Mondkopf : «La musique me protège»

MUSIQUES | Fluokid gobeur de sons de synthèse devenu bête noire mangeuse de drones, Paul Régimbeau s'est définitivement imposé avec "Hadès", son quatrième album sous le nom de Mondkopf, comme l'un des producteurs les plus atypiques et les plus probes du paysage électronique contemporain. Rencontre avec un fervent iconoclaste, avant qu'il ne déchaîne successivement les enfers au Terminal et à l'Auditorium. Propos recueillis par Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 20 janvier 2015

En quatre album, tu es passé d'une musique relativement mélodique et dansante a quelque chose de beaucoup plus ténébreux et presque arythmique. Dans l'intervalle, tu as découvert le metal extrême...

Mondkopf : Oui. C'était à un moment de ma carrière où je ne savais pas dans quelle direction aller. J'ai découvert un langage qui me permettait de m'exprimer comme je le souhaitais vraiment. J'y ai trouvé de la personnalité, du lâcher prise, de l'émotion, là où la musique électronique devenait générique, fonctionnelle, banale. C'est une forme d'expression plus directe, plus cathartique, parfois effrayante (rires). Moi-même pendant mes lives je n'hésite plus à crier dans un micro, pour essayer de me vider. Je ne peux pas envisager la musique sans qu'elle me soit bénéfique.

 

Ta manière de travailler doit être très instinctive...

Ça commence de manière instinctive. Je pars d'une recherche, d'un tâtonnement dans le noir. Et derrière je bosse beaucoup la production, les textures, la composition... C'est important pour moi de créer de la dynamique, que les morceaux se déroulent comme des scénarios. Pour moi, la musique a toujours été une question de son, de structure et de contraste. Mon père écoutait Tangerine Dream, Philip Glass, Gérard Manset... De mon côté, après avoir écouté beaucoup de hip-hop, je suis rentré dans la musique électronique par l'electronica. Avec Aphex Twin, qui proposait lui aussi un mélange de violence et de sensibilité. Ou Autechre, dont la froideur clinique cache des mélodies magnifiques.

 

Cette idée de scénario, c'est un héritage de tes premières aspirations de cinéaste ?

Peut-être. Je peux écouter des choses très monolithiques, comme du grindcore, où il n'y a pas de variation d'émotion. Mais là où je m'amuse le plus, c'est quand je crée des sortes de récits musicaux, sans pour autant avoir la prétention de produire des albums conceptuels. D'autant que je ne suis pas très à l'aise avec les mots. J'ai tendance à m'excuser à la fin des interviews, je ne trouve jamais mes réponses assez approfondies. Je suis quelqu'un qui doute beaucoup.

 

Cette manière égoïste d'envisager la musique aurait pu se doubler d'une volonté d'anonymat. Tu l'as envisagé ?

Je crois que la préservation de l'anonymat demande beaucoup plus d'efforts qu'on ne le croit. Je ne voulais pas que la musique devienne un effort. Et même si je comprends la démarche, je trouve qu'elle plus narcissique qu'autre chose. Peut-être que je n'ai tout simplement pas le courage de me cacher. Je trouve ça difficile de se reclure.

 

Tu travailles dans la solitude. Comment vis-tu la scène du coup ? Comme un mal nécessaire ?

J'ai toujours fait de la musique en solitaire oui, même si je commence depuis peu à m'ouvrir aux autres. Le live n'est par contre pas du tout un mal. La musique me protège. Je fais attention à ce que le son de mes retours soit assez fort pour à la fois créer une sorte de barrière entre moi et le public et me permettre de partager quelque chose avec lui. C'est un peu contradictoire. Je ne pourrai jamais faire un concert à la guitare par exemple, je me sentirais trop vulnérable. Alors que la musique électronique m'offre une protection assez forte pour justement pouvoir me lâcher.

 

C'est ce sentiment de vulnérabilité qui t'a poussé à fonder le label In Paradisum ?

In Paradisum s'est monté parce que j'avais besoin de publier ma musique et que je ne voulais pas faire de compromis. Je voulais avoir le plus de contrôle possible. Ce n'est pas une déclaration de marginalité, mais ça me permet de faire ce que je veux. Avec Guillaume [Heuguet, co-manager du label et co-rédacteur en chef de la revue Audimat, NdlR], nous sortons la musique qu'on aime. Il n'y a pas de ligne éditoriale précise, juste celle qui se dessine d'elle-même. Elle est un peu enfouie, mais elle est là.

 

Un peu comme la dimension élévatrice de ta musique...

Il arrive toujours un moment où je ne peux pas m'empêcher de plaquer des accords qui vont m'émouvoir. J'écoute d'ailleurs des choses très larmoyantes. On peut penser que ma musique est trop sensible, mais si je ne ressentais rien en écrivant mes morceaux, je ne verrais pas l'intérêt de le faire.

 

Chez tes contemporains bruitistes, cette élévation est le plus souvent cosmique. Chez toi, elle est plutôt religieuse. C'est une question d'éducation ?

Non, j'ai grandi dans un milieu plutôt athée. Je ne suis pas baptisé, personne n'allait à la messe chez moi. Mais dans mon enfance, j'ai beaucoup lu de contes et de légendes, qu'ils soient égyptiens, japonais, grecs... Ce qui m'attire dans les religions, plus que la croyance, ce sont les histoires qu'elles peuvent raconter, l'aventure qu'elles renferment.

 

Pour autant, il paraît que tu aimerais te produire dans des églises...

(rires) Oui. Déjà parce que l'acoustique est très belle. L'architecture, aussi. C'est le côté esthétique qui m'intéresse, et le fait que sont des lieux de recueillement, où on ne se sent pas obligé de danser... Le concert en auditorium participe d'ailleurs d'une même démarche. Il y a ce même côté contemplatif. On s'assoit, on ferme les yeux et on écoute. A condition que le programmateur soit d'accord avec l'idée d'entendre de la noise dans un lieu saint, bien sûr.

 

Et qu'il supporte la vue d'un tee-shirt Eyehategod...

Oui, voilà (rires). En tout cas, en tant que musicien, jouer dans de tels endroits est libérateur.

 

Mondkopf
Au Terminal (DJ set) vendredi 23 janvier
A l'Auditorium (live) jeudi 5 février


Mondkopf + Somaticae + Hersatz


Terminal 3 rue Terme Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Les soirées du 6 au 12 janvier

MUSIQUES | Cinq RDV nocturnes à ne pas manquer cette semaine : Ben Sims/James Ruskin/Tommy Four Seven au Double Mixte, Mondkopf au Kao, Drvg Cvltvre au Terminal et les trois ans de Encore au Sucre puis au Transbordeur.

Benjamin Mialot | Mardi 5 janvier 2016

Les soirées du 6 au 12 janvier

08.01 Jacob004 Panorama oblige, notre rubrique "Plus loin" cède cette semaine la place à une double dose de pro tips contre le sommeil. Une rallonge d'autant plus nécessaire que la saison club redémarre with a bang :un gros embouteillage samedi 8 janvier. Il débute au Double Mixte, où la team Jacob (bientôt structurée d'un label) reçoit une belle brochette d'artificiers techno au service de Sa Majesté, à savoir Ben Sims et James Ruskin, qui opposeront leurs visions respectives du genre (machinique pour le premier, cognitive pour le second), et le field recorder de l'extrême Tommy Four Seven.

Continuer à lire

Les chants des machines

MUSIQUES | Pour les gens de la musique électronique, l'image et la lumière ne sont (trop) souvent que des placebos pour laptopgazer – comme on parle de shoegazers (...)

Benjamin Mialot | Mardi 24 février 2015

Les chants des machines

Pour les gens de la musique électronique, l'image et la lumière ne sont (trop) souvent que des placebos pour laptopgazer – comme on parle de shoegazers pour les guitaristes obnubilés par leurs pédales d'effet – souffrant d'une sévère carence de charisme. D'une certaine manière, le Mirage Festival inverse ce rapport de subordination, investissant Le Sucre pour deux showcases conçus comme des soirées d'appel destinées à attirer l'attention sur les sections moins intelligibles du festival. Le compromis s'arrête là, Monkeytown et Crème Organization, les deux labels à l'honneur de ces soirées, comptant parmi les plus insaisissables du Vieux Continent. Le premier, tanière de Modeselektor, par la polissonnerie – qu'on pourrait ici orthographier avec un y – avec laquelle ses pensionnaires, en l'occurrence Bambounou et le solaire Benjamin Damage, se jouent des codes de la techno. Le second, fondé à Amsterdam voilà tout juste quinze ans par DJ TLR, par sa propension des siens (y compris les petits derniers, Marquis Hawkes et Innershades), émulée depuis par L.I.E.S., à avilir la h

Continuer à lire

Un coin de paradis perdu

MUSIQUES | «C'est sans doute là le plus grand accomplissement de Perc, bien qu'il se défende de tout volontarisme : d'avoir rendu à un genre devenu un simple palliatif (...)

Benjamin Mialot | Mardi 20 janvier 2015

Un coin de paradis perdu

«C'est sans doute là le plus grand accomplissement de Perc, bien qu'il se défende de tout volontarisme : d'avoir rendu à un genre devenu un simple palliatif sa puissance contestataire» écrivions-nous l'automne dernier en conclusion d'un article consacré au label Perc Trax. Quand on le questionne sur ses accointances avec cette institution londonienne de la techno – il a publié un maxi chez elle tandis que Perc et les siens jouent comme à domicile dans les soirées In Paradisum – Mondkopf ne dit pas autre chose, vantant les mérites d'un label qui a su lui rendre goût à une musique en mal «de messages, bien que je ne sois pas forcément pour la musique à message, disons d'esthétiques fortes». Si bien qu'avant de céder aux sirènes hurlantes du blast beat, il avait envisagé son disque à manipuler avec une extrême précaution comme un retour aux origines industrielles de la musique qui rythme ses DJ sets. Cette tendance à forer les tripes à la recherche de troubles à raffiner en histoires sonores, le reste du roster d'In Paradisum la partage : des épopées sur fond de crissements, râles d'outre-tombe et rythmes galériens de Somaticae, qui rivalisent de

Continuer à lire

Mondkopf - Hadès

MUSIQUES | Quatrième album de Mondkopf, Hadès est le récit d'une métamorphose : celle d'un rêveur – son (...)

Benjamin Mialot | Mardi 20 janvier 2015

Mondkopf - Hadès

Quatrième album de Mondkopf, Hadès est le récit d'une métamorphose : celle d'un rêveur – son pseudonyme germanophone signifie «Tête de Lune» – dont la musique charmait les hommes comme les animaux sauvages – et Zeus sait à quel point la faune électronique en grouille – en un paria en proie aux sentiments les plus vifs. Toute ressemblance avec un personnage célèbre de la mythologie grecque n'est pas fortuite. Véritable Orphée des temps modernes, Mondkopf a lui aussi poursuivi une quête intime dans les profondeurs infernales. Il en a ramené des bourdonnements infra-terrestres, des trompettes apocalyptiques et des mélodies d'une immuable mélancolie, essences d'une musique à mi-chemin de l'ambient et de la noise où la noirceur et le monolithisme ne sont pas des fins en soi – comme c'est le cas chez Sunn O))), dont le spectre encapuchonné plane sur les titres les plus retentissants du disque, à commencer par Eternal Dust – mais les r&eacu

Continuer à lire

Insomniaque - Semaine du 11 au 17 juin

MUSIQUES | Trois RDV nocturnes à ne pas manquer cette semaine : les 10 ans de "Kiblind" au Sucre, Dense & Pika au DV1 et Todd Edwards au Club Transbo. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 10 juin 2014

Insomniaque - Semaine du 11 au 17 juin

12.06 10 ans Kiblind : La GIF Party Faire du format d'image préféré des zonards des imageboards le support de créations visuelles avant-gardistes, tel est le défi que se sont lancés nos confrères de Kiblind pour leurs dix ans – fêtés au Sucre. Pourquoi pas. Surtout que c'est au son de la pop indomptable et hallucinée des Marquises et de la techno toujours plus méconnaissable de Mondkopf – son récent Hadès est un monstre de bruitisme lovecraftien, dont les trompettes apocalyptiques suintent de la harsh noise en clair-obscur de Ben Frost et des drones abyssaux de Suun O))) – qu'ils le relèveront.   13.06 H&S #2 Après un détour limite situationniste par le hip hop dans le cadre du Circuit Nuits Sonores, le DV1 reprend cette semaine le droit chemin de la techno. Et ce n'est pas qu'une façon de parler : plus direct et dévastateur que le

Continuer à lire