Reperkusounds good

Benjamin Mialot | Vendredi 30 mars 2012

Festival Reperkusound / Sept, comme les sept jours de la Création. Sept, comme les sept merveilles du monde. Sept, comme le pH de l'eau pure. Sept, comme les sept vertus du bushido. Sept, comme les sept nains. Sept, enfin, comme l'âge du festival Reperkusound, qui se tiendra, comme de bien entendu, à l'Espace Double Mixte les 6, 7 et 8 avril prochains. De prime abord, la coïncidence est troublante. À l'aune de sa programmation, elle est d'une cosmique luminosité. 


Et pour cause : jusqu'ici l'apanage des éleveurs nomades de canidés et des futurs bacheliers, l'événement s'est mué, sous l'influence de ce nombre qui justifie à lui seul l'existence de la numérologie, en un redoutable méli-mélo électronique. Oh bien sûr, l'electro-punk bas de la crête (Shaka Ponk, La Phaze), la drum'n'bass Max Havelaar (Highlight Tribe) et la house autocrate (Sebastian) y figurent toujours en bonne place. Mais de la techno hélicoïdale de Mr Nô à l'abstract hip-hop tradi-futuriste du vétéran nippon Dj Krush et des scratcheries funky de C2C à la pop noceuse du duo reimois The Shoes en passant par les collages Wu-Tang Claniques de Chinese Man, les bonnes raisons de se les fader sans broncher n'ont jamais été si nombreuses.
Benjamin Mialot 

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Le festival Reperkusound annulé, de nouveaux spectacles reportés

Covid-19 | Annulés On le pressentait dès lundi, le festival Reperkusound est annulé suite aux dispositions prises par le gouvernement pour lutter contre la (...)

Sébastien Broquet | Mercredi 11 mars 2020

Le festival Reperkusound annulé, de nouveaux spectacles reportés

Annulés On le pressentait dès lundi, le festival Reperkusound est annulé suite aux dispositions prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du virus Covid-19. L'interdiction des rassemblements de plus de 1000 personnes jusqu'au 15 avril, prononcée dimanche soir, a sonné le glas des espoirs de l'organisateur, Mediatone : le festival qui devait se dérouler au Double Mixte du 10 au 12 avril devait accueillir près de 4600 personnes et accueillir des artistes comme Pendulum, Panda Dub, ou encore Fakear. C'est un coup extrêmement dur porté à ce producteur indépendant qui organise depuis vingt ans de nombreux concerts à Lyon : le festival Reperkusound représente la moitié de son chiffre d'affaires annuel. La Maison de la Danse a annulé deux spectacles : Marry me in Bassiani du collectif (La)Horde qui devait se dérouler les 13 et 14 mars et la soirée C'est Extra du samedi 14 mars. Les autres

Continuer à lire

24h Party People

Reperkusound | Le festival favori de la jeunesse lyonnaise qui vient souvent là découvrir pour la première fois ce genre de grand raout festif aligne une programmation (...)

Sébastien Broquet | Mardi 7 janvier 2020

24h Party People

Le festival favori de la jeunesse lyonnaise qui vient souvent là découvrir pour la première fois ce genre de grand raout festif aligne une programmation dans la lignée de ses précédentes éditions, logiquement pour la dernière fois au Double Mixte de Villeurbanne. On retrouve donc les spécialistes de la cavalcade électronique pour fosse géante, du style Boris Brejcha et Casual Gabberz, de la techno plus fine avec La Fraîcheur, les quelques grosses machines à dub de ces dernières années (Panda Dub, Kanka), les incontournables ethno-tranceux en live de Highlight Tribe, de la pop électronique avec Suzane ou Fakear, du hardcore avec deux Spiral Tribe sous patronyme R-Zac, et même Manu Chao sans Manu Chao, puisque c'est son DJ attitré, Gambeat, qui vient animer la fête sous l'égide du Radio Bemba sound-system. On guettera ces deux pistes aguicheuses : la bande de filles complètement délurées de 24hr

Continuer à lire

Paula Temple enchante le Reperkusound

Festival | Retour du vendredi 19 au dimanche 21 avril du Reperkusound, toujours au Double Mixte avec comme d'habitude du gros nom (...)

Sébastien Broquet | Mardi 9 avril 2019

Paula Temple enchante le Reperkusound

Retour du vendredi 19 au dimanche 21 avril du Reperkusound, toujours au Double Mixte avec comme d'habitude du gros nom techno à l'affiche : passons sur Len Faki, privilégions l'engagée Paula Temple et la cavalcade sans concession de Helena Hauff pour s'oublier dans les puissants kicks de la fin de nuit 1. Second soir ? On ira voir par curiosité ce que donne le nouveau live de High Tone, qui vient de sortir un curieux nouvel album opérant un virage techno qui pourrait déstabiliser les fans - ou convertir tout le monde sur le dancefloor. Ce que la paire Tambour Battant a toujours su faire avec brio et énergie. La nuit 3 comblera les nostalgiques de la grande période de la drum&bass, avec les retours un peu surprise de Aphrodite ou encore Elisa do Brasil. C'est aussi le soir où il faudra se précipiter devant le show de Eustache McQueer, pépite locale programmée sur une aguicheuse scène fêtant les vingt ans de Jarring Effects sur laquelle on retrouve également Deluge (projet hip-hop avec Rrobin) et Sale Affaire

Continuer à lire

Arty Farty souffle ses 20 bougies

Musiques Électroniques | Derrière Nuits sonores, Le Sucre et l'European Lab, il y a une association, Arty Farty, qui fête ses vingt ans d'existence en investissant durant trois jours l'Auditorium, temple du classique.

Sébastien Broquet | Mardi 12 mars 2019

Arty Farty souffle ses 20 bougies

Pas de grand nom ni de véritable surprise, mais des copains, des expériences, un lieu presque inédit pour ce genre de fête et un concert final qui devrait faire couler quelques larmes et confirme l'Auditorium en spot désormais incontournable de la musique de film : tel est le programme des trois jours de festivités concoctés par l'association Arty Farty pour ses vingt ans. En commençant par la fin, l'on déniche la seule véritable tête d'affiche de ce mini-festival : Arnaud Rebotini, figure imposante de la scène électronique depuis les années 90, auréolé en 2018 d'un César pour sa musique composée pour l'émouvant 120 Battements par minute, film de Robin Campillo contant l'apparition en France du SIDA, les combats d'Act-Up - dont il était partie prenante - et du nécessaire Didier Lestrade, rythmés par une house music salvatrice que ce dernier chroniquait en défricheur au sein du quotidien Libération. Rebotini a parfaitement rendu la symbiose entre les luttes et cette musique alors intimement liée aux clubs gay (La Luna), lui rendant sa force politique et son âme militante qu'elle a aujourd'hui largement égarée alors que DJs comme clubb

Continuer à lire

Arty Farty fête ses vingt ans avec Arnaud Rebotini

Anniversaire | Trois jours de festivités à l'Auditorium pour fêter les vingt ans de l'association Arty Farty, à l'origine du festival Nuits sonores : voici le programme dévoilé.

Sébastien Broquet | Mercredi 16 janvier 2019

Arty Farty fête ses vingt ans avec Arnaud Rebotini

Arty Farty, l'association derrière Nuits sonores, est née en 1999 - quelques années avant le lancement du festival électronique lui-même, en 2003. Depuis, d'autres projets ont essaimé, de déclinaisons à Bruxelles et Tanger en passant par l'European Lab puis plus récemment Attable. C'est donc l'anniversaire d'un acteur majeur de la cité qui se fête à l'Auditorium, sur trois jours, du vendredi 15 au dimanche 17 mars prochain. Le programme vient d'être dévoilé : après une inauguration le vendredi 15 dans l'Atrium, place est laissée à l'émission de télévision Tracks (sur Arte) pour une nuit immersive à base de performances et de déambulations, dont le détail sera donné ultérieurement. La fête se poursuivant en mode clubbing avec le DJ américain Rrose, adepte d'une techno expérimentale, qui sera accompagné d'un fidèle du festival et ancien de l'équipe, P.Moore. Garçon Sauvage investit l'Auditorium Samedi 16, après une session de Mini Sonore à destination des kids, et deux programmes Extra! (un blind test de Nina & Simone et un karaoké techno), l'O

Continuer à lire

Meute sonne la charge

Reperkusound | Une fanfare qui reprend des hits techno ? Déjà vu, mais Meute emporte le morceau tout de même. Au Reperkusound vendredi.

Sébastien Broquet | Mardi 27 mars 2018

Meute sonne la charge

Leur reprise du Man with the Red Face, anthem techno signé Laurent Garnier, les a catapulté dans le paysage de la hype et ils ne sont toujours pas ressorti du cadre. Meute, c'est de cette fanfare dont on parle, a même vite été adoptée par le maître qui les a conviés sur son festival Yeah. De la techno en fanfare ? Rien de nouveau, l'on se souvient du projet monté par Jeremy Deller, l'artiste conviant The Williams Fairey Brass Band à reprendre le répertoire acid house pour mieux montrer les convergences de ces deux musiques populaires issues de la classe ouvrière que sont la fanfare du village et l'acid house dont les raves parsemaient alors les campagnes. C'était fabuleux sur scène, surprenant sur disque. Meute, lancé en 2015 par onze barbus (ou presque) à Hambourg, s'en inspire ardemment, reprenant là encore le répertoire techno, plus contemporain il est vrai (outre Garnier, le Rej des Allemands de Âme, Every Wall was a door de N'To ou encore Miss You de Trentemøller) dans un album sorti à l'automne dernier et baptisé Tumult

Continuer à lire

Cirque, cinéma et prohibition au Festival des 7 collines

Les 7 Collines | La vitalité créatrice du cirque, qui, aujourd'hui, est bien loin d'être un art mineur, crée des formes inédites. Les créateurs circassiens empruntent volontiers (...)

Monique Bonnefond | Mardi 20 juin 2017

Cirque, cinéma et prohibition au Festival des 7 collines

La vitalité créatrice du cirque, qui, aujourd'hui, est bien loin d'être un art mineur, crée des formes inédites. Les créateurs circassiens empruntent volontiers des matériaux, des codes aux autres arts. Ils reprennent, réactivent, décalent des techniques, des concepts qu'ils se réapproprient. La compagnie The Rat Pack bouscule dans son spectacle Speakeasy, la pratique circassienne en empruntant des techniques cinématographiques, en détournant les références et clichés des films de gangsters dans lesquels le club est un lieu clé où règne une ambiance close, sombre. C'est cet univers reconstitué tel un plateau de cinéma, avec des accessoires d'époque comme le sol en damiers, les meubles Art déco, qui donne son nom au spectacle. Le Speakeasy était un bar clandestin du temps de la prohibition où on demandait aux clients de baisser la voix pour commander de l'alcool. Les six artistes performatifs de la compagnie passionnés par toutes les formes de création artistique, réussissent, par un énorme travail d'expression corporelle inspiré des films muets, à conjuguer parfaitement les arts du cirque et du cinéma et nous font av

Continuer à lire

Une rentrée foisonnante

Les concerts à venir | Une nouvelle salle (le Razzle, dont l'ouverture est repoussée) et un nouveau festival (Transfer) marquent cette rentrée des classes côté concerts, l'agglomération étant dotée d'une offre toujours aussi foisonnante. Faites vos choix !

Sébastien Broquet | Mardi 3 janvier 2017

Une rentrée foisonnante

Du côté des festivals Aux Nuits de Fourvière, l'on a commencé à dévoiler quelques noms : ainsi, c'est Lamomali qui ouvrira les festivités ; si ce nom ne vous dit encore rien, sachez que sont ici réunis deux virtuoses de la kora, Toumani et Sidiki Diabaté, autour de M (Matthieu Chedid) pour un projet dédié au Mali, en compagnie également de la chanteuse Fatoumata Diawara et du rappeur Oxmo Puccino (du 1er au 3 juin au Grand Théâtre). Le transversal Titi Robin sera lui en résidence à l'Épicerie Moderne pour préparer une création donnée live dans le cadre du festival, sur la scène de l'Odéon, le 5 juillet. Enfin, Vianney est annoncé le 24 juillet au Grand Théâtre. Côté Nuits Sonores, l'on peut noter les dates : du 24 au 28 mai. Et le changement de lieu : ce sera dans l’ancienne usine Fagor-Brandt, dans le quartier de Gerland. Les noms viendront plus tard. Plus proche de nous, le Reperkusound (au Double Mixte du 14 au 16 avril) a lâché une grande partie de sa programmation : des cartes blanches prometteuses, dont une à

Continuer à lire

La Femme défendue

MUSIQUES | Au milieu de la programmation atomisée du festival Reperkusound (au-delà d'un certain degré, entre Flavia Coehlo, Thylacine et Hilight Tribe, on ne peut plus parler d'éclectisme), on a retrouvé La Femme, cette petite frappe de la pop française que l'on aime tant détester.

Stéphane Duchêne | Mardi 22 mars 2016

La Femme défendue

« Une snare un peu Berlin ». Il y a trois ans, nous évoquions avec enthousiasme la montée en puissance d'une scène pop francophone (Granville, Aline, Pendentif, tout ça) dont La Femme était l'un des leaders naturels. Deux de ses membres livraient au site The Drone une interview qui, en quelques phrases dignes d'un sketch (dont celle précitée qui fait beaucoup rire) dévoilait un ego gros comme le Ritz (et à dire vrai une bêtise, pardon une naïveté guère plus mesurée). On le leur reprocha vivement : leur côte de sympathie chez les initiés plongea tel François Hollande dans un sondage du Figaro. Soyons honnête. D'une, depuis quand reproche-t-on un peu d'arrogance et de désinvolture à un groupe de rock (de John Lennon aux frères Gallagher, on a vu légèrement pire) ? De deux, Sur la planche, les pensionnaires de Born Bad Records, particulièrement impressionnants en live (se rappeler d'une prestation costumée aux Victoires de la Musique 2014 dont le service public se souviendra longtemps), une fois les micros parasites et autres aimants à phra

Continuer à lire

Nuits sonores : Garnier invite Chassol et Jackmaster

MUSIQUES | Un nouveau pan du soyeux tissu qui recouvre encore Nuits sonores s’est évaporé ce matin, laissant entrevoir les choix musclés opérés par Laurent Garnier pour (...)

Sébastien Broquet | Samedi 23 janvier 2016

Nuits sonores : Garnier invite Chassol et Jackmaster

Un nouveau pan du soyeux tissu qui recouvre encore Nuits sonores s’est évaporé ce matin, laissant entrevoir les choix musclés opérés par Laurent Garnier pour son Day : Chassol, vu il y a quelques jours au centre culturel Charlie Chaplin, sera de retour dans nos contrées pour ce vendredi 6 mai résolument placé sous le signe de l’exigence et de la diversité musicale. Valeurs défendues par la très cotée Radio Meuh, que nous ne sommes pas surpris de retrouver ici puisque le maître a relancé sa mythique émission It is what it is sur cette web radio et l’a déjà conviée à faire vibrer le sound-system de son Yeah festival, l’an dernier. Sur cette Esplanade confiée aux diggers, outre Radio Meuh, le collectif de Brighton Mr Bongo partagera ses perles de rare groove dénichées de par le monde et parfois rééditées sur leur label. Le brésilien Ivan Conti, habituellement batteur du groupe funk & samba Azymuth, complétera l’affiche aux platines. Versant concerts, pour tenir chaud à Chassol au Sucre, Garnier invite le duo Frontières composé de Arnaud Rebotini et Ch

Continuer à lire

La programmation du Reperkusound 2016 en vidéo

MUSIQUES | La programmation de la onzième édition du festival printanier de Mediatone, programmée les 25, 26 et 27 mars au Double Mixte, vient de tomber sous la forme (...)

Benjamin Mialot | Mercredi 25 novembre 2015

La programmation du Reperkusound 2016 en vidéo

La programmation de la onzième édition du festival printanier de Mediatone, programmée les 25, 26 et 27 mars au Double Mixte, vient de tomber sous la forme d'un teaser. Au programme notamment : le retour des branleurs psyché de La Femme, des platinistes de haut vol (Scratch Bandits Crew, L'Entourloop), le beatmaker bienheureux Guts, la fan favorite brésilienne Flavia Coelho et la pop éternellement juvénile de Coming Soon. Comptez 24€ par nuit et 60€ pour le pass. http://bi

Continuer à lire

Riddim Collision 2015 : une édition d'envergure

MUSIQUES | Amis lecteurs, si vous n'avez toujours pas entendu le vol noir du corbeau sur la plaine, now is the time. Car le noir volatile vient de retrouver, à (...)

Benjamin Mialot | Mardi 3 novembre 2015

Riddim Collision 2015 : une édition d'envergure

Amis lecteurs, si vous n'avez toujours pas entendu le vol noir du corbeau sur la plaine, now is the time. Car le noir volatile vient de retrouver, à l'occasion de la dix-septième édition du Riddim Collision, dont il est l'animal totem, l'emploi d'oiseau de plus ou moins bon augure qui était le sien dans la mythologie scandinave, annonçant l'arrivée au Transbordeur d'une nuée de ses congénères aux ramages ambigus. À commencer par Ho99o9 (prononcez "Horror"), duo du New Jersey qui, à l'instar des deux chantres de la difformité présentés ici, nourrit une passion aussi captivante que dérangeante pour la difformité (son premier EP s'intitulait Mutant Freax) et la canalise en de foudroyantes décharges nihilistes mi-punk mi-hip-hop. Radical et hybride, Gum Takes Tooth ne l'est pas moins, cet autre binôme (de Londres cette fois) orchestrant à visages couverts la rencontre, forcément impressionnante, de la noise maximaliste à la Fuck Buttons (décidément)

Continuer à lire

Musilac – Du 10 au 12 juillet – Aix-les-Bains (73)

MUSIQUES | Il est des festivals qui parviennent à concilier l'inconciliable. C'est le cas de Musilac qui, en bordure d'un lac cher à Lamartine, parvient à mélanger l'eau de l'exigence populaire et l'huile d'actes de bravoure artistiques, nécessité économique et prise de risques, David Guetta et Alt-J. Sélection pas complètement au débotté. Stéphane Duchêne

Benjamin Mialot | Mercredi 24 juin 2015

Musilac – Du 10 au 12 juillet – Aix-les-Bains (73)

Alt-J Dans Alt-J, le "J", se prononce "Djé" à l'anglaise, mais aussi comme dans "genius". Car c'est un peu ce qu'est le quatuor de Leeds : une bande de petits génies à laquelle il n'est pas toujours aisé d'être sensible, tant cette pop versatile est sophistiquée et trompeuse. Sournoise presque, dans sa manière de nous embarquer – incroyable morceau que Every Other Freckle sur This Is All Yours. Alt-J, c'est la confirmation en 2015 que la pop peut se compliquer la vie et avoir la folie des grandeurs, du moment qu'elle se donne les moyens de les atteindre.

Continuer à lire

Les Authentiks reprennent du poil de la bête

MUSIQUES | Hors les murs depuis l'annulation de son édition 2013, le festival Les Authentiks retrouvera cet été le chemin du Théâtre antique de Vienne. Connaissant le (...)

Benjamin Mialot | Mercredi 24 juin 2015

Les Authentiks reprennent du poil de la bête

Hors les murs depuis l'annulation de son édition 2013, le festival Les Authentiks retrouvera cet été le chemin du Théâtre antique de Vienne. Connaissant le climat de morosité financière dans lequel baigne le secteur culturel ces temps-ci, cette résurrection est déjà un petit miracle en soi. Sa programmation, exclusivement dédiée au hip-hop, ce sabir des peuples périphériques, offre elle aussi quelques raisons de se réjouir. À commencer par la venue de Joeystarr, qui partagera le haut de l'affiche avec les beatmakers martiaux de Chinese Man, le temps d'une "Caribbean Dandee Block Party" en bonne compagnie (derrière les platines : Cut Killer et DJ Pone) qu'on nous promet caliente. C'est toutefois en bas de la carte que se nichent les propositions les plus excitantes, à savoir les frangins BigFlo & Oli, petits prodiges d'un rap salutairement déconneur, et la pair Anton Serra/Lucio Bukowski, la plus lettrée et loyale du collectif lyonnais L’Animalerie. Reste à savoir s'ils se produiront comme prévu avec Kacem Wapalek, qui a récemment réglé ses comptes en pub

Continuer à lire

Les Authentiks de retour

MUSIQUES | Hors les murs depuis l'annulation de son édition 2013, le festival des Authentiks retrouvera le chemin du Théâtre antique de (...)

Benjamin Mialot | Mardi 14 avril 2015

Les Authentiks de retour

Hors les murs depuis l'annulation de son édition 2013, le festival des Authentiks retrouvera le chemin du Théâtre antique de Vienne le 15 juillet prochain. Au programme, du beat et des palabres avec le collectif Chinese Man, le petit prodige electronica Fakear, Joeystarr pour un plan à trois avec Cut Killer et DJ Pone, les rappeurs léonins (au sens propre) de l'Animalerie et la pasionaria ragga Soom-T.

Continuer à lire

De nouveaux noms pour Musilac

MUSIQUES | Le festival prévu du 10 au 13 juillet à Aix-les-Bains vient d’annoncer les derniers gros artistes programmés. On fait le point.

Aurélien Martinez | Vendredi 10 avril 2015

De nouveaux noms pour Musilac

On était déjà au courant pour Christine and the Queens, The Chemical Brothers, Baxter Dury, David Guetta, The Do, Alt-J, Cerrone, Muse (complet dans le cadre du "bonus day"), Brigitte, Selah Sue… Mais l’équipe du festival en avait encore en stock. Se rajoutent au programme les indie pop The Kooks, les explosifs Français The Shoes, l’élégant Dominique A, les punks Toy Dolls ou encore les classieusement pop et toujours « ready for the floor » Hot Chip (photo). Pêle-mêle, il y aura aussi Joris Delacroix, Electric Octopus Orchestra, Prince Miiaou, Gomina, Triggerfinger, Bo Ningen, The Bohicas et Palace. La prog complète jour par jour est à découvrir ici.

Continuer à lire

Reperkusound, dix ans d'éclectisme électro

MUSIQUES | Plus versatile que jamais, le festival Reperkusound fête son dixième anniversaire avec quelques invités de marque et des créations originales. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 31 mars 2015

Reperkusound, dix ans d'éclectisme électro

On a pas mal pesté contre l'inadéquation entre l'identité visuelle des Nuits de Fourvière 2015 – des photos du Burning Man, grand-messe de la liberté individuelle, de l'autosuffisance et de la création indie qui investit chaque été le désert du Nevada – et leur programmation. Mais au moins est-elle à l'avantage du dernier jouet de la Métropole. Le cas du festival Reperkusound est plus problématique : les collages techno-animaliers qui ornent ses supports de communication, comme surgis d'un temps où le leet speak (pardon, le 1337 5|*34|<) était la dernière mode, laissent entendre qu'il ne s'adresse qu'aux teufeurs à poil long non toilettés et/ou aux ressortissants de Doucheville – là où le soleil brille si fort qu'il faut aussi porter des verres protecteurs en intérieur. Or s'il y a pas mal de ça (autrement dit de la trance, du dubstep et de l'electro house, entre autres musiques trop souvent cabotines), Reperkusound a toujours eu la qualité de son défaut : une volonté affirmée de faire entendre la chose électronique dans son acception la plus large possible. La preuve par dix C'est particul

Continuer à lire

Insomniaque - Soirées du 10 au 16 décembre

MUSIQUES | Trois RDV nocturnes à ne pas manquer : Black Strobe au Club Transbo, Genius of Time et The Black Madonna au Sucre et Tessela au DV1. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 9 décembre 2014

Insomniaque - Soirées du 10 au 16 décembre

10.12 Don't mess with us #3 Après les avoir inaugurées en DJ set, Arnaud Rebotini prend les commandes des soirées punks-et-clubbers-friendly du Transbo avec la clique à la tête de laquelle il célèbre, depuis le milieu des années 2000, les noces crépusculaires des guitares et des synthétiseurs. Il y présentera l'obsédant Godforsaken Roads, deuxième album de Black Strobe où, vocalisant comme un Nick Cave assommé par une boule à facettes – ou Dave Gahan après un bain de bouche à la tourbe – il s'impose une fois pour toutes comme le plus badass des crooners. Lui chercher des poux dans la gomina ? Aucun risque.   12.12 The Cosmic Adventure Deux garçons, une fille, des tas de possibilités ondulatoires. Ce pourrait être le pitch du prochain périple aux confins de la house auquel Le Sucre et Kosme vous proposent de prendre part. Les deux garçons, ce sont le

Continuer à lire

Insomniaque - Semaine du 16 au 22 avril

MUSIQUES | Trois RDV nocturnes à ne pas manquer cette semaine : Eddie Fowlkes au DV1, Moodoid au Marché Gare et la troisième nuit du festival Reperkusound. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 15 avril 2014

Insomniaque - Semaine du 16 au 22 avril

18.04 I'm Eddie FowlkesL'an passé, le documentaire Twenty Feet from Stardom a rendu un peu de lumière aux choristes afro-américaines qui, dans l'ombre des Rolling Stones et de tant d'autres, ont écrit la légende de la musique populaire anglo-saxonne. Si d'aventure un réalisateur menait pareille entreprise dans le milieu de la techno, il lui faudrait accorder une place de choix à Eddie Fowlkes, DJ natif de Detroit dont l'histoire a préféré retenir qu'il a été le colocataire de Derrick May alors qu'il a offert au genre l'un de ses premiers hits (Goodbye Kiss en 1986). Justice lui sera rendue cette semaine par le DV1. 19.04 Disquaire Day 2014Dédicaces de John Densmore (le batteur des Doors), DJ sets chez une partie des disquaires participants, concerts gratuits en fin d'après-midi... Cette année, le canal lyonnais du Record Store Day a mis les petits plats dans les grands, jusqu'à ponctuer le tout d'une soirée au

Continuer à lire

Insomniaque - Semaine du 27 mars au 2 avril

MUSIQUES | 29.03 Reperkusound #8 - Nuit 1 S'il ne fallait retenir qu'une des trois nuits composant la huitième édition du festival Reperkusound (organisé une fois (...)

Benjamin Mialot | Jeudi 21 mars 2013

Insomniaque - Semaine du 27 mars au 2 avril

29.03 Reperkusound #8 - Nuit 1 S'il ne fallait retenir qu'une des trois nuits composant la huitième édition du festival Reperkusound (organisé une fois n'est pas coutume au Double Mixte), ce serait celle-ci. Pour les présences à son affiche de Redshape, référence berlinoise de la techno masquée, et Dusty Kid, prodige italien de la techno vagabonde (son Lynchesque est un peu l'hymne officiel du Petit Bulletin, NDLR), tous deux invités par Ed'n'Legs dans le cadre d'une carte blanche. Et pour celle de FUKKK OFFF, le nouveau kaiser de l'électro rentre-dedans.   30.03 Reperkusound #8 - Nuit 2

Continuer à lire

Puissance 4

MUSIQUES | Les quatre Nantais de C2C écrasent tout sur leur passage. Tournée démente des festivals, en tête des ventes de disques avec leur premier opus intitulé "Tetra", générique du Grand Journal de Canal Plus saison 2012/2013, quatre Victoires de la musique... Ils sont partout et même à la Halle Tony Garnier. Nicolas Bros

Benjamin Mialot | Jeudi 14 février 2013

Puissance 4

Les membres de C2C ne sont pas nés de la dernière pluie, loin s'en faut. Fondé en 1998, ce collectif de quatre DJs originaires de Nantes n'a pourtant sorti Tetra, son premier album, qu'au début de l'automne 2012. Une galette qui caracole en tête des ventes depuis. Formé par 20Syl, Atom, Pfel et Greem, C2C est un groupe qui porte fièrement la culture du breakbeat et du turntablism “à la française“, le turntablism étant une technique consistant à créer des morceaux à partir de samples et scratchs sur platines vinyles. D'ailleurs le nom du groupe fait directement référence à cet art, puisqu'il signifie Coup 2 Cross - pour crossfader, bouton situé sur la table de mixage permettant de couper le son d'une platine pour passer à une autre. A l'instar d'autres frenchies, Birdy Nam Nam, C2C a connu la gloire dans cette discipline en remportant à quatre reprises et consécutivement (de 2003 à 2006) les championnats Disco Mix Club, compétition qui regroupe la crème des DJs de la planète. Autant dire que nos quatre artistes connaissaient leur sujet depuis quelques années et ont eu le temps de travailler avant de proposer leur premier EP en

Continuer à lire

The French Invasion

MUSIQUES | Tous à vos marinières ! Si The Bewitched Hands et Concrete Knives sonnent comme le meilleur de la pop anglo-saxonne, ils n'en sont pas moins les ambassadeurs d'une pop française dont le renouveau est un éternel recommencement. Et une arme fatale pour conquérir le monde. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Mercredi 21 novembre 2012

The French Invasion

Il fut une époque où la pop des régions (on n'a plus le droit de dire « provinciale », ça fait parigot) avait pour épicentres Toulouse ou Rennes. Nancy fut également un temps à la pointe, on en a encore la preuve la semaine prochaine avec le retour de Kas Product – improbable créature américano-lorraine qui fit danser jusqu'outre-Manche. Puis Clermont-Ferrand plus récemment, dans le sillage de la Coopérative de Mai. Si l'on devait aujourd'hui distinguer les deux places to be en matière de musique de jeunes, nul doute que Reims et la Basse-Normandie (Caen et ses environs) sortiraient haut la main du chapeau.   D'un côté, The Shoes ou Yuksek, Alb, The Film ou Brodinski ont déjà fait des dégâts aussi bien dans la presse que sur les dancefloors ou, comme disait Coluche, « dans les milieux autorisés ».   De l'autre, le bocage normand est actuellement en train d'accoucher d'une ribambelle de formations toutes plus sexys et créatives les unes que les autres (Lanskies, Chocolate Donuts, Da Brasilians, Jesus C

Continuer à lire

Cruel summer

MUSIQUES | Avant l'été, le Transbo offre de réviser ses classiques en matière de genres, musicaux s'entend. Troisième Summer session et nouveau changement de genre donc. (...)

Stéphane Duchêne | Vendredi 6 juillet 2012

Cruel summer

Avant l'été, le Transbo offre de réviser ses classiques en matière de genres, musicaux s'entend. Troisième Summer session et nouveau changement de genre donc. Encore que dans le cas de l'invité du jeudi 12 juillet, il faille peut-être davantage parler de style que de genre, Hyphen Hyphen ayant beaucoup du premier sans qu'on puisse bien définir dans quelle école musicale s'inscrit le second. Bref, comme beaucoup de formation de son époque – Metronomy, Foals, The Shoes, Marie-Madeleine –, Hyphen Hyphen se nourrit un peu à tous les râteliers esthétiques à la seule condition que le résultat soit foufou – pour ne pas dire légèrement hystérique – obsédant et dansant, au point qu'on puisse inventer pour ce type d'originaux le terme d' «obsédansant». Soit une musique qui prend possession de votre cortex par impulsion électronique et vous secoue dans tous les sens. Faut-il y voir une coïncidence avec la recrudescence soudaine du cannibalisme dans le monde, mais le fait est qu'il y a de plus en plus de ces groupes qui vous mangent le cerveau en l'espace de quelques secondes, sans qu'on ne puisse guère se défendre. Hyphen Hyphen, venu tout droit de la Côte d'Azur est de ceux-là. À ceci prè

Continuer à lire

En Trans

MUSIQUES | Rock / Une chose est certaine, le trio lyonnais Transgunner est sûr de son fait. Notez que lorsqu'on entend pratiquer une forme de rock qui décolle la (...)

Stéphane Duchêne | Vendredi 30 septembre 2011

En Trans

Rock / Une chose est certaine, le trio lyonnais Transgunner est sûr de son fait. Notez que lorsqu'on entend pratiquer une forme de rock qui décolle la tapisserie des murs et les talons du sol, il vaut mieux ne pas avoir l'âme timorée et l'abord timide. Alors, comme on n'est jamais mieux servi que par soi-même (à moins bien sûr d'avoir des amis milliardaires avec des trous dans la cervelle), Transgunner n'a pas hésité à intituler son album Très Classe (ce qui a le don de trancher avec une pochette pour le coup royalement hideuse). Bon, il faut avouer que la Découverte du Printemps de Bourges 2011 a quelques arguments à avancer. Et les avance avec tout le manque de discrétion requis, aux croisées autoproclamées du Clash et de Gang of Four. Mais alors à supposer que ces derniers soient tombés par hasard sur le pantalon lamé de leur grosse cousine pour ses sorties bitures-discothèque du vendredi soir. Ici pas de chichi : «Say my name bitch, we're a french hot band» résonne d'entrée comme une profession de foi(e) à l'haleine un poil chargée. Le type qui lui parle comme ça au bout d'un verre, la dame lui pète un genou direct. Pas là : Transgunner a une belle gueule et sait s'y prendre

Continuer à lire

Oldies but goodies

MUSIQUES | Musique / Alors que dans le rock, cette rentrée s’avère marquée par le retour des vioques, l’électro aussi nous rappelle que ses fers de lance ont pris de la bouteille. Honneur aux seniors pour la soirée Beat Bindum XL, avec deux vieux de la vieille, Manu le Malin et Arnaud Rebotini, qui reviennent en grande forme sur le devant de la scène. Stéphanie Lopez

Dorotée Aznar | Jeudi 15 septembre 2011

Oldies but goodies

Il fallait du lourd pour justifier la taille XL de cette soirée. L’association Galacticut, jusqu’ici coutumière du Ninkasi et de la Plateforme, a donc vu grand pour fêter sa treizième Beat Bindum. Un Transbordeur ne sera pas de trop pour sa Micheline qui revient gonflée à bloc, nantie des poids lourds qui ont déroulé du set sans faille depuis le XXe siècle. En ce temps-là, durant l’âge d’or des raves et de la TB 303, la techno était par essence la musique du futur, celle qu’on dansait entre initiés avec un goût d’avant-garde et un voeu d’aventure. Vingt ans plus tard, ceux qui inventaient le futur de naguère sont devenus des quadras moustachus, rangés des vélos peut-être, mais pas forcément des turbines pro-fêtes. Ainsi Manu le Malin, fier ambassadeur du son Industrial Strenght, multiplie les activités depuis qu’il a calmé les BPM (on l’a entendu chanter sur l’album de Palindrome, on a aussi ouï quelques BO et une collaboration avec Dee Nasty…) Assagi, le Manu des Biomechanik et des free-parties sous le pont de Tolbiac ? Pas sûr… On ne change pas un Malin hardcore en malléable entertainer. Sous la casquette de The Driver, ses DJ sets savent peut-être concilier baile funk et beats f

Continuer à lire

Chinese Man

MUSIQUES | Comme son nom l’indique, chacun sait que Chinese Man est un trio marseillais flanqué de MC’s californiens (Cyph 4, Lush One, Plex Rock…) Même que sur leur (...)

Dorotée Aznar | Jeudi 5 mai 2011

Chinese Man

Comme son nom l’indique, chacun sait que Chinese Man est un trio marseillais flanqué de MC’s californiens (Cyph 4, Lush One, Plex Rock…) Même que sur leur nouvel album, Racing With The Sun, la mondialisation pousse le bouchon jusqu’à inviter Taïwan MC et une flopée de rappers indonésiens. Ainsi va le Chinese Man aux personnalités multiples, dédoublé entre Bollywood et Jamaïque, tonalités arabisantes et Saudade lusophile. Un chasseur de dragon qui braconne sur tous les terrains, du dub au jazz en passant par la jungle, l’afro-beat et le hip-opium. Le 17 mai au Kao, on compte donc sur High Ku, Sly et Zé Matéo pour ne pas nous poser un lapin (même si c’est le signe de l’année, on prédit plutôt un séisme sino-sonique en ce qui concerne leur nouveau show). Stéphanie Lopez

Continuer à lire

Into The Wild

MUSIQUES | Sauvé par le hip-hop, ça n’arrive pas qu’aux b-boys du Bronx. Dans les rues de Tokyo, Dj Krush a longtemps zoné dans un gang avant d’être sauvé, non pas par le (...)

Dorotée Aznar | Jeudi 21 octobre 2010

Into The Wild

Sauvé par le hip-hop, ça n’arrive pas qu’aux b-boys du Bronx. Dans les rues de Tokyo, Dj Krush a longtemps zoné dans un gang avant d’être sauvé, non pas par le gong, mais par le film Wild Style. Sa vocation naît là, entre deux platines, qu’il utilise bientôt comme instruments à part entière. Aujourd’hui, à 48 ans et dix albums au compteur, Krush est le maître incontesté du genre abstract, qu’il ouvre en grand sur le jazz. Rendez-vous vendredi 29 octobre à l’Épicerie Moderne pour le voir dompter ses beats sauvages.

Continuer à lire

Trois bonnes raisons d’aller à Reperkusound

CONNAITRE | Alternatif et récréatif, le festival Reperkusound s’installe ce week-end au Double Mixte. On y va pour écouter des artistes obscurs ou décalés, des électrons ivres de sons extrêmes qui font sortir des dancefloors bien peignés. Stéphanie Lopez

Dorotée Aznar | Mercredi 31 mars 2010

Trois bonnes raisons d’aller à Reperkusound

Si la programmation de cette cinquième édition de Reperkusound met son côté punk-rock au vestiaire pour privilégier l’électro, ce n’est pour autant pas l’électro «privilège» de la scène, disons, Versaillaise, qui s’accapare le gros de l’affiche. Plutôt des artistes punk-rock dans l’esprit, treillis-casquettes de sortie, avec des groupes engagés comme La Caution ou Oddateee, des junglists puristes comme Roni Size, des dubbers d’orage comme Brain Damage… Hip-hop, techno, dubstep : la programmation sans tambour ni paillettes du Reperkusound offre à sa manière une version printanière du Riddim Collision. Trois bonnes raisons d’y aller. ODDATEEERude boy définitivement nourri au grain hip-hop première vague, pionnier enragé du groove sur macadam, Oddateee n’a rien à envier à Eric B ou Chuck D, si ce n’est peut-être leur notoriété. Son dernier album, «Halfway Homeless», n’est pas seulement le fruit des errances d’un prince autoproclamé à demi SDF, c’est la synthèse parfaite du hip-hop east coast, de l’électro indus et de l’ambiance de «joint parties» captée dans les squats new-yorkais que ne fréquenteront jamais Pharrell ou Jay Z. Le brûlot d’un héros underground qui, sur scèn

Continuer à lire

Stars 90

MUSIQUES | Festival / «Lyon va trembler» annonce le slogan de Reperkusound 2008. Si, effectivement, Lyon tremble au son des concerts de cette troisième édition alors (...)

Stéphane Duchêne | Jeudi 17 avril 2008

Stars 90

Festival / «Lyon va trembler» annonce le slogan de Reperkusound 2008. Si, effectivement, Lyon tremble au son des concerts de cette troisième édition alors qu’elle se déroule à Chassieu, il y a de quoi s’inquiéter. Car l’ambitieux festival de Mediatone après sa belle réussite de l’an passé (7000 spectateurs) nous ressert encore la crème du gros son, avec plein de genres qui finissent en «-core» (hardcore, funkcore, ohouiencore) mais riment le plus souvent avec «acouphènes». Un Reperkusound décliné en deux modes et en deux soirs, Reperkurock, d’abord, pour le binaire qui tache et Electrokusound, ensuite, pour l’électro qui déchausse les dents. Simple souci formel, puisqu’on aimera généralement le tout, composé d’une armada de groupes à découvrir mais aussi des valeurs montantes telles que Karlit & Kabok ou Dead Sexy Inc. Et pour attirer le chaland alternatif, le gros son se déclinera également sous la forme de «gros» noms : on retrouvera par exemple un revenant de taille en la personne de Goldie. Une éternité en effet qu’on n’avait pas eu de nouvelles de celui que l'album Timeless (1995) avait propulsé roi de la jungle. L’homme aux crocs dorés était alors si branché qu’i

Continuer à lire