Danse musique

Christophe Chabert | Lundi 29 juin 2009

Si, après avoir fait le plein de spectacles chorégraphiques, vous avez encore des envies de danse du côté de Fourvière, la programmation fournit quelques pistes. À commencer par le spectacle de David Byrne (le 30 juillet avec Marianne Faithfull). Il accueille donc sur scène trois danseurs qui se mêlent aux musiciens, aux choristes et au lead singer pour des chorégraphies ironiquement contemporaines. La danse sera plutôt dans la fosse pour la Nuit cubaine (le 29 juillet) qui reçoit survivants et nouveaux venus du Buena Vista Social Club, valeur sûre de la musique qui fait bouger. Plus périlleux, on se risque à parier sur des déhanchements furieux au moment du concert de Of Montreal (le 15 juillet avec Beat assaillant et TV on the radio), que l'on aime écouter comme une alternative à la pop diabétique de Mika. Enfin, les deux films proposés cette année en plein air et sur grand écran montreront aussi quelques chorégraphies cultes : celles de Cabaret (avec Liza) et de Hair (avec des hippies).

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

United colors of Fourvière

CONNAITRE | La programmation 2009 des Nuits de Fourvière est un tour du monde d’images et de musiques, marquée par de stimulantes rencontres et des concerts exclusifs (denrée de plus en plus rare dans les festivals d’été). Christophe Chabert

Christophe Chabert | Jeudi 18 juin 2009

United colors of Fourvière

Festival / Comme on parle de «world music», il faudrait parler de «world festival» à propos des Nuits de Fourvière. Dès leur spectacle d’ouverture, un orchestre multiculturel romain réinventait La Flûte enchantée ; plus tard, l’Américain Herbie Hancock se lancera dans un piano à piano avec le Chinois Lang Lang ; encore après, la Française Sylvie Guillem, l’Anglais Russell Maliphant et le Canadien Robert Lepage uniront leurs efforts pour un spectacle annoncé comme grandiose autour de la figure du Chevalier d’Éon ; et par la suite, des artistes venus d’Algérie, de Cuba, du Mali ou d’Ethiopie complèteront ce tour du monde. Certes, il y a parfois des bévues (comme la présence incompréhensible au grand théâtre d’Amadou et Mariam, qui sont sûrement ce que la musique malienne a engendré de pire, alors que quelques jours avant, son plus grand génie, Toumani Diabaté, se produira sur la petite scène de l’Odéon…) ; mais en matière de voyages artistiques, Les Nuits de Fourvière touchent cette saison à l’excellence. Rock primeurSi ce panorama mondial fournit sa colonne vertébrale au festival, le reste de la programmation n’est pas négligeable, loin de là. Saluons d’abord les nombreu

Continuer à lire

Et rond, et rond, petits canassons…

SCENES | Théâtre équestre / Avec un entêtement proche de la mule, Les Nuits de Fourvière prolongent cette année encore leur fidélité à certains artistes. Mais pour corser le (...)

Christophe Chabert | Mardi 27 mai 2008

Et rond, et rond, petits canassons…

Théâtre équestre / Avec un entêtement proche de la mule, Les Nuits de Fourvière prolongent cette année encore leur fidélité à certains artistes. Mais pour corser le cocktail et éviter la redite, les voilà qui se plaisent à mélanger leurs dadas et à produire de nouvelles formules artistiques. Ainsi de Bartabas, venu au festival il y a deux ans pour un Récital équestre où chevaux et cavaliers de son Académie de Versailles galopaient autour du piano d’Alexandre Tharaud, et de Philip Glass, présent en 2004, 2005, 2006 et 2007 ; les voilà réunis pour des Partitions équestres où les mêmes équidés tournoient autour de la musique de Glass (interprétée par un quatuor de saxophonistes, l’ensemble Ossia). À moins que ce ne soit, hypothèse poétique, l’inverse ! Car aux fondements des compositions du musicien new-yorkais, il y a le cercle, ces spirales mélodiques qui s’enroulent les unes sur les autres et produisent une sensation de vertige et d’hypnose. La rime était presque naturelle avec la circularité de la piste sur laquelle Bartabas met en scène ses chevaux, rime qu’il ne se prive pas de décliner dans ce spectacle prometteur. Ainsi, aux tourbillons sonores de Glass répondront l

Continuer à lire

Des nuits au féminin pluriel

CONNAITRE | Festival / L'an dernier, malgré de multiples défections (Antony, Mika, Sly & Robbie), Les Nuits de Fourvière avaient proposé une édition riche et marquée par (...)

Dorotée Aznar | Mardi 25 mars 2008

Des nuits au féminin pluriel

Festival / L'an dernier, malgré de multiples défections (Antony, Mika, Sly & Robbie), Les Nuits de Fourvière avaient proposé une édition riche et marquée par quelques grands moments : Sacred monsters de Sylvie Guillem et Akram Khan, Berlin par Lou Reed ou encore l'incroyable concert d'Elvis Costello... En 2008, le programme est tout aussi alléchant, entre habitués et nouveaux venus dans les théâtres romains. Rayon retours, ceux de Bartabas et de Philip Glass sont les plus marquants, puisqu'ils officieront ensemble pour une création inédite, pendant que, dans le Parc de Lacroix-Laval, le festival accueillera un mois durant la dernière création de Zingaro, Battuta. Retour aussi pour Keith Jarrett, Sylvie Guillem (pour un hommage à feu-Maurice Béjart) et Damon Albarn, qui se déplacera avec la quasi-totalité des artistes de son label Honest Jons pour une date unique en France. Autre invitée d'honneur du festival, Marianne Faithfull, pour deux projets : une lecture en musique des Sonnets de Shakespeare et un concert partagé avec son ami Etienne Daho, récemment «victoirisé» par une profession... qui a dressé des lauriers à la sublime Yael Naim, elle aussi à l'affiche d'un

Continuer à lire