Vieux Pays

Stéphane Duchêne | Mardi 9 décembre 2014

Le pays qu'évoque Boureima "Vieux" Farka Touré, à savoir le Mali, dans son album Mon Pays, sorti en 2013, n'est pas que le sien. Il est aussi et avant tout l'un des cœurs battants de la musique africaine et, par là même, de la musique mondiale, berceau de la kora et de tous ses ambassadeurs griots, des touaregs enbluesés de Tinariwen, du regretté Ali Farka Touré – son père... Un pays, petit continent culturel à lui tout seul, que la guerre civile menace et avec elle les partisans d'une interdiction pure et simple de la musique qui, si elle n'est pas une part essentielle de l'identité ou des identités maliennes (Mandingues, Peuls, Touaregs, Dogons...), ne l'est d'aucun pays. Mon Pays était donc une sorte de réponse musicale, symbolique et politique d'un Malien musulman à ceux qui seraient tentés de nier les splendeurs nées entre Tombouctou et le Niger.

Ce n'est pas un hasard si, animé de cette préoccupation, Mon Pays est sans doute, devant son très intime The Secret, le meilleur album du guitariste à ce jour. Celui d'un artiste à la renommée mondiale – acclamé par la critique aux USA dès son album Fondo – qui, malgré ce geste symbolique, est loin d'être replié sur lui-même, ses racines, ses problèmes "domestiques", comme l'a démontré entre autres sa collaboration en 2012 avec Idan Raichel pour leurs Tel Aviv Sessions. Mais sur Mon Pays, un autre beau symbole est à l'oeuvre : son travail avec Sidiki Diabaté, fils de la légende de la kora Toumani, qui avait su convaincre Ali Farka Touré de laisser Boureima embrasser une carrière de musicien. Ironie de cette histoire, Ali, ce géant du blues, voulait faire de son fils... un militaire.

Stéphane Duchêne

Vieux Farka Touré
Au Radiant Bellevue dimanche 14 décembre


Vieux Farka Touré


Radiant-Bellevue 1 rue Jean Moulin Caluire
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Le Cabaret Frappé en quatre coups de cœur

MUSIQUES | Les choses ont pas mal bougé à Grenoble ces derniers mois depuis l'élection d'un maire vert. Mais pas Cabaret Frappé, festival d'été de la ville, si éco-citoyen que sa programmation semble être le fruit d'un tri de talents hautement sélectif. Exemples. Stéphane Duchêne

Benjamin Mialot | Mercredi 24 juin 2015

Le Cabaret Frappé en quatre coups de cœur

Sallie Ford Avec Slap Back (littéralement "gifler en retour" ou "rendre une gifle"), la rockeuse vintage à lunettes Sallie Ford a laissé de côté le revival rock fifties et ses oripeaux de Buddy Holly 2.0 à chromosomes XX pour un garage rock à fort effet décapant sur lequel elle a entièrement pris les rênes après la séparation d'avec The Sound Outside – remplacé par un groupe 100% féminin. Et c'est un peu des Breeders – et même des Pixies parfois – en mode psychédélique que l'on entend au détour de ces pop songs cinglantes.

Continuer à lire

Carrefour des inclassables

MUSIQUES | Dans la catégorie de ce que nous nommerons les inclassables, plutôt que sommairement world, jazz, blues, soul, etc., on retrouvera cette saison tout un aréopage de divas plus ou moins faunes et de grands fauves plus ou moins rugissants. Autant de personnalités musicales qui en imposent dès la première note. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Mardi 23 septembre 2014

Carrefour des inclassables

Au premier rang des femmes puissantes – dont la touche à tout Meshell Ndegeocello le 14 novembre à l'Epicerie Moderne –, il y a bien sûr la reine Susheela Raman. Inclassable, cette grande habituée des salles lyonnaises (cette fois le Kao, le 17 octobre) l'est peut-être plus que n'importe qui. Avec Queen Between, elle joue justement les go-between avec des musiciens du Rajasthan et la tradition qawwalie. Même constat pour une autre reine, Rosemary Standley qui, après Birds on a Wire avec Dom La Nena l'an dernier (à redécouvrir le 3 octobre à l'Atrium et le lendemain au Toboggan), vient présenter au Théâtre de Vénissieux, le 14 novembre, A Queen of Heart, un spectacle qui a déjà pris La Bastille (l'opéra parisien) et dans lequel elle se livre à un époustouflant exercice de transformisme music-hall où se croisent Purcell, Bashung, Nina Simone et l'âge d'or d'Hollywood. Pas de quoi, sans doute, impressionner la soul-woman Sharon Jones, reine elle du label Daptone, q

Continuer à lire