Moriarty

Stéphane Duchêne | Vendredi 25 février 2011

«Comme un petit oiseau», disait Benoît Poelvoorde dans "C'est arrivé près de chez vous". C'est un peu de cette manière que le groupe Moriarty s'est glissé en douceur sur le chemin du succès porté par le succès de son single, "Jimmy". Au départ, rien de bien vendeur à l'aune de l'industrie musicale : une country au vintage un peu forcé, un trait de cabaret. Et petit à petit, des cartons en concert (Fourvière compris) et une réédition d'album agrémentée de bonus. Là, alors qu'on attend le deuxième, le groupe franco-international a dû ajouter une date à l'Épicerie Moderne, c'est le jeudi 10 mars, lendemain du 9. SD

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Beaucoup de promesses sur les scènes

Théâtre & danse | Quelques grands noms du panthéon théâtral et de nombreux trentenaires au talent cru : voilà de quoi remplir la deuxième moitié de saison qui, espérons-le, sera plus nourrissante que la première.

Nadja Pobel | Mardi 3 janvier 2017

Beaucoup de promesses sur les scènes

Étrange début de saison où les seules vraies émotions ont émané du solo de Vincent Dedienne, de deux des trois Fugues par le Ballet de l'Opéra, de la petite forme Udo de La Cordonnerie, du best of des Subs ou de La Cuisine d'Elvis à la Comédie de Saint-Étienne ; justement, son directeur Arnaud Meunier viendra bientôt avec son spectacle pour enfants Truckstop au TNG puis Je crois en un seul Dieu aux Célestins, où il retrouvera Stefano Massini après Chapitres de la chute. La Meute est de retour L'attaque en trombe de 2017, confiée à La Meute, devrait faire mentir cet automne morose : avec La Famille royale dès le 4 janvier au Toboggan (dont la directrice Sandrine Mini est poussée vers la sortie par sa municipalité) déjà, et dans la foulée aux Célestins qui ont l'intelligence de leur faire de nouveau confiance. Après Belgrade, la jeune troupe adapte le roman sulfureux et vigoureusement

Continuer à lire

Rosemary Standley, reine du baroque'n'folk

MUSIQUES | Ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre, Rosemary Standley change de peau musicale comme on change de costume – et ceci d'autant plus aisément (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 3 mars 2015

Rosemary Standley, reine du baroque'n'folk

Ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre, Rosemary Standley change de peau musicale comme on change de costume – et ceci d'autant plus aisément qu'elle change aussi de costume. Après Moriarty et le duo Birds on a Wire avec Dom la Nena, après A Queen of Heart, son spectacle de music hall, revoilà la chanteuse protée sous un nouvel avatar. A croire que là où beaucoup de musiciens ont un ou des projets parallèles, en sus de leur formation principale, Rosemary est son propre projet parallèle – une version chantante du Michael Keaton de Multiplicity. Certes, il s'agit toujours plus ou moins de décliner le même goût du partage et de profiter d'un palais bien formé aux mélanges folk / musique baroque – deux de ses amours – et à grands renforts de reprises – son péché mignon. Cette fois-ci, avec Love I Obey, la Standley se coltine à l'ensemble Helstroffer, qui donne dans l'instrument ancien (théorbe, clavecin, orgue, viole de gambe, serpent – l'instrument, pas la bête) et toute sa patine à un ensemble d'incunables du folk (Poor Wayfaring Stranger, Hush Bye, tiré des malles d'Alan Lomax), du baroque anglais (William Lawes, pr

Continuer à lire

Le PB part en live

MUSIQUES | Des concerts d'artistes rares et singuliers, dans des lieux à taille humaine, et pensés comme autant d'occasions d'aller à votre rencontre, nous en avons rêvé, nous l'avons fait, avec le concours de Rain Dog Productions. Et nous vous devons quelques explications. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 17 septembre 2013

Le PB part en live

Après des semaines de teasing plus ou moins explicite, nous pouvons enfin vous l'avouer : le Petit Bulletin s'incarnera cette saison non seulement sur papier et en ligne, mais aussi dans un cycle de concerts. Nous nous sommes en effet associés à Rain Dog, une modeste et passionnée société de productions, avec laquelle nous avons imaginé une série de rendez-vous répondant aux critères suivants : rareté, originalité et intimisme. Notre idée n'était en effet pas tant d'organiser un coup promotionnel – sans quoi c'est d'une marque de parfum ou d'un opérateur téléphonique que nous nous serions rapprochés – que de vous proposer, comme nous le faisons par ailleurs avec nos Ciné Brunch, des temps d'échange. A ce titre, chacun de ces concerts sera assorti d'une discussion animée par un membre de la rédaction, d'un warm up et ou d'une after animé par nos soins et de divers autres à-côtés encore secrets.   Drôles de dames Si vous nous li

Continuer à lire