Orgie de sucre

MUSIQUES | Avec ses installations audio dernier cri, sa terrasse panoramique et ses ambitions next-gen, le Sucre s'est imposé en l'espace d'un demi-mois comme un incontournable de la vie nocturne lyonnaise. Une tendance que le reste de sa programmation estivale devrait confirmer. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Vendredi 12 juillet 2013

Ça ne pouvait pas ne pas marcher. Un club perché au sommet d'une friche industrielle devenue un haut lieu de l'art contemporain, cautionné par un all-star cast de DJs (Agoria, Laurent Garnier), d'entrepreneurs (Bruno Bonnell) et de médias (Libération y a organisé une sauterie pour son 10 000e numéro) et géré par l'équipe de Nuits Sonores... Non vraiment, quand bien même le quartier environnant est encore embryonnaire – la Confluence, désertée avec fracas par le cuistot étoilé Nicolas Le Bec et le galeriste Olivier Houg – ça ne pouvait pas ne pas marcher. Nulle surprise donc à ce que Le Sucre, par ailleurs caractérisé par une jauge respirable (800 places, alors que l'endroit peut théoriquement en accueillir le double) et un confort d'écoute sans équivalent de ce côté-ci du Rhin (le son est limpide, idéalement spatialisé et supportable), affiche depuis son ouverture fin juin un taux de remplissage limite indécent.

Signes avant-coureurs de diabète

On ne saurait donc trop vous conseiller de réserver au plus tôt vos places pour les nombreux rendez-vous électroniques de qualité qu'hébergera le lieu tout au long de l'été. En tête ceux des 19 et 26 juillet, qui verront le label Caramelo et l'énigmatique collectif trkpnp.pl inviter respectivement Black Jazz Consortium, le chef de file de la très suave et très patinée house new-yorkaise, et Milton Bradley, Berlinois produisant des techno tracks parmi les plus anxiogènes du moment. En août, au moins cinq dates méritent d'être retenues : le 2, marqué par la venue du radical Peter Van Hoesen (sur une soirée estampillée "Encore") ; le 16, qui correspond au deuxième anniversaire de nos visionnaires amis de CLFT (célébré en compagnie du Finlandais Samuli Kemppi) ; le 23, pour une nuit en forme de fondu au noir, avec la techno cinéphile des frangins Spitzer et la synth pop spleenétique de Yan Wagner ; le 30, quand, Ron Morelli, le boss du label new-yorkais L.I.E.S., l'un des plus défricheurs et atypiques du moment question musique à danser, répondra à l'invitation de Dolus & Dolus ; et enfin le 31 août, qui verra l'encapuchonné et survolté Danger mettre un terme à la sixième édition du Cruel Summer - cycle hebdomadaire de focus sur des structures locales auquel auront pris part cette année, entre autres, Insomnie Musique, Dawn Records, Bebup et Palma. Rien que ça. Et dire que la vraie inauguration du Sucre n'est que pour début septembre..


AF009 - CLFT 2 years anniversary

Samuli Kemppi + CLFT Militia
Le Sucre 49-50 quai Rambaud Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


AF010 - L.I.E.S. by Dolus & Dolus

Ron Morelli + Thug Tieg + Tête de Tigre + Solstice
Le Sucre 49-50 quai Rambaud Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Cruel summer X Final countdown

Danger + guest
Le Sucre 49-50 quai Rambaud Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

On commence par l'apéro au Transbo, on finit par rouler sur des patins

Les Bons Plans de la Semaine | Un bon plan par jour jusqu'à la rentrée : fuyez l'ennui, suivez le guide. Direction le Transbordeur mercredi soir pour la Summer Session du Petit Bulletin, on clôture ensuite le Bal des Fringants, avant un final endiablé dimanche sur des patins à roulettes.

La rédaction | Mercredi 4 juillet 2018

On commence par l'apéro au Transbo, on finit par rouler sur des patins

Mercredi 4 juillet - Summer Session L’apéro avec l’équipe du Petit Bulletin Chaque année, c’est désormais une tradition, toute l’équipe du Petit Bulletin vous convie à fêter son dernier numéro couvrant tout l’été (on sera de retour le 5 septembre) en sirotant quelques mojitos et mauresques au Transbordeur, où nous investissons la scène extérieure pour deux concerts de pépites à découvrir : Perez en premier lieu, qui vient de sortir son second album, où la pop électronisante du Bordelais enchante les fans de ce Daho post-house. Et en ouverture, on savourera le retour aux couleurs new wave tout aussi 80’s de la paire lyonnaise Spitzer. Il est probable que quelques membres de notre équipe se saisissent également des platines… On compte sur vous ! Au Transbordeur à 19h Jeudi 5 juillet - rock Dernière danse aux Fringants Un dernier bal comme une dernière danse. Le 6 juillet, comme nous vous l'annoncions le mois dernier, le Bal

Continuer à lire

Protomartyr de la cause

Rock | Dans une ville où le rock a toujours sonné différemment du reste de l'Amérique, Protomartyr fouille à grands coups de post-punk fracassant les décombres d'un Détroit économiquement rétamé. Et questionne, non sans émotion, la chute de l'Amérique toute entière dans les bras de Trump.

Stéphane Duchêne | Mardi 3 avril 2018

Protomartyr de la cause

Dans le documentaire de Jim Jarmusch Gimme Danger, Iggy Pop rappelait combien le son des Stooges avait été modelé par le vacarme de l'industrie locale alors florissante, et notamment le "mega-clang" des presses industrielles de la machinerie automobile, explosant par delà les murs des usines. C'est aussi le son de Détroit, sa rumeur, que l'on entend sur les disques post-punk de Protomartyr, gang du cru, dont la totalité des membres s'est retrouvé au chômage en un claquement de doigts dans cette cité déclarée officiellement en faillite – ce qui leur a permis de se consacrer à plein au groupe. À ceci près que cette rumeur, ce son originel, résonnent bien différemment. Figurant la bande-son d'une ville où le rêve américain se serait retourné comme une crêpe avant de s'étaler sur un sol en proie au chiendent comme symbole d'une misère devenue incontrôlable. Vérité Ici, les guitares de Greg Ahee pleurent des larmes d'acier fondu, quand elles ne hurlent pas comme le corps d'un supplicié, comme le fant

Continuer à lire

Le vinyle, c'est trop magique

Disquaire Day | Non, Corentin(e). La musique, ça n'a pas été que du streaming ou, au mieux, ces CD rayés qui traînent dans le break familial. Nous sommes partis en balade du côté des disquaires, un enfant sous le bras, à la découverte de ce continent musical inconnu des moins de 15 ans : le vinyle. Petite leçon d'histoire.

Antoine Allègre | Mardi 11 avril 2017

Le vinyle, c'est trop magique

Chez Émile Longtemps confiné au sous-sol d'un magasin de vêtements de la rue Constantine, Chez Émile a déménagé l'an passé à quelques mètres de la place Sathonay. Changement de décor mais pas de mentalité : on continue de trouver, sous les conseils avisés d'un staff prévenant, la meilleure sélection de wax typée techno et house de cette bonne vieille ville. « Que le petit n'hésite pas à jouer avec le pitch de la platine » nous glisse, amusé, un des tenanciers. Ce dernier a conseillé au petit de 6 ans la house de Buffet Froid : « idéale avant d'aller à l'école » et l'ambient de Gigi Masin, « parfait pour finir la journée en douceur. » Choix validés par le petit auditeur qui ne veut pas partir, les oreilles rivées au casque, les yeux collés au mouvement du disque. Chez Émile 38 rue Sergent Blandan, Lyon 1er Tél. 04 72 46 39 11 Ouvert du mardi au samedi de 12h à 20h30 Sofa Records Avec ses quelques 10 000 références, Sofa est le paradis du digging. 10 000 histoires à raconter

Continuer à lire

Lyon : Dangerhouse, l'ancien

Disquaire | Pas de Disquaire Day réussi sans un passage chez le mythique Dangerhouse.

Maxence Grugier | Mardi 5 avril 2016

Lyon : Dangerhouse, l'ancien

Lieu de culte pour tout amateur de musique qui se respecte, Dangerhouse est une institution. En plus de vingt-cinq ans d'existence, le magasin situé en presqu'île a largement eu le temps d'établir sa réputation : c'est le plus ancien actuellement en activité dans la catégorie disques neufs et d'occasions. Si le nom de l'établissement (hommage à un mythique label punk de Los Angeles) sonne "dangereusement" rock, vous ne trouverez pas uniquement des références de ce genre électrique — qui reste en bonne place, étant un pilier de la culture du propriétaire de la maison. Mais il partage généreusement ses bacs avec toutes sortes de musiques authentiques et vivantes, de l'easy listening à la soul, de l'afrobeat aux musiques de film. « Les seuls genres sur lesquels je ne me suis pas penché au magasin, ce sont l'électro et le rap. Pas que cela me déplaise, mais je n'ai clairement pas le temps avec tout ce qui existe parallèlement » explique le patron du lieu, Bruno Biedermann. Et il ajoute enthousiaste : « la musique aujourd'hui fait partie de notre histoire sociale. La plupa

Continuer à lire

Les soirées du 9 au 15 septembre

MUSIQUES | Trois RDV nocturnes à ne pas manquer : Ikonika à La Marquise, la première Ravesodie au Box Boys et N1L à l'Atelier Sumo.

Benjamin Mialot | Mercredi 9 septembre 2015

Les soirées du 9 au 15 septembre

11.09 Polaar Cette fois c'est la bonne : initialement annoncé pour la fin juin, le second volet de la déclinaison vinyle du Ritual de Flore sera disponible le 22 septembre. Et audible lors de la prochaine Polaar (à La Marquise), où la dame présentera également la nouvelle signature de son label, Hoodrat, jeune Lyonnais versé dans l'art rebondissant du Jersey club (du breakbeat à casquette snapback, en gros). Olive sur la pizza champignons-fromage, c'est la Londonienne Ikonika, égérie renfrognée de l'avant-garde bass music – grâce à son approche paradoxalement très candide de la mélodie – qui complète l'affiche.

Continuer à lire

Les soirées du 24 au 30 juin

MUSIQUES | Trois RDV nocturnes à ne pas manquer cette semaine : le coup d'envoi des Summer Sessions du Transbordeur, Joakim au Sucre et le Connection Festival. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 23 juin 2015

Les soirées du 24 au 30 juin

25.06 Tous en Tong birthday Cohérence estivale, quand tu nous tiens, ce sont les tôliers de l'émission radio Tous en Tong (diffusée sur la station viennoise C'rock Radio) qui donneront le coup d'envoi, forcément retentissant, des Summer Sessions du Transbordeur. Ils fêteront pour l'occasion leurs vingt ans de bons et loyaux et services envers la cause rock'n'roll avec un duel de one-man-punk-bands (Seb & The Rhâââ Dicks contre Pedro de la Hoya) qui promet de faire chauffer les cervicales ET les zygomatiques, et un concert de l'excellent trio liégeois Le Prince Harry, dépositaire d'un synthpunk hautement teigneux et camé.

Continuer à lire

Le Circuit Nuits Sonores 2015 en trois étapes

MUSIQUES | Trois étapes du Circuit Nuits Sonores à ne pas manquer : Warm Soda au Marché Gare, Blawan au Petit Salon et Somaticae au Sonic. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 12 mai 2015

Le Circuit Nuits Sonores 2015 en trois étapes

Étape 7 La musique à guitares n'ayant quasiment pas droit de cité dans la programmation "officielle" de Nuits Sonores cette année, c'est (notamment) du côté du Marché Gare qu'il faudra zoner pour se faire un fix d'électricité. Á l'affiche : le blues à seize chevaux-vapeur d'Harold Martinez, le post-punk du troisième type (et à effets secondaires) de I Love UFO et, surtout, le garage à moustaches et frisottis 70's de Warm Soda – emmené par l'ex Bare Wires Matthew Melton, proche du regretté Jay Reatard. Et Maria Rockmore, la plus rock'n'roll des selectas à chromosomes XX – aucun rapport avec le bon Jamie.

Continuer à lire

Insomniaque - Semaines du 4 au 17 février

MUSIQUES | Trois RDV nocturnes à ne pas manquer d'ici la mi-février : Superpoze au Sucre, Marcellus Pittman au Petit Salon et Ron Morelli à la Plateforme. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 3 février 2015

Insomniaque - Semaines du 4 au 17 février

06.02 Superpoze + Tokimonsta Superpoze ne tape pas sur des bambous mais sur des MPC, et c'est numéro un quand même. Du moins ce le sera quand ce jeune Caennais, révélé en 2012 par un mémento d'abstract hip-hop bienheureux (The Iceland Song, comme du Roudoudou retravaillé par Bonobo), se décidera à sortir son premier album. Pour l'heure, c'est fort de deux épatants EPs que ce fan avéré de Shigeto se produira au Sucre – au côté, d'ailleurs, d'une autre figure asiatico-américaine du beatmaking : l'enchanteresse de buildings Tokimonsta, à laquelle il dédicacera sans doute son sifflotant Monsta Mash. 07.02 Art Feast presents... A Detroit, tout marche par trois. Forcément. Ainsi des Bell

Continuer à lire

Insomniaque - Semaine du 7 au 13 janvier

MUSIQUES | Trois RDV nocturnes à ne pas manquer cette semaine : Max Cooper au Sucre, Dasha Rush et Randomer au Club Transbo et Milton Bradley à la Plateforme. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 6 janvier 2015

Insomniaque - Semaine du 7 au 13 janvier

09.01 Max Cooper L'Irlandais Max Cooper est une sorte de Musée des confluences à lui tout seul : montée sur ressorts scientifiques – il n'est pas diplômé en biologie computationnelle pour rien – et bruissante de micro-organismes en tous genres, son electronica s'écoute comme un palpitant récit fondateur – en particulier sur son premier long, baptisé avec autant d'ambition que de pudeur Human. C'est déjà une raison suffisante d'aller à sa rencontre au Sucre. En voici tout de même une autre pour la route : sa musique a été l'une des grandes influences de l'éblouissant dernier album d'Ez3kiel. 10.01 Encore Pour son deuxième anniversaire – car oui, il ne fête pas que celui des autres –, le collectif Encore ne se refuse rien, i

Continuer à lire

Insomniaque - Soirées du 19 au 25 novembre

MUSIQUES | Trois RDV nocturnes à ne pas manquer cette semaine : le lancement du magazine "Sottises", Rrose au DV1 et Fred P au Sucre. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 18 novembre 2014

Insomniaque - Soirées du 19 au 25 novembre

20.11 Rrose 1920 : Marcel Duchamp s'invente un alter ego féminin chapeauté, Rrose Sélavy. Un demi-siècle plus tard, un mystérieux Californien lui emboîte le pas. A la différence que ce ne sont pas des aphorismes érotiques que Rrose conçoit dans le secret de sa frange, mais des chefs-d’œuvre de techno mercuriale – en cela qu'ils n'ont de cesse, de ramdams métalliques en textures sonnantes non identifiées, de monter en puissance et en sophistication, jusqu'à menacer de vous faire imploser la fiole façon Scanners. Non, il ne touchera pas non plus aux pissotières du DV1. 21.11 The Cosmic Adventure Que la nature ait horreur du vide, le New-yorkais Fred P n'en a rien à secouer. Au contraire : c'est parce qu'il est resté fidèle aux fondamentaux de la deep (intériorisation, simplicité), non sans les nimber d'une noirceur lo-

Continuer à lire

5 soirées à suivre

MUSIQUES | Chaque semaine à Lyon, on dénombre plus de soirées électro que d'occurrences du mot fuck dans une minute du Loup de Wall Street (soit pas moins de neuf). Histoire d'y voir plus clair, voici les habitués de notre rubrique Insomniaque qui affichent les line-ups de rentrée les plus excitants. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 23 septembre 2014

5 soirées à suivre

We Are Reality A l'heure où des scientifiques étudient sérieusement la possibilité que notre réalité ne soit qu'une simulation informatique, le Sucre s'impose avec ce rendez-vous bi-mensuel comme l'endroit où garder les pieds sur terre. Difficile en effet de faire plus concret que la techno promue par We Are Reality, dont le casting a cet automne, entre les retours du maestro Carl Craig (19 octobre, avec le cogneur britannique Boddika) et des figures de proue du Berghain (Ben Klock le 5 octobre, Marcel Dettman le 2 novembre), des airs de who's who. A ne pas manquer également, un détour house par la case Innervisions avec ses fondateurs, Dixon

Continuer à lire

Le Sucre, notre ami d'en haut

MUSIQUES | Son premier anniversaire tout juste révolu, le Sucre passe à l'heure d'été avec un programme à trois entrées qui va vous faire voir (ou plutôt entendre) du pays. Embarquement immédiat. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 15 juillet 2014

Le Sucre, notre ami d'en haut

Rarement rédacteurs du Petit Bulletin furent autant humiliés que lors du tournoi de ping-pong qui rythma l'été inaugural du Sucre. Inutile, donc, d'espérer profiter de sa deuxième édition pour nous la mettre façon Jean-Philippe Gatien : cette année, ce sera sans nous. Ce ne sont heureusement pas les meilleures raisons qui manqueront d'escalader le rooftop dans les semaines qui viennent. Elles sont même au nombre d'un multiple de trois, son programme estival se découpant en une triplette de cycles thématiques.   Le premier, élaboré avec Rinse FM – radio londonienne naguère pirate qui fut aux premières loges de l'avènement de la bass music – se présente comme un recensement des individus qui, demain, sans doute, constitueront les points cardinaux de la scène électronique lyonnaise. Parmi eux, des disquaires (Sofa Records le 24 juillet, Groovedge le 7 août, Chez Émile le 14), des collectifs qui n'ont déjà plus grand chose à prouver (à l'instar du Palma Sound System, le 31 juillet, ou du

Continuer à lire

L'électro à la fête

MUSIQUES | Bichonnée par la ville, promue par un nombre croissant d'associations, la musique électronique se taille une nouvelle fois la part de Lyon. Revue des troupes. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 17 juin 2014

L'électro à la fête

Dans la plupart des communes françaises, la Fête de la musique ressemble à l'idée qu'en donne PunkÀChier, trio parisien qui, quand il n'éructe pas «Fête de la musique de merde !» pendant quatre minutes, retravaille au cutter rouillé des chansons des Spice Girls et Mylène Farmer. Rien à voir avec Lyon donc, où l'événement est une vraie occasion de faire le point sur les musiciens qui, demain, peut-être, écriront des morceaux à la gloire de Lyon pour faire croire qu'ils n'ont pas oublié d'où ils viennent, et sur ceux qui, en attendant, les aide à se faire un nom épelable au-delà de ses collines. Dans le microcosme de la musique électronique, ces deux catégories de personne ont tendance à se confondre. Ainsi, par exemple, du Haste Crew, qui se produira sur la scène programmée par Basse Résolution place Jean Jaurès (on y verra aussi l'intrépide CLFT Militia et Leome), avant de rendre la p

Continuer à lire

Insomniaque - Semaine du 4 au 10 juin

MUSIQUES | Trois RDV nocturnes à ne pas manquer cette semaine : James Murphy au Sucre, le Festival All Together et la deuxième 45°N x 4.85°E. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 3 juin 2014

Insomniaque - Semaine du 4 au 10 juin

08.06 Reality Avec LCD Soundsystem James Murphy a, en trois albums d'une classe typiquement new-yorkaise et un concert d'adieu plus proche d'un enterrement de vie de garçon que d'une mise en bière, redonné un coup de lustre aux tunnels creusés de garages en clubs par ses compatriotes des Talking Heads. En solo, quand son éternel regard hébété ne sublime pas les productions d'autres pointures indé (comme le Reflektor d'Arcade Fire dernièrement), il est un DJ d'un redoutable bon goût. On a pu le constater à Nuits Sonores en 2012. On pourra le vérifier au Sucre ce dimanche. 08.06 F.A.T. Lyon 2014 La Holi a la cote en ce moment : deux semaines avant Les Invites, c'est au tour du Festival All Together – événement littéralement œcuménique, puisqu'il est le fait d'un mouvement interreligieux – de s'appuyer sur une bataille de pigments inspirée par cette tradition indienne. Celle-ci, qui se déroulera au

Continuer à lire

L'été au Sucre

ACTUS | Sa pré-ouverture fut le fil rouge de l'été 2013, sa programmation pour celui de 2014 aura plutôt l'épaisseur d'un câble sous-marin. On parle bien sûr du Sucre, dont la programmation pour les beaux jours vient d'être dévoilée. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que cela ça s'annonce très chaud. Pauline Lambert

Benjamin Mialot | Mardi 27 mai 2014

L'été au Sucre

Du mercredi 3 juillet au dimanche 7 septembre, le rooftop de la Confluence, fidèle à sa volonté d'être un lieu à la fois musical et ludique, consacrera pour commencer chaque mercredi soir à un tournoi de ping-pong. Le jeudi, lui, sous pavillon de l'antenne française de l'ex-radio pirate londonienne Rinse FM, fera la part belle aux disquaires (Sofa le 24 juillet, Groovedge le 7 août, Chez Emile le 14...), DJs (Palma Sound System le 31 juillet, Perrine le 21 août, la team Macadam Mambo le 28...) et initiatives (comme le Rumble Festival, qui fera étape le 10 juillet) lyonnaises qui rythment la vie électronique de la ville.   L'exploration des cultures électroniques se poursuivra avec un véritable "Tour de France" des labels français qui montent le vendredi (de Versatile avec Étienne Jaumet le 4 juillet à Construct Re-Form avec An

Continuer à lire

Nuits Sonores 2013 - Jour 4

MUSIQUES | Nuits Sonores, c'est terminé. Déjà ? Déjà. A se demander si un an d'attente pour quatre jours de réjouissances, ce n'est pas un peu cher payé. Au vue de la somme de glorieux souvenirs que nous avons emmagasinés lors de la dernière journée de cette édition 2013, on peut vous affirmer que ça ne l'est pas. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Dimanche 12 mai 2013

Nuits Sonores 2013 - Jour 4

N'eut été la présence de Tale of Us et des Raveonettes à son générique, nous n'aurions sans doute pas mis les pieds au quatrième NS Days, histoire de rassembler le peu de forces encore à notre disposition avant le bouquet final. Sans surprise, nous l'aurions amèrement regretté. Car si le duo italien a signé un set à la hauteur de sa précédente prestation lyonnaise (un mix marathon de 4h au Club Transbo en décembre dernier) et si la loud pop spectorienne du duo danois a été au cœur de l'un des concerts les plus troublants – de sensualité et de puissance - de cette édition, c'est un quasi-inconnu qui a livré la prestation la plus inattendue : Squeaky Lobster, producteur bruxellois dont l'abstract hip hop kaléidoscopique, à défaut d'avoir emporté l'adhésion de l'audience, nous a pour notre part durablement scotché. Les "Lee Hazlewooderies" saturées des Liminanas, le rock'n'roll high energy des Mojomatics et les collisions métalliques de The Hacker (qui a remplacé à la dernière minute le pauvr

Continuer à lire

Quand la ville gronde

MUSIQUES | Ne jamais employer l'expression "envoyer du gros". C'est l'une des règles élémentaires du journalisme musical. Comme toutes les règles, elle a son exception : on peut y recourir pour parler de bass music, cette frange souterraine et tonitruante des cultures électroniques, et des événements qui la promeuvent, à l'image de l'impeccable Rumble Festival. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Vendredi 1 mars 2013

Quand la ville gronde

La scène se déroule au printemps 2003, à Clermont-Ferrand. Ce soir-là, la Coopérative de Mai accueille Fred Avril, compositeur de musiques de film dont la carrière pop fut aussi honnête qu'éphémère. Sa prestation, elle, n'a rien d'extraordinaire et le public le fait savoir en éclusant bruyamment ses bières. Soudain, il se saisit d'un potard géant et le tourne d'un cran. Un monstrueux bourdonnement s'échappe des enceintes. Silence dans la salle. Les vêtements se décollent des peaux comme des masques peel off. Il le tourne d'un cran supplémentaire. Les cages thoraciques résonnent au point qu'on ne s'entend plus battre du cœur. Encore un cran. La situation devient limite supportable. Avril reprend son set. Soulagement et déception dans l'assistance, encore saisie de cette impression unique d'être à la fois en pleine conscience de soi et sur le point d'exploser tel un œuf dans un micro-ondes. Impression qu'une seule musique nous aura fait éprouver depuis : la bass music. Marée de basses Autant dire que nous n'étions pas les derniers à nous réjouir lorsque, en 2011, est né le Rumble Festival, événement tout entier consacré à cette appellation d'ori

Continuer à lire

Nuits Sonores 2013 - La prog de nuit

MUSIQUES | Au moment de lever le voile sur le volet diurne de Nuits Sonores 2013, les équipes d'Arty Farty étaient si ric-rac que c'est avec des valises oculaires éligibles à une "franchise bagages supplémentaires" qu'elles ont animé la conférence de presse correspondante. Cette fois, elles étaient en avance : censée tomber jeudi 21 février, la programmation nocturne de la onzième édition du festival a été révélée la veille, le teint frais et le sourire franc. La voici.

Benjamin Mialot | Mercredi 20 février 2013

Nuits Sonores 2013 - La prog de nuit

Editorialisation. Tel est, plus encore que pour les éditions précédentes, le maître-mot de cette onzième édition de Nuits Sonores. On a pu le vérifier avec les NS Days et leurs scènes labellisées (une portant l'emblème de la bible en ligne Resident Advisor, une sponsorisée par la Red Bull Music Academy et une consacrée à la carte blanche à Bruxelles), c'est au tour des Nuits, sises comme l'an passé (mais pour la dernière fois) aux anciennes usines Brossette et organisées, toujours comme l'an passé, en trois scènes aux dimensions décroissantes, de se faire l'écho de ce souci de cohérence. Qui par le biais d'un partenariat avec un festival, qui via un regroupement géographique, qui à la faveur d'une délégation d'une partie de la fonction de curateur à un artiste. Au-delà de ce qu'elle induit en termes de mise en réseau et d'image, la démarche aboutit sur un net renouvellement de la proposition artistique formulée par Arty Farty : cette année, les big names se comptent sur les doigts de la main, la programmation s'équilibrant entre pointures discrètes et nouveaux venus en pleine bourre.A cette aune, on attend beauco

Continuer à lire

En quatre lettres, y a pas mieux

MUSIQUES | Depuis 1991, l’hôpital psychiatrique de Buenos Aires possède sa propre radio, La Colifata. Elle émet une fois par semaine, fonctionne sur le mode de l'open mic, mais ne peut être captée qu'à quelques centaines de mètres à la ronde. Pas grave. Car nous, depuis 2011, nous avons CLFT, une entreprise technophile follement ambitieuse et dont les ondes se jouent des frontières avec la prestesse d'un nuage radioactif. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Jeudi 20 septembre 2012

En quatre lettres, y a pas mieux

Dans l'imaginaire collectif, un journaliste a sous les yeux des bagages surtaxés et dans le sang assez de caféine pour rendre famélique Manuel Uribe (590 kg, record du monde), vit retranché dans une chambre de bonne et n'en sort que pour côtoyer des êtres d'exception (ou pour se faire séquestrer dans une cave par le mec sur lequel il se renseigne, merci Stieg Larsson). Et bien tout ça, en vérité nous vous le disons, c'est du gros bullshit. En tout cas en ce qui concerne la supposée puissance dialectique de nos interlocuteurs. La plupart des acteurs du milieu musical, par exemple, n'ont pas grand-chose à raconter, si ce n'est quelques banalités relatives à leur soi-disant ouverture d'esprit et à leur prétendue volonté de ne pas se répéter. Bien sûr, il y a des exceptions. JNPLSRC et MARCALB, les fondateurs de l'association CLFT, dont l'objet est l'élargissement du cercle d'écoute de la techno, en sont deux belles. On a même du les interviewer deux fois pour être sûrs de bien cerner leurs aspirations et leur éthique. En avoir (du chien) ou pas Cela ne tient pas (uniquement) au fait que la première session s'est déroulée autour d'une bonn

Continuer à lire

Face 2 Boucle

MUSIQUES | Début des années 2000 : Spitzer commence à s’intéresser au mélange électro-rock grâce à l’album de Radiohead «Kid A». Septembre 2012 : Spitzer sort son premier album, «The Call», qui brille entre autres par la présence de la chanteuse Kid A. Serait-ce ce qui s’appelle boucler la boucle ? Stéphanie Lopez

Stéphanie Lopez | Vendredi 31 août 2012

Face 2 Boucle

Le parcours de Spitzer est pétri d’ironie : ils sortent cette semaine un fantastique album d’électro alors qu’ils ont longtemps craché sur les BPM, ils gardent une culture punk mais ont explosé grâce à un remix pour Kylie Minogue, ils vivent à Lyon mais ont rencontré Agoria – qui les a signés sur son label InFiné – à Shanghai ! Autant de paradoxes qui, au fil des années, ont façonné la singularité du son Spitzer : un son qui porte haut cette double culture rock/électro. Car avant de mûrir cette techno serpentine aux claviers contorsionnistes, l’univers des deux frères n’était pas aussi souple. Tout en mode binaire, Damien et Matthieu ont d’abord honoré l’héritage rock’n’roll de leur père (grand mélomane et batteur amateur) en consacrant leurs années teenage au groupe Larsen : l’un à la guitare et l’autre à la batterie. Le groupe splitte mais les frangins sont bien décidés à continuer la musique. Ils investissent alors dans le matériel nécessaire pour transformer en home studio leur appart de la Guillotière. Problème : «À cette époque, confie Damien, non seulement on ne connaissait rien à l’électro, mais en plus on dénigrait les gars qui en faisaie

Continuer à lire

Cool summer

MUSIQUES | Dans les pochettes-surprises, vous le savez, on ne trouve ni permis de conduire ni diplôme. Pas plus que dans les paquets de lessive ou les boîtes de (...)

Benjamin Mialot | Vendredi 1 juin 2012

Cool summer

Dans les pochettes-surprises, vous le savez, on ne trouve ni permis de conduire ni diplôme. Pas plus que dans les paquets de lessive ou les boîtes de céréales anglo-saxonnes. On y trouve en revanche des friandises, des jouets, des articles de fête et, depuis début 2010, le meilleur de la pop électronique. En tout cas dans celles éditées sous forme de compilations par deBonton, jeune label parisien dont les plus remarquables prospects se nomment Sydney Valette (le chaînon manquant entre la new wave parfum lose de Taxi Girl et les bangers pixelisés de petits génies de la demoscene) et Yan Wagner (lui, c'est entre la synthpop charmeuse d’Étienne Daho et la techno de Détroit). Fondé par trois exhibitionnistes kiffant «les synthés, les discos, les émotions, les drums, et les mélodies», il présentera sa dernière trouvaille jeudi 7 juin au DV1 : Chevalier Avant Garde, fascinant duo canadien pour lequel un synthétiseur est, comme chez John Maus ou Thieves Like Us (une autre signature maison), autant source de grâce qu

Continuer à lire

La grande bouffe

MUSIQUES | On savait le label Gourmet Recordingz du genre à ne rien faire comme les autres. Par exemple, naître en plein acmé de la crise du disque pour servir (...)

Benjamin Mialot | Vendredi 1 juin 2012

La grande bouffe

On savait le label Gourmet Recordingz du genre à ne rien faire comme les autres. Par exemple, naître en plein acmé de la crise du disque pour servir d'arrière-cuisine autoproductive à un groupe d'electro hip-hop savoureusement bouffon (Les Gourmets, of course) avant de, à peine un an plus tard, débuter l’élaboration de l'un de ces pieux et panachés catalogues dont la frange indépendante de l'industrie est féconde (on avoue un faible pour le chiptuner 2080 et pour les folkeuses barely legal de Jüne). On le savait du genre à ne rien faire comme les autres, mais à ce point... C'est vrai quoi, vous en connaissez beaucoup vous, des structures qui fêtent leurs sept ans en organisant une soirée toute entière dédiée à leurs compagnons de galère ? Avouez qu'il y a là de quoi réveiller Pierre Bourdieu et lui inspirer un addendum à La Distinction. Critique sociale du jugement. Surtout de quoi le réveiller en fait, ladite soirée affichant une programmation très Future sound of Lyon, pour reprendre le nom de l'une des scènes les plus excitantes de la dernière édition de Nuits sonores. Le Blogg, spacieux caf'conc' inauguré l'hiver dernier,

Continuer à lire

Nuits sonores 2012 – Mercredi 16 mai - Report

MUSIQUES | Sept lieux, six sessions de 9h de live, trois concerts spéciaux. Il fallait bien ça pour fêter les dix ans de Nuits sonores, fleuron européen de la musique électronique (et plus si affinités). Compte-rendu du jour 1. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Jeudi 17 mai 2012

Nuits sonores 2012 – Mercredi 16 mai - Report

D'ordinaire, au réveil, les deux premiers mots qui se forment dans notre tête sont «pipi» et «Nutella». Ce matin, lendemain de Nuits sonores oblige, ils ont laissé la place à «wow» et «putain». Comme dans «wow putain ce bourdonnement, j'ai l'impression d'avoir servi de diapason à une chorale de géants». Considérant la façon dont un Dj s'adapte aux convulsions de son audience et le nombre de pointures des platines composant l'affiche de cette dixième édition du festival, la comparaison n'est pas anodine. Putain d'usine ?   Et elle n'est, contrairement à ce que l'on craignait, pas corrélée à la sonorisation des lieux. Oh bien sûr, les anciennes usines Brossette, bien qu'en bonne place pour décrocher le titre d'espace le plus impressionnant jamais investi par Nuits sonores, ne se prêtent pas tellement, réverbération métallique oblige, à des prestations un tant soit peu orchestrales. Ce n'est d

Continuer à lire

Droit de ciné

ECRANS | Les Rencontres Droit, justice et cinéma organisées par l’Université Lyon 3 et le Barreau de Lyon entrent cette année dans leur troisième édition. Ils convient à (...)

Christophe Chabert | Vendredi 2 mars 2012

Droit de ciné

Les Rencontres Droit, justice et cinéma organisées par l’Université Lyon 3 et le Barreau de Lyon entrent cette année dans leur troisième édition. Ils convient à cette occasion Yves Boisset, en pleine promo de son livre de souvenirs. Celui-ci présentera le 12 mars à l’Institut Lumière Le Prix du danger, où le cinéaste imaginait les dérives de la télévision spectacle à travers une fable d’anticipation au cachet très années 80. Bon, allez, on ne va pas mentir, Michel Piccoli en Drucker faisant lui-même les slogans des sponsors de l’émission ou Gérard Lanvin lançant des «bande d’enculés» dans tous les sens, c’est plus drôle qu’angoissant, et c’est ce qui arrive quand des films font passer leur discours avant leur mise en scène. Par ailleurs, Yves Boisset a choisi pour ces rencontres deux immenses films du non moins immense Sidney Lumet, Douze hommes en colère (le 13 mars au Comœdia) et Le Verdict (le 15 au même endroit), qui prouvent qu’on peut avoir un point de vue sur des grands sujets (la justice, ici) et les traduire par de vrais choix de cinéma. On ne sait

Continuer à lire

A dangerous method

ECRANS | La rivalité entre Freud et son disciple Carl Gustav Jung, un sujet complexe mais idéal pour David Cronenberg, qu’il rend passionnant pendant 45 minutes, avant de laisser la main à son scénariste, l’académique Christopher Hampton. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 14 décembre 2011

A dangerous method

Au détour d’une séquence de séduction entre Sabina Spielrein (Keira Knightley, qui donne beaucoup d’elle-même à ce personnage de femme hystérique découvrant la nature sexuelle de son mal) et Carl Gustav Jung (Michael Fassbender, loin de l’animalité de Shame, comme cherchant à déchirer le corset moral qui l’enserre), celle-ci lui dit : «Dans chaque homme, il y a une part féminine». L’admirateur de David Cronenberg saisit instantanément ce qui renvoie à l’œuvre du cinéaste canadien : la sexualité comme révélateur de la confusion des genres. A dangerous method raconte le conflit entre Freud, qui pense que tout est explicable par la nature libidinale des êtres, et Jung, qui croit que certains phénomènes proviennent d’un inconscient collectif. Mais il dit aussi qu’il y a une part d’inexplicable dans le désir et que la chair prend toujours le dessus sur le cerveau. Malaise dans la civilisation Comment raconter cette rivalité intellectuelle sans s’empêtrer dans des couches de dialogues explicatifs ? Cronenberg trouve de belles parades à cet écueil : par la mise en scène, comme lors de ce passage remarquable où le dispositif d’analyse inventé par Jung

Continuer à lire

BAIN D’ACIDE

MUSIQUES | Pour découvrir le nouveau live de Danger et le premier album d’Acid Washed, rendez-vous à La Plateforme vendredi 26 mars, le temps d’un Écho Sonore qui (...)

Dorotée Aznar | Vendredi 19 mars 2010

BAIN D’ACIDE

Pour découvrir le nouveau live de Danger et le premier album d’Acid Washed, rendez-vous à La Plateforme vendredi 26 mars, le temps d’un Écho Sonore qui promet sa dernière «wildnight» printanière avant le festival. La présence d’Acid Washed semblant toute indiquée pour faire le lien entre Jean-Michel Jarre (si vous l’avez loupé) et le plateau éminemment techno qui nous attend la Nuit 1, on gardera le rythme en allant se trémousser sur les scintillants synthés de Richard D’Alpert et Andrew Claristidge, garants d’une électro-pop pimpante, au peps acidulé.

Continuer à lire

Spitz Fire

MUSIQUES | Enfants du rock, les frères Bregere (Matthieu l'aîné, Damien le cadet) ont longtemps cru que seuls les instruments pouvaient faire danser les cœurs. En se frottant d'abord timidement à l'électro, ils découvrent un monde fascinant. Ils se font désormais appeler Spitzer et livrent des lives techno absolument explosifs. Antoine Allegre

Jerôme Dittmar | Vendredi 11 juillet 2008

Spitz Fire

"On n'a pas eu des parents réac'. Ils nous ont toujours dit de faire des études. Mais, à aucun moment, ils nous ont empêché de faire de la musique". Les frangins Matthieu et Damien Bregere, plus connus sous le nom Spitzer, ont eu pas mal de chance. "On a un père admiratif de la vie de musicien (…) Ses yeux ont pétillé quand il a vu notre nom apposé sur le remix de Kylie Minogue", déclare fièrement Damien, le plus jeune. Originaire de la région parisienne, le clan débarque à Lyon il y a onze ans "le coup classique de la mutation paternelle". Les deux frères ont déjà pas mal d'années de solfège et une tripotée de cours au conservatoire derrière eux. "Quand on est arrivé ici, on a arrêté le classique". Leur truc, c'est le rock'n'roll. Matthieu prévient son interlocuteur : "il faut écrire en gras le nom des Gun's N' Roses". Ils forment leur premier groupe, Larsen. D'abord grunge sur le tard, leur aventure prend des contours pop-rock dans la droite lignée des Radiohead et des Smashing Pumpkins. La musique électronique à l'époque ? Damien : "on l'ignorait, on ne savait limite pas que ça existait". Matthieu : "on se considérait

Continuer à lire

Danger, haut voltage

MUSIQUES | Plusieurs personnalités artistiques cohabitent chez Franck Rivoire : un musicien à l'univers foisonnant, un graphiste habité et un adolescent féru de jeux-vidéos. En regroupant les trois, il se fait appeler Danger, avance masqué et génère un buzz énorme partout où il passe. Antoine Allegre

Jerôme Dittmar | Lundi 30 juin 2008

Danger, haut voltage

Franck Rivoire est un tantinet jet-lagé. La semaine dernière, celui qui se fait appeler Danger sur scène a joué deux fois à New York dont une date au mythique Webster Hall, impressionnant club sur plusieurs étages où Al Capone avait ses petites habitudes nocturnes. C'est désormais la branchaga new-yorkaise qui squatte les bancs de ce lieu où Danger a livré chaud son live de haute volée à une foule comme happée par ses atmosphères étouffantes et rassérénées. C'est désormais plus qu'un océan qui le sépare de son enfance à la cambrousse, du côté de Saint-Chamond à quelques encablures de Saint-Étienne. "Une jeunesse sans scooter, ni jogging Ellesse", se plaît-il à dire. Pour être cool, "j'ai été obligé de faire de la musique". Ce gamin réservé découvre d'abord la musique grâce aux bandes originales de films et aux thèmes de jeux vidéos. "J'aime le concept du jeu vidéo : être seul dans sa chambre, être l'unique maître à bord". Manette de Megadrive en pogne, il s'évade, subjugué par les ritournelles entêtantes de ces premières aventures en 8-bits aux couleurs baveuses. Après huit années de solfège et des études de saxophone, il laisse tomber

Continuer à lire