Gaffer Fest - De la chimie et du bruit

MUSIQUES | Franck Garcia, directeur du label de musique expérimentale Gaffer Records, souffle cette semaine au Périscope la quatrième bougie de son festival maison, le Gaffer Fest. L'occasion de revenir sur son activité de défricheur sonore. Térence Caron

Benjamin Mialot | Jeudi 3 octobre 2013

Franck Garcia, alias Franck Gaffer, est un des acteurs importants, un pilier même, de la scène musicale underground lyonnaise. Organisateur de concerts (à Grrrnd Zero, au Sonic, au Périscope), batteur fou au sein de Sheik Anorak, guitariste crasseux chez Neige Morte, il est aussi le fondateur du label Gaffer Records, qui fait le bonheur des fans de musique expérimentale, violente, étrange, barrée, à Lyon et au-delà. Gaffer Records, c'est une histoire qui débute en 2004 sur un prétexte simple comme un larsen bien placé: «J'avais mon premier groupe sérieux, Socrates, un duo basse-batterie noise rock, et dix titres enregistrés. Au lieu de chercher pendant des semaines un label, on a décidé d'en créer un». Pour le nom Gaffer, l'anecdote est également de mise : «J'avais un pote anglais qui entrainait une équipe de foot, son surnom c'était Gaffer, on a monté le truc ensemble et on s'est dit que ça sonnait bien». Gaffer étant un homme occupé (petit boulots, projets musicaux variés), l'expérience aurait pu s'en tenir à l'auto-production, mais c'était sans compter les nombreux amis et «potes de potes» qui voguaient la même galère: «Notre deuxième sortie, c'était un split avec des potes, des groupes étrangers dans le genre screamo, Violent Breakfast, El Eje del Mal, Shooting Victor Francis. On a sorti ensuite leurs disques respectifs et d'autres projets de gens que je connaissais».

 

Déviances et découvertes

 

Une bouée de sauvetage qui ne tarde pas à changer de direction : «Au bout d'une dizaine d'albums, j'ai changé ma méthode et j'ai fais mes choix par rapport à la qualité des disques plutôt que pour rendre service. Maintenant, je signe des groupes dont j'aime la musique profondément, même si ce sont des connards !». Depuis, au cours de ses tournées avec Sheik Anorak, Neige Morte, Socrates, et ses nombreuses autres formations de musique déviante, il découvre et réussit à convaincre des groupes de rejoindre son écurie : «Je démarche les gens spontanément, quand je les croise ou par e-mail. Matt Gustavson, Police in love, d'anciens membres de The Ex, je les ai tous contactés comme ça». Des groupes au son difficile d'accès, mais le Lyonnais né à la Croix-Rousse ne se veut pas sectaire, lui qui aime basculer entre les genres : «Il y a une ligne artistique, mais elle n'est pas clairement définie. Je peux sortir un groupe de pop, mais il faut qu'il y ait cette dimension déviante, improvisée, noisy. En tout cas, je n'ai pas de préjugé et j'écoute tout ce que je reçois, ça me prend d'ailleurs beaucoup de temps».

 

Do it yourself


Du temps, le patron de Gaffer Records en a peu à la fin de sa semaine : en sus de son travail dans des laboratoires d'analyse (il est diplômé en biochimie et en anglais), il passe un DUT chimie en cours du soir, répète avec Neige Morte (noise metal), Kanine (free jazz), Sheik Anorak (solo math rock), et gère le pressage et la distribution des disques de ses artistes. Gaffer Records, c'est en fait l'histoire d'un seul homme : «Je n'ai pas de salarié, donc je dois tout faire. Je n'ai aucun accord avec des distributeurs, même s'il m'arrive de travailler avec des disquaires comme Le Souffle Continu à Paris ou Tiger à Oslo. Autrement, tout se passe par le site, je m'occupe de tous les envois par La Poste, et j'embarque un sac avec une grosse partie des références du label quand je vais en tournée». Et lorsqu'on lui demande s'il compte un jour gagner sa vie avec ce système, il décoche un sourire : «Pas du tout, c'est plus un gouffre qu'autre chose. Chaque mois je mets de coté une partie de ma paye pour le label. Mais l'important c'est que ça me passionne et ça fait dix ans que ça dure».

 

 

No Future ?


L'avenir, Gaffer le voit dans un label qui reste sûr de ses acquis et qui ne tente pas le diable avec trop d'ambition : «Je pourrais avoir une structure plus professionnelle, pour presser plus de disques, embaucher quelqu'un pour la distribution, mais je ne me fais aucune illusion. Ce type de musique n'intéresse pas le grand public et il me sera impossible d'en vivre». En toile de fond, il y a surtout sa volonté d'indépendance, qui reste le nerf de la guerre pour ce micro-label : «Je veux que ça reste authentique, pouvoir décider d'un jour à l'autre de sortir le vinyle d'un groupe que je viens de découvrir, sans avoir à rendre de comptes. Je ne veux pas perdre les pédales par rapport à ça». Une liberté qui lui permet de publier cet automne quatre nouveaux albums de groupes aussi atypiques que les Allemands noisy de Dead Neanderthals et les droneux suédois de KNYST!. La quatrième édition du Gaffer Fest (les 10, 11 et 12 octobre au Périscope) sera l'occasion de découvrir tout ce petit monde bruyant et défricheur.


Gaffer Fest
Au Périscope, les 10, 11 et 12 octobre


Gaffer fest 1

Dead Neanderthals & Colin Webster (free jazz) + Nick Millevoi (guitar solo / drone) + Knyst ! (free jazz) + SEC & Olivier Di Placido (duo noise)
Le Périscope 13 rue Delandine Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Gaffer fest 2

Gruntvig workshops (ateliers impro / echanges européens) + Cougar Discipline (free rock) + Rodolphe Loubatière & Pierce Warnecke (duo drone/ solo snare) + The Ames Room (free Jazz hypnotique)
Le Périscope 13 rue Delandine Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Gaffer fest 3

Kaumwald (ambient electro) + Judas Donneger (cold wave) + Kanine & Mario Rechtern (free Jazz sauvage) + NMO (drone/ noise)
Le Périscope 13 rue Delandine Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

10 concerts à ne pas manquer en décembre

MUSIQUES | Votre calendrier en décembre est déjà bien rempli ? Nul doute que vous trouverez une petite place pour ces dix concerts immanquables.

Gabriel Cnudde | Vendredi 2 décembre 2016

10 concerts à ne pas manquer en décembre

Oxia Dans le cadre du festival Elekt’rhône, Oxia viendra faire danser le Petit Salon en début de mois. Incontournable derrière les platines de la région, le Grenoblois propose depuis plus de dix ans une techno en perpétuelle évolution. Agrémentant ses tracks de funk, de rythmes tribaux ou proposant une techno minimale dans la plus pure tradition du genre, Oxia a toujours su utiliser la bonne recette au bon moment. Au Petit Salon le vendredi 2 décembre Benjamin Biolay Après avoir passé plusieurs années au fond du gouffre, mélangeant spleen, alcool et médicaments, Benjamin Biolay est de retour avec Palermo Hollywood, un album placé sous le signe du renouveau. Enregistré en Argentine, cet opus permet enfin au chanteur de laisser s'exprimer son côté festif – si, si, il en a un – sans délaisser sa moitié mélancolique. Biolay s'est

Continuer à lire

Insomniaque - Semaine du 18 au 24 juin

MUSIQUES | Trois RDV nocturnes à ne pas manquer cette semaine : le BPM Contest 2014, l'ultime soirée d'Ed'n Legs au Sucre et la date du Humanist S.K. Festival au Périscope. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 17 juin 2014

Insomniaque - Semaine du 18 au 24 juin

20.06 BPM Contest 2014 A peine quatre mois se sont écoulés depuis son dernier passage à Lyon que déjà Teki Latex repointe sa bouille de Bouddha fluo, cette fois au Club Transbo, où l'ex-bâtard sensible et actuel thermaliste sonore supervisera l'édition 2014 du BPM Contest. Kézako ? Comme son nom l'indique, un tremplin électro. Cette soirée en est un éliminatoire, et elle verra s'opposer les dénommés Unseal, PINKMAN, JEN onesailor et Mr Cardboard. On mise une pièce sur ce dernier, qui n'est autre que l'un des fondateurs du label grenoblois Carton-Pâte Records. 20.06 Last but not least Après quatre ans d'activisme électronique, Ed'N Legs tire sa révérence.

Continuer à lire