Insomniaque - Soirées du 21 au 27 janvier

MUSIQUES | Trois RDV nocturnes à ne pas manquer cette semaine : Matias Aguayo au Sucre, Objekt au Transbordeur et Gaiser au Kao. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 20 janvier 2015

23.01 Cómeme Label Night

Avec ses productions riches en arômes et en caféine, fruits d'artisans du sud bien décidés à sortir de l'ornière tiers-mondiste, Cómeme est un peu le Max Havelaar de la dance music. A ceci prêt que son fondateur, l'exubérant Matias Aguayo, depuis deux décennies qu'il fait l'aller-retour entre house picaresque (voir ses diverses collaborations, notamment avec Rebodello) et techno germanique (voir ses travaux pour les minimalistes de Kompakt), affiche un bilan carbone qui tient plus du cratère que de l'empreinte. On compte sur vous pour donner l'exemple au moment de sa venue au Sucre.

24.01 Haste

Il est des gens au nom prédestiné. Ainsi, par exemple, de cette amie férue d'arts martiaux baptisée Cogne. Ainsi, également, de TJ Hertz, nom de code Objekt, producteur berlinois dont les morceaux, d'apparence aléatoires mais en vérité méticuleusement agencés, semblent autant de variations sur la fréquence de UVB-76, la mystérieuse station russe qui déchaîne les passions des radiophiles depuis less années 80. Entre electronica venue d'ailleurs et techno avec filtre, Flatland, son premier album, fut à ce titre l'un des disques les plus impressionnants de 2014. Prochaine transmission au Transbo.

24.01 Déstructuré

Si notre notre cover boy de la semaine a embrassé les ténèbres, le prochain invité des soirées Déstructuré (toujours au Kao) marche lui dans la fausse lumière, du titre de son troisième album (False Light). Au programme de celui-ci, de la techno minimale dans la plus pure tradition Minus (kick au plancher, samples qui bégaient, mélodies monochromes...), dont le Berlinois Gaiser, c'est son nom, est avec le fondateur du label Richie Hawtin et Magda l'un des piliers depuis bientôt dix ans. Mais avec le coup de polish qui fait la différence entre le produit manufacturé et la pièce unique.


Cómeme Label Night

Matias Aguayo + Sano
Le Sucre 49-50 quai Rambaud Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Déstructuré : Gaiser

Techno
Le Kao Ninkasi Gerland, 267 rue Mérieux Lyon 7e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Insomniaque - Semaine du 10 au 16 juillet

MUSIQUES | Les trois soirées à ne pas manquer cette semaine. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Vendredi 5 juillet 2013

Insomniaque - Semaine du 10 au 16 juillet

12.07 Le Bal !Au bal masqué, on danse on danse on danse et on ne peut pas s'arrêter, ohé ohé. Au bal du Transbordeur, on fait du hula hoop, on s'adonne à des jeux vidéo au format architectural, on mate les portraits sonores du graphiste lyonnais Francis le Gaucher, on déguste des burgers et on se tord les cervicales au son du rock'n'roll vénéneux et malpropre de Jack of Heart (l'une des figures de proue du renouveau garage made in France, à l'instar de JC Satan et Catholic Spray) et du surf punk cinoque des Cannibal Mosquitos

Continuer à lire

Insomniaque - Semaine du 20 au 26 février

MUSIQUES | 21.02 My Choice #1Cette semaine, c'est au tour du collectif Swarm Prod d'inaugurer un nouveau rendez-vous nocturne périodique. Son nom : My Choice. Le (...)

Benjamin Mialot | Vendredi 15 février 2013

Insomniaque - Semaine du 20 au 26 février

21.02 My Choice #1Cette semaine, c'est au tour du collectif Swarm Prod d'inaugurer un nouveau rendez-vous nocturne périodique. Son nom : My Choice. Le concept : un membre dudit collectif invite à se produire un DJ «de renom» dont il estime partager la sensibilité. Pour la première, c'est Horstmeier qui s'y colle en ouvrant les portes du Platinium à Dan Caster, discret Berlinois qui, lorsqu'il n'est pas occupé à sublimer le travail de ses collègues du label Stil vor Talent (il était aux commandes du détonnant Romantic Thrills de Sacha Breamer & Niconé), produit une deep house tout ce qu'il y a de plus langoureuse. 22.02 Dub Invaders + O.B.F.On ne présente plus High Tone, figure de proue de ce dub à consonances électroniques dont Lyon a longtemps été la capitale grâce aux efforts du label Jarring Effects – dont le groupe est toujours l'une des locomotives. Dub Invaders en revanche, l'appellation sous laquel

Continuer à lire