Le maître des lieux

MUSIQUES | Carl Craig est-il le plus grand producteur techno de tous les temps ? Peut-être bien. Ce qui est sûr c'est qu'il sera bientôt le plus visionnaire, le plus curieux et le plus à l'écoute de ses contemporains que le Sucre ait reçu. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 29 avril 2014

Il était une fois un sultan qui, pour se venger de l'infidélité de son épouse et plus généralement parce que «toutes des salopes, sauf maman», décida de faire exécuter chaque matin une femme qu'il aurait épousée la veille. Shéhérazade, jeune femme dont la beauté n'avait d'égale que les talents de conteuse, ne l'entendit pas de cette oreille : elle se maria de son gré au souverain sanguinaire et, chaque soir, entrepris de lui raconter un conte fantastique se terminant par un cliffhanger. Sérievore avant l'heure, celui-ci n'eut d'autre choix que de repousser sine die la sentence, jusqu'à ce qu'il retrouve foi en l'amour et mette fin à son terrible dessein.

A quelques siècles près, elle aurait tout aussi bien pu, comme nous l'avons fait à plusieurs reprises dans ces colonnes, lui narrer la grande histoire de la techno : la rencontre à Detroit de Juan Atkins, Derrick May et Kevin Saunderson (a.k.a. les seules et uniques Triplettes de Belleville), l'épiphanie que constitua pour eux l'écoute de cette ode au respect des limitations de vitesse qu'est l'Autobahn de Kraftwerk, leurs premières tentatives de robotisation de leur héritage soul... Jusqu'au déferlement de la fameuse "deuxième vague", il y a largement de quoi tenir cinq-cents nuits. Pour les cinq-cents une restantes, il suffit de retracer la carrière de Carl Craig.

En bleu et noir

Le tout est de déterminer par quel bout la prendre. Car plus encore que son collègue Jeff Mills, cet humble sosie de Tiger Woods n'a eu de cesse, depuis ses débuts en 1989, de céder à ses penchants à la cleptomanie sonore (on n'est pas l'oncle d'Amérique de Laurent Garnier par hasard). Autant inspiré par le reggae en état modifié de conscience d'African Head Charge que par les harmonies distinguées des Temptations ou les hymnes sinistrés de ses prédécesseurs, comme l'a révélé l'an passé la passionnante triple-compilation Masterpiece, Craig s'est en effet illustré aussi bien dans le jazz – en premier lieu sur 4 Jazz Funk Classics, l'EP avec lequel il inaugura, en 1991 et sous le nom de 69, son label Planet E, puis avec son projet Innerzone Orchestra, qui mutera en un véritable groupe de chercheurs de note bleue – l'ambient lynchienne – cf. le volet inédit dudit Masterpiece – et le crossover électro-orchestral – le temps d'une époustouflante collaboration avec son confrère berlinois Moritz Von Oswald, le pianiste Francesco Tristano (ex-Aufgang) et l'orchestre Les Siècles – que dans le 4/4 useur de semelles auquel on le réduit machinalement – comme sur son titre le plus célèbre, Throw, publié sous l'alias Paperclip People.

On ne compte évidemment pas le nombre de formations admiratives de cette ouverture d'esprit. Des vétérans qui considèrent leur descendance avec une telle bienveillance – ses remixes pour Junior Boys, Caribou ou Unkle, sa langoureuse contribution vocale sur le dernier album en date d'Agoria – en revanche, on n'en connaît pas d'autres.

Carl Craig [+Klement Bonelli]
Au Sucre, vendredi 9 mai


Reality

Carl Craig + Klement Bonelli
Le Sucre 49-50 quai Rambaud Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Insomniaque

Clubbing | Trois plans pour vos nuits blanches.

Sébastien Broquet | Mercredi 17 janvier 2018

Insomniaque

19.01.18 > LE PETIT SALON JUAN ATKINS Ce début d'année est décidemment marqué du sceau de Détroit en ce qui concerne le clubbing lyonnais... Après Derrick May et Octave One, voici venir un autre pionnier du genre, Juan Atkins, auteur du tout premier track électro sous patronyme Cybotron. Sa techno aquatique et langoureuse nourrit des sets irrésistibles : il faudra arriver tôt. Roy Shifter et Bothmark (Tapage Nocturne) complètent le line-up. Clear. 20.01.18 > DOUBLE MIXTE BORN TO RAVE L'annuelle session hardcore est de retour : pour amateurs de free party préférant prendre le bus plutôt qu'aller se perdre dans les bois ou les zones industrielles, voici une soirée au line-up aussi excessif qu'alléchant. On notera comme d'hab' une forte prédominance néerlandaise (DJ Promo, Day-Mar et Neophyte), des figures françaises comme Radium et Torgull, mais aussi notre favorite, la géniale Ixindamix issue de Spiral Tribe. Heavy. 20.01.18 > TRANSBORDEUR CARL CRAIG

Continuer à lire

Insomniaque : trois plans pour vos nuits blanches ce week-end

Clubbing | Trois plans pour vos nuits blanches.

Sébastien Broquet | Mardi 20 septembre 2016

Insomniaque : trois plans pour vos nuits blanches ce week-end

23>09>16 TRANSBORDEUR WE ARE REALITY Ok, l'on parle déjà par ailleurs de Kosme, interviewé en page 3. Mais difficile de ne pas revenir sur cette WAR de rentrée au plateau implacable : outre l'espoir Lyonnais, la légende Carl Craig étant également au programme. Instigateur d'un groove absolument unique, esthète de la techno made in Detroit, inventeur d'un futur pour le jazz (ce qui n'est pas si simple...), immense remixeur et l'on en passe... Difficile de passer outre cet homme sans qui la techno ne serait pas la même. Ah, il y a aussi Marcel Dettman pour conclure la nuit. Béton. 24>09>16 LE SUCRE GARÇON SAUVAGE CLUB Le retour de la soirée queer & sauvage au Sucre, avec l'un des DJs qui colle le mieux à cet esprit : Joe Goddard, membre des indie stars Hot Chip, moitié de The Two Bears et par ailleurs

Continuer à lire

Nuits Sonores 2015 – La programmation de nuit

MUSIQUES | Ouvert sur le monde et recentré sur la musique électronique. Tel s'annonçait Nuits Sonores 2015 à la découverte de sa programmation de jour. Tel s'affirme le festival à l'heure de dévoiler son pendant nocturne. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mercredi 11 février 2015

Nuits Sonores 2015 – La programmation de nuit

C'est quoi, être rock en 2015 ? Les lecteurs de Rock & Folk ont sans doute leur (fausse) idée sur la question. Les autres, nous sommes au regret de vous le confirmer, ne trouveront pas la réponse à Nuits Sonores cette année – à moins que le "concert spécial", pour l'instant tenu secret, ne vienne nous contredire. Grande absente de la programmation de jour, la musique électrique ne constitue en effet que la portion congrue de son homologue nocturne, bien que l'on se réjouisse des venues du polarisant Jessica93 (de ce côté-ci de l'écran, on adore sa noise pour périphérique), des intransigeants et déjantés Future of the Left, des industrieux industriels de The Soft Moon ou des Saints, a.k.a. les Ramones du pays des kangourous, à l'affiche du Circuit. Circuit d'ailleurs encore en cours de montage mais qui, outre son habituel cortège d'activistes locaux (Flore, Manoo, Kosme...), promet d'ores et déjà pas mal de dilem

Continuer à lire

5 soirées à suivre

MUSIQUES | Chaque semaine à Lyon, on dénombre plus de soirées électro que d'occurrences du mot fuck dans une minute du Loup de Wall Street (soit pas moins de neuf). Histoire d'y voir plus clair, voici les habitués de notre rubrique Insomniaque qui affichent les line-ups de rentrée les plus excitants. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 23 septembre 2014

5 soirées à suivre

We Are Reality A l'heure où des scientifiques étudient sérieusement la possibilité que notre réalité ne soit qu'une simulation informatique, le Sucre s'impose avec ce rendez-vous bi-mensuel comme l'endroit où garder les pieds sur terre. Difficile en effet de faire plus concret que la techno promue par We Are Reality, dont le casting a cet automne, entre les retours du maestro Carl Craig (19 octobre, avec le cogneur britannique Boddika) et des figures de proue du Berghain (Ben Klock le 5 octobre, Marcel Dettman le 2 novembre), des airs de who's who. A ne pas manquer également, un détour house par la case Innervisions avec ses fondateurs, Dixon

Continuer à lire