3e résidence de la radio LYL avec Dalglish

Benjamin Mialot | Mardi 10 mars 2015

Lucas Bouissou et Simon Debarbieux en avaient assez d'entendre à la radio les mêmes sons et les mêmes tempos. Alors ils ont créé la leur de radio (dans un coin du cyberespace, mais en prenant soin de l'amarrer au vinyl shop Groovedge), l'ont baptisée LYL et l'ont dédiée à la promotion de musiciens pour lesquels le son est une matière indéfiniment transformable et le rythme une contingence parmi d'autres.

Écossais très tôt émigré en Californie, Chris Douglas est de ceux-ci, lui qui œuvre depuis plus de trente ans à repousser les frontières formelles de la musique électronique. Petite main de la révolution techno et précurseur de l'IDM au même titre que ses compatriotes britanniques restés au pays (Aphex Twin, Autechre), Douglas est ainsi l'auteur d'une vingtaine d'albums aux confins de l'ambient, de la noise et de l'électroacoustique dont l'écoute provoque la même admiration mâtinée d'incompréhension que la vue de la pointe de Grenen, cette bande de terre danoise où se confondent en d'indescriptibles fracas la mer du Nord et la Baltique.

Plus connu sous le nom d'O.S.T., c'est dernièrement sous celui de Dalglish qu'il a poursuivi ses travaux, notamment sur Niaiw Ot Vile, son disque le moins confidentiel – car paru chez PAN, la Mecque berlinoise de l'expérimentation. Entre cliquetis industriels et réverbérations du fond des âges, Chris Douglas semble y faire graviter toute la mémoire du monde autour de celle d'un ami disparu. Et le dispositif quadriphonique propre à la résidence de LYL au Croiseur ne sera pas de trop pour rendre la densité de la chose.

Benjamin Mialot

Dalglish [+Opéra Mort]
Au Croiseur samedi 14 mars


Dalglish + Opéra Mort


Le Croiseur 4 rue Croix-Barret Lyon 7e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Bistrot Senior : une cantine radiophonique

Restaurant | L’année dernière LYL Radio déménageait en face de (feu) Chez Émile, le disquaire. Et posait son studio dans un bistrot. Qui prit doucement son envol avant d’être fauché par la Covid-19. Cette rentrée est l’occasion de le (re)découvrir.

Adrien Simon | Mercredi 23 septembre 2020

Bistrot Senior : une cantine radiophonique

Un chroniqueur parisien nous demanda un jour un conseil dînatoire "en régions" : on l’envoya fissa chez un futur étoilé. Son verdict, en substance : « c’était bon mais la musique était gênante ». Et voilà les cuistots priés de soigner — bien plus que nos estomacs — nos oreilles. Eux qui ont déjà mis un pied en salle (rencontrer les hôtes), un nez dans le verre (accorder mets et boissons) et un œil sur les réseaux (on y fait plus de flammes qu'aux fourneaux). "Ambianceur sonore" sera peut être un autre de ces métiers nécessaire au succès d’un bouge branché — avec le décorateur d’intérieur, la designeuse culinaire, et le conseiller en image. Au risque que l’avalanche sensorielle finisse par fatiguer. Ceci étant dit, on admettra volontiers qu’une sale bande-son puisse gratouiller les oreilles, comme une mauvaise odeur le nez, et dans les deux cas finisse par gâcher un repas. Il est autorisé de ne pas être sensible à ce qui sortira des enceintes dans le bistrot dont on va parler. Mais il faudra admettre que l'équipe prend la question musicale au sérieux ! Son tenancier, Lucas Bouissou, est le boss de LYL : une Web radio née en 201

Continuer à lire

"T2 Trainspotting" : le retour des héro(ïnomane)s

Critique | Vingt ans après avoir entubé son monde, Mark règle ses dettes avec les intérêts. Quant à Danny Boyle, il fait sagement fructifier le capital sympathie de ses défoncés en dealant du shoot visuel et sonore aux quadras nostalgiques de leurs vingt ans. Une honnête rechute.

Vincent Raymond | Mardi 28 février 2017

Saisi par le remords (entre autres impérieuses raisons), Mark Renton quitte sa planque d’Amsterdam et retourne à Édimbourg où Sick Boy semble prêt à tout lui pardonner, à condition qu’il l’aide à ouvrir un bordel. Mais le pire est à craindre : Begbie s’est évadé de prison… Souvent, la suite tardive d’un succès “générationnel” se révèle honteuse ou paresseuse — on s’abstiendra, par charité, de rappeler les exemples des Inconnus, des Bronzés, de Trois Hommes et un couffin ou de tant d’autres merveilles. Montées pour de mauvaises raisons (aisément d€vinab£€$), elles déçoivent leurs fans transis, qui n’osent pas s’avouer désappointés devant le naufrage de leurs illusions. Sans scintiller ni déchoir, Trainspotting 2 peut se targuer d’être une “bonne” suite. On se ca(l)me ! Boyle donne ce qu’ils attendent à ses clients : il prolonge les péripéties de sa bande presque assagie de junkies en usant d’une intriguette prétexte à une suite de sketches parfois réussis — la méthode a jadis fait ses preuves dans les Don Camillo. Il ne se risque pas à la surenchère trash ou dest

Continuer à lire

Webradios : retour vers le futur

LYL & RADIOSHIC | C'est un vent de fraîcheur soufflé par une poignée d'agité-e-s retrouvant l'esprit des radios libres du début des années 80 : éclectiques et militantes, artisanales et indépendantes, les webradios fédèrent les énergies tout en éclatant les formats.

Lisa Dumoulin | Mardi 13 décembre 2016

Webradios : retour vers le futur

Ce n'est pas une histoire d'âge. Ni de style. Mais d'énergies. « Notre animateur le plus jeune a 19 ans, le plus vieux 74 ans : il s’agit de Michel Caillat, à Genève » explique Lucas Bouissou, le fondateur de LYL, qui poursuit : « c'est une bible du jazz, qui anime l’émission Des musiques créoles. Nous avons des professeurs du conservatoire, des DJs, des patrons de labels, des disquaires, des chercheurs en musicologie… » détaille-t-il encore. De fait, sa radio balaye un large spectre de styles : de l'electro-acoustique à la musique baroque médiévale, en passant par le funk, la soul, le jazz et la new wave, le disco, la techno... On peut y entendre un professeur de musique classique qui étudie Jimi Hendrix, un collectif féminin qui programme exclusivement des musiques produites par des femmes (Polyphones), ou encore l’émission Chose contraire qui mêle littérature et musique. Créée durant l’été 2015 par Lucas, LYL possède un studio fixe qui n'a rien à envier aux FM, installé depuis début février 201

Continuer à lire

Les soirées du 9 au 15 septembre

MUSIQUES | Trois RDV nocturnes à ne pas manquer : Ikonika à La Marquise, la première Ravesodie au Box Boys et N1L à l'Atelier Sumo.

Benjamin Mialot | Mercredi 9 septembre 2015

Les soirées du 9 au 15 septembre

11.09 Polaar Cette fois c'est la bonne : initialement annoncé pour la fin juin, le second volet de la déclinaison vinyle du Ritual de Flore sera disponible le 22 septembre. Et audible lors de la prochaine Polaar (à La Marquise), où la dame présentera également la nouvelle signature de son label, Hoodrat, jeune Lyonnais versé dans l'art rebondissant du Jersey club (du breakbeat à casquette snapback, en gros). Olive sur la pizza champignons-fromage, c'est la Londonienne Ikonika, égérie renfrognée de l'avant-garde bass music – grâce à son approche paradoxalement très candide de la mélodie – qui complète l'affiche.

Continuer à lire

Les soirées du 10 au 16 juin

MUSIQUES | Trois RDV nocturnes à ne pas manquer cette semaine : le vernissage de l'expo Mawil au Goethe-Institut, Scratcha DVA à La Marquise et la résidence LYL au Croiseur. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 9 juin 2015

Les soirées du 10 au 16 juin

10.06 Tournoi de ping-pong auteurs-public Quand il ne raconte pas par procuration sa jeunesse à l'ombre du mur de Berlin (Kinderland, chez Gallimard, pavé de 300 pages aussi captivant dans sa description de l'insouciance enfantine que dans ce qu'il raconte en filigrane de la RDA), le dessinateur Mawil joue les selectors. Ce sera le cas trois jours avant le coup d'envoi du festival, dans le cadre du vernissage de l'expo que lui consacre (ainsi qu'à sa compatriote Barbara Yelin) le Goethe-Institut. Un événement d'autant plus intrigant qu'il fera suite à un tournoi de ping-pong à la mode est-allemande que nous comptons bien remporter.

Continuer à lire