L'esprit et la lettre

Stéphane Duchêne | Mardi 29 avril 2014

Photo : Grégoire Alexandre


On allait écrire que dans le Love Letters des laborantins pop de Metronomy, infiniment bien produit et qui régalera sans doute les amateurs de vinyles et de son analogique – il a été enregistré dans le temple vintage Toe Rag – il manquait l'essentiel : des tubes. C'est effectivement ce qui apparaît lorsque l'on commence à se pencher sur ce troisième album, ou plutôt ce qui n'apparaît pas. L'emballage est tellement beau, le paquet cadeau si riche de couches successives, qu'on a le plus grand mal à dénicher le trésor qui s'y cache.

Peut-être aussi, depuis Nights Outs (2008), s'est-on habitué, en enfants trop gâtés rendus paresseux par les sucreries, à un excès de générosité mélodique qui culmina fort haut avec The English Riviera, son The Look ravageur et sa Corinne aguicheuse. Le tube c'est la lettre de la pop, mais il y a, dit Saint-Paul dans son deuxième épître aux Corinthiens, la lettre et l'esprit. Et si l'on accepte ce principe, alors Love Letters et son esthétique suédée font mouche à coups de compositions aux rondeurs bizarres, profondément mélancoliques et infiniment vénéneuses (Monstrous, enfant du placard de Bowie, Michael Nyman et The Notwist).

Dans Blue Velvet de David Lynch, la «love letter» est, dans la bouche du terrible Frank Booth/Dennis Hopper, la métaphore d'une balle en plein cœur. Il dit : «If you receive a love letter from me, you're fucked forever». C'est un peu l'idée ici : pour peu qu'on ne tente pas d'esquiver, on peut très bien ne pas se relever des lettres d'amour de Metronomy. «La lettre tue, l'esprit fait vivre» dit encore Saint-Paul. Metronomy fait ici les deux.

Stéphane Duchêne

Metronomy
Au Radiant-Bellevue, mercredi 30 avril


Metronomy


Radiant-Bellevue 1 rue Jean Moulin Caluire
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Metronomycon

Pop | « Metronomy pour toujours », voici la devise qui présente, fort modestement, le dernier album des popeux ultimes que sont Joseph Mount et sa (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 8 octobre 2019

Metronomycon

« Metronomy pour toujours », voici la devise qui présente, fort modestement, le dernier album des popeux ultimes que sont Joseph Mount et sa bande, de passage à l'Amphi 3000 ce 11 octobre : la pochette représente un volcan en éruption dont l'écoulement de lave trace à même ses flancs l'inscription Metronomy Forever. Pour toujours, peut-être, mais aussi partout tant le groupe du Devon semble pour allumer son feu d'artifices de tubes, piocher dans le grand fourre-tout de ses influences : des Cars (le terrible Insecurity), à un Prince glam (l'irrésistible Salted Caramel Ice Cream, le funky-soul suave The Light qui lorgne aussi vers Daft Punk), le grunge même (sur un pastiche électronisé à la sauce minimale Upset My Girlfriend), le rock slacker (Lately) et tout un tas d'autres genres (house, disco), de postures, digérées, délivrées, ressuscitées avec gourmandise. « N'est pas mort à jamais qui dort dans l'éternel » dit le Necronomicon Lovecraftien, ici repensé en hymne à la vie pop.

Continuer à lire

20 concerts pour l'automne

Nos bons plans | Sélection drastique, forcément subjective, des vingt concerts qu'il ne faut surtout pas rater en cette saison : suivez le guide.

Stéphane Duchêne | Mardi 24 septembre 2019

20 concerts pour l'automne

Baptiste W. Hamon Surprise : le plus français des countrymen, métis musical revendiqué de Townes Van Zandt et Jacques Bertin, trop méconnu à notre goût, est revenu il y a quelques mois avec Soleil, Soleil Bleu. Si l'on retrouve quelques balises country (l'ami Will Oldham / Bonnie "Prince" Billy est toujours de la partie), celles-ci jalonnent un territoire bien plus pop et orchestré. Et l'art de "l'écrivage" de chanson (le songwriting, quoi) de notre W., de prendre une nouvelle ampleur. À Thou Bout d'Chant le jeudi 3 octobre Metronomy En rentrant en Angleterre pour accoucher de Metronomy Forever, l'ex-néo-parisien Joseph Mount semble avoir retrouvé le mojo tubesque partiellement égaré sur Summer 08, celui qui l'avait vu accoucher de Love Letters, Monstruous, The Look, The Bay ou Corinne, sur ses précédentes saillies. Bonne nouvelle quand on sait que Metronomy vient livrer tout cela avec la fantaisie scénique qu'on lui connaît

Continuer à lire

Cruel summer

MUSIQUES | Avant l'été, le Transbo offre de réviser ses classiques en matière de genres, musicaux s'entend. Troisième Summer session et nouveau changement de genre donc. (...)

Stéphane Duchêne | Vendredi 6 juillet 2012

Cruel summer

Avant l'été, le Transbo offre de réviser ses classiques en matière de genres, musicaux s'entend. Troisième Summer session et nouveau changement de genre donc. Encore que dans le cas de l'invité du jeudi 12 juillet, il faille peut-être davantage parler de style que de genre, Hyphen Hyphen ayant beaucoup du premier sans qu'on puisse bien définir dans quelle école musicale s'inscrit le second. Bref, comme beaucoup de formation de son époque – Metronomy, Foals, The Shoes, Marie-Madeleine –, Hyphen Hyphen se nourrit un peu à tous les râteliers esthétiques à la seule condition que le résultat soit foufou – pour ne pas dire légèrement hystérique – obsédant et dansant, au point qu'on puisse inventer pour ce type d'originaux le terme d' «obsédansant». Soit une musique qui prend possession de votre cortex par impulsion électronique et vous secoue dans tous les sens. Faut-il y voir une coïncidence avec la recrudescence soudaine du cannibalisme dans le monde, mais le fait est qu'il y a de plus en plus de ces groupes qui vous mangent le cerveau en l'espace de quelques secondes, sans qu'on ne puisse guère se défendre. Hyphen Hyphen, venu tout droit de la Côte d'Azur est de ceux-là. À ceci prè

Continuer à lire

Bonnes étoiles à Fourvière

CONNAITRE | Et voici la programmation complète (ou presque, tant elle est riche) des Nuits de Fourvière 2012 ! Certains événements étaient déjà connus, mais s’y ajoutent d’excellentes surprises, qu’elles soient musicales ou théâtrales… Christophe Chabert

Christophe Chabert | Lundi 26 mars 2012

Bonnes étoiles à Fourvière

Les fuites ayant été nombreuses cette année (mais comment, à l’heure d’internet, garder sous cloche pendant trois mois les dates de tournée d’artistes que leurs fans observent comme le lait sur feu ?), on savait déjà que Les Nuits de Fourvière 2012 allaient envoyer du lourd. Cela faisait un bail que les organisateurs rêvaient d’accueillir Björk (le 30 juin), et ce sera donc chose faite cette année, après le lancement (passé un peu inaperçu) de son album concept multimédia Biophilia. Rêve aussi avec la reformation des Stone Roses (le 25 juin), groupe culte de la brit-pop flamboyante des années 90, dont le concert s’est inscrit in extremis dans la programmation. Enfin, retour en force de Bartabas, certes un habitué du festival, mais avec une de ses productions XXL, Calacas, où les cavaliers célèbrent la fête des morts mexicaine déguisés en squelettes sur leurs toujours impressionnantes montures (du 11 juin au 17 juillet au Parc de Parilly). Mais tout cela, on le savait déjà, donc. De A à Ben En revanche, deux poids lourds s’ajoutent à la liste : Ben Harper (le 17 juillet

Continuer à lire

Maestronomy

MUSIQUES | Laissez tomber Cannes et la Côte d’Azur. Bien trop cliché. Trop dans le mistral. En ce printemps, les quatre jeunes gens dans le vent, c’est Metronomy, et (...)

Dorotée Aznar | Jeudi 12 mai 2011

Maestronomy

Laissez tomber Cannes et la Côte d’Azur. Bien trop cliché. Trop dans le mistral. En ce printemps, les quatre jeunes gens dans le vent, c’est Metronomy, et la meilleure carte postale à s’envoyer dans l’iPod, c’est celle de The English Riviera. Un disque comme un décor de cinéma, conçu par Joseph Mount comme un hommage à son Devon natal. Une station balnéaire fantasmée, envisagée comme l’équivalent synth-pop de la west coast américaine. Un Glamorama so british en bord de mer, où les cris des mouettes côtoient claviers et clins d’œil obsolètes. Un paysage imaginaire pour des chansons qui se situeraient entre Eagles et James Murphy, avec ce qu’il faut de bidouilles électro pour rappeler que Joseph Mount, avant d’être un leader pop exilé à Paris, a longtemps été ce geek de studio reclus dans sa cambrousse anglaise. Riviera rurale où il vivait en ermite parlant à ses bécanes, avant de trouver avec Nights Out la consécration du jeu de groupe. Trio devenu quatuor, Metronomy change dès lors de line-up (une fille à la batterie, un black à la basse) et d’humeur. Alors que Nights Out était un plaidoyer en faveur des soirées foireuses, du

Continuer à lire

Girl Power

MUSIQUES | Électro / Étonnant que Barack Obama n'ait jamais cité dans un de ces discours les membres du groupe de rap floridien Yo ! Majesty. Le regard grave, il (...)

Jerôme Dittmar | Vendredi 7 novembre 2008

Girl Power

Électro / Étonnant que Barack Obama n'ait jamais cité dans un de ces discours les membres du groupe de rap floridien Yo ! Majesty. Le regard grave, il aurait pu lancer : "j'ai rencontré des jeunes femmes extraordinaires. D'un courage exemplaire. Elles sont noires, homosexuelles, originaires des quartiers de Tampa Bay. Cette histoire est inscrite dans mes gènes et elle dessine le changement d'une nation qui est plus que la somme de ses composantes". Amen. Niveau politique-fiction et idéologie, Shunda K, Shon B et Jwl.B préfèrent coller un coup de latte bien vicieux dans les parties intimes du rap sexiste. Au propre comme au figuré. Le flot épileptique de ce groupe créé en 2006 s'entrechoque sur des instrumentaux flirtant avec punk, funk et crunk, influencés par Georges Clinton, ESG et les Salt'n'Pepa - qu'elles reprennent à l'occasion sur scène (le morceau Push It rebaptisé Kryptonic Pussy - ça promet). La musique crossover de leur premier album Futuristically speaking… Never be afraid (sorti fin septembre) est tout aussi audible dans une cathédrale, un ghettoblaster qu'un club huppé ou loqueteux. Ça tombe plutôt bien. Elles viennent bal

Continuer à lire