Le Kid

MUSIQUES | Portrait / Zak Laughed, musicien. Du haut de ses 15 ans, ce fer de lance d’une scène clermontoise qui rêve d’Amérique, fait sensation avec son album, «The Last Memories Of My Old House». Il vient le défendre sur la scène de l’Epicerie Moderne. Comme un grand. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Vendredi 29 janvier 2010

On pourrait appeler ça l'«Auvergnamericana». Une aspiration à perpétuer les mythes américains et ses véhicules artistiques, avec les Monts d'Auvergne et les scènes clermontoises en lieu et place des Appalaches et des bouges d'Alabama. Des bougnats pur chou en guise de rednecks. Qu'ils se nomment Cocoon, Mustang, St Augustine ou Delano Orchestra, tous exploitent à leur manière un bout du filon de cette ruée vers l'or musicale qu'ils ont initiée. Pur produit de cette jeunesse tombée du berceau sur une pile de vinyles parentaux répertoriant les pères fondateurs de l'Americana, Zacharie Boisseau alias Zak Laughed (comme «Zach-a-ri»), 15 ans, bouille de skater sorti de chez Gus Van Sant et voix de jeune Michael Jackson blanc, période «My Girl», en moins vibratile. À ranger paresseusement parmi les baby-rockers, donc. Mais le rock n'est pas qu'une affaire de classe d'âge et c'est davantage aux côtés d'anciens jeunes prodiges, aujourd'hui trentenaires, que s'inscrit Zak Laughed : l'Australien Ben Lee et le New-yorkais Adam Green, jadis précoces experts en comptines débraillées. Comme eux, Zak, sur scène à 12 ans, a commencé l'artisanat à peine la dizaine franchie, épluchant les chansons des autres dans la tradition folk-blues, avec ses classiques qui passent de guitare en guitare depuis la nuit des temps : «Qu'il s'agisse de faire connaître une face B obscure ou de remanier une chanson très connue, c'est un exercice que j'adore, ça me permet de progresser à la guitare et de découvrir». Il confie d'ailleurs un projet d'album de reprises des Rolling Stones. Rough Trade
Époque oblige, au lieu de vagabonder avec lui sur les routes ou dans les trains de marchandises – Dylan Style –, ses chansons se baladent sur le net. L'effet de sidération provoqué par l'anachronisme de ce petit bout d'homme reprenant d'une voix perchée les ancêtres Johnny Cash et Nick Drake fait le reste. Plus encore lorsqu'il remporte un concours de reprises, organisé par le légendaire label british Rough Trade, avec une version tout en arpège et en légèreté non muée de «The End Has No End», fameuse scie des Strokes enregistrée deux jours avant la date limite : «je n'y croyais pas trop, j'avais écouté les reprises de pas mal de candidats et je les trouvais bien meilleures». C'est pourtant la sienne qui sort en 45 tours vinyle chez Rough Trade, «ce qui est quand même la classe», admet-il. Pour autant, Zak ne se contente pas de s'approprier les chansons des autres. Il compose les siennes depuis que Matthias Malzieu de Dionysos l'y a incité : «C'est grâce à Dionysos que je fais de la musique, ce sont eux qui m'ont fait découvrir l'ukulélé avec l'album «Monsters in Love». J'ai pu les rencontrer par l'intermédiaire de mon père qui a travaillé avec eux sur une résidence et Matthias m'a poussé à écrire, il m'a donné confiance en moi». Fort de sa petite notoriété d'enfant prodige, créneau logiquement en vogue dans la «musique de jeunes», Zak range ses jouets sur son premier album au titre un peu antique, «The Last Memories Of My Old House». Au menu : jolies ballades frissonnantes, comme «22 & 66» ou «People Are Sick in the Rain», payant leurs tributs à leurs aînés et notamment au groupe Eels, qu'il adore, et tubes désarmants comme «Each Day». Le genre de sucrerie qui accompagne les réveils difficiles ou les trajets un peu longs, avec sa mélodie facile et sa rythmique catchy dévergondée par un orgue mal embouché. Bête de foire
Le succès critique est total, sans qu'on sache trop s'il est dû au talent, indéniable, de l'artiste ou à son jeune âge. À cette manie qu'on a de crier au génie dès qu'un bambin présente un cendrier en coquillettes. Ce côté bête de foire, Zacharie s'en accommode, un peu las : «Si on parle plus de moi à cause de mon âge que de ma musique, c'est à moi d'inverser la tendance en faisant de bonnes chansons et de bons concerts. Mais si c'est un argument pour les journalistes d'être jeune et de Clermont, tant mieux». Tout cela ne l'empêche de toute façon pas de relativiser sa réussite : «Je ne considère pas cette exposition médiatique comme un succès. J'ai eu de bons papiers, mais je ne pense pas que mon disque se vende beaucoup. Ça ne m'aurait pas dérangé de faire dix ans de bars pourris et de disques enregistrés dans ma chambre et si tout s'arrête, moi je continuerai». The end has no end, donc. En attendant, le jeune Zak, qui jongle entre lycée et obligations «professionnelles» («je dois bien ça à mon label»), donnant ses interviews le jour des enfants, est déjà attelé à son prochain disque. Il l'annonce très différent : «on va se rockifier, avec un mélange de bruit, de mélodies et de country. Jouer avec un groupe me permet de me rapprocher d'autres influences comme The Jesus & Mary Chain ou The Feelies. Je n'ai pas encore l'idée du son global, mais je suis à la recherche de quelque chose de spontané». Et pour ce que ça vaut, entre deux cours et entres deux chansons, l'élève de 1ère L rêve de collaborations prestigieuses avec Jack White, Jeffrey Lewis et surtout M. Ward : «je l'admire beaucoup car il a su mélanger toutes les musiques américaines pour en faire un truc à lui». Soit pile l'eldorado poursuivi par une poignée de jeunes Clermontois qui veulent l'Amérique, et qui l'auront.Zak Laughed
À l'Epicerie Moderne (1ère partie d'Emily Jane White), samedi 6 février.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

The Delano Orchestra

MUSIQUES | EITSOYAM (Kütü Folk/Differ-ant)

Stéphane Duchêne | Lundi 4 février 2013

The Delano Orchestra

A sa manière, le label Clermontois Kütü Folk a toujours été l'équivalent français de son collègue canadien Constellation. Au sens où chez l'un, Kütü, comme chez l'autre, Constellation – qui ajoute une dimension résolument politique à sa raison d'être –, l'on ne voit la pratique musicale et tout ce qui l'entoure que comme un artisanat. Ce qui, outre la découverte de quelques talents bien salés, a longtemps valu à Kütü Folk, d'être le label-où-l'on-coud-ses-pochettes-à-la-main – un usage de l'aiguille alors bien peu répandu dans l'univers du rock. Xxx De ce collectif devenu label qui abrite aujourd'hui joyaux locaux (St Augustine, également membre fondateur, Zak Laughed) aussi bien qu'« estrangers » (Hospital Ships, SoSo), The Delano Orchestra tire depuis toujours plus ou moins les ficelles. Longtemps celles-ci son restées résolument folk. Mais comme le label, TDO a opéré avec l'énigmatique EITSOYAM une mue esthétique aussi impressionnante que légèrement entrevue sur leur précédent disque Will anyone else leave me. Dans une atmosphère amniotique et une lumière de nuit américaine qui vire au crépuscule islandais avorté –

Continuer à lire

Just rock & folk

MUSIQUES | Musique / Débuts en douceur pour la cinquième édition du festival Just Rock ? sous la forme d'un savoureux parcours folk en guise d'amuse-gueule. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Vendredi 7 octobre 2011

Just rock & folk

Pour sa cinquième édition, Just Rock ? a décidé de resserrer les rangs. Là où les éditions précédentes étaient plus éparses, cette année, le festival lyonnais ne s'étendra plus que sur les deux dernières semaines d'octobre, histoire de maintenir l'attention du public. Mieux, il débute par là où il s'était achevé l'an dernier, à savoir le parcours folk. Un événement qui tient particulièrement à cœur aux organisateurs et qui pour le coup visite, au gré d'une déambulation sur le thème du folk, des lieux qui ont l'originalité de sortir du cadre de la musique. La chose se tient le 15 octobre dans le 1er arrondissement et on pourra une après-midi durant aller d'un appartement lyonnais à la Mairie du 1er, en passant par le Passage Thiaffait sur les pentes de la Croix-Rousse. Et assister ainsi dans ces lieux inhabituels aux prestations de toute une pléiade d'artistes folk au sens très large. Qu'il s'agisse du poupon Clermontois bien implanté Zak Laughed (Mairie du 1er arrondissement, 13h30) ou de son homologue Ronan Siri, pour l'instant moins connu mais dont le talent d'auteur-compositeur n'attend plus qu'un album pour exploser pour de bon. Demi-folk

Continuer à lire