La prog' du vendredi

MUSIQUES | Woodstower Blog 3 Mardi 18 août

Dorotée Aznar | Mardi 18 août 2009

La programmation de la première soirée du festival sera indéniablement dominée par les Stéphanois de Dub Incorporation. Ce groupe bien connu des amateurs de reggae figurait déjà en 2001 à l'affiche de Woodstower, mais parmi les découvertes régionales. C'est donc avec grand plaisir et non sans une certaine fierté que les organisateurs du festival les ont invités une seconde fois, fait unique dans l'histoire de Woodstower. L'occasion, une nouvelle fois, de jeter un coup de projecteur sur un groupe qui évolue depuis une douzaine d'année en dehors de tout buzz musical, mais qui n'en réussit pas moins à déplacer les foules, comme lors de ce concert au Zénith de Saint-Étienne devant 5 000 personnes.Mais le vendredi sera aussi et surtout la soirée des découvertes, puisque pas moins de trois groupes ou artistes émergents lyonnais partageront l'affiche avec Dub Inc (on en reparlera...). À voir sur scène également, la fanfare allemande Mardi Gras Brass Band, aux 100 000 albums vendus à travers le monde, et le duo électro français Sporto Kantès, grand tripatouilleur de sons nouveaux et anciens depuis une dizaine d'années. Romain Vallet

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Envoyez le bois

MUSIQUES | Festival / Dans la verdure du Parc de Miribel, le festival Woodstower fête sa 13e édition avec une programmation tout en verdeur qui réserve quelques surprises bien mûres. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Jeudi 25 août 2011

Envoyez le bois

Festival écolo-rock, cultivant l'esprit familial, le festival Woodstower s'est toujours complu avec plaisir dans une certaine imagerie de la verdure. Jusqu'à cultiver ses propres légumes et jusque dans ses affiches, petits bijoux de détournements iconiques de pochettes de disques célèbres. Cette année, ce sont les Beatles d'"Abbey Road" qui vont au bois, traversant un passage (non clouté) de rondins, une hache (la mascotte de Woodstower) à la main d'Harrison. Le tout sur fond vert bien sûr. Mais la verdure, aussi bucolique soit-elle, n'empêche pas la verdeur. Celle d'une programmation que le festival veut de plus en plus pointue et remuante, parfois acide comme la pomme verte. Et cela vaut pour un tableau général et plutôt élargi qui s'étend de la chanson française de Brigitte, cet étonnant duo de foldingues hippies-chic récemment monté sur scène avec Joey Starr, aux murs (mûres?) du son régulièrement enfoncés par les guitares en rase-mottes des Black Angels. La seule présence de ces Texans suffira sans doute à provoquer prématurément l'alopécie automnale des arbres du Parc de Miribel. D'autant qu'il leur faudra également subir les assauts sonores d'Etienne de Crécy, l'un des pr

Continuer à lire

Woodstower

MUSIQUES | En plus de l’ami Doherty, le festival Woodstower accueillera cette année The Low Anthem, dont on vous a déjà largement vanté les mérites avant l’été, Arno, (...)

Dorotée Aznar | Lundi 30 août 2010

Woodstower

En plus de l’ami Doherty, le festival Woodstower accueillera cette année The Low Anthem, dont on vous a déjà largement vanté les mérites avant l’été, Arno, Olivia Ruiz, Jeanne Cherhal, Archive, Addictive TV, Suissa, Four Tet... De la musique évidemment, mais aussi des arts de la rue. L’improbable Oiseau Bleu, mais aussi le Théâtre Group', Les Transformateurs, le Théâtre de l!Harangueur (et bien d’autres) animeront ce week-end au bord de l’eau, conclu dimanche par un pique-nique musical et un grand bal qui se prolongera jusqu’en fin d’après-midi. Pour vous rendre au Grand Parc Miribel Jonage, les organisateurs vous proposent l’expérience vélo (15 kilomètres depuis la Guillotière, enfants bienvenus à partir de 9 ans, renseignements et heures de départ sur http://woodstower.com) ou, pour les sportifs abstinents, des navettes ou le co-voiturage.

Continuer à lire

Au vert et contre tout

MUSIQUES | Festival / Chaque année, Woodstower c'est un peu l'occasion de se mettre au vert une dernière fois avant reprise des hostilités de la rentrée. Or s'il y en a (...)

Stéphane Duchêne | Vendredi 27 août 2010

Au vert et contre tout

Festival / Chaque année, Woodstower c'est un peu l'occasion de se mettre au vert une dernière fois avant reprise des hostilités de la rentrée. Or s'il y en a un qui a grand besoin de se mettre au vert, c'est bien Peter Doherty. Après nous avoir fait une énième fois le coup de la rédemption avec son dernier album "Grace/Wasteland", l'ex-Libertines (dont on annonce une poussive reformation à coups de regards en coin) semble être retombé dans ses travers : à savoir diverses addictions (qui semblent en réalité ne l'avoir jamais quittées), une capacité supérieure à la moyenne à mettre les pieds dans le plat (au printemps, il a entonné un chant nazi lors d'une prestation autrichienne) et une tendance chronique à l'annulation de concert (déjà expérimentée dans ces colonnes). Cet été, Peter a ainsi fait l'impasse sur un concert niçois. Raison invoquée : une hospitalisation d'urgence. Rumeur associée : un problème de dope ou simplement une envie de trainasser à Paris. Quelques jours plus tard, Peter jouait à Tours puis à Aix-les-Bains pour le compte du festival Musilac. Un concert de Peter Doherty c'est donc un peu comme les soirées de l'ambassadeur, il se passe toujours quelque chose : soi

Continuer à lire

Festival Woodstower 2010 : la programmation

MUSIQUES | Le festival Woodstower se tiendra au Grand Parc Miribel Jonage les 3, 4 et 5 septembre 2010.

Dorotée Aznar | Mercredi 2 juin 2010

Festival Woodstower 2010 : la programmation

Vendredi 3 Septembre :Archive Four Tet Peter Doherty Arno Fowatile The Low Anthem

Continuer à lire

Tricky

MUSIQUES | Festival Woodstower Blog 7 Lundi 24 août

Dorotée Aznar | Lundi 24 août 2009

Tricky

C’est l’histoire d’un gamin plutôt mal parti dans la vie : son père quitte le foyer familial avant même sa naissance, sa mère se suicide alors qu’il n’a que quatre ans, il tâte un peu du mitard à l’adolescence… Bref, son avenir ne s’annonçait pas forcément sous les meilleurs auspices. Mais en 2009, le gosse qui avait tout du futur gibier de potence est devenu un fort gaillard tout en muscles et en tatouages qui, du haut de ses 41 ans, peut légitimement prétendre au titre de parrain du trip-hop : une figure tutélaire, un précurseur et un défricheur qui a su poser avant tout le monde les jalons du genre, un peu comme Iggy Pop l’avait fait pour le punk ou James Brown pour le funk. Rien que ça. Entre-temps, il y a eu quand même Massive Attack, groupe phare des années 90 et pionnier justement dans le domaine des tripatouillages sonores entre hip-hop, électro, soul et groove. Bien qu’il ait quitté le groupe de Bristol après seulement deux albums, Tricky a su garder intacte la ferveur de ses fans, et viendra prouver à Lyon le 29 août que non, décidément, il n’est toujours pas tricard. Romain Vallet

Continuer à lire

Veduta

MUSIQUES | Festival Woodstower Blog 6 Vendredi 21 août

Dorotée Aznar | Vendredi 21 août 2009

Veduta

Une veduta, amis qui n'avez pas suivi des cours d'histoire de l'art à la fac, c'est avant tout la peinture minutieuse et très détaillée d’un paysage urbain ou champêtre. Mais Veduta, avec une majuscule, c'est surtout le projet initié par la Biennale d'Art Contemporain de Lyon (autrefois appelé «l’Art dans la place») et auquel le festival Woodstower a décidé de s'associer cette année. Son objet : exporter l’art contemporain dans des lieux inattendus, moins usités et moins évidents que ceux auxquels on pense habituellement, et ce afin de le rendre accessible à un public qui n’est pas forcément habitué à la fréquentation des musées. Pour cela, trois artistes de l’Est lyonnais ont chacun réalisé une œuvre d’art, et la réunion des trois formera un forum destiné à accueillir des conférences, un spectacle de rue animé par la compagnie 4 Quarti et un contest de peintres. L’installation sera ensuite appelée à voyager à Decines et à Vénissieux avant de finir ses pérégrinations sur la place Bellecour. Romain Vallet

Continuer à lire

Hindi Zahra et Herman Düne

MUSIQUES | Festival Woodstower Blog 5 Jeudi 20 août

Dorotée Aznar | Jeudi 20 août 2009

Hindi Zahra et Herman Düne

Juste avant les deux mastodontes électro que sont Peaches et Tricky, le samedi soir sera aussi l’occasion de (re)voir sur scène deux sensations folk du moments : la chanteuse aux accents berbères Hindi Zahra et les Franco-suédois d’Herman Düne. La jeune femme aux airs baba-cool viendra présenter à Lyon son premier album, à paraître à la rentrée de septembre, et qui buzze beaucoup en ce moment sur Internet. Sa petite voix fluette et ses arrangements de guitare éthérés devraient sans doute faire le bonheur de tous ceux qui trouvent Peaches trop trash... Elle sera suivie par un duo barbu et vêtu de chemises de bûcheron, les incontournables Herman Düne, rare exemple de groupe folk français réussissant à s'exporter avec succès à l'étranger : c'est ainsi qu'ils ont collaboré par le passé avec l'ex-Moldy Peaches Kimya Dawson et que leur chanson «I Wish That I Could See You Soon» a été saluée par le magazine Rolling Stones comme l'une des cent meilleures de 2007. La classe internationale, on vous dit. Romain Vallet

Continuer à lire

Les découvertes

MUSIQUES | Festival Woodstower Blog 4 Mercredi 19 août

Dorotée Aznar | Mercredi 19 août 2009

Les découvertes

Dès sa première édition «officielle» en 1997, le festival Woodstower a toujours eu à cœur de faire découvrir au public des artistes émergents en leur offrant leur première «grande scène» à une période de l'année (la toute fin du mois d'août) cruciale pour les programmateurs de salles en recherche de nouveaux groupes. Au nombre des jeunes talents ainsi passés par la scène de Woodstower à leurs débuts, citons notamment Carmen Maria Vega, Karimouche ou encore Koumekian, autant d'artistes aujourd'hui courtisés par tous les festivals d'été. Souhaitons un aussi bel avenir aux artistes (tous lyonnais) programmés cette année parmi les découvertes du festival. Chacun devrait d'ailleurs y trouver son bonheur, entre le jazz des Lyonnais N'Relax, le surprenant beat-boxer Kosh ou le duo Dadi et Charlie, qui navigue entre slam et chanson. Mais le spectacle le plus étonnant sera sans doute celui de cet Anglais exilé à Lyon, André Duracell, aux commandes d'une drôle de batterie trafiquée par ses soins pour produire des sons totalement inattendus. A mi-chemin entre le concert et la performance, ses représentations marquantes laissent rarement le public indifférent ! Romain Vallet

Continuer à lire

Woodstower : un festival éco-responsable

MUSIQUES | Woodstower Blog 2 Lundi 17 aôut

Dorotée Aznar | Dimanche 16 août 2009

Woodstower : un festival éco-responsable

Cette année encore, Woodstower cherchera à s'inscrire dans une démarche environnementale initiée de longue date, puisqu'elle remonte aux toutes premières éditions de Woodstower, aux temps anciens où celui-ci se déroulait dans les bois de la Tour de Salvagny. Une démarche qui s'est d'ailleurs révélée payante lorsque le festival dut changer de cadre, puisque c'est en partie en raison de cet engagement environnemental fort que le Grand Parc Miribel-Jonage a accepté de lui servir d'écrin à partir de 2005. Cette même année, Woodstower a ainsi été le premier festival rhône-alpin récompensé par le label éco-festival décerné par la Région. Les raisons de cette distinction ? Quelques initiatives d'apparence simple, mais citoyennes : une communication entièrement imprimée sur papier recyclé, un tri sélectif des déchets, des toilettes sèches pour les spectateurs du festival, des gobelets réutilisables pour les assoiffés, le recours massif à des matériaux de récupération... Avec une petite nouveauté apportée par l'édition 2009 : grâce à un partenariat avec le Sytral, l'accent sera en effet mis cette année sur les transports en commun, avec la mise en place d'un service de bus entre Laurent Bon

Continuer à lire

Peaches (le 29 août)

MUSIQUES | Woodstower Blog 1 Vendredi 17 juillet

Dorotée Aznar | Vendredi 17 juillet 2009

Peaches 
(le 29 août)

De la Canadienne Peaches (Merrill Beth Nisker pour l'état civil), ceux qui ne la connaissent pas auront au moins probablement retenu l'imparable single «Fuck The Pain Away», extrait de son premier album «The Teaches Of Peaches» et utilisé par Sofia Coppola dans son film Lost In Translation. Dans cette chanson à laquelle elle doit une grande partie de sa notoriété, elle se livrait conjointement à une apologie de l'école (la dame a elle-même été professeur de musique et d'art avant de devenir musicienne), du stérilet et du sexe à la plage. Car, s'agissant du sexe, toutes les paroles des chansons de Peaches ne parlent que de ça, et ses titres ont au moins le mérite d'annoncer franchement la couleur : «Tent In Your Pants», «Two Guys For Every Girl», «Slippery Dick», «Suck & Let Go»... Cherchant à brouiller les frontières des genres, Peaches se réclame de la mouvance queer et prône dans ses textes et dans son attitude provocatrice une reconnaissance plus grande de l'homosexualité, de la bisexualité et du transsexualisme. En 2003, la pochette de son deuxième album Fatherfucker la représentait affublée d'une barbe postiche, et les musiciennes qui l'accompagnent sur scène parachèvent leur

Continuer à lire

L’enfer et les autres

CONNAITRE | Sale gosse intronisé à tort porte-parole du trip-hop, Tricky revient sur scène défendre son dernier opus, Knowle West Boy. François Cau

Dorotée Aznar | Vendredi 19 juin 2009

L’enfer et les autres

Festival - Musique / Ceux qui ont eu la chance de le voir sur scène le savent. Le Tricky kid débarque avec son passif inscrit sur son corps bardé d’impressionnants tattoos, marqué sur sa gueule renfrognée, gravé dans sa voix d’outre-tombe à même de faire frissonner les plus rétifs. Dans les mauvais jours, son mal-être le faisait arriver sous forte influence, grommelant ses lyrics avant de se tirer au bout d’une petite demi-heure. Mégalo, inconscient, méprisant ou intègre au dernier degré ? Probablement un peu de tout ça à la fois. Tricky n’a cure de l’aura puissante entourant son nom. En son temps, il préféra claquer la porte à la gueule des membres de Massive Attack, alors en pleine ascension fulgurante, plutôt que de subir les desiderata de l’industrie du disque. Avec la sublime chanteuse Martina Topley-Bird dans ses valises, il défricha ses obsessions musicales et accoucha du somptueux Maxinquaye, porté par les singles Aftermath et Hell is around the corner, qui portaient déjà en eux la quintessence de son style. Soit une fusion tous azimuts de ses influences sonores, du hip-hop au rock en passant par la soul et les premiers bidouillages électroniques, le tout avec un art consom

Continuer à lire