Hong Kong, Mississippi

Stéphane Duchêne | Vendredi 4 octobre 2013

«Capricieux, fantasque, lunatique, colérique». Voici quelques traductions possibles de Temperamental, qui sert de titre au dernier album en date de Don Cavalli et au premier titre de cet album. «My baby's temperamental (...) This world's temperamental» y chante -t-il sur un tempo qui semble ressusciter parfois le Tombstone Blues de Dylan à coups de pédales wah wah.

 

Mais c'est tout Temperamental qui est "temperamental". Qui ne tient pas en place. Don Cavalli y multiplie les humeurs et les atmosphères comme un transformiste. La base, les racines (roots), sont bien là, mais ces racines, le Parisien les tord dans tous les sens pour en tirer du jus de contrebande. Les décore de sitar, de rythmes psychédéliques ou de guimbarde chinoise.

 

Sorti du milieu rock underground, Don Cavalli n'a aucun des tabous propres aux puristes, même repentis : il a dans l'idée de faire un duo bilingue avec une chanteuse chinoise, il le fait, et ça donne l'étonnant The Greatest, qui replie l'une sur l'autre deux traditions musicales qui ont tant à se dire. Ici c'est à la fois Hong Kong, Mississippi, comme le chantait Bo Diddley, et l'arrière cour d'un "chinois" du 13e arrondissement de Paris.

 

Plus brouilleur de pistes que poisson-pilote factice des pionniers des musiques noires, Cavalli s'amuse aussi comme un petit fou avec une boîte à rythmes, triture le blues jusqu'à le faire hip hop (l'ahurissant rap à sitar Feel Not Welcome), funk, soul. Se risque au reggae (Row My Boat) avec autant d'enthousiasme qu'il joue à l'occasion les Roy Orbison ravagés au bourbon, au tabac froid et aux amphet', grinçant magnifiquement sur un rythme de noces «Solitude, I'm married to my solitude» («La solitude, je suis marié à la solitude»).

 

Ici, il faut parler de la voix terriblement insaisissable de Don Cavalli, qui toutes afféteries mises à part, reste l'instrument qui entraîne tous les autres. Une voix indatable au carbone 14, un débit et un flow capables de se couler dans tous les moules, taillés autant pour le faste de studios que le dépouillement du live, les complaintes solitaires que les ping-pong amoureux (Say Little Girl, murder balad létale en duo avec Rosemary Standley).

 

Temperamental est de ces albums d'outsiders totalement décomplexés qui, tout en sachant d'où ils viennent, se moquent comme d'une guigne de savoir où ils vont. Du moment qu'ils y vont en rythme, de préférence déchaîné et changeant.

 


 

Stéphane Duchêne
Don Cavalli - Temperamental (A Rag/Because)


Don Cavalli + Bikini Guns

Modern blues + rockabilly
Marché Gare 34 rue Casimir Périer Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Ceci n’est pas un bluesman

MUSIQUES | Nourri aux incunables américains et remarqué en 2007 avec le très roots "Cryland", le Parisien Don Cavalli n’a de cesse de vouloir se débarrasser d’une étiquette de «bluesman français» qui lui colle à la peau comme le sparadrap au doigt du Capitaine Haddock. Avec l'ovniesque "Temperamental", qui convoque soul, funk, hip-hop, reggae, psychédélisme et même chinoiseries, il y parvient largement. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Vendredi 4 octobre 2013

Ceci n’est pas un bluesman

Tu répètes un peu partout que tu ne te considères pas comme un bluesman, ce qui paraît pour le moins étrange à l'écoute de tes disques. Est-ce que pour toi les bluesmen originels sont une caste sacrée que tu aurais peur de profaner ? Don Cavalli : Comme toute la musique noire – la soul, le reggae, le funk – le blues m’influence énormément. Mais pour moi, cette musique c’est justement d’abord celle des Noirs du Sud des Etats-Unis. Moi je ne suis qu’un petit blanc de Paris et je ne peux pas prétendre être un bluesman. Ce serait un peu déplacé et prétentieux de ma part. Et puis Robert Johnson, Skip James, John Lee Hooker, c’est aussi la musique d’une époque. Or cette époque est révolue.   Comment le petit blanc de Paris et même du 94 est entré en collision avec cette musique noire justement ? Ca m’a pris assez jeune en écoutant Elvis, Ray Charles, Little Richard. J’étais enfant, ou disons préado, et cette musique m’a bouleversé. Elle me rendait fou. Ca m’a

Continuer à lire

Le freak, c’est chic

MUSIQUES | Du freak, du fou, de la créature cramée, de l’inclassable, de l’incassable, du fragile, du fracassé, du fracassant, du marginal, du réfractaire, du réfracté, du revenant, du rêveur, du malade, du rageux, cet automne musical va en faire pleuvoir de partout. Du chelou comme à Gravelotte, qu’il va tomber. De belles tronches de vainqueur et des paluches pleines de talent, des noms à coucher dehors, du génie à la pelle, attaqué à la pioche. Ah, inquiétante étrangeté quand tu nous tiens ! Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Jeudi 19 septembre 2013

Le freak, c’est chic

Comme pour toute saison, tout événement, tout lancement, il nous faut un parrain, un type dont la stature et l'aura donnent immédiatement le ton. C'est Florent Pagny en total look peau de zobi à la Star Academy ou Alain Delon tenant des propos contre-intelligents sur l’homosexualité dans C à vous. Car oui, souvent, on a affaire à un type qui peut partir en vrille à tout moment, se mettre à dire n'importe quoi, comme n'importe quel parrain dans n'importe quel événement familial, ou comme un parrain de la mafia un peu sur les nerfs. C'est très bien, ça fait parler. Nous aurions pu assez logiquement choisir le parrain rock Don Cavalli, d’origine italienne et d’aspiration amerloque, comme tout parrain qui se respecte, et dont Les Inrocks qualifient avec raison la production de «rock tordu et primitif», quelque part entre la sève de Johnny Cash et les débordements d’un Beck. Bref, l’éternelle histoire du type né au mauvais endroit au mauvais moment et qui s’en accommode par le voyage intérieur (sur son dernier disque il va même jusqu’en Asie). En plus, dans le civil,

Continuer à lire