TR/ST : seul, invaincu

Stéphane Duchêne | Mardi 3 février 2015

Photo : (c) Norman Wong


Madame – Maya Postepski – étant partie voir ce qui se trame du côté d'Austra, c'est seul que Robert Alfons, l'autre moitié fondatrice de TR/ST a œuvré, sur un second album baptisé Joyland. Et c'est encore une fois un truc insensé qui ressort de la confiance qu'on accorde à cet homme visiblement pas si seul dans sa tête. Quand on a l'impression d'écouter du Human League chanté par Joy Division et remixé pour les clubs par le Martin Gore période indus de Depeche Mode, on se demande si c'est nous qui avons une poussée de fièvre ou Alfons.

Pourtant, sur la pochette du précédent TRST apparaissait une drôle de créature que l'on qualifiera de transformiste. Et c'est bien ainsi que TR/ST continue de vouloir (ne pas) s'affirmer : comme un genre de créature musicale hybride totale, un Frankenstein électro-pop aux segments en apparence mal cousus. En apparence, seulement. Car ce qu'on a d'emblée aimé ici, et qui prend davantage corps sur Joyland, c'est cette manière d'assumer et de mettre au même niveau des influences nobles et d'autres du type "tube du grenier" que beaucoup qualifieraient de douteuses, avec cette voix qui se fait multiple et volatile.

Parce que derrière, en plus, et c'est sûrement ce qui fait tout tenir ensemble, le Canadien sait ménager une atmosphère absolument touchante et troublante, beaucoup plus vaste que sur le précédent disque, et beaucoup plus précise aussi, comme l'oeuvre de quelqu'un qui profiterait de sa solitude pour se laisser aller à frissonner sans retenue. Prouvant ainsi au passage que parfois il vaut mieux être seul que (très) bien accompagné.

Stéphane Duchêne

TR/ST
Au Sonic mardi 17 février

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

In Trust we trust !

MUSIQUES | Trust se serait donc une nouvelle fois reformé pour une tournée qui passerait par le Sonic ? Il faudrait être naïf pour le croire mais sur le papier tout porte à croire que c'est effectivement le cas. À moins qu'on ait affaire là à un cas d’homonymie caractérisé et accidentel. Ce sont des choses qui arrivent. Stéphane Duchêne.

Stéphane Duchêne | Vendredi 11 janvier 2013

In Trust we trust !

Bien, asseyons-nous tranquillement, détendons-nous les jambes – nous en aurons besoin plus tard pour danser – et évacuons d'entrée le malentendu qui sourd à l'horizon car on voit d'ici les fans d'un certain groupe punk français avoir des vapeurs anti-sociales et perdre leur sang froid. Alors voilà : non, Trust n'est pas la formation culte de Bernie Bonvoisin et du guitariste Nono – de toute manière une récente jurisprudence passée totalement inaperçue interdit, on cite, «à tout guitariste d'une formation d'inspiration rock de se faire appeler Nono, ça fait plouc». Précisons que cela vaut également pour les Dédés, les Gégés, les Momos, tous invités à se tourner vers l'accordéon ou la guitare manouche. Certes, on n'est pas beaucoup mieux barré avec le chanteur de notre Trust à nous : Robert Alfons, un patronyme qui fait davantage sous-secrétaire d'État aux hémorroïdes que rock star. Reste qu'avec son binôme Maya Postepski (on progresse), Robert est à la tête d'un Trust au magnétisme certain. Le genre de truc qu'on écoute sans trop y penser et qui vous colle au papier peint avant de vous envelopper avec, façon chrysalide. Confusion des gen

Continuer à lire

Métal hurlant

MUSIQUES | Musique / Parfois, entre la positive attitude de Lorie et les «coin-coin» de Brian Placebo, la Halle Tony Garnier se purge un peu les écoutilles en (...)

| Mercredi 13 décembre 2006

Métal hurlant

Musique / Parfois, entre la positive attitude de Lorie et les «coin-coin» de Brian Placebo, la Halle Tony Garnier se purge un peu les écoutilles en programmant du metal. Cette semaine, ce sont les monuments Trust et Tool qui viennent, coup sur coup, rappeler le temps où la Halle résonnait de cris de cochons. En plein n'importe quoi pré-présidentielles, les papys de Trust ont jugé utile de venir rebrailler un bon coup leur Anti-social. Et montrer que 26 ans plus tard, il y a toujours une ou deux raisons de perdre son sang froid. Mais si l'énergie et les convictions sont toujours là, les motivations ont changé : moins de coups de pompe dans le cul de la maréchaussée, davantage d'incitation au vote (tout le monde vieillit). Leur live, Soulagez-vous dans les urnes, s'il sonne parfois comme du Johnny, n'en agite pas moins la menace du Sarkoland, une sorte de Disneyland où le petit Nicolas serait à la fois un Mickey et complètement Dingo. Dans un autre genre, Tool a contribué depuis 1990 à polir le metal. Une touche de rock progressif à la King Crimson, un doigt (devinez lequel) de Pearl Jam, il n'en faut pas plus à Maynard James Kennan & Co pour scotcher des wagons de fans à leur metal

Continuer à lire