Les Hommes Dés

Stéphane Duchêne | Vendredi 7 septembre 2012

Dans L'Homme Dé, roman culte de Luke Rhinehart – à la fois pseudonyme de l'auteur, George Cockroft, en même temps que le nom du personnage –, un psychanalyste décide de jouer son destin et, par là, chacune de ses décisions aux dés. S'affranchissant ainsi de son libre arbitre et s'ouvrant un monde de possibilités qui le conduiront dans l'abîme.

En dépit du titre de son nouvel album, Mr Impossible, quelque peu antinomique avec ce qui vient d'être dit, on pourrait faire un rapprochement entre ce roman et le trio Black Dice : un groupe de Brooklyn, formé à Rhode Island, qui aurait choisi de confier son esthétique musicale a un dé qui n'aurait qu'un côté ou, ce qui revient au même, un dé dont toutes les faces seraient non seulement noires mais tomberaient toujours du côté le plus noise de la force.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que la formation d'Eric Copeland se paie de peu de notes mais en fait un terrible usage, poussant chacune d'elle au maximum de ses possibilités jusqu'à la pousser là aussi vers un abîme de torsion et de distorsion, un abîme musical d'expérimentation dans lequel il est aussi malaisé de plonger que de ressortir.

Bien sûr, même si le groupe a quitté le label depuis quelques albums, nous sommes ici au cœur – nucléaire – de l'école DFA Records du bon James Murphy (LCD Soundsystem), totem indéboulonnable de nos amis de Nuits sonores. Ce qui signifie qu'il est aussi question de danser – l'avantage étant qu'il n'y a pas besoin pour cela d'avoir suivi les cours de Kamel Ouali.

De la même manière, on déniche régulièrement dans cette musique à la mécanique implacable quelques traces de psychédélisme, autre manière, non seulement d'ouvrir un peu plus les portes de la perception, mais aussi de laisser les commandes de son cerveau à une puissance supérieure, ici musicalement psychotrope. Un dé qui n'aurait plus qu'une face noire mais mille. Soit mille façon de se retourner le cerveau. Comme pour trouver le lieu de ce concert anniversaire et hors les murs de Grrrnd Zero. En dépit des apparences c'est possible.

 

Black Dice + Andrea Parkins + Sunflare
A Grrrnd Zero «hors les murs» (informations sur www.grrrndzero.org)
Lundi 17 septembre


BLACK DICE "Pigs" par domino

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Insomniaque - Semaine du 4 au 10 juin

MUSIQUES | Trois RDV nocturnes à ne pas manquer cette semaine : James Murphy au Sucre, le Festival All Together et la deuxième 45°N x 4.85°E. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 3 juin 2014

Insomniaque - Semaine du 4 au 10 juin

08.06 Reality Avec LCD Soundsystem James Murphy a, en trois albums d'une classe typiquement new-yorkaise et un concert d'adieu plus proche d'un enterrement de vie de garçon que d'une mise en bière, redonné un coup de lustre aux tunnels creusés de garages en clubs par ses compatriotes des Talking Heads. En solo, quand son éternel regard hébété ne sublime pas les productions d'autres pointures indé (comme le Reflektor d'Arcade Fire dernièrement), il est un DJ d'un redoutable bon goût. On a pu le constater à Nuits Sonores en 2012. On pourra le vérifier au Sucre ce dimanche. 08.06 F.A.T. Lyon 2014 La Holi a la cote en ce moment : deux semaines avant Les Invites, c'est au tour du Festival All Together – événement littéralement œcuménique, puisqu'il est le fait d'un mouvement interreligieux – de s'appuyer sur une bataille de pigments inspirée par cette tradition indienne. Celle-ci, qui se déroulera au

Continuer à lire

Nuits sonores 2012 – Mercredi 16 mai - Report

MUSIQUES | Sept lieux, six sessions de 9h de live, trois concerts spéciaux. Il fallait bien ça pour fêter les dix ans de Nuits sonores, fleuron européen de la musique électronique (et plus si affinités). Compte-rendu du jour 1. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Jeudi 17 mai 2012

Nuits sonores 2012 – Mercredi 16 mai - Report

D'ordinaire, au réveil, les deux premiers mots qui se forment dans notre tête sont «pipi» et «Nutella». Ce matin, lendemain de Nuits sonores oblige, ils ont laissé la place à «wow» et «putain». Comme dans «wow putain ce bourdonnement, j'ai l'impression d'avoir servi de diapason à une chorale de géants». Considérant la façon dont un Dj s'adapte aux convulsions de son audience et le nombre de pointures des platines composant l'affiche de cette dixième édition du festival, la comparaison n'est pas anodine. Putain d'usine ?   Et elle n'est, contrairement à ce que l'on craignait, pas corrélée à la sonorisation des lieux. Oh bien sûr, les anciennes usines Brossette, bien qu'en bonne place pour décrocher le titre d'espace le plus impressionnant jamais investi par Nuits sonores, ne se prêtent pas tellement, réverbération métallique oblige, à des prestations un tant soit peu orchestrales. Ce n'est d

Continuer à lire