)nyme. On nous rétorquera que Julien Gasc aussi, puisqu'on vous l'avait introduit à l'occasion de Plug & Play, le petit raout cosmique du Kraspek. Mais ce fut par trop chiche. Depuis l'an dernier, Gasc se balade avec un drôle de truc baptisé Cerf, biche et faon. Ce truc étant un disque qui achève de polir sa déjà belle réputation dans les milieux autorisés. Son style, c'est autre chose, de proprement insaisissable. Majesté du cerf, grâce bondissante de la biche et maladresse espiègle du faon, Gasc c'est tout cela. A la fois Tellier lo-fi pas fatigué (ni surtout fatigant), Dan

Continuer à lire

Biotop(e) pop

MUSIQUES | Ah, cette scène locale et sa fâcheuse tendance à rester figée dans ce circuit court que chérissent tant les épiciers bio, sans parvenir à mener une carrière durable au-delà du périph’. On s’en est presque fait une raison tout en ayant choisi d’en ignorer les raisons. D'autant que ce n'est qu'à moitié vrai. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Jeudi 19 septembre 2013

Biotop(e) pop

C’est un fait, il y a fort longtemps que la scène pop lyonnaise ne s’est pas aussi bien portée, qualitativement comme quantitativement. Les anciens sont toujours là et n’en finissent plus de se renouveler, à l’image des Purple Lords, qu’on n’attendaient plus, avec leur splendide Slow Motion Trip d'il y a quelques mois, de Prohom dont la sortie ces jours-ci de l’album Un Monde pour soi sera fêtée le 10 novembre au Périscope, et de Denis Rivet (King Kong Vahiné) dont on avait vanté les mérites du Tout Proches. Après avoir connu les honneurs des Inouïs du Printemps de Bourges, il verra sa tournée française passer par le festival Just Rock ? en compagnie d’Emily Jane White. Le Chic Type Daisy Lambert, toujours alangui dans les bacs, y sera également à l’affiche en soutien de Cascadeur et Rover (classe !), le 23 octobre au Club Transbo. Ses camarades d’Erotic Market, eux, s’en iront érotiser le festival Nouvelles Voix en Beaujolais, et les Taïni et Strongs le "sadiser" (respectivement les 22 et 23 novembre)

Continuer à lire