Shackleton, l'aventurier des basses perdues

MUSIQUES | Dans la grande famille de la bass music, on voudrait le fils qui a foutu le camp et s'en est mieux sorti que tout le monde. Bonne pioche cette semaine au Sucre avec la venue de Sam Shackleton, Grand Manitou du dubstep qui voit plus loin que le bout de son drop. Beaucoup plus loin. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 11 novembre 2014

Sam Shackleton n'a sans doute aucun lien de parenté avec l'explorateur Ernest Shackleton. Mais son goût de l'aventure est à la mesure de celui qui permit à son compatriote britannique, véritable héros de la conquête de l'Antarctique au début du vingtième siècle, de survivre à vingt-deux mois d'errance par moins 45 degrés. Toute proportion gardée : là où Ernest fut capable de traverser près de deux milles bornes d'océan en canot et au sextant pour secourir son équipage, l'un des actes de bravoure les plus notables de Sam a consisté à saborder son premier label, Skull Disco, après la parution d'une douzaine de références d'un avant-gardisme à faire passer Burial pour une idole des springbreakers. Mais il en dit long sur l'attitude foncièrement punk – il a d'ailleurs fait ses premiers pas dans le rock indiscipliné – qui, depuis dix ans, le pousse à défricher depuis sa base berlinoise des territoires sonores vers lesquels l'homme n'a jamais tendu l'oreille, tournant le dos à cette scène dubstep qui l'a vu naître et reçoit depuis ses messages comme on est touché par la grâce divine.

Il y a des mondes ailleurs

Car Shackleton a tout "vu" – notamment l'Afrique, le Moyen-Orient et l'Extrême-Orient, d'où il a "ramené" d'innombrables percussions – y compris ce qui n'est pas encore visible, en tout cas pas ailleurs que dans les ouvrages de science-fiction les plus visionnaires. Des rivages d'où montent en basses subaquatiques et voix spectrales les ultimes signaux de détresse de quelque civilisation engloutie (Shackleton & Pinch, réalisé avec un confrère qui comme lui contribue à faire du numérique une mystique comme les autres). Des cités futuristes qui résonnent de drones subliminaux et de mises en garde automatisées (le monument de sophistication Music for the Quiet Hour, pièce d'une soixantaine de minutes entre ambient, techno et spoken word). Des forêts qui bruissent de percussions rituelles et de mélodies du troisième type (l'EP Freezing Opening Throwing, paru en début d'année).

Et les récits publics qu'il fait de ces voyages extrasensoriels aux confins des musiques électroniques et ethniques – et dont l'indépassable compilation Fabric 55, sur laquelle il a mixé sa propre production, donne un parfait aperçu – sont parmi les plus dépaysants et hypnotiques qu'il vous sera donné d'écouter.

Macadam Mambo Résidence – Shackleton [+ Mick Wills + Sacha Mambo]
Au Sucre vendredi 14 novembre


Macadam Mambo Résidence

Shakleton + Mick Wills + Sacha Mambo
Le Sucre 49-50 quai Rambaud Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Insomniaque - Soirées du 17 au 23 décembre

MUSIQUES | Trois RDV nocturnes à ne pas manquer cette semaine : Pinch à La Marquise, Developer à La Plateforme et Moodyman au Kao. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 16 décembre 2014

Insomniaque - Soirées du 17 au 23 décembre

19.12 Polaar #10 On vous a glissé son nom au moment de la venue au Sucre de Shackleton, voilà que Pinch déboule à La Marquise à l'invitation de Flore et sa smala givrée. Père spirituel du dubstep – on insiste sur le "spirituel" – ce natif de Bristol – comme son pote Mumdance, déjà passé par la case Polaar – est aussi le dernier des classiques de cette musique de bas-fonds devenue vacarme pour haute société, sans doute parce qu'il n'a jamais cherché à lui renier ses origines caribéennes. A ce titre, on espère que vous lui réserverez un accueil autrement plus enthousiaste qu'à son compatriote. 20.12 MTR #009 De la techno élémentaire. C'est ainsi qu'il faudrait résumer la musique de Developer, s'il ne s'en chargeait pas lui-même. Le premier album de

Continuer à lire