Let the students techno

Benjamin Mialot | Mardi 9 décembre 2014

Quand ils n'usent pas leurs fonds de sous-vêtements brodés sur les bancs de leur business school, les élèves de l'EMLyon fréquentent vraisemblablement le DV1, un bon tiers du line-up de l'édition 2014 de leur raout électronique (Elekt'Rhône de son petit nom "brandé") ayant récemment honoré le club des pentes de sa présence. De quoi d'emblée partir sur de meilleures bases que la précédente, infâme gloubi-boulga de deep house à saxophone et d'électro-pop underage.

Celle-ci brille au contraire par sa cohérence et son caractère : statues du commandeur techno (Derrick May, l'un des trois pères fondateurs du genre, Kenny Larkin, figure de la non moins influente "deuxième vague"), esthètes house (le duo canadien Art Department, auteur à ses débuts d'inoubliables hymnes sépulcraux, le jazzman qui ne s'ignore pas Floating Points) et p'tits jeunes qui n'en veulent (Bambounou, le Tahiti Bob de la dance music innervée de basses, la tête à claques Julio Bashmore, qui réhabilite sans forcer la grosse house qui dégouline comme un shooter renversé), c'est un peu la crème de la crème qui a rendez-vous au Transbordeur ces jeudi 11 et vendredi 12 décembre. Pun intended.

Benjamin Mialot


Elekt’Rhône

• Nuit 1 (ven 12 déc) : Floating Points + Adana Twins + Claptone + Julio Bashmore + D’Julz • Nuit 2 (sam 13 déc) : Bambounou + Kenny Larkin + Derrick May + Art Department + Funkineven
Transbordeur 3 boulevard Stalingrad Villeurbanne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Cinq bougies : Encore !

Clubbing | Voici venir l'un des line-ups les plus trépidants de l'année, dès son entame ! Logique : le promoteur Encore fête ses cinq années d'activisme techno et convie au Transbordeur rien moins que Derrick May et Octave One.

Sébastien Broquet | Mardi 9 janvier 2018

Cinq bougies : Encore !

Derrick May, c'est le patron. L'un des trois fondateurs du genre qui fait aujourd'hui danser toute la planète, la techno : avec Kevin Saunderson et Juan Atkins, il formait ce que l'on appela les trois de Belleville, du nom du quartier de Détroit où ils grandirent et vite se lièrent d'amitié. Il est l'auteur d'une citation devenue mythique pour définir la techno venue de sa ville : « Notre musique, c'est la rencontre dans un même ascenseur de George Clinton et de Kraftwerk. » La punchline résume à merveille la collision entre ses deux influences : la synth-pop européenne (Ultravox, Depeche Mode...) et la soul & funk de sa ville natale, celle du label Motown. On lui doit quelques anthems absolus, comme The Strings of Life. Et un label, Transmat, sur lequel il fît émerger la seconde génération de Détroit, comme Kenny Larkin, Carl Craig ou encore Stacey Pullen. Bref, un mythe dont les sets résonnent longtemps dans les souvenirs. Fût un temps, pas l'une de ses pre

Continuer à lire

Le Sucre régale dès la rentrée

Start Festival | Après une saison d'été inventive et colorée, Le Sucre fait sa rentrée en misant sur ses fondamentaux, avec un mot d'ordre easy : Start.

Sébastien Broquet | Lundi 29 août 2016

Le Sucre régale dès la rentrée

C'est devenu le rendez-vous des retrouvailles amicales et l'occasion pour le club du quartier Confluence de présenter en une petite semaine ses inflexions et évolutions pour la saison à venir : le Start Festival, qui débute ce mercredi 31 et court jusqu'à dimanche, fête sa quatrième édition et ne déroge pas à la règle, avec un premier soir en mode before très local placé sous le signe de l'Apéro des voisins, les bandes d'Arty Farty (Nuits Sonores) et de Culture Next (Le Sucre) œuvrant depuis le début pour l'émergence de ce "nouveau quartier" pas encore complètement apprivoisé. Mais commençons par la fin : ce dimanche après-midi désormais ancré dans les habitudes du clubbing lyonnais, par la grâce de quelques souvenirs dantesques lors des We Are Reality. Ce premier tea dance de la saison lance un nouveau cycle dominical, où l'on attend au fil des semaines quelques pointures : le second épisode, le 18 septembre, est d'ores et déjà sold-out et accueillera l'immense

Continuer à lire

Insomniaque

MUSIQUES | Trois plans pour vos nuits blanches.

Sébastien Broquet | Mardi 8 mars 2016

Insomniaque

11.03.16 Ninkasi Kao Derrick May De la longue liste des musiciens inspirés venus de Détroit, Derrick May n’est pas le dernier, loin de là. Cité parmi les trois innovateurs ayant créé ce style qui fait le bonheur des kids d’aujourd’hui, la techno, il en est clairement l’un des emblèmes - de sa ville natale comme de sa famille musicale - les plus cruciaux. Créateur du label Transmat dès 1986, il inaugura en parallèle les carrières de gens comme Kenny Larkin et Carl Craig, avec lesquels il partage cet indicible groove propre à Motor City que l’on retrouve sur l’anthem Strings of Life. Clairement la soirée du mois, concoctée par Papa Maman. Pionnier. 11.03.16 Encore FunkinEven + Seven Davis Jr Il était l’une des plus belles claques de l’édition 2014 de Nuits Sonores : son set final au Marché de Gros avait mis à genoux un dancefloor déjà bien chaud, à coups de pépites house music, d’edits disco, de funk millésimé fricotant avec de l’acid bien sauvage, le tout en vinyle, à

Continuer à lire

Clubbing : les 3 soirées de la semaine

MUSIQUES | 26.02.16 Andy Smith Révélé aux platines lors des premières tournées de Portishead (il assurait leurs warm-ups en plein âge d'or du trip hop), (...)

Sébastien Broquet | Mercredi 24 février 2016

Clubbing : les 3 soirées de la semaine

26.02.16 Andy Smith Révélé aux platines lors des premières tournées de Portishead (il assurait leurs warm-ups en plein âge d'or du trip hop), imposé en 1998 par son génial mixe The Document où s'imbriquaient The Spencer Davis Group, Peggy Lee et Tom Jones, Andy Smith est une pointure archi sûre du groove made in England, c'est à dire tous terrains, ultra pointu, total dancefloor : early rocksteady et northern soul en vue pour cette party au Ninkasi où DJ Suspect, autre fondu du 45 tours ultime, est convoqué en renfort. Mod. 27.02.16 P.Moore invite Madben Un sticker made in Détroit pourrait facilement s'apposer sur cette soirée où le revenant P.Moore, adepte de la première heure du son de Motor City, convie au DV1 la (plus si) jeune pousse Madben, solide héritier d'un Garnier qui l'a révélé. Le protégé d'Astropolis ne cesse de franchir les étapes à rythme régulier -

Continuer à lire

Clubbing : les trois soirées à ne pas louper

MUSIQUES | 06.02.16 Kenny Larkin Maître du groove sur la planète techno de Détroit, pétri d’influences profondément soul voire gospel qu’il insère subtilement au (...)

Sébastien Broquet | Mardi 2 février 2016

Clubbing : les trois soirées à ne pas louper

06.02.16 Kenny Larkin Maître du groove sur la planète techno de Détroit, pétri d’influences profondément soul voire gospel qu’il insère subtilement au coeur de ses morceaux les plus dancefloors, initié par Derrick May (il signe sur son label Transmat dès 1992), remixeur hors-pairs - qui ne se souvient pas de ses relectures magistrales, tout en tension et retenue, de La Fleur ou Inner City ses dernières années ? - Kenny Larkin, grand DJ, sera au Petit Salon samedi : ne dormez pas. Mystique. 06.02.16 Black Atlantic Club Mawimbi, c’est assurément le crew à suivre de près dans les mois à venir : dégainant tout azimut, d’une création live aux dernières Transmusicales à un remix de Cerrone ces derniers jours, la bande de Paris n’en finit plus de réinventer le clubbing en fusionnant Afrique 2.0 et house nation. Deux de ses représentants, Alt et L’Enfant Loup, déboulent au Sucre pour une Black Atlantic Club en compagnie de James Stew

Continuer à lire

Les soirées du 14 au 27 octobre

MUSIQUES | 16.10 Encore Six mois ont beau s'être écoulés depuis son dernier passage (en mars, déjà au Transbordeur et déjà sous bannière Encore), on ne sait toujours pas (...)

Benjamin Mialot | Mardi 13 octobre 2015

Les soirées du 14 au 27 octobre

16.10 Encore Six mois ont beau s'être écoulés depuis son dernier passage (en mars, déjà au Transbordeur et déjà sous bannière Encore), on ne sait toujours pas prononcer le nom du duo suédois Shxcxchcxsh – "sèche-cheveux", nous propose notre correcteur orthographique. On reste en revanche intimement persuadé que la techno qu'il produit, aqueuse et inquiétante, est l'une des plus singulières du moment – et son live d'autant plus immanquable qu'il sera précédé du sensationnel Ritual de Flore et d'un concert de l'architecte post-indus Kankding Ray, principale attraction du dernier Mirage Festival.

Continuer à lire

La rentrée musique côté électro

MUSIQUES | Pour faire un point complet sur l'actu des dancefloors, il nous aurait fallu bloquer un bon tiers de ce dossier de rentrée. À vous, donc, de le compléter via vos canaux habituels. De toute façon, c'est bien simple : il y aura cette saison encore plein de trucs bien, partout, tout le temps.

Benjamin Mialot | Mardi 22 septembre 2015

La rentrée musique côté électro

On prend quasiment les mêmes et on recommence. Avec la dissolution de Haste, une place s'est libérée au Transbordeur. Good news, ce sont les sapeurs techno de CLFT qui la récupèrent. Une fois par trimestre, ils présenteront deux artistes de leur très pointu et très offensif roster ; démarrage le 9 octobre avec les Britanniques Lee Holman et Biny, passage à la vitesse supérieure le 11 décembre avec deux autres British, Fundamental Interaction et l'ami de longue date Ben Gibson. Leurs âmes sœurs de Papa Maman, non contentes de renforcer leur présence à La Plateforme (voir page 19), continuent pour leur part d'essaimer dans la ville – après un premier essai au Petit Salon, leurs prochaines "MTR", le 2 octobre au Sucre et le 9 au Kao, permettront de constater que le genre est parfois plus spartiate et viscéral ailleurs qu'à Berlin et Londres avec l'Ukrainien Stanislav Tolkachev, le Finlandais Samuli Kemppi et l'Espagnol Oscar Mulero. Quant à leurs colocataires de l'Atelier Sumo (le QG

Continuer à lire

L'Angleterre en force à Nuits Sonores

MUSIQUES | ​Best of de la saison qui s'achève, la programmation de Nuits Sonores 2015 est aussi la plus cosmopolite que le festival ait connue. Mais désormais, à la fin, ce sont nos voisins d'outre-Manche qui gagnent : bouillon de la bass culture à l'aune de laquelle la house et la techno n'en finissent plus de se réinventer, l'Angleterre est, par l'entremise de sa capitale, LA grande nation électronique des années 2010. La preuve en dix ambassadeurs. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 12 mai 2015

L'Angleterre en force à Nuits Sonores

Daniel Avery / Shackleton On l'a découvert de jour l'an passé, cette fois c'est de nuit que l'on pourra prendre la mesure de la versatilité du ténébreux rouquin, qui plus est sur une scène toute entière dédiée à la résidence qu'il anime à la mythique Fabric. Depuis Drone Logic, Daniel Avery n'a rien produit. Pas grave : ce premier album, classique instantané de techno charnelle (ou de rock stockable dans le cloud ?), reste un an et demi après sa parution l'une des plus belles incarnations de ce «chant de la machine» qui, chaque printemps, exerce sur nos concitoyens la même fascination que la voix des sirènes sur les marins qui croisaient jadis en mer de Sicile. Nuit 1 – Halle 2 Á l'Ancien marché de gros, mercredi 13 mai à 3h15

Continuer à lire

Les soirées du 29 avril au 5 mai

MUSIQUES | Trois RDV nocturnes à ne pas manquer cette semaine : Andrès au Transbordeur, Shifted au Kao et Julio Bashmore au Sucre. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 28 avril 2015

Les soirées du 29 avril au 5 mai

30.04 Encore Andrès the giant. C'est probablement ainsi que nous aurions titré notre Une si nous l'avions consacrée à ce natif de Detroit qui contribua au milieu des années 90 à l'essor du hip-hop alternatif – il habita un temps le Slum Village du regretté J Dilla – avant d'offrir à une house déjà bien gâtée par Theo Parrish et Moodyman certains de ses tubes les plus moites et classieux – en tête New for U. Mais nous ne l'avons pas fait. Ce qui ne l'empêchera pas de résumer cet exceptionnel pedigree en un mix de trois heures au Transbordeur – un peu plus si vous n'êtes pas sages, dixit l'organisateur.

Continuer à lire

Les chants des machines

MUSIQUES | Pour les gens de la musique électronique, l'image et la lumière ne sont (trop) souvent que des placebos pour laptopgazer – comme on parle de shoegazers (...)

Benjamin Mialot | Mardi 24 février 2015

Les chants des machines

Pour les gens de la musique électronique, l'image et la lumière ne sont (trop) souvent que des placebos pour laptopgazer – comme on parle de shoegazers pour les guitaristes obnubilés par leurs pédales d'effet – souffrant d'une sévère carence de charisme. D'une certaine manière, le Mirage Festival inverse ce rapport de subordination, investissant Le Sucre pour deux showcases conçus comme des soirées d'appel destinées à attirer l'attention sur les sections moins intelligibles du festival. Le compromis s'arrête là, Monkeytown et Crème Organization, les deux labels à l'honneur de ces soirées, comptant parmi les plus insaisissables du Vieux Continent. Le premier, tanière de Modeselektor, par la polissonnerie – qu'on pourrait ici orthographier avec un y – avec laquelle ses pensionnaires, en l'occurrence Bambounou et le solaire Benjamin Damage, se jouent des codes de la techno. Le second, fondé à Amsterdam voilà tout juste quinze ans par DJ TLR, par sa propension des siens (y compris les petits derniers, Marquis Hawkes et Innershades), émulée depuis par L.I.E.S., à avilir la h

Continuer à lire

Nuits Sonores 2015 - La programmation de jour

MUSIQUES | La première moitié du programme de Nuits Sonores 2015 est tombée, entraînant dans sa chute son lot d'impatiences et de surprises. Brace yourselves, habitants de la Confluence, spring is coming. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mercredi 14 janvier 2015

Nuits Sonores 2015 - La programmation de jour

Si Wagner fait naître chez certains des sentiments belliqueux à l'encontre de la Pologne, la prochaine édition de Nuits Sonores, elle, devrait vous donner envie de passer l'été au pays de Copernic. Car c'est Varsovie, capitale qui s'impose depuis quelques années comme l'une des cool du Vieux continent, qui sera à l'honneur de la traditionnelle carte blanche. L'occasion de découvrir tout un contingent de producteurs et groupes aux noms pour le moment nimbés de mystère : Xenony, Piotr Kurek (accompagné par le collecteur analogique Étienne Jaumet), Black Coffee, Alte Zachen ou encore Polonezy Fanfare.Nonobstant cette escale, Nuits Sonores (et ses événements connexes bien sûr, du participatif Extra! au réflexif Lab) restera fermement ancré à la Confluence, selon le même découpage que l'an passé : le détachement polonais à la Maison de la Confluence, les soirées éponymes à l'ancien Marché de gros et les Days à la Sucrière. Tiercé gagnant Premier dévoilé, le contenu de ces derniers, aux inévitables et néanmoins agréables relents de Sucre (à l'instar de la

Continuer à lire

L'électro à la fête

MUSIQUES | Bichonnée par la ville, promue par un nombre croissant d'associations, la musique électronique se taille une nouvelle fois la part de Lyon. Revue des troupes. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 17 juin 2014

L'électro à la fête

Dans la plupart des communes françaises, la Fête de la musique ressemble à l'idée qu'en donne PunkÀChier, trio parisien qui, quand il n'éructe pas «Fête de la musique de merde !» pendant quatre minutes, retravaille au cutter rouillé des chansons des Spice Girls et Mylène Farmer. Rien à voir avec Lyon donc, où l'événement est une vraie occasion de faire le point sur les musiciens qui, demain, peut-être, écriront des morceaux à la gloire de Lyon pour faire croire qu'ils n'ont pas oublié d'où ils viennent, et sur ceux qui, en attendant, les aide à se faire un nom épelable au-delà de ses collines. Dans le microcosme de la musique électronique, ces deux catégories de personne ont tendance à se confondre. Ainsi, par exemple, du Haste Crew, qui se produira sur la scène programmée par Basse Résolution place Jean Jaurès (on y verra aussi l'intrépide CLFT Militia et Leome), avant de rendre la p

Continuer à lire

Insomniaque - Semaine du 6 au 12 novembre

MUSIQUES | Les 3 RDV nocturnes à ne pas manquer cette semaine : Prosumer au Sucre, Simina Grigoriu au Terminal, Derrick May au DV1. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mercredi 30 octobre 2013

Insomniaque - Semaine du 6 au 12 novembre

09.11 The Cosmic Adventure Même si les invités de prestige du dernier festival Lumière ont refusé d'y mettre les pieds, Le Sucre demeure à la hauteur (une bonne dizaine de mètres) des attentes qu'il a suscitées. Et c'est en partie grâce aux soirées forcément sidérantes qu'y donne Kosme. Un état de fait que ne contredira pas la prochaine, puisqu'elle le verra recevoir le Berlinois Prosumer, prescripteur de house - notamment celle, d'un étourdissant classicisme, qu'il produit avec le Colonais Murat Tepeli, lui aussi de la fête – bien connu des habitués du Pan

Continuer à lire

Insomniaque - Semaine du 27 février au 5 mars

MUSIQUES | 01.03. I'm Kenny LarkinVendredi 25 janvier, le DV1 accueillait, pour la première d'un cycle de rendez-vous dédiés aux plus éminentes figures de la techno, (...)

Benjamin Mialot | Jeudi 21 février 2013

Insomniaque - Semaine du 27 février au 5 mars

01.03. I'm Kenny LarkinVendredi 25 janvier, le DV1 accueillait, pour la première d'un cycle de rendez-vous dédiés aux plus éminentes figures de la techno, l'un des trois pères fondateurs du genre, à savoir Juan Atkins. On a encore du mal à le croire. Il va pourtant bien falloir. Car en attendant, on l'espère, de compléter le tableau en programmant Derrick May et Kevin Saunderson, c'est à Kenny Larkin, autre black de Détroit à la carrière longue comme ça et à l'influence à l'avenant, que le club des pentes a adressé une invitation. Et le bougre a répondu favorablement. Classe. 01.03 Bye Bye Boom Party«Et oui, toutes les bonnes choses ont une fin… Et Dieu, s’il existe, sait ô combien cette chose fut bonne». Ainsi débute le texte promouvant la Bye Bye Boom Party, tout dernier événement organisé par Galacticut, structure bicéphale qui, depuis cinq ans, œuvrait à l'animation des nuits lyonnaises et au développement du vivier électro locale

Continuer à lire

Nuits sonores 2012 – Jeudi 17 mai - Report

MUSIQUES | Sept lieux, six sessions de 9h de live, trois concerts spéciaux. Il fallait bien ça pour fêter les dix ans de Nuits sonores, fleuron européen de la musique électronique (et plus si affinités). Compte-rendu du jour 2. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Vendredi 18 mai 2012

Nuits sonores 2012 – Jeudi 17 mai - Report

          "On a préféré partir et se poserLes mecs comment vous dire on est désoléL'attaché de presse nous a clairement invitéEt nous comme on est des mickeys on a dit OK"Un détournement d'une chanson de Sexion d'Assaut, il fallait au moins ça pour témoigner aux labels et promoteurs locaux notre embarras d'avoir préféré à leur Circuit Électronique les mini-burgers et people d'une croisière estampillée «Labo des festivals». Est-ce à dire que notre deuxième voyage au cœurs des Nuits fut de tout repos ? Même si nous y avons pris part en oubliant ceinture, alliance et lunettes de soleil, oui. Hôtel Woodstock Il n'aurait à vrai dire pas pu en être autrement. Cette certitude tient en un mot composé : Hôtel-Dieu. Hier, nous vous laissions entendre que Brossette, en vertu de ses atours de top spot pour explorateurs urbains et en dépit de la difficulté éprouvée par certains régisseurs à y fai

Continuer à lire

ÉLECTRO

MUSIQUES | Kenny Larkin

Dorotée Aznar | Jeudi 22 octobre 2009

ÉLECTRO

Début septembre, Kenny Larkin était l’invité de marque de la soirée A Night In Detroit à Paris. Ce vendredi 30 octobre, il sera le Dj à l’honneur pour un nouvel Echo Sonore. Si pour bon nombre de technophiles, le son de Detroit reste emblématique des années 90, certains pionniers de la Motor City ont prouvé tout au long de la décennie que «le son du futur» n’appartient pas pour autant au passé. Ainsi Kenny Larkin, éminent producteur dans la veine de Carl Craig, Jeff Mills ou Juan Atkins, poursuit sa quête d’un groove esthète, s’accommodant sur son dernier album de la minimale en vogue, mais en lui insufflant son incomparable sensibilité soul-jazz. Des Keys, Strings & Tambourines qui façonnent le son de l’album éponyme, et qui promettent aux clubbers un jouvenciel retour aux racines.

Continuer à lire