Un "Orphée et Eurydice" sans tralala

MUSIQUES | A l'Opéra de Lyon, David Marton signe dans le cadre du festival des "Jardins Mystérieux" une mise en scène intelligemment aride du chef-d'oeuvre de Gluck. Pascale Clavel

Pascale Clavel | Mardi 17 mars 2015

Photo : Stofleth


Au beau milieu d'un XVIIIe siècle qui cherche des dorures de plus en plus dorées et des ornements de plus en plus ornés, Christophe Gluck prend un sacré contrepied et compose un opéra d'une simplicité émouvante. Orphée et Eurydice contraste en effet sauvagement avec les mœurs esthétiques et musicales de l'époque – écrire un opéra à trois personnages, sans plus d'esbroufe, il fallait le faire.

Inutile de revenir sur Ovide, qui installa le mythe fondateur, ou sur les quelques modifications apportées par Gluck : de la beauté, de l'amour, du tragique, un esprit champêtre qui se fissure vite et nous voilà au cœur de ce drame humain qui traverse les grands opéras. Que faire du vide ? Que faire de l'absence ? Que faire de soi-même après la perte d'un être cher ?

Ce n'est pas parce qu'il est "le plus en vue du moment" que la mise en scène de David Marton fait mouche. Sans tralala, le jeune hongrois pose un décor unique, sorte de no man's land ensablé, d'entre-deux cotonneux, puis par petites touches, tisse judicieusement son propos. Sa plus belle idée, certes un peu schizophréne : montrer non pas un mais deux Orphée. L'un, comme il se doit, jeune et beau, l'autre vieux et ravagé par la douleur d'avoir perdu Eurydice. Marton va jusqu'à faire chanter simultanément le même air aux deux Orphée, pour l'occasion transposés en écrivains, comme une possibilité éphémère que les temps se confondent.

Le tout fonctionne assez bien, à l'exception de ce choeur de six enfants, censés représenter l'Amour et tout son vécu de leurs voix si pures, si fragiles, si parfaites... Dès leur arrivée en petits soldats blancs maladroits, l'étonnement s'installe et ne nous quitte plus : comment Marton a-t-il pu se laisser aller à pareille facilité ?

Victor von Halem campe pour sa part un vieil Orphée que chacun a envie de consoler. Convaincant comme acteur, il chante avec une élégance rare, son timbre chaud et rond – sans puissance exagérée – se révélant proprement bouleversant.

On ne peut en dire autant des deux jeunes héros. Christopher Ainslie est un Orphée certes très séduisant, avec son t-shirt blanc près du corps et son costume de gendre idéal, mais guère plus –on doute que sa voix de contre-ténor, non contente de ne transporter personne, fasse peur au Cerbère.

Quant à Elena Galitskaya, on l'a connue plus en forme vocalement et plus présente scéniquement. Restent des chœurs très investis et d'une belle homogénéité et, surtout, la direction musicale d'Enrico Onofri, précise, d'une grande finesse et libérée de toute contingence formelle, qui sert à merveille et les chanteurs et Gluck.

Orphée et Eurydice
A l'Opéra de Lyon jusqu'au 29 mars


Orphée & Eurydice

De Gluck, ms David Marton, dir mus Enrico Onofri, par l’Orchestre et chœurs de l'Opéra de Lyon, 2h30
Opéra de Lyon Place de la Comédie Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Requiem pour des doux

Théâtre | Dans une version digeste habilement menée, Alex Crestey garde la profondeur du mythe d'Orphée et Eurydice tout en lui offrant quelques respirations bienvenues car l'effroi n'est jamais loin.

Nadja Pobel | Mardi 12 décembre 2017

Requiem pour des doux

Il fallait les entendre ces mômes de dix ans rire pour masquer leur peur pour les plus chanceux ou laisser échapper un cri pour d'autres. C'est que le théâtre, avec trois fois rien, peut provoquer des émotions d'une force presque violente tant la proximité avec les comédiens ne protège de rien. Pas de quatrième mur pour ces écoliers-là qui sont le réceptacle d'un spectacle finement construit. Alex Crestey, issu comme la plupart de ses acolytes du décidément précieux Conservatoire de Lyon a amputé le livret originel de la fin et la renaissance d'Eurydice mais a tout de même gardé la trame, notamment musicale, de cet opéra signé Gluck. En version piano solo, la partition n'en demeure pas moins tragique et inquiétante entrecoupée d’œuvres bien plus récentes comme des airs de l’indémodable (vraiment ?) Dalida, de la grande Piaf ou le très blues et presque disco avant l'heure What a difference a day makes de Dinah Washington. Ce mélange des genres étonne et détonne. Mais ne jure jamais tant les deux duos d'acteurs tiennent leurs rôles et que le travail sur le maquillage et les costumes accompagne ces gestes.

Continuer à lire

À l'Opéra, un "Faust" à se damner

MUSIQUES | Ouvrir une saison d'opéra avec une œuvre aussi hybride que "La Damnation de Faust" de Berlioz peut dérouter. À cette aune, le metteur en scène David Marton a fait le bon choix, s'effaçant pour mieux en servir la richesse musicale. Pascale Clavel

Pascale Clavel | Mardi 13 octobre 2015

À l'Opéra, un

Avec la Damnation, Berlioz s’attaquait à un mythe comme d’autres s’attaquent à l’Everest : avec la soif d’en découdre et l'obsession d’y être enfin. En bon romantique, autrement dit en bon désespéré du genre humain, il s'y inspire très lointainement du Faust de Goethe (par Gérard de Nerval interposé), condamnant le savant prêt à pactiser avec le Diable pour assouvir son appétit de connaissances là où l'auteur lui offrait un salut. Fort de ce terreau dramatique exceptionnel, Berlioz a ensuite, comme pour son Requiem et son Roméo et Juliette, pris le temps de laisser s'installer la féerie, travaillant d'une manière organique les voix et les instruments, jusqu'à en faire de véritables chairs et ossatures, enchaînant les tableaux comme autant de formes insaisissables, tantôt opéra, tantôt oratorio. La discrétion selon Marton Il y a du matériel dans cette œuvre pour un metteur en scène aussi doué que David Marton, le livret se révélant un véritable catalogue d’émotions, articulé autour des notions de pouvoir, de destinée et de rédemption. De fait, le jeune Hongrois signe là une mise en scène tout au service de la mu

Continuer à lire

La rentrée musique côté classique

MUSIQUES | Cette saison, tous les lieux lyonnais consacrés aux musiques dites savantes affichent un programme qui ose, qui revendique, qui dénonce une époque contemporaine en plein repli. De belles expériences en perspective.

Pascale Clavel | Mardi 22 septembre 2015

La rentrée musique côté classique

Peter Pan, Jean-Sébastien Bach et Matrix sont dans un bateau. Rien d’halluciné dans ces propos, juste une lecture aiguë de la nouvelle saison de l’Auditorium. Depuis l’arrivée du très décomplexé Jean-Marc Bador à la tête de la maison, la programmation s’affole, s’emballe et le choix semble si vaste qu’on pourrait s’y perdre. Il faudrait tout tester, devenir un mélomane glouton. Certains diront qu’il y en a pour tous les goûts, d’autres que, franchement, c’est trop. Partons de l’idée que la proposition est alléchante. Les portes se sont ouvertes sur l’inoxydable Symphonie n°9 de Beethoven dirigée par Léonard Slatkin. Cerise sur le gros gâteau, le public s'est vu investi d’une belle mission : chanter l’Hymne à la joie à tue-tête, avec ses tripes et ses convictions, acte quasi politique en ces temps où la fraternité entre les peuples est plutôt mise à mal – Jean-Marc Bador et Léonard Slatkin martèlent d'ailleurs d’une seule voix leur volonté d'«effacer les distances et gommer le temps» ; vaste ambition, utopie régalante. L’énigmatique pianiste Hélène Grimaud et l’indémodable Ton Koopman seront tous deux artist

Continuer à lire

L’aventure continue

MUSIQUES | Après un faux départ pour Dresde, Serge Dorny a été confirmé dans ses fonctions de directeur de l’Opéra de Lyon. Et entend, avec sa saison 2014-15, donner toute la place aux écritures contemporaines et aux nouvelles générations d’artistes. Pascale Clavel

Pascale Clavel | Mardi 23 septembre 2014

L’aventure continue

La saison de l'Opéra de Lyon s’ouvre le 11 octobre avec un Wagner, et pas n’importe lequel, Le Vaisseau fantôme (du 11 au 26 octobre), opéra fantastique qui réconcilie les amoureux fous de son répertoire et les autres. Ce premier chef-d’œuvre du compositeur allemand a en effet tout pour plaire : une intrigue palpitante, un drame insoutenable, des leitmotivs comme seul l'auteur de L'Anneau du Niebelung sait en fabriquer. A la baguette, on retrouvera le chef permanent Kazushi Ono et, pour la quatrième fois à Lyon, le génial Alex Ollé de la Fura del Baus à la mise en scène. La saison se poursuivra avec un opéra féerique de Dvorak, Rusalka (du 15 décembre au 1er janvier), sous la direction du jeune chef russe Konstantin Chudovsky et sur une mise en scène de Stefan Herheim qui transpose habilement le propos dans un univers urbain inquiétant,   malmenant le spectateur et le mettant au cœur d’un monde implacable et repoussant de réalisme. En janvier, c’est Mozart qui s’invite avec Idoménée (du 23 janvier au 6 février), drame intemporel et troisième incursion pour le composite

Continuer à lire