Insomniaque - Semaine du 19 au 25 mars

MUSIQUES | Trois RDV nocturnes à ne pas manquer cette semaine : la soirée "La Crème de la crème" au Double Mixte, James T. Cotton au Sucre et Grems au Club Transbo. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 18 mars 2014

21.03 La crème de la crème

Nous attendons beaucoup de La Crème de la crème, le troisième film du trublion Kim Chapiron, dans lequel des étudiants en école de commerce mettent en place un réseau de prostitution au sein de leur établissement. Nous attendons logiquement autant de la soirée éponyme qui promouvra la chose au Double Mixte. Surtout au regard de son line-up, composé de Claptone, de la superstar du remix The Magician (que de nuits passées à danser sur sa version du I Follow Rivers de Lykke Li...) et du mélodiste techno Joris Delacroix.

21.03 Macadam Mambo Analogique Residence

Quel est le point commun entre entre la techno intoxiquée de James T. Cotton et la jungle bon marché de Soundmurderer & SK-1 ? Le même qu'entre la house bagarreuse de JTC, le post-punk pour série B de Charles Manier et l'abstract hip hop maxi-moelleux de Dabrye : le producteur américain Tadd Mullinix, surdoué à la dégaine de parieur sportif dont la discographie, pour le moins abondante et occulte, nous laisse à penser qu'il a été abandonné à la naissance puis recueilli et élevé par des céphalopodes multipolaires. Et on est à peu près certains que sa prestation au Sucre nous donnera raison.

22.03 No Gym Tonic

Grems ne fait décidément rien comme tout le monde : l'album qui devait entériner la retraite du rappeur le plus hors norme du pays portait le nom d'une créature assoiffée d'éternité (Vampire), l'EP qui le voit faire son retour porte celui d'une fossoyeuse de damnés (Buffy). Le son est à l'avenant : tellement plus imagé (normal, le mec est graphiste), mordant et barré que la moyenne que, s'il ne modifiait pas les règles du rap game depuis une douzaine d'années déjà, on le comparerait volontiers à Quentin Dupieux. Samedi, ayez le réflexe double programme : d'abord un ciné, ensuite le Club Transbo.


Macadam Mambo Analogique Résidence IV

Jame S T. Cotton + MZKBX
Le Sucre 49-50 quai Rambaud Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


La crème de la crème

The Magician + Claptone + Joris Delacroix + guests
Double Mixte 19 rue Gaston Berger Villeurbanne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Watching You à Fourvière : Merci Marie

Street Art | L’exposition Watching You au Musée d’Art Religieux de Fourvière invite le street art dans une ancienne chapelle du monument religieux le plus important de Lyon. Rencontre au sommet.

Lisa Dumoulin | Mardi 9 janvier 2018

Watching You à Fourvière : Merci Marie

Un grand chantier de réhabilitation du site de Fourvière va débuter cette année. La Basilique restera bien sûr ouverte, mais le Musée d’Art Religieux de Fourvière va fermer ses portes pour de grands travaux de restauration et d’agrandissement. Et la Fondation Fourvière a eu une idée de génie. À l’instar de la Tour Paris 13, de Rehab à la Cité Universitaire de Paris et de nombreux autres lieux qui, de plus en plus, confient leurs murs à des street artistes pour une exposition éphémère avant travaux ou démolition, le Musée d’Art Religieux de Fourvière à pris le parti d’inviter des artistes à repeindre ses murs avant le début des travaux - à priori début février, mais aucune date fixe n’a encore été précisée. Un contraste détonnant qui traduit l’ambition de la Fondation d’être en phase avec l’actualité culturelle et urbaine de Lyon, d’attirer des nouveaux publics, de moderniser son image… Et c’est réussi ! Vitraux coquins L’ancienne chapelle désacralisée est passée à la peinture fraîche, parfois sur des

Continuer à lire

Insomniaque

Clubbing | Trois plans pour vos nuits blanches.

Sébastien Broquet | Mardi 3 janvier 2017

Insomniaque

06>01>17 BELLONA JEF K C'est le genre de DJ que l'on oublie un peu : tellement présent dans le paysage depuis longtemps (1992 !), mais sans hit populaire et rarement placé en headliner des gros festivals... Jef K est plutôt un incontournable de l'exigente scène club, arpentant sans relâche les contrées lointaines (ou pas) pour distiller sa house, qu'elle soit deep, soul ou minimale, celle qu'il défend sur son excellent label Silver Network, valeur sûre du groove. Respect. 06>01>17 LE SUCRE ENCORE Promoteur de goût, Encore fête ses quatre années d'activisme électronique sur un week-end étalé entre le Sucre et le Club Transbo le samedi 7 janvier. La première soirée du côté de Confluence convie le londonien Ross From Friends (en live), Linkwood et Folamour. La seconde partie étant confiée à l'Australien basé à Londres

Continuer à lire

Électro mais pas trop

MUSIQUES | A l'heure où nous mettons sous presse, comme on dit quand on veut faire croire qu'on bosse pour un journal aussi prestigieux que ceux publiés à la fin (...)

Benjamin Mialot | Mardi 16 décembre 2014

Électro mais pas trop

A l'heure où nous mettons sous presse, comme on dit quand on veut faire croire qu'on bosse pour un journal aussi prestigieux que ceux publiés à la fin XIXe siècle, nous ne connaissons toujours pas la teneur de la soirée "All Star" que proposera le Terminal pour le réveillon. C'est d'autant plus ballot que la précédente était la plus attractive parmi celles, pas si nombreuses, qui ambiancèrent le passage à l'an 2014. D'autres ont heureusement été plus prompts à communiquer. Ainsi du DV1, qui recevra Mia Dora, duo écossais versé dans la house sans fioriture – mais tout de même suffisamment brouilleuse de pistes pour susciter l'intérêt de ses augustes compatriotes d'Optimo. Et ainsi de la Marquise, où les collectionneurs de voyelles d'Art Feast (Miimo, Klaaar) tiendront leur traditionnel (et mensonger !) "Nouvel an orgie". Et c'est tout pour ce qui concerne les "vraies" affiches. Du côté des soirées thématiques, outre le nouvel an "comme à la maison" de l'incontournable Lavoir, le Ninkasi Gerland, ses DJs résidents et ses effeuilleuses burlesques vous invitent à vous la jouer «super, génial, trop top, inouïe, trop beau, groovy, trop frais, cheesy...

Continuer à lire

La Crème de la crème

ECRANS | Une immersion dans les grandes écoles de commerce où trois étudiants décident de monter un réseau de prostitution pour démontrer la force du marché : plus qu’un campus movie à la française, Kim Chapiron réalise la critique cinglante et fascinante de la jeunesse de droite. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 1 avril 2014

La Crème de la crème

C’est la soirée «The World is mine» sur le campus d’un quelconque HEC français : des petits clans se sont formés en fonction de leurs centres d’intérêts, les garçons draguent les filles, la techno emplit les enceintes… Soudain, les premières notes des Lacs du Connemara démarrent : les visages, déformés par l’alcool et la fatigue, entonnent en chœur les paroles, et cette noble élite de la nation se métamorphose en monstres primitifs échappés d’une toile de Jérôme Bosch. À part, trois spécimens observent ce spectacle fascinant et effrayant, digne des chairs se trémoussant au ralenti au début de Spring Breakers ou des traders en rut du Loup de Wall Street : Dan, le juif timide, Louis, le bourge cynique et Kelly, la prolo ayant réussi à prendre l’ascenseur social. Ce ne sont ni des anarchistes, ni de dangereux gauchistes : juste des outsiders ayant choisi de regarder avec distance ce monde-là pour en utiliser les rè

Continuer à lire

Insomniaque - Semaines du 24 décembre au 7 janvier

MUSIQUES | Les trois RDV nocturnes à ne pas manquer pendant les fêtes : Marshall Jefferson au DV1, Clara Moto au Sucre et Claptone au Kao. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mercredi 18 décembre 2013

Insomniaque - Semaines du 24 décembre au 7 janvier

28.12 I'm Marshall Jefferson Question musique. Indice visuel ci-contre. Top ! Né à Chicago, je débute comme producteur, enregistrant en 1985 un morceau qui préfigurera l'acid house : l'hilare et clignotant I've Lost Control de Sleezy D. Move Your Body, mon premier tube, considéré avec ses chœurs quasi-évangéliques et ses piqués de basse funky comme une pierre fondatrice de la house, paraitra l'année suivante. La suite de ma discographie aura beau rester un cran en dessous de ces classiques, elle fera honneur à ma réputation de pionnier. C'est d'ailleurs en cette qualité que me reçoit le DV1. Je suis ? Marshall Jefferson ! Bravo, vous savez lire.   03.01 InFiné Label Night

Continuer à lire

Insomniaque - Semaine du 27 mars au 2 avril

MUSIQUES | 29.03 Reperkusound #8 - Nuit 1 S'il ne fallait retenir qu'une des trois nuits composant la huitième édition du festival Reperkusound (organisé une fois (...)

Benjamin Mialot | Jeudi 21 mars 2013

Insomniaque - Semaine du 27 mars au 2 avril

29.03 Reperkusound #8 - Nuit 1 S'il ne fallait retenir qu'une des trois nuits composant la huitième édition du festival Reperkusound (organisé une fois n'est pas coutume au Double Mixte), ce serait celle-ci. Pour les présences à son affiche de Redshape, référence berlinoise de la techno masquée, et Dusty Kid, prodige italien de la techno vagabonde (son Lynchesque est un peu l'hymne officiel du Petit Bulletin, NDLR), tous deux invités par Ed'n'Legs dans le cadre d'une carte blanche. Et pour celle de FUKKK OFFF, le nouveau kaiser de l'électro rentre-dedans.   30.03 Reperkusound #8 - Nuit 2

Continuer à lire

Les douze kicks de minuit

MUSIQUES | A Édimbourg, les réjouissances du Jour de l'an, connues sous le nom gaélique de Hogmanay, durent trois jours dont deux fériés. Pour dire que leur acmé consiste en un feu d'artifice et une retraite aux flambeaux, c'est généreux. Généreux et injuste, vu ce qu'on nous réserve ici en matière de clubbing. Qualitativement parlant.

Benjamin Mialot | Vendredi 14 décembre 2012

Les douze kicks de minuit

Les acteurs de la vie nocturne lyonnaise sont des anticonformistes patentés – ou des petites natures, selon le côté duquel penche votre balance karmique - : alors que le réveillon de la Saint-Sylvestre est le soir de l'année qui, pour des raisons plus ou moins valides, est celui qui se prête le mieux à une course de fond sur dancefloor, ils préfèrent pour la plupart le passer chez eux à démembrer d'innocentes crevettes et à se biturer à la Clairette de Die. Notez donc que si, une fois n'est pas coutume, ce papier consacré aux soirées à tendance amplifiée du nouvel an est le parent pauvre de ce supplément, c'est à eux qu'il faut le reprocher. Ceci étant clarifié, modérons notre vindicte : le 31 venu, tout ne sera pas que bals pour célibataires et dîners-spectacles prônant le port du boa en plumes. C'est parti mon Kiki

Continuer à lire

Dog pound

ECRANS | De Kim Chapiron (ÉU, 1h31) avec Adam Butcher, Shane Kippel…

François Cau | Lundi 21 juin 2010

Dog pound

Au sortir de l’expérience post-juvénile collective Sheitan, Kim Chapiron trouve rapidement le moyen de s’émanciper de la bande Kourtrajmé. Le producteur qui lui fait du gringue veut encore lui coller des ados dans les pattes, mais en taule, cette fois-ci. Le réalisateur part pendant un an recueillir des témoignages de gamins coincés dans des prisons pour mineurs, symbole méconnu par ici d’une Amérique répressive pas vraiment triomphante. Sur le même sujet, Chapiron revoit le saisissant Scum d’Alan Clarke, tourné dans l’Angleterre de la fin des années 70 – il en reprendra une séquence emblématique pour les besoins de son intrigue. Bilan moral : en trente ans, le système de détention juvénile en est toujours au même point et, pour ceux qui se posaient encore la question, non, sa privatisation ne résout absolument rien. Bilan artistique : fort d’une approche concernée de son sujet, Chapiron parvient à faire oublier le manque d’originalité de son film, en particulier grâce à ses saisissants comédiens. En tête desquels on ne peut pas louper l’incroyable Adam Butcher, dont même le doublage français (bien loin d’être aussi réussi que le prétend son réalisateur

Continuer à lire