We love Mathieu

Christophe Chabert | Vendredi 20 février 2009

Photo : © Thibeault Montamat


Musique / Que faire après un chef-d'œuvre ? Beaucoup de créateurs se sont cassés les dents sur la question, entre surenchère, changement de direction radicale ou simple répétition forcément décevante. Au sortir de Michel, album remarquable et aboutissement incontestable d'une carrière encore jeune, Mathieu Boogaerts s'est dit «soulagé», libéré de son obsession de la perfection qui avait fait sa réputation (voir les séances d'enregistrement pointilleuses sur le DVD qui accompagnait Michel). Du coup, il a «essayé» quelque chose. Et cela donne I love you, album mineur revendiqué comme tel, petit terrain d'exploration d'abord désarçonnant, et finalement pas si désagréable que ça. Boogaerts l'a composé, première pour lui mais peut-être de toute l'histoire du rock, à la batterie ! Il a cherché des riffs, a posé une mélodie à la guitare dessus, puis rajouté quelques paroles, et enfin des arrangements surprenants, comme ce chœur viril qui intervient ponctuellement dans les chansons. Le résultat est donc éminemment rythmique, et l'inconscient africain de Mathieu Boogaerts semble trouver là un parfait exutoire percussif. En revanche, le bât blesse au niveau des textes, un brin légers et peut-être un peu trop conformes aux idées reçues (et assez fausses) sur les chansons de l'auteur : minimalistes, futiles et frivoles. Cela étant, toute personne ayant vu Boogaerts en concert sait à quel point, par sa drôlerie et son sens de la musicalité, il est capable de propulser ses albums dans les étoiles ; cet album imparfait mais attachant pourrait bien se transformer sur scène en moment inoubliable… Matthieu Boogaerts
À l'Épicerie Moderne, jeudi 26 février
«I love you» (Tôt ou tard)

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Les Chants de Mars

Festival | Mathieu Boogaerts, Carmen Maria Vega, Karimouche, Pomme, Adrien Soleiman, Gaël Faye, Rodolphe Burger… Voici quelques-uns des noms qui viendront (...)

Lisa Dumoulin | Vendredi 3 février 2017

Les Chants de Mars

Mathieu Boogaerts, Carmen Maria Vega, Karimouche, Pomme, Adrien Soleiman, Gaël Faye, Rodolphe Burger… Voici quelques-uns des noms qui viendront enjoliver le silence et sublimer les notes de musique pendant la semaine des Chants de Mars, du 18 au 25 mars. Les mots et les voix se poseront un peu partout dans Lyon, au Marché Gare, à la salle Léo Ferré et à la salle des Rancy, les organisateurs du festival, mais aussi au Périscope, à l’Épicerie Moderne, à l’Auditorium, chez Bizarre!, Sous le Caillou, Agend’arts et au Transbordeur. À suivre !

Continuer à lire