Bang Bang

Stéphane Duchêne | Mardi 25 février 2014

Photo : (c) Laurie Franck


Voilà un peu plus de trois ans maintenant que la chanteuse Ambre Pretceille a réuni autour d'elle quatre fameux musiciens pour fonder Taïni & Strongs. Influences et profils différents mais volonté commune d'aller mettre un coup de boule dans la fourmilière. La charnière rythmique vient du metal, le guitariste Mathias a des élans 70's que viennent titiller les claviers 80's d'Alwyn. Le petit capitaine Ambre, "Taïni" signifiant "capitaine" en japonais (et phonétiquement "petit" en anglais), elle, fait front avec cette voix puissante et ascensionnelle, explosive et sensuelle, dont on se demande bien où elle la range quand elle a fini de s'en servir. Le quatuor avait décidé de ne pas perdre de temps et de faire fait feu de tout bois sur l'EP sorti dès 2011 et des concerts par dizaines.
 

C'aura été plus long, c'est logique, pour l'album Bang ! qui sort enfin et affine l'esthétique Taïni & Strongs, toujours aussi rentre-dedans, toujours possesseur de la recette du tube power-pop qui vous chignole le crâne mais riche, encore plus riche, d'arrangements rock aux petits oignons et aux gros piments rouges vintage. Cette rythmique tueuse, ces riffs autistes et ces claviers qui rendent fous (sur le terrible Blackout, pour ne citer que lui), ces élans Schizophrenic entre vintage 70's / 80's et ère du temps, et puis cette Ambre, si bien nommée, dont la perception se fait changeante suivant la perspective dans laquelle le groupe se place, font de ce Bang ! un coup dans le mille. «Bang Bang, my Taïni shot me down».
 

Stéphane Duchêne
 

"Le French Kiss" de Taïni & Strongs
Au Transbordeur, jeudi 27 février


Taïni & strongs

1ère partie : Denis Rivet

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter