Et ils tapent, tapent, tapent...

MUSIQUES | L'Auditorium accueille la première représentation lyonnaise de "Trois contes", spectacle créé en 2008 dans lequel, à l'aune des airs les plus merveilleux de Ravel, les Percussions Claviers de Lyon rendent toute leur ambiguïté aux contes de Perrault. L'occasion de revenir sur l'histoire de cet ensemble singulier tout juste trentenaire. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 25 février 2014

Mi-février se tenait à Berlin le festival Stargaze, du nom d'un jeune ensemble de bâtisseurs de pontsentre musiques savantes et pop. A son affiche, nombre de prodiges du grand écart de registre, de Nico Muhly à Bryce Dessner, le guitariste de The National, pour plusieurs relectures du In C de Terry Riley, l'œuvre fondatrice du minimalisme, dont une littéralement transcendante par le producteur techno Pantha du Prince et les percussionnistes à blouse grise du Bell Laboratory. Lesquels auraient tout à fait pu céder leur place aux Percussions Claviers de Lyon, collectif qui depuis trente ans construit un répertoire contemporain comme on dynamite des tours (d'ivoire). 

Le club des cinq

Fin des années 70. «Né avec un piano sous les doigts», Gérard Lecointe, directeur artistique de l'ensemble et depuis peu successeur désigné de Roland Auzet à la tête du Théâtre de la Renaissance, intègre le conservatoire de Lyon au moment où un cursus de percussions y voit le jour. Poussé à le suivre par son père, il fait la connaissance déterminante de François Dupin, professeur à forte personnalité qui les incitera, lui et ses camarades de promotion, à s'inventer un futur à la marge de l'institution.

Ainsi naît en 1983 un groupe de cinq pianistes devenus, assez logiquement, des virtuoses des mélodieux lamellophones (marimbas, xylophones, vibraphones) : les Percussions Claviers de Lyon. Il a pour modèle les fameuses Percussions de Strasbourg, pour inspiration une paire de marimbistes visionnaires (la Japonaise Keiko Abe et l'Américain Leigh Howard Stevens) et pour ambition «d'inventer une patte, de standardiser une formation dont les compositeurs auraient pu s'emparer. Ça n'a pas pris comme on l'espérait, principalement pour des questions de coûts, mais c'est cette volonté qui nous a rendu uniques».

D'emblée, un problème majeur se pose : leur instrumentarium est si peu utilisé qu'il n'existe aucun répertoire digne de ce nom. Lecointe entreprend de le créer à partir de transcriptions : «Ce n'était pas un choix par défaut. Nous avions vraiment la volonté de nous approprier les œuvres pour en faire quelque chose de nouveau. L'orchestration, c'est de l'artisanat. On assemble des pièces, on cherche des couleurs, des sonorités... C'est un travail passionnant, très différent de la composition». Ravel et Debussy seront les premiers à voir leurs œuvres adaptées à ces sonorités limpides et narratives, avant que le collectif ne soit en mesure de financer des résidences de composition.

Ça mord

En parallèle, il manifeste très tôt l'envie de mettre en scène son travail : «Nous avions l'intuition que la forme concert n'avait pas de beaux jours devant elle, et cela s'est confirmé. Le public a besoin de spectaculaire. La musique est devenue un flux auquel il faut apporter une valeur ajoutée. Mais on reviendra un jour au plaisir simple d'écouter des musiciens». En attendant, la démarche, souvent matérialisée par des projections très graphiques, rencontre dès le premier spectacle (La Ballade Marie M'Ba, en 1988) un franc succès. Suivront des collaborations avec les metteurs en scène Nicolas Ramond, Claudia Stavisky (avant son arrivée aux Célestins) et surtout Jean Lacornerie. Les PCL créeront avec le directeur du Théâtre de la Croix-Rousse pas moins de quatre propositions, dont deux basées sur des comédies musicales, West Side Story (avec une transposition approuvée par Bernstein) et récemment Bells Are Ringing. A chaque fois, les PCL déroulent avec un enthousiasme communicatif un même fil conducteur : leur esprit d'ouverture.

Celui-là même qui a amené le groupe à se produire avec des artistes aussi divers que la mutine Émilie Simon et Doudou N'diaye Rose, maître sénégalais du tambour. Celui-là même qui a failli disparaître en 2003, suite à un important turnover : «Nous avons toujours gardé une certaine homogénéité, puisque nous sortons tous du même moule. Mais nous faisons face à des disparités d'âge énorme. Actuellement, notre plus jeune membre est plus jeune que mon fils. On ne peut pas attendre de lui qu'il ait autant d'expérience que les autres». Celui-là même qui, depuis la nomination de Lecointe à la Renaissance, est à nouveau en porte-à-faux : «Cela va nous permettre de nous poser la question de la transmission. J'arrive tout doucement à la fin de ma carrière d'instrumentiste. Que faire d'un projet quand son instigateur part ? Cette interrogation va initier une nouvelle période pour nous».

En 2003, la survie des PCL était passée alors par l'abandon du fonctionnement collégial de ses débuts. Cette fois, il est encore trop tôt pour savoir ce que l'avenir leur réserve, à trois nouvelles abolitions defrontières entre divertissement et excellence près (la prochaine, Batèches, repose sur les mots du poète québécois Gaston Miron). Seule certitude : rien ne les fera quitter l'Hameçon, lieu de résidence et de rencontre que la bande occupe dans le 9e arrondissement depuis 2004. «C'est un peu notre garage», dit de lui Gérard Lecointe. Les Percussions Claviers de Lyon seraient-ils rock'n'roll ? Sans doute bien plus que leurs baguettes colorées ne le laissent supposer.



Trois contes


A l'Auditorium, samedi 1er mars


Trois contes

D'après Charles Perrault et Maurice Ravel, par les Percussions et Claviers de Lyon
Auditorium de Lyon 149 rue Garibaldi Lyon 3e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"The Pajama Game" : la grève en chantant

Comédie Musicale | Jean Lacornerie et Gérard Lecointe signent avec The Pajama Games une impeccable comédie musicale sur fond de lutte des classes.

Nadja Pobel | Mardi 17 décembre 2019

Dire que The Pajama Game est le spectacle idéal de la fin d'année serait un peu court et surtout très réducteur. La comédie musicale que signent Jean Lacornerie et Gérard Lecointe - avec le chorégraphe Raphaël Cottin - est simplement une excellente production. Le metteur en scène (directeur du théâtre de la Croix-Rousse) et le directeur musical (directeur du Théâtre de la Renaissance), à l’œuvre sur scène comme percussionniste, ont eu l'excellente idée, après leur collaboration notamment pour Bells are Ringing, de dégotter cette création de George Abbott et Richard Bissell de 1954, récemment jouée par Harry Connick Jr. et portée à l'écran par Stanley Donen en 1957. Les ouvrières d'une usine de fabrication de pyjamas sont en grève pour obtenir une augmentation de salaire et lorsque la cheffe du syndicat tombe amoureuse du nouveau directeur exécutif, ce dernier fait face au big boss (devenu ici une voix dans un haut-parleur), fouille dans l

Continuer à lire

"Sans famille" à la Renaissance

Théâtre | Le directeur du Théâtre de la Renaissance, par ailleurs percussionniste, a choisi de porter sur la scène de ce lieu Sans famille et le petit Rémi livré à (...)

Nadja Pobel | Mardi 11 décembre 2018

Le directeur du Théâtre de la Renaissance, par ailleurs percussionniste, a choisi de porter sur la scène de ce lieu Sans famille et le petit Rémi livré à un musicien ambulant. Une plongée, avec un quatuor, dans la musique populaire et française du XIXe siècle pour cette création d'une heure quinze dirigée par Emmanuelle Prager. À voir (et écouter!) du 13 au 15 décembre (dès 8 ans).

Continuer à lire

Jules Verne par les PCL : calme plat

SCENES | Le pari de transposer "Vingt mille lieues sous les mers" sur un plateau de théâtre était osé. Si la partie musicale, assurée par les Percussions Claviers de Lyon, est impeccable, le reste manque de chair et de mouvement.

Nadja Pobel | Mardi 13 octobre 2015

Jules Verne par les PCL : calme plat

L’épopée maritime de Jules Verne se déployant à l'échelle de toutes les mers, la circonscrire à une scène n'était pas gagné d'avance. Cette difficulté, la metteur en scène Emmanuelle Prager a choisi de la scinder en deux : une imagerie d'Étienne Guiol, jeune diplômé d'Émile Cohl, et le récit fidèle du texte, confié à trois comédiens filmés face caméra sur un fond uni. Soit les péripéties du scientifique Pierre Aronnax, missionné pour tenter de neutraliser une créature qui sème la terreur dans les eaux du globe : non pas un gigantesque narval comme il le soupçonnait, mais un sous-marin, le Nautilus, piloté par un certain Capitaine Nemo qui, lancé dans une bataille personnelle misanthropique, les kidnappent lui et son domestique Conseil. Ces héros modernes ne sont malheureusement jamais vraiment incarnés. Pourtant constitutive du texte, la notion de mouvement est la grande absente de ce travail – Olivier Borle, Baptiste Guiton et Renaud Golo donnant l'impression de lire un prompteur là où il leur faudrait souligner l'émotion et la noirceur de cette incroyable aventure. Au point que même les aquarelles de Guiol, projetées en alternance avec les séquences vidéo e

Continuer à lire

La Renaissance en immersion avec Jules Verne

SCENES | Gérard Lecointe ouvrira la saison du Théâtre de la Renaissance les 8, 9 et 10 octobre avec Vingt mille lieues sous les mers, un spectacle musical (...)

Nadja Pobel | Mardi 6 octobre 2015

La Renaissance en immersion avec Jules Verne

Gérard Lecointe ouvrira la saison du Théâtre de la Renaissance les 8, 9 et 10 octobre avec Vingt mille lieues sous les mers, un spectacle musical appréciable dès 9 ans – et repris le 17 au Théâtre de Villefranche. Ce n’est pas la première fois que le directeur se confronte au jeune public, puisqu’il avait déjà travaillé sur les contes de Perrault il y a sept ans. Avec les virtuoses Percussions Claviers de Lyon qu’il dirige par ailleurs, Lecointe, associé à Emmanuelle Prager, se lance dans ce qui pour lui est «l’œuvre la plus adaptable» de Jules Verne, enveloppée dans une trame musicale tissée à partir des partitions de Debussy, Dukas, Roussel et Saint-Saëns, tous contemporains de l’auteur. À leurs côtés, Etienne Guiol, diplômé de l’école Émile Cohl, assurera la création multimédia, à partir d'un dispositif à base d'écrans et de pans de tulle sur lesquels seront projetées des séquences de jeu tournées l'été dernier. Jamais les acteurs incarnant le capitaine Nemo, Arronax et l’assistant Conseil ne seront présents physiquement sur le plateau. Une absence d’incarnation que devr

Continuer à lire

Am stram GRAME

MUSIQUES | La musique classique s’étire et s’expose sur plusieurs siècles. Nous le savons, mais nous l’oublions. Elle s’étend même si loin que la musique contemporaine (...)

Pascale Clavel | Mardi 6 janvier 2015

Am stram GRAME

La musique classique s’étire et s’expose sur plusieurs siècles. Nous le savons, mais nous l’oublions. Elle s’étend même si loin que la musique contemporaine paraît souvent futuriste en comparaison. Ainsi de celle que, à partir du 22 janvier, donneront à écouter pendant presque 2 mois les Journées GRAME, véritables bouffées d’air du temps qui contrasteront avec les programmations que nous vous commentions en début de saison : l'Opéra et ses "jardins mystérieux", l'Auditorium et son intégrale Brahms, la Croix-Rousse et le Roméo et Juliette 39-45 de Jean Lacornerie... Concerts (comme celui du collectif SR9TW, qui revisite Tom Waits), performances (de Félix Lachaize, qui rendra compte d'un d'un mois de field recordings à Taipei) ou théâtre musical (Chants d'hiver, expédition polaire sur fond de Schubert), tous les moyens y seront bons pour secouer notre cocotier et montrer la vivacité de la création actuelle. On en profitera pour jeter une oreille attentive à la nouvelle création des Percussions Claviers de Lyon de Gérard Lecointe, directeur du Théâtre de la Renaissance – où se tient le gros des Journées GRAME – à l'appétit artistique d'ogr

Continuer à lire

Deuxième départ

SCENES | Après un premier tiers de saison assez calme, l’activité théâtrale s’intensifie nettement cette rentrée. Entre stars de la scène locale et internationale, créations maison et découvertes à foison, revue de détails. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Mardi 6 janvier 2015

Deuxième départ

Une Biennale de la danse enchaînée avec les vacances de la Toussaint auront bien grévé la dynamique théâtrale de ce début de saison, sauf à la Croix-Rousse qui a, en apnée, aligné Laurent Brethome, Emmanuel Meirieu, David Bobée et Pierre Guillois. Le rythme n'y faiblira pas en 2015 avec notamment les très attendus Elle brûle (mars) du duo féminin Mariette Navarro / Caroline Guiela Nguyen et Discours à la nation (avril), manifeste d'Ascanio Celestini dont s’est emparé David Murgia du Raoul Collectif. Claudia Stavisky se confrontera elle à nouveau à un texte britannique après le très réussi Blackbird, en montant pour la première fois en France En roue libre (j

Continuer à lire

Diète à la maison

SCENES | Qu’ont cuisiné les directeurs des grandes salles pour cette saison ? En marge des spectacles qu’ils accueillent, ils mitonnent d'ordinaire leurs plats en arrière-salle mais cette saison, hormis à la Croix-Rousse, c’est régime. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Mardi 9 septembre 2014

Diète à la maison

C’est ce qui s’appelle un été pourri : non seulement Météo France a enregistré, sur la période juillet-août, le plus fort cumul de précipitations dans l’Hexagone depuis 1959, mais comme si cela ne suffisait pas, Christian Schiaretti, directeur du TNP, a dû en plus affronter des vents contraires. Pour son retour au festival d’Avignon après des années de disette sous l’ère Archambault-Baudrillier, son didactique quoique passionnant Mai, juin, juillet s’est en effet pris une volée de bois vert de la part de la presse nationale, en même temps que le poste d’administrateur général de la Comédie Française lui échappait. Son dossier ayant mystérieusement disparu entre la rue de Valois et le palais de l’Elysée, il n’a jamais été remis au chef de l’Etat qui a choisi Éric Ruf, aux dépens également du candidat dépêché en dernière minute (Stéphane Braunschweig ) par l’ex-ministre de la culture Aurélie Filippetti. Les camouflets sont une denrée bien partagée. Toujours est-il qu’au TNP, dont il reste directeur au moins jusqu’en 2016, il n’avait de toute façon pas prévu de création en 2014-2015, notamment à cause de la diminution de son budget, amputé de 250 000€ (sur un total

Continuer à lire

L’invention du tube

MUSIQUES | Leonard Slatkin a un rêve : enregistrer toute l’œuvre avec orchestre de Ravel. Ce pari fou est déjà bien avancé, l’intégrale se fabriquant chez Naxos au fil (...)

Pascale Clavel | Lundi 6 mai 2013

L’invention du tube

Leonard Slatkin a un rêve : enregistrer toute l’œuvre avec orchestre de Ravel. Ce pari fou est déjà bien avancé, l’intégrale se fabriquant chez Naxos au fil des saisons. En novembre, nous avons pu en entendre deux extraits, L’Heure espagnole et L’Enfant et les Sortilèges, deux délicieux opéras interprétés pour l'occasion en version concert. Pour les deux soirées à venir, tubes garantis avec le très (trop ?) connu Boléro de Ravel, La Mer de Debussy et quelques pages musicales plus intimes mais tout aussi exaltantes. Par exemple Pavane pour une infante défunte et Rapsodie espagnole, pièces dans lesquelles Ravel déploie tout son génie de coloriste, livrant le portrait d'une Espagne féérique. Quant au Boléro, Ravel disait de lui qu’il devrait porter en exergue : «Enfoncez-vous bien cela dans la tête». Et le compositeur d’expliquer : «en 1928, sur la demande de Mme Rubinstein, j'ai composé un boléro pour orchestre. C'est une danse d'un mouvement très modéré et constamment uniforme… Le seul élément

Continuer à lire

1 Ravel, 2 opéras

MUSIQUES | L’Heure espagnole et L’Enfant et les sortilèges, les deux opéras en un acte de Ravel, ne sont que très rarement donnés et encore plus rarement programmés (...)

Pascale Clavel | Jeudi 17 janvier 2013

1 Ravel, 2 opéras

L’Heure espagnole et L’Enfant et les sortilèges, les deux opéras en un acte de Ravel, ne sont que très rarement donnés et encore plus rarement programmés ensemble dans une même soirée. Précipitons-nous donc à l’Auditorium les 24 et 26 janvier prochains pour entendre ces deux petits bijoux bouffis de poésie et de drôlerie. L’Heure espagnole, comédie musicale enlevée, a été créée à l’opéra comique en 1911. L’intrigue en est simple : une Espagnole veut profiter de l’heure d’absence hebdomadaire de son mari pour inviter ses amants. L’Enfant et les sortilèges, sur un livret de Colette, est une fantaisie lyrique savoureuse et décalée. Ces deux opéras sont proposés en version concert, ce qui peut paraitre étonnant lorsqu’on sait que la mise en scène souvent magnifie une œuvre lyrique. Le procédé peut cependant se révéler très efficace si la distribution est parfaite, l’auditeur se concentrant alors sur l’essence même de la musique. Pour ce programme attendu (et qui s’exportera dès le 29 janvier à la salle Pleyel à Paris), celle imaginée par Leonard Slatkin s'avère très cohérente. Musicalement, les deux opéras montrent comment Ravel s’inspire

Continuer à lire