Anthony Joseph à A Vaulx Jazz : un poète hors-les-murs

Stéphane Duchêne | Mardi 10 mars 2015

Puisqu'il s'agit d'évoquer à travers la figure imposante de Sun Ra ce que l'on appelle majestueusement la Great Black Music, inutile de s'arrêter en si bon chemin quand se profile la venue d'un autre ressortissant de cette catégorie qui contient mille succursales : Anthony Joseph, au croisement désormais bien connu de l'afro beat, du hip-hop et du spoken word. Quand tout se présente bien, ces choses-là se marient dans des agapes d'évidence et c'est le cas avec Joseph, qui pratique la poésie au-delà des limites de la musique puisqu'il est plus largement écrivain et professeur à l'université.

Héritier inévitable des dinosaures du boom bap type The Last Poets comme de Fela Kuti, on n'en retrouve pas moins sur son dernier disque quelque chose qui va justement de Sun Ra au lignage afro-futuriste assumé par les P-funkers de Parliament et Funkadelic, particulièrement évident sur le morceau d'ouverture Time : Archeology.

L'album lui-même s'appelle Time et joue avec cette notion, se révélant tout à la fois vintage dans ses sonorités –– ce qui n'est pas nécessairement nouveau concernant Joseph, avec ou sans le Spasm Band, ici sans –– mais aussi notoirement intemporel.

Sans doute parce qu'il est le résultat d'une collaboration longtemps souhaitée avec MeShell Ndegeocello (composition, production, basse), qui a déconstruit puis reconstruit les fondations de l'Anglais dans une perspective non seulement black mais surtout carrément dark –– et parfois lacrymale comme sur la soul-pop toute en cordes de Tamarind.

En changeant la donne de cette manière, en l'épurant tout en multipliant les angles d'attaque, Ndgeocello renvoie aussi Joseph à ses bases et donc à son flow poétique ––– par exemple sur Michael X (Narcissus), simplement habillé de percussions et de saccades vocales, ou le conte mortifère Alice in the River.

C'est d'ailleurs ce qui fait le sel de cette collaboration, dans un feu d'artifices de textures sonores invraisemblables, y compris parfois en creux, en vide qui résonne : rendre à Joseph ce qui est à Joseph, son immense licence poétique et la manière qu'il a de la livrer.

Stéphane Duchêne

Anthony Joseph [+ Rejjie Snow]
A l'Epicerie Moderne mercredi 11 mars
Dans le cadre du hors les murs d'Á Vaulx Jazz


Anthony Joseph + Rejjie Snow

Soul, hip-hop
Épicerie Moderne Place René Lescot Feyzin
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Trente glorieuses pour À Vaulx Jazz

Jazz | Avant de probablement passer en biennale, l'incontournable festival À Vaulx Jazz fête ses 30 ans. Et si le programme comme sa durée sont resserrés, l'amateur de jazz et les fidèles auront de quoi retrouver ce qui fait son sel.

Stéphane Duchêne | Mardi 28 février 2017

Trente glorieuses pour À Vaulx Jazz

À Vaulx Jazz, 30e. Les mauvaises langues argueront que pour entrer dans sa quatrième décennie, le festival vaudais aurait pu frapper plus fort. D'autres se demanderont où sont passées les compositions artisanales en forme de masques tribaux ou de totems surréalistes de Bruno Théry, marque visuelle depuis des lustres, remplacées par le travail de jeunes graphistes lyonnais. En retournant la lorgnette on peut aussi, tout en saluant l'initiative de rendre les choses plus lisibles en recalant son hors-les-murs au mois de mars, voir là la volonté d'un festival qui a envie de se donner un coup de jeune, un coup de frais, histoire de ne pas basculer dans la routine. Bref d'aborder ses 30 ans du bon pied. Et de fêter ça dignement, quand on annonce que le festival pourrait passer en biennale (et donc fêterait ses 31 ans dans deux ans). Car il y aura quand même du grand nom jazz à se mettre sous l'esgourde. Le plus fidèle d'entre eux (qui fit ses débuts français en ce même festival il y a tout juste dix ans) étant

Continuer à lire

A Vaulx, du jazz à foison

MUSIQUES | Si cette édition d'Á Vaulx Jazz, qui va allègrement sur ses trente ans, se clôturera en apothéose supersonique avec un hommage appuyé à Sun Ra par Thomas (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 10 mars 2015

A Vaulx, du jazz à foison

Si cette édition d'Á Vaulx Jazz, qui va allègrement sur ses trente ans, se clôturera en apothéose supersonique avec un hommage appuyé à Sun Ra par Thomas Pourquery puis le Sun Ra Arkestra, les festivités ne s'arrêteront pas là. Enfin si, mais du moins ne commenceront-elles pas là. Dans la même série d'hommages à des artistes ou à des albums mythiques, devenue un peu par hasard l'une des marques de fabrique du festival vaudais, l'un des moments forts de cette mouture 2015 sera Over The Hills, création de l'iMuzzic Grand(s) Ensemble revisitant l'invisitable, à savoir l'opéra-jazz de Carla Bley et Paul Haines (au livret) Escalator Over the Hill, monument musical du tournant 60-70. Stéphane Kerecki et son quartet s'attaqueront eux à la musique de la Nouvelle Vague – également représentée par la projection de ce film free qu'est Pierrot le Fou qui témoigne de l'empreinte cinématographique du festival. Pour le reste, la thématique déployée par Á Vaulx Jazz tourne autour des «soufflants, des voix et des cordes» – ce qui est toujours, il faut bien le dire, un peu le cas. Où l'on

Continuer à lire

Anthony King

MUSIQUES | Si chaque année Anthony Joseph écume les festival en tous genres et de tous genres, c'est d'abord sûrement parce qu'il a du talent mais aussi parce que sa (...)

Stéphane Duchêne | Jeudi 1 mars 2012

Anthony King

Si chaque année Anthony Joseph écume les festival en tous genres et de tous genres, c'est d'abord sûrement parce qu'il a du talent mais aussi parce que sa musique protéiforme s'intègre dans n'importe quelle programmation. Soul king assumé, Anthony Joseph et son bien nommé Spasm Band naviguent essentiellement là où se rencontrent dans un grand fracas les puissants océans musicaux : Cap de Bonne Espérance Afro-funk, Cap Horn soul-caribéen. Ce Trinidadien installé à Londres, poète reconnu avant d'être chanteur, est un prêcheur héritier des beatniks converti par la transe des mots à celle de la scène. À elle toute seule, la musique de celui qui fantasme le Trinidad d'avant l'esclavage, faite d'incantations et de rythmes métisses est l'illustration des théories de l'écrivain Edouard Glissant. D'abord celle de «l'antillanité» qui revendique une identité caribéenne non exclusivement réductible à ses racines africaines. Puis celle de la créolisation du monde : ce «métissage qui produit de l'imprévisible», ce «mouvement perpétuel

Continuer à lire