Old Folk(s)

MUSIQUES | D'un côté, à Fourvière, le revival de l'âge d'or hippie avec le trio Crosby, Stills & Nash, de l'autre, à Vienne, le rock épileptique de Neil Young et sa fidèle machine de guerre Crazy Horse. Le tout à un jour d'intervalle. Etrange coïncidence quand on sait à quel point ces quatre frères de sang folk rock sont à jamais liés. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Jeudi 4 juillet 2013

Ensemble ou séparément, David Crosby et Stephen Stills les Amerloques, Graham Nash l'Anglais et Neil Young le Canadien ont écrit quelques unes des plus belles pages de l'histoire du rock. C'est avec Stephen Stills, rencontré au Canada et retrouvé à Los Angeles au hasard d'un embouteillage, que les choses démarrent réellement pour Neil Young. En 1966 les deux fondent, avec Richie Furay, Richard Dewey et Bruce Palmer, Buffalo Springfield, dont résonnent à jamais les notes de For What It's Worth (éternel hymne hippie) et Mr Soul.

Si Stills tire les ficelles, déjà le talent de Young est immense. Surtout, on le constatera plus tard, il est bien plus doué que Stills pour ne pas le gâcher. Lorsque le groupe se sépare après dix-huits mois, trois albums et quelques clashs, Stills rejoint deux types qui ont déjà goûté à la gloire : David Crosby avec les Byrds et Graham Nash de l'autre côté de l'Atlantique avec les Hollies, l'un des emblèmes de la "British Invasion". Inutile de dire que tout cela sent le génie à plein nez et qu'en un album, le trio s'installe sur le toit du folk rock et du Flower Power.

Déjà Vu

Chez CS&N, on peut se permettre de partager les chansons, comme on partage le canapé sur la pochette de l'album, sans y perdre en qualité. Cela n'empêche pas leur producteur Ahmet Ertegun d'insister pour faire appel à un Neil Young qui vient de frapper très fort avec son deuxième album solo Everybody Knows This Is Nowhere, première chevauchée du Crazy Horse. Le temps notamment du sublime Déjà Vu (sorti en 70), précédé d'une participation à Woodstock – où Young refuse d'être filmé – et à Altamont, le cataclysmique festival organisé par les Stones, que le Loner qualifiera dans son autobiographie de «monstrueux ego trip carburant à la coke», ajoutant : «j'ai senti la musique mourir cette nuit-là».

Sur Déjà Vu, Young joue essentiellement les utilités avec l'humilité qu'on lui connaît, mais c'est sous l'étiquette CSN&Y que, suite au meurtre par la police de quatre étudiants pacifistes lors d'une manifestation sur le campus de l'Université de Kent State, il écrit l'épidermique Ohio, fabuleux single du quatuor qui le suivra toute sa carrière et devient un emblème de contestation. Young osant – acte téméraire pour l'époque – citer le nom et pointer la responsabilité de Richard Nixon dans le drame. A propos d'Ohio et de CSN&Y, le Canadien dira ceci : «nous étions profondément en phase avec notre génération et nous le sentions au plus profond de nos tripes. Je les adorais ces types».

En pleine bourre créative, et dans le sillage d'un succès générationnel, les albums solos pleuvent comme autant de chef-d'œuvres : After the Gold Rush pour Young, If Only I Could Remember My Name pour Crosby, l'éponyme Stephen Stills et Songs for Beginners pour Nash. Tous entrent dans le Top 15 américain. Jamais sans doute n'aura été réuni tel quatuor de songwriters, aussi différents que complémentaires, capables d'enregistrer séparément leur part d'un chef-d'œuvre. L'intensité de Stills, le perfectionnisme de Nash, l'inventivité de Crosby et la ferveur du maverick Young font des merveilles mais... tournent court.

Nostalgie

En réalité, en dépit des apparences, le quatuor est incapable de se mettre d'accord sur la direction à prendre. De ce cocktail de coke et d'ego devenu ingérable, Young s'éclipse vite fait : il a tant de chef-d'œuvres à écrire – dont l'impensable triplette Harvest (1972), On the Beach (1974), Zuma (1975) – tant d'expériences soniques à mener avec son Crazy Horse, de Rust Never Sleeps (1979) aux balbutiements grunge de Ragged Glory (1990), première salve sidérurgique d'un Young régénéré par les 90's et oscillant entre mélancolie (Harvest Moon, Sleep with Angels, son hommage à Kurt Cobain) et défouraillage en règle (Mirror Ball, avec Pearl Jam, Broken Arrow...). Même énergie chauffée à blanc sur ses deux derniers albums, les forts bien nommés Le Noise et Psychedelic Pill.

De tous, seul Young sera capable de véritablement faire face à une marée de problèmes personnels (drogue, alcool, maladie, pertes de proches), à la sublimer en autant d'albums géniaux, et fera toujours un peu office de béquilles pour ses trois compères (ils enregistreront encore à quatre, bien plus tard, albums studios dispensables et lives), les abandonnant souvent aussi vite qu'il était venu à leur rescousse.

De la même façon, le trio, lui, passera beaucoup de temps à se déchirer et à se rabibocher, le successeur de Déjà Vu ne paraissant qu'en... 1977, après l'intermède Crosby & Nash – Stills est alors en plein naufrage mais se joindra à Young le temps de l'album Long May You Run. Surtout CS&N ne retrouvera jamais une flamme depuis trop longtemps éteinte. Il était écrit que de ces quatre chevaliers du mythe hippie, seul Neil "Perceval" Young devait aller au bout de sa quête – toujours en cours. Pour les autres, reste la légende, gravée dans le marbre de la nostalgie.

 

Neil Young & Crazy Horse
Au Théâtre antique de Vienne, lundi 15 juillet

Crosby, Stills & Nash
Au Théâtre antique de Fourvière, mardi 16 juillet


Neil Young & Crazy Horse


Théâtre antique de Vienne Vienne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Crosby, Stills & Nash


Théâtres romains de Fourvière 6 rue de l'Antiquaille Lyon 5e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Festilac

Musilac | Ailleurs, il y a Rock en Seine, les Eurockéennes, les Vieilles Charrues ou le Main Square. En Auvergne-Rhône-Alpes, il y a Musilac, son lac (donc), ses milliers de festivaliers et ses quatre jours de programmation bourrés jusqu'à la gueule. Revue au jour le jour.

Stéphane Duchêne | Mardi 11 juin 2019

Festilac

11 juillet : Les enfants terribles S'il fallait tenter de donner un semblant de cohérence à cette soirée d'ouverture de Musilac, on la placerait sous le signe des golden boys (and girls), puisque l'on verra se succéder sur les scènes du festival les jeunes stars montantes que sont l'électro-explorateur Thylacine, le collectif de hip-hop rennais Columbine, le rock sans voyelle de la révélation Mnnqns, et l'énigmatique météore Boulevard des Airs. Ajoutez à cela une double fille de en la personne de Lou Doillon, le sidekick préféré du prince Orelsan, Gringe, dont la carrière musico-cinématographique décolle en flèche, l'acteur le plus punk d'Hollywood : Jared Leto et son groupe Thirty Seconds to Mars (pluie d'évanouissements à prévoir) et l'idole hip-hop US Macklemore. L'on peut se demander ce que le totem 90's Garbage fait au milieu de ce jardin d'enfants terribles. Jardin complété par Maïsman que l'on nous présente comme un savant mélange d'Henri Dès et de Slipknot. Ah... 12 juillet : Génération 90 C'est ici que l

Continuer à lire

10 concerts à voir en juin

MUSIQUES | En attendant d'entrer pleinement dans la saison des festivals, voici dix concerts à ne pas louper dans la ville.

Stéphane Duchêne | Lundi 13 juin 2016

10 concerts à voir en juin

Billie On l'avait laissé sur un Baiser, on la retrouve sur un French Kiss. Le Baiser, c'était son premier album d'étrange chanson française d'obédience krautrockeuse et conteuse. Le French Kiss, c'est ce moment de retrouvailles traditionnellement organisé par le Club Transbo pour fêter la sortie (ou la release comme on dit en étranger) d'un album ou d'un EP d'un ami du coin. Là c'est un EP, Nuits Aquatiques produit par Erotic Market en mode plus r'n'b et plus coulant, quoique. Comme il se doit l'affaire se joue gratuitement sur réservation avec pléthore d'invités surprises. Au Club Transbo le mercredi 15 juin Neil Young & Promise of the Real Au rythme où ça va, gageons que Neil Young est parti pour enterrer tous ses pairs. Le fait qu'il est l'un des derniers de sa génération à sortir des albums dignes de ce nom — pas toujours, l'avant-dernier n'étant pas une réussite — et porteurs d'une capacité de régénération plutôt hors du commun. DHEA ? Non, enthousiasme, car Neil pr

Continuer à lire

Rentrée musique 2016 : anciens et modernes

MUSIQUES | Entre Polna, Neil Young, les Insus et même le retour du plus si jeune Jon Spencer (porté pâle au printemps), les aînés seront là en force en 2016. Mais la jeune garde veille et ne s'en laissera pas compter.

Stéphane Duchêne | Mardi 5 janvier 2016

Rentrée musique 2016 : anciens et modernes

Jon Spencer aime tellement nos panoramas de rentrée – il en a déjà fait la Une – qu'il parvient même à y figurer deux fois par an. On l'annonçait en septembre dernier, voilà qu'on le réannonce pour le 6 mars à l'Épicerie Moderne. Avec bonheur, puisque si nous le faisons, c'est que le trio du New-yorkais avait dû annuler à la dernière minute cet automne pour raisons de santé. Tout va mieux, donc tout va bien, et cela indique peut-être que cette année 2016 sera légèrement moins pénible que la précédente – raccrochons-nous aux branches, tant qu'il y a encore des arbres. Or des branches, même vieilles, il se trouve qu'il en repousse, en témoigne une tripotée de reformations plus ou moins récentes de groupes plus ou moins relous à l'oreille (Louise Attaque au Transbo le 29 mars, Elmer Food Beat au CCO le 6 avril) dont la palme revient bien sûr aux Insus, soit Téléphone sans fille (n'y allez pas, c'est complet) – rayon nostalgie de jeunesse, on préférera de loin se consacrer à Nada Surf, qui ne s'est jamais déformé, le 26 avril à l'Epicerie. Ah, tiens on allait oublier Polnareff

Continuer à lire

Neil Young à Tony Garnier

MUSIQUES | La dernière fois que le Loner a joué à la Halle Tony Garnier, en 2008, il avait fait montre d'une vista qui ridiculisa par avance la prestation du (...)

Stéphane Duchêne | Vendredi 18 décembre 2015

Neil Young à Tony Garnier

La dernière fois que le Loner a joué à la Halle Tony Garnier, en 2008, il avait fait montre d'une vista qui ridiculisa par avance la prestation du cacochyme Bob Dylan deux ans plus tard en ce même lieu. Au beau milieu d'un morceau, Young s'était même étalé de tout son long en trébuchant. N'importe qui se serait brisé le fémur, lui continua comme si de rien n'était sans oublier une note. Il a depuis conçu des albums dispensables (et aussi un étrange lecteur mp3 en forme de Toblerone). Mais Young le reste Forever. On ne manquera pour rien au monde son retour à l'occasion du Rebel Content Tour, le 15 juin. Lui Rebel, nous contents. Mise en vente des places dès cette semaine.

Continuer à lire

Let's folk !

MUSIQUES | Où qu'il puise ses origines éparpillées, le folk aura toujours été une affaire de transmission. C'est bien là l'esprit de la double rencontre organisée à la (...)

Stéphane Duchêne | Vendredi 25 janvier 2013

Let's folk !

Où qu'il puise ses origines éparpillées, le folk aura toujours été une affaire de transmission. C'est bien là l'esprit de la double rencontre organisée à la Maison du Livre, de l'Image et du Son de Villeurbanne. D'abord, autour de l'ouvrage Folk et Renouveau (Le Mot et le Reste), publié en 2011 par Bruno Meillier et l'immense Philippe Robert : une plongée dans pas moins de neuf décennies d'americana, d'Harry Smith à Bon Iver, en passant par les incontournables Dylan, Donovan, Young, Jansch et consorts pour comprendre non seulement d'où elle vient mais également où elle va. À ce titre, il sera aussi utile d'aller à la rencontre de Yann Tambour, alias Stranded Horse, petit gars du Cotentin bercé au rock anglais et toqué de kora, instrument traditionnel mandingue dont la pratique est traditionnellement réservée à la caste des griots mais dont il fait son miel en même temps qu'une drôle de tambouille, entre folk, musique africaine et pop anglo-saxonne. Sur le sublime Humbling Tides, il reprenait par exemple

Continuer à lire

Wiseman / Decouflé : «Désirs» partagés

SCENES | Danse & Cinéma / Dans son dernier documentaire, Frederick Wiseman s’immerge dans le Crazy Horse parisien au moment où Philippe Decouflé en prépare la nouvelle revue, Désirs. Un regard étonné sur cette institution vieillissante doublé d’un beau portrait du chorégraphe. Christophe Chabert

Dorotée Aznar | Vendredi 14 octobre 2011

Wiseman / Decouflé : «Désirs» partagés

Avant même de voir Crazy Horse, le documentaire que Frederick Wiseman consacre au cabaret parisien, le spectateur doit se confronter à ses propres clichés sur cette institution : une revue avec des danseuses nues, bourrée de poncifs sur la femme et sur la France, à l’érotisme chic et à la ringardise calibrée pour hommes d’affaire et touristes. Or, le film est l’histoire de son relooking ; Wiseman arrive au moment où Philippe Decouflé met au point une nouvelle revue, Désirs, la première depuis le décès du fondateur Alain Bernardin. En dix jours, tout le monde donne son accord et le tournage commence ; il durera trois mois, le cinéaste repartant avec 150 heures de rushs, qu’il mettra douze mois à regarder, trier, monter, pour aboutir à un film de 2 heures 15. Avec malice, Wiseman glisse la raison peut-être pas si futile de son intérêt : «J’avais remarqué que les femmes étaient très belles. C’est un bon sujet pour quelqu’un de mon âge [81 ans, NdlR].» L’art et le commerce C’est d’ailleurs par cela que le film débute : le corps des femmes, sublimés par les jeux de lumière inventés par Decouflé. Wiseman commence par les numéros ter

Continuer à lire

Deux visages de Neil Young

MUSIQUES | Cinéma / Deux films majeurs ont immortalisé les concerts de Neil Young : Year of the horse de Jim Jarmusch en 1997 et Heart of gold de Jonathan Demme dix (...)

Christophe Chabert | Vendredi 13 juin 2008

Deux visages de Neil Young

Cinéma / Deux films majeurs ont immortalisé les concerts de Neil Young : Year of the horse de Jim Jarmusch en 1997 et Heart of gold de Jonathan Demme dix ans plus tard. Pourtant, difficile de juxtaposer ces deux documentaires tant, à une décennie d’écart, ils dessinent deux visages complètement différents du musicien. Cela est sans doute lié à la personnalité des cinéastes qui le filment… Mais même Young, entre sa tournée marathon qui l’emmène à travers l’Europe et les États-Unis au mitan des années 90 et ce beau concert intimiste à Nashville donné quelque temps après la sortie de Prairie wind, est passé du stade de chien encore fou à celui de vieux sage. Year of the horse montre un Neil Young rock, entouré de son groupe (Crazy Horse), saisi en une multitude de fragments captés sur tous les supports d’images disponibles (Super 8, 16 mm, vidéo…), laissant la parole à ses collaborateurs… Jarmusch, fidèle à lui-même — mais aussi à Young, qui lui avait composé la musique de Dead Man, fondamentale pour la réussite du film — a écrit son documentaire comme un travelling latéral, une promenade avec Neil Young sur les routes et dans les salles, toujours en mouvement et dans l’action.

Continuer à lire