The Pains of Being Pure at Heart, pop nostalgique

Stéphane Duchêne | Mardi 31 mars 2015

Décidément quelle que soit la manière dont ils s'y prennent, les Pains of Being Pure at Heart, de retour à Lyon, au Marché Gare le 7 avril, sont bien la preuve qu'en terme de pop – qu'elle soit indie ou pas – on n'inventera jamais rien de mieux qu'une bonne chanson. Quitte à ne rien inventer d'autre et à recycler ad lib.

Changeant de nostalgie comme on change de look à l'adolescence, ces vrais-faux jeunes Brooklynites peuvent bien explorer le spectre indie-pop – ici un versant très Sarah Records versus The Smiths en forme de nostalgie au carré – après le plus noisy Belong, produit par Flood et Alan Moulder, ces deux monolithes de la console, on s'y retrouve toujours, comme guidé par des petits cailloux spatio-temporels qui nous ramènent avec délice vers le passé.

Et comme l'indique le titre de l'album Days of Abandon, on s'abandonne très vite sur des titres comme Life after Life, porté par Jen Goma, échappée d'A Sunny Day in Glasgow en remplacement de Peggy Wang, ou Until the Sun Explodes et ses accents curistes à la Just Like Heaven. Bref, on est en famille, entre amis du shoegazing, de la pop ligne claire, du noisy élégant et de tout ce qui ne devrait plus se faire, sauf à le faire aussi bien. Ce qui justifie toutes les entorses du cœur.

Stéphane Duchêne


The Pains of being pure at heart

Pop, shoegaze
Marché Gare 34 rue Casimir Périer Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

La tête et les jambes

MUSIQUES | Qui a dit que le vélo était un sport de ringards aux jambes rasées ? Pas le festival Roulez jeunesse, qui tout au long d'un programme alliant joie de la pédale et plaisir musical entend réconcilier petite reine et rois de la hype. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Mardi 3 juin 2014

La tête et les jambes

Au départ, à ce qu'on avait entendu, Roulez Jeunesse entendait célébrer le cyclisme dans ce qu'il a, sans mauvais jeu de mots, de plus "classique" : les cuissardes à peau de chamois, le Tour de France, le bronzage en T. Autant de choses qui passionnent l'un des initiateurs de l'événement : le directeur du Transbordeur, Cyrille "Guimard" Bonin, incollable sur la petite reine et la Grande Boucle.  On ne sait guère ce qui a rendu cet événement moins orienté sur le versant Laurent Brochard de la pédale que vers son côté hip, toujours est-il que le chemin emprunté est un peu différent. Et peut-être un peu plus cohérent avec l'idée de mariage vélo-musiques actuelles – la vérité c'est que les mecs du Tour de France n'écoutent bien souvent que de la daube entre deux soufflantes de Marc Madiot dans l'oreillette ; la vérité c'est que le cycliste pro a les goûts musicaux de Gérard Holtz.  Niveau vélo en effet, ce sera plus ambiance fixie (ce vélo sans dérailleur qui fait fureur chez les hipsters qui aiment à prendre les bosses en 53x12), BMX, et bike polo (du polo garanti 100% sa

Continuer à lire

Génération X-Y

MUSIQUES | Si l'on devait voir une revanche de la génération X dans la réédition de quelques monuments du grunge ou du shoegazing – cette musique que l'on joue sans (...)

Stéphane Duchêne | Vendredi 23 mars 2012

Génération X-Y

Si l'on devait voir une revanche de la génération X dans la réédition de quelques monuments du grunge ou du shoegazing – cette musique que l'on joue sans trop y croire en marchant sur sa mèche dans des habits beaucoup trop chauds pour la saison - comme le sublime Nowhere de Ride ou le Loveless de My Bloody Valentine, on en oublierait l'essentiel : la génération Y – puisque le terme est à la mode – a totalement investi les murs de guitare sur lesquels les X allaient s'asseoir les jours d'ennui. Elle s'y est installée et n'a même pas pris soin de refaire la déco, ni même le ménage. Veronica Falls, comme Girls, les Dum Dum Girls ou les plus sémillants The Pains of Being Pure at Heart, sont de ceux-là. Il fallait voir en juin dernier, les X s'ébattre comme des poulets sans tête aux concerts de ces derniers aux milieux de Y et même de quelques Z, faisant comme si cette musique leur appartenait, rejouant la vieille citation de l'auteur de Génération X justement, Douglas Coupland : «J'avais la nostalgie de l'événement au mom

Continuer à lire

À la Pains

MUSIQUES | «La critique est facile, l'art est difficile», disent généralement les poètes à deux sous. Heureusement, le pastiche (et le pastis aussi, mais ça c'est une (...)

Stéphane Duchêne | Vendredi 17 juin 2011

À la Pains

«La critique est facile, l'art est difficile», disent généralement les poètes à deux sous. Heureusement, le pastiche (et le pastis aussi, mais ça c'est une autre histoire, à boire avec modération) permet bien souvent de réduire la distance qui les sépare et ils finissent par se faire des clins d'œil du style «chez toi ou chez moi ?». C'est ce à quoi contribue, peut-être bien malgré lui, on ne saura jamais vraiment, un groupe tel que The Pains of Being Pure at Heart. Depuis deux albums, les Brooklynites explorent le terrain longtemps redevenu vague de la pop anglaise des années 90. Le second, Belong, appartenant plutôt au genre noisy qui de Teenage Fanclub à Ride, de The Jesus & Mary Chain à My Bloody Valentine partait à l'assaut de notre cerveau reptilien à coups de mélodies imparables enfouies sous des murs de guitares. Ce que le groupe nie mollement, sans doute un peu par coquetterie. Les psychanalystes musicaux parleraient d'un cas typique de dénégation. Surtout de la part d'une formation qui pousse le bouchon jusqu'à faire appel à deux des metteurs en son incontournables des années 80, le binôme longtemps insécable Flood/Alan Moulder, é

Continuer à lire