Magic system

Stéphane Duchêne | Mardi 10 juin 2014

Photo : Sylvain Gripoix


Depuis plus de vingt ans, Malik Mezzadri, plus connu sous le nom de Magic Malik, trimballe sa flûte traversière sur toutes les scènes du monde et multiplie les collaborations jusqu'à la limite de la schizophrénie esthétique. Surtout, avec ou sans son Magic Malik Orchestra, le natif d'Abidjan grandi en Guadeloupe se nourrit, avec un instrument pas forcément taillé pour la légende, d'expériences musicales sans limites, entre jazz, hip hop et électro.

C'est ce dernier genre que Malik explore en compagnie de DJ Oil (des Troublemakers), Gilbert Nouno et Hubert Motteau à la batterie sur Tranz Denied. Mais, on s'en doute, en appliquant son propre système de pensée, d'écriture et d'interprétation. La flûte y est toujours présente, mais Malik joue de nombreux autres instruments et chante sur ce qui relève davantage d'une plongée dans des univers musicaux multiples : pop japonaise (le très ludique Shibuyi Memories), world music et donc électro, certes, mais jouée à la manière d'une formation jazz. Tranz Denied est donc un OVNI, ambassadeur idéal de festivals de jazz qui cherchent, comme Fort en Jazz, à dynamiter la notion d'étiquetage. La (déjà) quatrième visite au festival de Francheville de Magic Malik aura lieu le jeudi 12 juin, pour une transposition live de l'album, en compagnie des trois artistes précités. 

Stéphane Duchêne


Magic Malik


Médiathèque Iris Montée des roches Francheville
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

A kind of magik

MUSIQUES | Pour le Théâtre de la Croix-Rousse, le flûtiste Magic Malik unit ses talents à l'orchestre contemporain Op.Cit. Audace et originalité en perspective.

Benjamin Mialot | Mardi 16 juin 2015

A kind of magik

«Quand tout se mélange, ça donne un goût étrange» disait le poète. Pas sûr que l’ensemble à géométrie variable Op.Cit partage ce point de vue. Fondé par le chef d’orchestre Guillaume Bourgogne en 2008, Op.Cit invente un répertoire étonnant à la croisée des musiques contemporaines et improvisées et provoque des collisions entre folk, classique, jazz et musique savante. Au Théâtre de la Croix-Rousse, il invite le flûtiste et improvisateur tout-terrain Malik Mezzadri dit Magic Malik pour deux créations pour flûte avec un drôle d’ensemble réunissant quatuor à cordes et trio jazz. Celle composée par Malik se nomme Pavages pour l’aile d’un papillon, une œuvre mêlant impro et musique écrite, ouverte et évolutive, aussi insaisissable donc qu’un battement d’aile. Le compositeur Alexandros Markeas signe lui Broadway Boogie, pour la même formation hybride. Création oblige, nous n’avons pu lire ou entendre ce dont il en retourne ; mais l’audace et l’originalité de la démarche présage le meilleur. Á vérifier lors d’un avant-goût gratuit le 20 juin à 11h30 place de la Croix-Rousse et lors des deux concerts au théâtre les 23 et 24 juin à 20h.

Continuer à lire

Big Shorter

MUSIQUES | Pour fêter son quart de siècle, Fort en Jazz s'offre, en guise de climax d'une déjà belle programmation (Magic Malick, Roberto Negro, Malia, Bigre !, Médéric (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 3 juin 2014

Big Shorter

Pour fêter son quart de siècle, Fort en Jazz s'offre, en guise de climax d'une déjà belle programmation (Magic Malick, Roberto Negro, Malia, Bigre !, Médéric Collignon Quartet, Carla Bley trio...), une petite escapade du côté de l'Auditorium en compagnie de Jazz à Vienne et, surtout, du saxophoniste Wayne Shorter. Ni plus ni moins que l'un des grands maîtres de la soufflante jazz, et l'un de ceux qui font le lien entre l'ancienne génération, celle de l'âge d'or, des Miles et des Coltrane, et la nouvelle pour ne pas dire "les" nouvelles. Car Shorter affiche haut ses quatre-vingts printemps, ce qui pour un jazzman n'est guère signifiant mais le serait beaucoup plus pour un rocker.  Shorter, c'est donc le saxophoniste du quintette de Miles de 1964 à 1971 – où il côtoya aussi Herbie Hancock, l'un de ses grands partenaires historiques au fil des âges – dont il fut le principal maître d'oeuvre en matière de composition. Mais Shorter, c'est aussi la figure marquante d'un des monuments du jazz-rock (dont il avait au préalable déjà emprunté la voie avec Miles) : Weather Report. Le pont avec le rock ne s'arrêtera d'aill

Continuer à lire