Le kid de Compton

Benjamin Mialot | Mercredi 16 janvier 2013

Photo : © Jeff Forney


Le top dog du hip hop ricain contemporain, le voici : Kendrick Lamar, 25 ans, bon chrétien, gentille bobine de neveu caché de Michael Jackson. C'est notre avis. Et l'avis de The Source, mensuel de référence des musiques dites urbaines, qui l'a sacré rappeur de l'année 2012. C'est également celui de Snoop Dogg, le nonchalant fumeur à la chaîne de Long Beach – quatre-vingt un joints par jour selon ses dires - voyant en lui «le nouveau roi de la Côte Ouest», ou encore du superproducteur Pharell Williams, qui entre deux piges derrière la console pour la sœur de Beyoncé l'a carrément comparé à «un Bob Dylan noir» dont la musique va «changer la face du hip hop». Et cela fait trois ans que s'accumulent à ses pieds chaussés de Air Jordan toujours flambant neuves de tels témoignages d'admiration ; depuis, en fait, qu'il a décidé de troquer le blase de ses débuts – K-Dot, imaginé pour la sortie de sa première mixtape à l'âge de seize ans - pour son nom propre et entrepris de solder l'héritage des parrains du gangsta rap plutôt que de continuer à le piller comme le fait une encore trop grande partie de ses pairs. Pas une mince affaire, le gamin ayant grandi au cœur de la mère-patrie du genre : Compton, réservoir à gangs et à miséreux sis au sud de Los Angeles, d'où se sont extirpés à la force du micro les Niggaz Wit Attitudes. En interview, Lamar attribue tout le mérite de cette mue à son père, fan de Tupac dont la constante attention lui a évité de devoir choisir entre les bombers bleu marine des Crips et les maillots rouges des Bloods. Une explication un peu courte au regard de l'incroyable tour de force que constitue Good Kid, M.A.D.D City, son deuxième album, paru en novembre frappé du logo d'Aftermath, label fondé et dirigé, douce ironie, par l'un des parrains sus-mentionnés, à savoir le bon Dr. Dre. Non, les vraies raisons qui ont amené ce dernier et des producteurs et MCs du calibre de Just Blaze ou de Drake à contribuer à l'atmosphère unique de cet enregistrement – cool et mélancolique comme une block party donnée un lendemain de fusillade - sont à chercher ailleurs chez Kendrick Lamar. Dans la malléabilité de ses cordes vocales par exemple, audible sur le morceau Backseat Freestyle où, tour à tour guttural et nigaud, il ferait pour un peu passer le phénoménal beatboxer-imitateur Eklips pour Nicolas Canteloup. Mais surtout dans l'authenticité de ses propos, aussi ludique et imagée soit leur écriture. Car Kendrick Lamar ni ne pose ni ne fabule, il fanfaronne à dose homéopathique et se livre sans compter. Qualifié en sous-titre de court-métrage, emballé dans des polaroids privés et entrecoupés d'interludes qui ne sont rien d'autres que des captations de scènes de vie, son disque cause coucheries adolescentes, hostilité ambiante, beuveries mystificatrices, épiphanies musicales, prises de responsabilité familiales... Et c'est à chaque fois assez grandiose et poignant pour que My Beautiful Dark Twisted Fantasy, le chef-d'œuvre absolu de Kanye West, s'en trouve affadi.

Benjamin Mialot

Kendrick Lamar
au Kao, lundi 28 janvier


Kendrick Lamar

Hip-hop
Le Kao Ninkasi Gerland, 267 rue Mérieux Lyon 7e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Not dead but bien raide

MUSIQUES | Ils s'appellent Asap Rocky, Tyler the Creator ou Schoolboy Q. Ils sont jeunes, connectés, prolifiques, un peu niqués de la tête et surtout très doués et, de New York à Los Angeles en passant par Pittsburgh, ils reconfigurent le rap game nord-américain depuis le début de la décennie. Portrait collectif d'une génération en train de tuer le daron (avec sa complicité) et focus au singulier sur son plus éminent représentant, Kendrick Lamar, à l'occasion de son passage au Kao. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Jeudi 17 janvier 2013

Not dead but bien raide

Dans ce vaste tout-à-l'ego qu'est le milieu du hip hop, les façons de prendre l'ascendant médiatique se comptent sur la main d'un Latin King faisant le signe de ralliement de sa bande – le même que celui des fans de heavy metal, à un pouce tendu près. Option numéro un, très prisée des Français : pourrir publiquement un rival, en priant pour que l'étendue de sa répartie ne soit pas proportionnelle au volume de ses biscottos. Option numéro deux, typiquement nord-américaine : sécuriser un deal (production, featuring, apparition dans un clip) avec une star de la pop, ce qui implique de déjà bénéficier d'un minimum de talent et/ou de notoriété. Option numéro trois, la plus vaniteuse, mais dont on raffole autant des deux côtés de l'Atlantique : acter la mort du genre pour mieux se poser comme son rédempteur, avec la certitude d'être sèchement contredit à plus ou moins long terme. En France, Fuzati a tenté le coup en 2004 sur Dead Hip-hop, extrait du premier album du Klub des Loosers. Bientôt neuf ans plus tard, n'en déplaise à ce misanthrope masqué dont on ne cesse de louer la verve, le rap hexagonal a gagné en fantaisie ce qu'il a perdu en conscien

Continuer à lire