Double Je

MUSIQUES | Entretien / Hubert Mounier. Réconcilié avec son double Cleet Boris, l'ancien chanteur de l'Affaire Louis Trio revient en force avec un double projet baptisé La Maison de Pain d'Épice : soit un disque, signé Hubert Mounier, et la BD qui en conte la genèse via Cleet Boris. Avec pour fêter ça, une exposition lyonnaise aux accents pop. Propos recueillis par Stéphane Duchêne

Dorotée Aznar | Lundi 28 mars 2011

Petit Bulletin : Une exposition Cleet Boris/Hubert Mounier, c'est une première, non ?
Hubert Mounier : Complètement. Je raconte des histoires et je m'efforce de faire des bouquins qui aient de l'intérêt quand on les achète, mais je ne me suis jamais considéré comme un grand dessinateur. Alors exposer, cela me paraissait tout de suite un peu prétentieux mais j'ai fini par me laisser convaincre. Avec La Maison de Pain d'Épice, le disque et la BD, c'est aussi la première fois que vos deux activités principales, la BD et la musique, se rejoignent en un projet commun. Cela a-t-il une saveur particulière ?
Oui, même si j'avais déjà mis en scène l'Affaire Louis Trio en BD. Mais c'est la première fois que mon double Cleet Boris raconte la vraie vie d'Hubert Mounier. J'avoue que, de moi-même, je n'y aurais pas pensé. Mais quand Dupuis me l'a demandé, l'occasion était trop belle pour que je ne tente pas de réunir mes deux passions.C'est encore une manière pour Cleet Boris de rattraper Hubert Mounier par le col...
Si la BD est signée Cleet Boris c'est surtout par pudeur car jamais je n'avais été aussi exposé. Dans mes chansons, j'arrive toujours à éviter l'écueil de la réalité mais dans cette BD, ça faisait partie du cahier des charges. À moi d'ajouter la distance et l'autodérision qui pouvait faire passer tout ça sans que ça ait l'air d'une autobiographie ronflante et un peu prétentieuse. De tous vos disques solo, La Maison de Pain d'Épice est celui qui vous ressemble le plus, comme un chaînon manquant avec les disques de l'Affaire Louis Trio.
Je le vois aussi comme ça. En 2006, j'avais réalisé, sur scène, qu'entre les gros tubes rigolos de l'Affaire Louis Trio comme Chic Planète et mes albums solo il y avait un écart artistique immense. Pour La Maison de Pain d'Épice, je me suis dit qu'il fallait des chansons qui me ramènent un peu vers la scène, me permettent d'y jouer quelques vieux titres plus enlevés de l'Affaire Louis Trio et d'ajouter quelques ballades triées sur le volet pour qu'on sorte de ces concerts plutôt avec le sourire qu'avec un mal de tête. Vous semblez avoir fait la paix avec la période Affaire Louis Trio, notamment après l'album Affaire Classée, et pouvoir d'autant mieux y revenir aujourd'hui...
C'est vrai. Mais il m'a fallu le temps de m'en éloigner. Quand on a commencé à travailler sur mon premier disque solo avec Benjamin Biolay, le but était surtout d'éviter les chansons qui pourraient rappeler de trop près l'univers de l'Affaire Louis Trio. Il fallait vraiment marquer la césure entre Cleet Boris et le nouveau Hubert Mounier qui, à l'époque, était tout chiffonné par cette nouvelle vie, l'arrêt de l'alcool, le divorce, etc. Pour La Maison..., j'ai retrouvé l'énergie que j'avais étant plus jeune. Quand on est dans l'action, on pense que le problème vient de la création, du manque de reconnaissance, alors que derrière, il y a des choses plus lourdes à porter.Ce disque ayant agi comme un travail de reconstruction, l'absence de Benjamin Biolay lors de l'enregistrement en Belgique, épisode douloureux que vous racontez dans la BD, n'a-t-il finalement pas été un mal pour un bien ? L'occasion pour vous d'aller au bout des choses par vous-même ?
Sur le moment, cela a été un peu difficile à vivre, mais le lendemain le magnéto tournait et il fallait bien enregistrer. Quand on fait ce boulot, il faut savoir rebondir. Ça m'a obligé à prendre mes responsabilités, comme à l'époque du groupe. Et puis j'ai un certain savoir-faire et un peu d'expérience. Après tout, quand j'ai commencé à faire des disques, Benjamin était encore à l'école primaire (rires).Après coup, ne vous êtes-vous pas dit que sa défection était peut-être préméditée ?
Il serait vraiment machiavélique (rires). Mais peut-être que Benjamin a senti dès le début que sur ce disque, j'étais davantage dans mon élément que sur les deux précédents, sur lesquels il était vraiment indispensable. Quand je travaille sur des albums avec des ambiances très nuancées, je ne suis pas forcément le mieux placé pour habiller mes chansons douces, mais sur des chansons plus pop comme ici, je maîtrise davantage. La Maison de Pain d'Épice est la métaphore de la société du spectacle. Les choses ont-elles changé depuis vos débuts ou est-ce votre regard qui a changé ?
J'ai toujours eu beaucoup de recul par rapport à ça. Ce qui a changé, c'est qu'aujourd'hui, les chiffres sont cruciaux. J'ai eu la chance de débarquer avec un groupe de province qui a fait un premier 45 tours qui n'a pas marché puis un second qui a marchotté, et finalement on a pu faire six albums comme ça, parce qu'on nous a laissé le temps. Aujourd'hui, il faut tout de suite que ça vende, que les media soient dessus. Moi je fais partie du décor mais pour les jeunes c'est une lutte beaucoup plus rude qu'il y a vingt ans.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Hubert Mounier

MUSIQUES | Hubert MounierAprès un retour discographique (et graphique) remarqué (voir PB n°615), avec sa double (disque + BD) Maison de Pain d'Épice, Hubert (...)

Dorotée Aznar | Mardi 14 juin 2011

Hubert Mounier

Hubert MounierAprès un retour discographique (et graphique) remarqué (voir PB n°615), avec sa double (disque + BD) Maison de Pain d'Épice, Hubert Mounier/Cleet Boris retrouve cette fois la scène jeudi 16 juin au Transbordeur. Un retour aussi attendu par le musicien que par le public. Quant à ceux qui ont raté la récente exposition lyonnaise de ses plus belles planches à l'A.del Galerie ils pourront se rattraper avec une reprise de l'expo jusqu'au lundi 27 juin, au même endroit (33, rue Auguste Comte). Et même une dédicace samedi 18 et dimanche 19 juin dans le cadre de Lyon BD festival au Palais du commerce.Un accueil digne de ce grand monsieur. SD

Continuer à lire

In BD with Mounier

ARTS | BD / Comme Fabio Viscogliosi ou Kent, Hubert Mounier/Cleet Boris fait partie de ces Lyonnais qui n'ont jamais vraiment choisi entre la BD et le rock. (...)

Dorotée Aznar | Lundi 28 mars 2011

In BD with Mounier

BD / Comme Fabio Viscogliosi ou Kent, Hubert Mounier/Cleet Boris fait partie de ces Lyonnais qui n'ont jamais vraiment choisi entre la BD et le rock. Sans doute parce que, pour cette génération, la double culture était une évidence. À cet égard, ses premières publications dans la revue lyonnaise Rock & BD à la fin des années 70 étaient plutôt prémonitoires. Cette fois, Cleet Boris a donc suivi pendant plusieurs années les pérégrinations de son Docteur Frankenstein, Hubert Mounier, dans les affres de la création, de la dépression, du sevrage (alcool et cigarette). Puis de la confiance retrouvée. Dans les coulisses de la genèse du disque La Maison de Pain d'Épice, Boris porte sur Mounier un regard et un trait «ligne claire» sans concession, ni auto complaisance, ramenant l'acte de création à ce qu'il est : un petit tas de doutes et de tâtonnements au beau milieu de la vie de tous les jours. Dans ce récit, l'auteur glisse même beaucoup d'autodérision et d'humour, notamment dans la description de l'amitié pleine de franchise qui unit Hubert Mounier et Benjamin Biolay (un vrai personnage de BD), chacun étant à la fois le disciple et le mentor de l'autre. Si ce Journal d'un disque n'est

Continuer à lire

La Maison du Bonheur

MUSIQUES | Album / Sur "Sans Nouvelles", qui clôt quasiment "La Maison de Pain d'Épice", Hubert Mounier chante : «je suis heureux comme avant/Heureux comme un vieux (...)

Dorotée Aznar | Lundi 28 mars 2011

La Maison du Bonheur

Album / Sur "Sans Nouvelles", qui clôt quasiment "La Maison de Pain d'Épice", Hubert Mounier chante : «je suis heureux comme avant/Heureux comme un vieux disque à tourner sans fin/À chanter toujours le même refrain». Celui qui, avec l'Affaire Louis Trio, contait "L'Homme aux Mille Vies" semble en avoir vécu quelques-unes. Et au bout s'être retrouvé. Car si "La Maison de Pain d'Épice" est le quatrième album solo d'Hubert Mounier, on pourrait croire que c'est le premier. Le précédent, "Affaire Classée", était, il est vrai, un album de reprises (magnifiques) de l'Affaire Louis Trio. Et sur les deux premiers, "Le Grand Huit" et "Voyager Léger", planait l'ombre envahissante de Benjamin Biolay, béquille amicale d'un auteur-compositeur décomposé. Vieilli, usé, fatigué, Mounier mais conscient aujourd'hui que «malgré la menace de n'être nulle part à sa place (…) il faut bien voir le monde en face et profiter du jour qui passe», comme il le rime sur "Fatalitas", l'un des tubes en puissance d'un disque qui en compte de nombreux. Réenchanté par une vie privée épanouie et une paternité inespérée, «lâché» par un Benjamin Biolay trop pris par sa carrière, Mounier a pris le taureau par les cornes

Continuer à lire