Du nez et de l'air

MUSIQUES | De l’audace dans les deux grandes maisons lyonnaises, du culot et de l’inattendu : l’Opéra et l’Auditorium se transcendent. Il faut le redire, Lyon a su se doter de deux orchestres à rayonnement international ; c’est rare et c'est bon. Pascale Clavel

Pascale Clavel | Jeudi 15 septembre 2011

Photo : © Niko Rodamel


A l'Opéra, la saison est réjouissante. Chostakovitch et un Nez très attendu en ouverture, un Parsifal qui n'avait plus retenti depuis 35 ans, une petite opérette d'Offenbach peu connue, le retour d'une brillante Carmen… Comment dire ? L'Opéra de Lyon se porte bien. La neuvième saison de Serge Dorny est éclectique, surprenante tant par les œuvres choisies que par les points de vus de chefs d'orchestres et de metteurs en scènes talentueux. Le fil conducteur, dont Serge Dorny a fait sa marque de fabrique, sera cette saison la quête. Sujet vaste, un peu fourre-tout mais qui a l'intérêt de rassembler nombre d'opéras. Le Nez arrive d'Aix où il a eu un franc succès. La mise en scène éblouissante de Kentridge y est pour beaucoup, la direction de Ono également. Parmi les autres productions, L'Enfant et les sortilèges de Ravel partagera une soirée enfance cruelle avec Le Nain d'Alexander von Zemlinski. Dans les audaces de l'année, citons Terre et cendres, opéra du compositeur contemporain Jérôme Combier, inspiré du roman d'Atiq Rahimi. Un conte sur la quête de la rédemption et de l'harmonie face à l'horreur de la guerre. L'incontournable Festival sera consacré à Puccini. Les trois opéras choisis — Il Tabarro, Suor Angelica et Gianni Schicchi — seront mis en résonnance avec trois opéras qui leur sont contemporains. La fin de saison est en forme d'apothéose avec une sulfureuse Carmen signé olivier Py, sous la direction musicale du chef baroqueux Stefano Montanari dont on se rappelle la gestique hypnotique la saison dernière chez Mozart. Nouvel air, dit-on
Voilà ce qu'on nous dit à l'Auditorium. Un nouveau chef arrive à la tête de l'Orchestre National de Lyon, l'ère Léonard Slatkin a sonné. Un chef attendu et une pointure musicale inestimable. Jun Märkl s'en va, lui qui a laissé une belle empreinte. Après une crise sans précédent qui a ébranlé jusqu'au bâtiment, l'orchestre va pouvoir travailler avec calme et envie. Pour sa première saison, Slatkin a le désir de faire découvrir son Amérique. Une Amérique colorée, contrastée, déclinée lors d'un Festival d'automne où l'on pourra entendre des œuvres d'Ives, Coplan, Barber et Bernstein. Le Festival de musique française «French Kiss» initié par Laurent Langlois revient pour sa deuxième édition avec une ambition simple : «Allier excellence et diversité». Une nouveauté de printemps : un Festival «La valse» avec l'arrivée des beaux jours où pendant trois semaines, l'Auditorium va prendre des airs de fête. Et puis un parcours Chostakovitch, et puis des chefs invités et puis… pourvu qu'on s'y retrouve !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Chassé croisé à l’ONL

MUSIQUES | Orchestre / Pour l’un, Laurent Langlois, nouveau directeur général de l’Auditorium/ONL, c’est une première saison, celle de tous les dangers. Pour (...)

Pascale Clavel | Jeudi 17 septembre 2009

Chassé croisé à l’ONL

Orchestre / Pour l’un, Laurent Langlois, nouveau directeur général de l’Auditorium/ONL, c’est une première saison, celle de tous les dangers. Pour l’autre, Thierry Escaich, compositeur en résidence, c’est la dernière saison, celle du bilan, celle qui clôt un travail riche et approfondi avec l’orchestre. En fil conducteur, omniprésent depuis quatre saisons, Jun Märkl, on trouve un chef qui a su développer une belle cohérence au sein de l’ONL, qui a su mieux que quiconque transmettre le plaisir et la rigueur de jouer ensemble et a donné des ouvertures musicales surprenantes par une programmation audacieuse. Le nouveau directeur général, Laurent Langlois, est un homme d’action et n’a pas attendu que cette saison passe pour marquer son empreinte. Dès la rentrée, sous son impulsion, trois belles nouveautés s’installent. La série ‘Chefs d’œuvres’ viendra au secours d’un public potentiel qui n’ose que rarement franchir les portes de l’Auditorium avec un prix très accessible proposé pour entendre des œuvres du grand répertoire. Cette saison, rien de moins que le Requiem de Verdi, la Symphonie Jupiter de Mozart et la 7e de Beethoven. Dans les nouveautés encore, la série ‘Orchestres invités’

Continuer à lire