Rockorama

MUSIQUES | Avec "Poverty", leur troisième album, les Russes de Motorama confirment ce que l'on pensait déjà d'eux : on peut être pétri d'influences visibles comme le nez d'Eltsine au milieu de la figure et avoir un style inimitable. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Mardi 27 janvier 2015

Et revoilà nos amis d'outre-Don. Don comme le fleuve qui parcourt la Russie en charriant des saumons – et sans doute pas que. Motorama, depuis Rostov-sur-le(dit)-Don continue lui de charrier son rock nationaliste avec une classe de super tsar. Attention, quand on dit nationaliste, on ne fait pas allusion au phénomène de repli (ou même d'ailleurs d'expansion) qui semble traverser la société russe (et malheureusement pas que celle-ci).

Non, on parle ni plus ni moins que de l'un des meilleurs groupes du monde de ces dernières années, leurs jumeaux-miroirs nés de l'autre côte du monde, ces types qu'ils auraient pu reluquer et réciproquement par-dessus le détroit de Béring il y a encore quelques décennies en se disant : «mince, qu'est-ce qu'ils nous ressemblent, ces gars.» On parle de The National. Car oui, on l'a déjà écrit ici précédemment, il y a quelque chose de la grâce grave d'un Matt Berninger dans la voix de Vladislav Parshin, et c'en est parfois troublant. C'est d'ailleurs sans doute aussi ce que pense l'indispensable label bordelais Talitres, qui nous a déniché ce groupe comme il l'avait fait avec les cinq de Cincinnati.

Affluents

Bien sûr, au-dessus de tout cela, dès que le ciel s'assombrit un peu – et que la voix plonge – plane forcément l'ombre de Joy Division et donc de Ian Curtis et donc d'un désespoir à se pendre à la corde à la linge (Dispersed Energy). Bien sûr, le titre Corona ouvre telle une bière fraîche cet album sur un élan que n'aurait pas renié des Feelies un peu bourrés – ce qui ne devait pas leur arriver souvent. A vrai dire, on pourrait ainsi, sur chaque morceau, plaquer une référence (The Wake, New Order, The Cure).

Or ce qui serait fâcheux voire fatal pour tout autre groupe – une trop grande richesse de références que le titre Poverty rend doucement ironique – ne l'est absolument pas pour Motorama, jamais gêné aux entournures pour développer son propre style. Cela s'explique d'ailleurs peut-être par un atavisme géographique qu'on avoue volontiers capillotracté mais hautement symbolique. Dans l'Antiquité, où ce fleuve qui doit son nom à la langue scythe (et qui signifie simplement "rivière", comme quoi) était connu comme frontière entre l'Europe et l'Asie, on disait du Don que son courant était si rapide que, même au pire de l'hiver, il ne gelait pas. C'est un peu ce prodige que parvient à reproduire Motorama : livrer une prétendue cold-wave qui jamais ne gèle, et plus généralement une pop qui jamais ne se fige dans l'éclat trop éblouissant de multiples influences en forme d'affluents.

Motorama [+ Rank]
Au Transbordeur mercredi 28 janvier


Motorama + Rank

Post punk / cold wave
Transbordeur 3 boulevard Stalingrad Villeurbanne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

15 concerts à ne pas louper cet automne

Bons Plans | Coming Soon Cela fait dix ans que le Scooby Gang baptisé Coming Soon a publié son premier album. Un petit peu plus que (fin 2006) le groupe (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 2 octobre 2018

15 concerts à ne pas louper cet automne

Coming Soon Cela fait dix ans que le Scooby Gang baptisé Coming Soon a publié son premier album. Un petit peu plus que (fin 2006) le groupe avait fait forte impression lors du tremplin Dandelyon. Sans doute à l'époque aviez-vous découvert ce groupe dans ces pages. Il a depuis fait du chemin, que ce soit à travers de nombreuses collaborations et en multipliant les projets parallèles. Surtout en ouvrant l'éventail de son anti-folk initial vers des esthétiques alors insoupçonnées dont leur dernier album Sentimental Jukebox semble être un concentré. Le passage de Coming Soon pour un French Kiss au Club Transbo (petit nom des release parties consacrées aux locaux et aux amis) est comme une manière de retour au bercail pour les plus Lyonnais des Anneciens. Au Club Transbo le mercredi 10 octobre The Apartments La date du très rare Peter Milton Walsh au Marché Gare à l'occasion d'un Petit Bulletin Live en 2016 aura sans doute contribué à débloquer le compteur lyonnais de celui qui incar

Continuer à lire

Bruits de saison

MUSIQUES | Est-ce parce qu'on commence à être habitué à ce genre de cirque ? Toujours est-il que non, le bruit qui accompagnera la venue lyonnaise d'une Christine & the Queens au sommet du succès ne suffira pas à éclipser le reste d'une programmation de fort belle facture. Et vous savez quoi ? C'est tant mieux. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Mardi 6 janvier 2015

Bruits de saison

En matière de musique, la hate est un fruit de saison, savamment cultivée par les réseaux sociaux, par ce fléau mondial que constitue l'aigreur d'estomac – surtout en sortie de fêtes de fin d'année –, par quelques médias victimes d'hypocondrie culturelle et, il faut bien le dire, par ceux qui la provoquent. On a ainsi droit comme ça à un ou deux boucs émissaires par an cristallisant les crispations d'une certaine branchitude mal définie. On ne vous fera pas languir plus longtemps : après Woodkid, Stromae et Fauve (qui reviendra, le 2 avril, en grande surface qui plus est, puisqu'à la Halle Tony Garnier, ramasser des forêts de cœurs avec les doigts et sans doute quelques seaux de merde), c'est au tour de Christine & the Queens (4 mars au Transbordeur) d'énerver son monde sur le thème : talent fou ou blague de l'année ? Alors oui, dans ces cas-là, o

Continuer à lire

Motorama

MUSIQUES | Calendar (Talitres)

Stéphane Duchêne | Lundi 12 novembre 2012

Motorama

On a tous reçu un jour dans notre boîte aux lettres le prospectus d'un marabout africain comme il en existe des milliers, des prospectus en tout cas (on en connaît même qui en font collection). Lequel voyant-médium-génie-marabout promet de faire revenir l'être aimé en trois jours, de redresser les pénis tordus (un accident est si vite arrivé, et allez donc trouver un redresseur de pénis un dimanche) ou même de régler un problème informatique, bref de réduire un certain nombre de problèmes de la vie courante auxquels chacun finit un jour par être confronté. Il en existe même, ne nous demandez pas pourquoi, qui font « redémmaré les motos russes », en Français dans le texte, ce qui n'est pas la moins fascinante des facultés, vous en conviendrez. Bien sûr, encore faut-il disposer d'une moto russe et que celle-ci soit en panne. La probabilité en est il est vrai assez faible, encore que le fait de remplir la première condition (posséder une moto russe), accroît considérablement la seconde (qu'elle soit en panne). Vous avez déjà vu rouler une moto russe, vous ? CQFD.   Le fait est que le

Continuer à lire