Beau comme du Beaupain

Benjamin Mialot | Mercredi 24 avril 2013

Les chansons d'Alex Beaupain ont le don de faire passer des poignées de chiendent pour des bouquets d'oiseaux de paradis. Hier le cinéma nombriliste et anachronique de Christophe Honoré, proclamé digne héritier de la Nouvelle Vague (rires) par le truchement d'un César de la meilleure musique. Aujourd'hui la jalousie mal placée qui s'empare au lendemain d'une rupture de celui ou celle qui l'a prononcée, matière première d'Après moi le déluge, un single confondant de justesse et de naturel («Je sais c'est moi qui t'ai / Quitté, mais toi qui t'es / Pour penser qu'après moi / L'herbe repoussera ? / Après moi je veux / Qu'on soit malheureux»).

L'album éponyme dont il est extrait est à l'avenant : plus encore que Pourquoi battait mon cœur, le disque qui voilà deux ans fit définitivement entrer cet élégant Bisontin dans la cour des grands romantiques de la variété - notamment grâce à Au départ, belle mise en regard des années Mitterrand et du délitement précipité d'un couple passionné que s'appropria François Hollande pour sa campagne, il voit son auteur capturer le sentiment amoureux dans toute son ambivalence. Comme ont su le faire avant lui Alain Souchon, dont il partage la sobriété, le détachement et la malice, Bertrand Burgalat (les arrangements d'orfèvre, la fausse naïveté, la patine 80's) ou Julien Clerc, qu'il singe gentiment sur Coule, le morceau que l'interprète de Ma préférence lui a composé en échange des services rendus en 2011 sur son Fou, peut-être.

Alex Beaupain
Au Radiant-Bellevue, mardi 14 mai


Alex Beaupain


Radiant-Bellevue 1 rue Jean Moulin Caluire
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Les Malheurs de Sophie

ECRANS | Cinéaste aux inspirations éclectiques (mais à la réussite fluctuante), Christophe Honoré jette son dévolu sur deux classiques de la Comtesse de Ségur pour une surprenante adaptation, à destination des enfants autant que des adultes.

Vincent Raymond | Mardi 19 avril 2016

Les Malheurs de Sophie

La filmographie de Christophe Honoré ressemble à la boîte de chocolats de Forrest Gump (« on ne sait jamais sur quoi on va tomber »), à la différence notable que chacune de ses douceurs est dûment ornée d’une étiquette… omettant de signaler sa teneur en poivre ou piment. Résultat : appâtés par ses distributions appétissantes, becs sucrés et novices ressortent invariablement de ses films la gueule en feu ; quant aux autres, à force d’être échaudés, ils ont appris et la méfiance, et à espérer davantage de saveur dans la “seconde couche” lorsque l’enrobage les déçoit. Sophistication, heurs et malheurs Bien que prolifique auteur de romans jeunesse, Honoré n’avait encore jamais franchi le pas au cinéma, où il flirte avec un public de préférence âgé de plus de 16 ans. S’emparant d’un pilier des bibliothèques respectables, il procède à l’inverse de Jean-Claude Brialy, lequel avait réalisé en 1981 une transposition sagement premier degré, aux remugles de vieille confiture. Plutôt qu’égrener les sottises de la gamine dans une enfilade de saynètes — ce que l’ouvrage dans sa forme théâtrale incite à faire et que l’amorce du film laisse croi

Continuer à lire