Reperkusound, dix ans d'éclectisme électro

MUSIQUES | Plus versatile que jamais, le festival Reperkusound fête son dixième anniversaire avec quelques invités de marque et des créations originales. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 31 mars 2015

On a pas mal pesté contre l'inadéquation entre l'identité visuelle des Nuits de Fourvière 2015 – des photos du Burning Man, grand-messe de la liberté individuelle, de l'autosuffisance et de la création indie qui investit chaque été le désert du Nevada – et leur programmation. Mais au moins est-elle à l'avantage du dernier jouet de la Métropole.

Le cas du festival Reperkusound est plus problématique : les collages techno-animaliers qui ornent ses supports de communication, comme surgis d'un temps où le leet speak (pardon, le 1337 5|*34|<) était la dernière mode, laissent entendre qu'il ne s'adresse qu'aux teufeurs à poil long non toilettés et/ou aux ressortissants de Doucheville – là où le soleil brille si fort qu'il faut aussi porter des verres protecteurs en intérieur.

Or s'il y a pas mal de ça (autrement dit de la trance, du dubstep et de l'electro house, entre autres musiques trop souvent cabotines), Reperkusound a toujours eu la qualité de son défaut : une volonté affirmée de faire entendre la chose électronique dans son acception la plus large possible.

La preuve par dix

C'est particulièrement vrai pour sa dixième édition, qui battra notamment au rythme de la house à l'élasticité typiquement 90's de Dusky, de la pop kaléidoscopique de l'entertainer Rich Aucoin, de la cumbia canaille de Ya Legros, de la black music pour blancs-becs des exubérants dOP et, côté local, de la new wave moulée dans du lycra de Caspian Pool.

Et puisqu'on parle d'affiche, un mot sur ceux qui en seront les têtes. Outre Noisia, trio néérlandais qui depuis le début des années 2000 produit de la drum'n'bass comme on actionne un boulet de démolition, Reperkusound recevra trois figures emblématiques de la révolution électronique.

Primo Amon Tobin, jazzman 2.0 – sur ses premiers albums, il rétro-concevait le genre en des chefs-d'œuvre d'abstraction polyrythmique – devenu au fil de sa longue carrière l'inventeur d'une sorte de musique concrète du futur – par le recours exclusif à des field recordings. Deuxio Nightmares on Wax, autre grand enfant de la culture vinyle, qui contribua de son côté à la définition du son Warp en recombinant les sons afro-américains en d'irrésistibles déclarations d'amour enflammées (et enfumées) au groove. Et enfin Étienne de Crécy, sans doute le représentant le plus effacé de ce qu'on appela la French Touch, qui viendra présenter le troisième volume de Super Discount, ce projet collaboratif et ludique qui le voit chaque décennie remettre à zéro les compteurs du spleen binaire (dans tous les sens du terme).

Mais la vraie surprise de cette édition est ailleurs. Sous notre nez en fait, puisqu'il s'agit du baptême du Flynimalerie Orchestra, soit la réunion scénique de l'as des platines DJ Fly, de deux des MCs les plus affamés du collectif L'Animalerie (Anton Serra et Lucio Bukowski) et d'un quatuor de musiciens a priori inaccordables (un violoncelliste, un violoniste, un beatmaker et un guitariste). Comme une cerise sur le gloubi-boulga.

Reperkusound
Au Double Mixte du vendredi 3 au dimanche 5 avril

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Le festival Reperkusound annulé, de nouveaux spectacles reportés

Covid-19 | Annulés On le pressentait dès lundi, le festival Reperkusound est annulé suite aux dispositions prises par le gouvernement pour lutter contre la (...)

Sébastien Broquet | Mercredi 11 mars 2020

Le festival Reperkusound annulé, de nouveaux spectacles reportés

Annulés On le pressentait dès lundi, le festival Reperkusound est annulé suite aux dispositions prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du virus Covid-19. L'interdiction des rassemblements de plus de 1000 personnes jusqu'au 15 avril, prononcée dimanche soir, a sonné le glas des espoirs de l'organisateur, Mediatone : le festival qui devait se dérouler au Double Mixte du 10 au 12 avril devait accueillir près de 4600 personnes et accueillir des artistes comme Pendulum, Panda Dub, ou encore Fakear. C'est un coup extrêmement dur porté à ce producteur indépendant qui organise depuis vingt ans de nombreux concerts à Lyon : le festival Reperkusound représente la moitié de son chiffre d'affaires annuel. La Maison de la Danse a annulé deux spectacles : Marry me in Bassiani du collectif (La)Horde qui devait se dérouler les 13 et 14 mars et la soirée C'est Extra du samedi 14 mars. Les autres

Continuer à lire

24h Party People

Reperkusound | Le festival favori de la jeunesse lyonnaise qui vient souvent là découvrir pour la première fois ce genre de grand raout festif aligne une programmation (...)

Sébastien Broquet | Mardi 7 janvier 2020

24h Party People

Le festival favori de la jeunesse lyonnaise qui vient souvent là découvrir pour la première fois ce genre de grand raout festif aligne une programmation dans la lignée de ses précédentes éditions, logiquement pour la dernière fois au Double Mixte de Villeurbanne. On retrouve donc les spécialistes de la cavalcade électronique pour fosse géante, du style Boris Brejcha et Casual Gabberz, de la techno plus fine avec La Fraîcheur, les quelques grosses machines à dub de ces dernières années (Panda Dub, Kanka), les incontournables ethno-tranceux en live de Highlight Tribe, de la pop électronique avec Suzane ou Fakear, du hardcore avec deux Spiral Tribe sous patronyme R-Zac, et même Manu Chao sans Manu Chao, puisque c'est son DJ attitré, Gambeat, qui vient animer la fête sous l'égide du Radio Bemba sound-system. On guettera ces deux pistes aguicheuses : la bande de filles complètement délurées de 24hr

Continuer à lire

Doppio : escapade culinaire à São Paulo

Restaurant | Le chef d'un très bon restaurant italien change tout et propose désormais une cuisine traditionnelle brésilienne : bienvenue à Doppio.

Adrien Simon | Mardi 18 juin 2019

Doppio : escapade culinaire à São Paulo

La rue Neuve est une mini-rue Mercière, c'est-à-dire à haute densité culinaire. C'est un alignement un peu bordélique de restos en tout genre, plutôt qualitatifs : après la brasserie Bocuse, un bouchon (Le Meunière), de la bistronomie chinoise (La Table Wei), un snack sans gluten (My Petite Factory), un pub à manger (Lyon's GastroPub), et bientôt une pizzeria du gang parisien Big Mamma. Il y avait aussi là un restaurant italien bien côté. Avec un cuistot ayant fait ses classes chez les meilleurs transalpins, notamment la triple-étoilée Nadia Santini. Étant donné la qualité de son travail, décrit comme "chirurgical" par le guide rouge, son chef aurait pu aller tranquillement cueillir des distinctions. Mais après sept ans à servir pâtes et risottos, il vient d'opérer un violent demi-tour. Il n'avait pas envie de ça Il s'avère qu'Augusto Garcia Santos est brésilien. Qu'il a quitté son pays à 27 ans, direction la France pour apprendre l

Continuer à lire

Paula Temple enchante le Reperkusound

Festival | Retour du vendredi 19 au dimanche 21 avril du Reperkusound, toujours au Double Mixte avec comme d'habitude du gros nom (...)

Sébastien Broquet | Mardi 9 avril 2019

Paula Temple enchante le Reperkusound

Retour du vendredi 19 au dimanche 21 avril du Reperkusound, toujours au Double Mixte avec comme d'habitude du gros nom techno à l'affiche : passons sur Len Faki, privilégions l'engagée Paula Temple et la cavalcade sans concession de Helena Hauff pour s'oublier dans les puissants kicks de la fin de nuit 1. Second soir ? On ira voir par curiosité ce que donne le nouveau live de High Tone, qui vient de sortir un curieux nouvel album opérant un virage techno qui pourrait déstabiliser les fans - ou convertir tout le monde sur le dancefloor. Ce que la paire Tambour Battant a toujours su faire avec brio et énergie. La nuit 3 comblera les nostalgiques de la grande période de la drum&bass, avec les retours un peu surprise de Aphrodite ou encore Elisa do Brasil. C'est aussi le soir où il faudra se précipiter devant le show de Eustache McQueer, pépite locale programmée sur une aguicheuse scène fêtant les vingt ans de Jarring Effects sur laquelle on retrouve également Deluge (projet hip-hop avec Rrobin) et Sale Affaire

Continuer à lire

Meute sonne la charge

Reperkusound | Une fanfare qui reprend des hits techno ? Déjà vu, mais Meute emporte le morceau tout de même. Au Reperkusound vendredi.

Sébastien Broquet | Mardi 27 mars 2018

Meute sonne la charge

Leur reprise du Man with the Red Face, anthem techno signé Laurent Garnier, les a catapulté dans le paysage de la hype et ils ne sont toujours pas ressorti du cadre. Meute, c'est de cette fanfare dont on parle, a même vite été adoptée par le maître qui les a conviés sur son festival Yeah. De la techno en fanfare ? Rien de nouveau, l'on se souvient du projet monté par Jeremy Deller, l'artiste conviant The Williams Fairey Brass Band à reprendre le répertoire acid house pour mieux montrer les convergences de ces deux musiques populaires issues de la classe ouvrière que sont la fanfare du village et l'acid house dont les raves parsemaient alors les campagnes. C'était fabuleux sur scène, surprenant sur disque. Meute, lancé en 2015 par onze barbus (ou presque) à Hambourg, s'en inspire ardemment, reprenant là encore le répertoire techno, plus contemporain il est vrai (outre Garnier, le Rej des Allemands de Âme, Every Wall was a door de N'To ou encore Miss You de Trentemøller) dans un album sorti à l'automne dernier et baptisé Tumult

Continuer à lire

Une rentrée foisonnante

Les concerts à venir | Une nouvelle salle (le Razzle, dont l'ouverture est repoussée) et un nouveau festival (Transfer) marquent cette rentrée des classes côté concerts, l'agglomération étant dotée d'une offre toujours aussi foisonnante. Faites vos choix !

Sébastien Broquet | Mardi 3 janvier 2017

Une rentrée foisonnante

Du côté des festivals Aux Nuits de Fourvière, l'on a commencé à dévoiler quelques noms : ainsi, c'est Lamomali qui ouvrira les festivités ; si ce nom ne vous dit encore rien, sachez que sont ici réunis deux virtuoses de la kora, Toumani et Sidiki Diabaté, autour de M (Matthieu Chedid) pour un projet dédié au Mali, en compagnie également de la chanteuse Fatoumata Diawara et du rappeur Oxmo Puccino (du 1er au 3 juin au Grand Théâtre). Le transversal Titi Robin sera lui en résidence à l'Épicerie Moderne pour préparer une création donnée live dans le cadre du festival, sur la scène de l'Odéon, le 5 juillet. Enfin, Vianney est annoncé le 24 juillet au Grand Théâtre. Côté Nuits Sonores, l'on peut noter les dates : du 24 au 28 mai. Et le changement de lieu : ce sera dans l’ancienne usine Fagor-Brandt, dans le quartier de Gerland. Les noms viendront plus tard. Plus proche de nous, le Reperkusound (au Double Mixte du 14 au 16 avril) a lâché une grande partie de sa programmation : des cartes blanches prometteuses, dont une à

Continuer à lire

Insomniaque

Clubbing | Trois plans pour vos nuits blanches.

Sébastien Broquet | Mardi 22 novembre 2016

Insomniaque

26>11>16 LE SUCRE GARÇON SAUVAGE À savourer en duo, en tandem ou en couple : cette Garçon Sauvage convie deux paires de platinistes aux sets métissés et enjoués. Une lyonnaise, les Sheitan Brothers, dont on ne sait encore ce qu'ils vont inventer pour se faire remarquer (remember leur ouverture des Jeux Olympiques l'été dernier) et l'autre parisienne, Pouvoir Magique, issue du collectif Mawimbi, pour une nuit queer et forcément très sauvage déflorée par Bolito. Paradise. 26>11>16 NINKASI SUPER DISCOUNT Le concept marketing initié dès 1996, en pleine explosion de la french touch, fait toujours autant recette... Mais comme les ingrédients sont savoureux (disco, house, pop ou techno : tout s'emmêle) on accepte sans rechigner la grande braderie, même si ça fait longtemps que De Crécy n'invente plus grand chose, même

Continuer à lire

15 concerts où emmener votre amant/e, votre petit cousin ou même votre maman

Sélection | Sortez vos agendas, montez le volume : voici 15 concerts où choper des acouphènes, siroter des mousses et accessoirement, parfaire votre culture musicale ; de la sono mondiale au hip-hop américain, en passant par l'underground finlandais, point de répit pour les esgourdes.

Gabriel Cnudde | Mardi 20 septembre 2016

15 concerts où emmener votre amant/e, votre petit cousin ou même votre maman

HD Been Dope À peine 20 ans, une dégaine d'adolescent et il est pourtant l'un des poids lourds de la scène hip-hop new-yorkaise. Lui, c'est HD Been Dope, adulé par la critique et par ses confrères depuis sa première mixtape, sortie à 16 ans seulement. Avec son flow calé sur des instrumentaux très 90's, le jeune MC veut aller chercher ce qui se faisait de meilleur pendant l'âge d'or du rap de la Big Apple. Pour le moderniser, le modeler à sa sauce et en faire de l'unique. Au Périscope le jeudi 22 septembre Ibrahima Cissokho Cet inépuisable Sénégalais chante en anglais, en wolof et en mandingue, comme pour transcender les frontières du monde. Influencé par les musiques traditionnelles sénégalaises aussi bien que par toutes les musiques qui ont un jour croisé sa route (jazz, salsa, rock), Ibrahima Cissokho livre à ses auditeurs une musique que l'on pourrait bien qualifier "d'autour du monde" tant ses prestations sont des invitations à l'ouverture. Au Périscope le jeudi

Continuer à lire

Adopte un veuf : une comédie réussie

ECRANS | de François Desagnat (Fr, 1h37) avec André Dussollier, Bérengère Krief, Arnaud Ducret, Nicolas Marié…

Vincent Raymond | Mardi 19 avril 2016

Adopte un veuf : une comédie réussie

On n’aurait pas forcément misé ses deux mois de caution sur cette nouvelle comédie de colocation, surtout après le lourdingue Five. Le plan de masse d’Adopte un veuf n’a rien d’ébouriffant : un vieux misanthrope dépressif qui voit son quotidien s’éclairer grâce à l’irruption d’une blondinette dynamique, ç'a des airs de Tatie Danielle au masculin — mais Dussollier possède un fond trop pur pour égaler en teigne l’abominable Tsilla Chelton. À partir de cet argument digne d’un Au théâtre ce soir moyen, François Desagnat trousse une histoire attachante, dans laquelle la composante humoristique ne se limite pas à de la gaudriole vulgaire, où le sentiment de solitude est réellement perceptible. Les situations n’échouent jamais dans le pathétique, s’enrichissant des tonalités apportées par chacun des comédiens. Bérengère Krief joue de son dynamisme, en évitant ”d’exploser de naturel“, ce qui confère à son personnage de pot-de-colle gaffeuse un indéniable charme. Mais celui dont le récital confine au chef-d’œuvre est l’exceptionnel Nicola

Continuer à lire

La Femme défendue

MUSIQUES | Au milieu de la programmation atomisée du festival Reperkusound (au-delà d'un certain degré, entre Flavia Coehlo, Thylacine et Hilight Tribe, on ne peut plus parler d'éclectisme), on a retrouvé La Femme, cette petite frappe de la pop française que l'on aime tant détester.

Stéphane Duchêne | Mardi 22 mars 2016

La Femme défendue

« Une snare un peu Berlin ». Il y a trois ans, nous évoquions avec enthousiasme la montée en puissance d'une scène pop francophone (Granville, Aline, Pendentif, tout ça) dont La Femme était l'un des leaders naturels. Deux de ses membres livraient au site The Drone une interview qui, en quelques phrases dignes d'un sketch (dont celle précitée qui fait beaucoup rire) dévoilait un ego gros comme le Ritz (et à dire vrai une bêtise, pardon une naïveté guère plus mesurée). On le leur reprocha vivement : leur côte de sympathie chez les initiés plongea tel François Hollande dans un sondage du Figaro. Soyons honnête. D'une, depuis quand reproche-t-on un peu d'arrogance et de désinvolture à un groupe de rock (de John Lennon aux frères Gallagher, on a vu légèrement pire) ? De deux, Sur la planche, les pensionnaires de Born Bad Records, particulièrement impressionnants en live (se rappeler d'une prestation costumée aux Victoires de la Musique 2014 dont le service public se souviendra longtemps), une fois les micros parasites et autres aimants à phra

Continuer à lire

Spotlight

ECRANS | De Tom McCarthy (ÉU, 2h08) avec Michael Keaton, Mark Ruffalo, Rachel McAdams…

Vincent Raymond | Mercredi 27 janvier 2016

Spotlight

Toujours se méfier des rumeurs, surtout lorsqu’elles concernent un film portant sur une enquête journalistique : celles précédant celui-ci étaient flatteuses. Force est de constater qu’il s’agissait d’une magnifique opération d’enfumage, tant la réalisation (“mise en images” serait plus approprié) et l’interprétation semblent rivaliser de classicisme plat. Spotlight s’abrite derrière ce qu’il révèle — une équipe d’investigation du Boston Globe met à jour l’implication de l’Église locale dans plusieurs dizaines d’affaires de prêtres pédophiles — pour justifier son absence hurlante de projet cinématographique original. C’est tenir le 7e art en bien piètre estime que de le considérer comme une vulgaire lentille grossissante, ne méritant pas plus d’attention particulière ! Et réfléchir à très court terme : les œuvres narrant des combats asymétriques au service d’innocents ou dénonçant des abominations humaines sont légion. Seules celles osant se démarquer — artistiquement et esthétiquement — impriment réellement leur époque, voire l’Histoire, offrant à la cause qu’elles défendent un écho supplémentaire. 12 hommes en

Continuer à lire

La programmation du Reperkusound 2016 en vidéo

MUSIQUES | La programmation de la onzième édition du festival printanier de Mediatone, programmée les 25, 26 et 27 mars au Double Mixte, vient de tomber sous la forme (...)

Benjamin Mialot | Mercredi 25 novembre 2015

La programmation du Reperkusound 2016 en vidéo

La programmation de la onzième édition du festival printanier de Mediatone, programmée les 25, 26 et 27 mars au Double Mixte, vient de tomber sous la forme d'un teaser. Au programme notamment : le retour des branleurs psyché de La Femme, des platinistes de haut vol (Scratch Bandits Crew, L'Entourloop), le beatmaker bienheureux Guts, la fan favorite brésilienne Flavia Coelho et la pop éternellement juvénile de Coming Soon. Comptez 24€ par nuit et 60€ pour le pass. http://bi

Continuer à lire

HD Been Dope, nouvelle tête du rap new-yorkais

MUSIQUES | Cette semaine à Lyon, c'est un peu le clash des teen titans du hip-hop. Dans le coin gauche, BigFlo & Oli (vendredi 13 au Kao), 41 ans cumulés au (...)

Benjamin Mialot | Mardi 10 novembre 2015

HD Been Dope, nouvelle tête du rap new-yorkais

Cette semaine à Lyon, c'est un peu le clash des teen titans du hip-hop. Dans le coin gauche, BigFlo & Oli (vendredi 13 au Kao), 41 ans cumulés au compteur et une volonté affichée d'aller à contre-courant des vaseuses considérations virilistes de leurs aînés les plus médiatiques. Dans le coin droit, HD Been Dope (le lendemain au Périscope), la vingtaine et l'envie de perpétuer à sa manière les traditions rapologiques de la côte Est – instrus faussement brutes de décoffrage, samples soulful dénichés dans quelque grenier, lyrics qui grattent au-delà du nombril. Côté comptabilité, la suprématie des Toulousains ne fait pas un pli. Côté crédibilité en revanche, c'est une tout autre histoire : là où, à force de se revendiquer à la marge du game, ils donnent l'impression de s'excuser de produire une musique à connotation urbaine, le petit nigga de Brooklyn joue à ce point la carte du straight outta NYC qu'il sonne, à son meilleur, comme un héritier légitime du Nas de Illmatic – ou comme un rival digne de ce nom du non moins précoce Joey Bada$$. Deux mixtapes et deux albums en attestent déjà,

Continuer à lire

Le bal des affreux

MUSIQUES | Dans le folkore allemand, un doppelgänger est une sorte de double maléfique. Si l'on en croit l'hilarant duel de batterie organisé au printemps dernier par (...)

Benjamin Mialot | Mardi 25 novembre 2014

Le bal des affreux

Dans le folkore allemand, un doppelgänger est une sorte de double maléfique. Si l'on en croit l'hilarant duel de batterie organisé au printemps dernier par le Tonight Show de Jimmy Fallon, Will Ferrell serait ainsi le doppelgänger du piment rouge Chad Smith – fonctionne aussi avec Jean-Louis Borloo et Columbo. Les Doppelgangaz, eux, pourraient être celui de Luke Vibert. Particulièrement quand ils se contentent de trousser des instrus, comme sur leurs compilations Beats for Brothels, grands cris d'amour tarifé au groove dans son plus simple appareil. Il y a en effet, chez le Ghastly Duo new-yorkais qui redonne de la gnaque au boom bap (style de hip-hop qui mise tout sur la grosse caisse et la caisse claire) comme chez le producteur britannique qui contribua à prouver que la dance music peut être douée d'intelligence, une même aisance à manier les sentiments les plus contradictoires, de la malice – lui a samplé Gainsbourg, eux ont refait une beauté à Françoise Hardy – à l'anxiété – par l'incorporation de chants sacrés, par exemple. L'attachement à l'asphalte et aux figures interlopes qui y font les cent pas (clo

Continuer à lire

Night on earth

MUSIQUES | Zébrée, la pochette du dernier album de Rich Aucoin, Ephemeral, l'est en quelque sorte. C'est la zébrure de la semelle de Neil Armstrong sculptant la (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 25 novembre 2014

Night on earth

Zébrée, la pochette du dernier album de Rich Aucoin, Ephemeral, l'est en quelque sorte. C'est la zébrure de la semelle de Neil Armstrong sculptant la surface de la lune, «petit pas pour l'homme...», tout ça. De ce sable gris, Rich Aucoin a fait une poussière d'étoile dont il tapisse une nouvelle de ses épopée pop – ici lunaire. Comme ses concerts en sont aussi, de belles épopées un peu folles, lunaires et solaires, on peut s'attendre à ce que la forcément très cosmopolite édition 2014 des Nuits Zébrées dont il sera l'une des têtes d'affiche, le 28 novembre au Transbordeur, soit particulièrement édifiante. D'autant que le casting qui accompagne cet événement à l'initiative de Radio Nova est à l'avenant. Avec les Marseillais de Kid Francescoli, dont on aime à Lyon avoir des nouvelles régulières ; l'Allemand panbalkanique Shantel au poste de DJ ; les popeux aqueux de Glass Animals et, bien sûr, une figure qu'on ne présente plus et qui est l'autre vedette de la soirée, si ce n'est la principale à vrai dire : Tony Allen, l'homme qui a tenu les fûts de Fela Kuti et façonné à ses côtés l'afro-beat. Le voilà de nouveau sous les

Continuer à lire

Insomniaque - Semaine du 16 au 22 avril

MUSIQUES | Trois RDV nocturnes à ne pas manquer cette semaine : Eddie Fowlkes au DV1, Moodoid au Marché Gare et la troisième nuit du festival Reperkusound. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 15 avril 2014

Insomniaque - Semaine du 16 au 22 avril

18.04 I'm Eddie FowlkesL'an passé, le documentaire Twenty Feet from Stardom a rendu un peu de lumière aux choristes afro-américaines qui, dans l'ombre des Rolling Stones et de tant d'autres, ont écrit la légende de la musique populaire anglo-saxonne. Si d'aventure un réalisateur menait pareille entreprise dans le milieu de la techno, il lui faudrait accorder une place de choix à Eddie Fowlkes, DJ natif de Detroit dont l'histoire a préféré retenir qu'il a été le colocataire de Derrick May alors qu'il a offert au genre l'un de ses premiers hits (Goodbye Kiss en 1986). Justice lui sera rendue cette semaine par le DV1. 19.04 Disquaire Day 2014Dédicaces de John Densmore (le batteur des Doors), DJ sets chez une partie des disquaires participants, concerts gratuits en fin d'après-midi... Cette année, le canal lyonnais du Record Store Day a mis les petits plats dans les grands, jusqu'à ponctuer le tout d'une soirée au

Continuer à lire

La griffe des Nuits

MUSIQUES | Faire d'un quartier-étendard en plein développement une plateforme festivalière cohérente : tel est le pari que s'est lancé Arty Farty pour l'édition 2014 de Nuits Sonores en investissant la Confluence. Au-delà de l'enjeu politique, force est d'admettre, à la découverte de la teneur de de sa programmation, que l'affaire est en bonne voie. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mercredi 26 février 2014

La griffe des Nuits

Depuis l'annonce de son déménagement à la Confluence, on se demandait bien, sorti de quelques évidences, quels lieux allait concrètement investir Nuits Sonores. On sait désormais que le Lab se répartira entre l'Hôtel de région et l'Hôtel de ville, tandis que la partie purement musicale du festival se déroulera sous les halles du Marché de Gros (qui avaient déjà accueilli les éditions 2009, 2010 et 2011), à la Sucrière (NS Days et Mini sonore), à la Maison de la Confluence (pour la traditionnelle carte blanche) et au Parc des Berges (pour le "Sunday Park", un événement de clôture présenté comme un clin d’œil convivial à l'extension de Nuits Sonores à Tanger). En attendant de voir comment le Sucre s’intégrera dans ce circuit et comment les collectifs Superscript² et Looking for Architectures l'habilleront, on remarquera que la programmation des Days, scindée en trois scènes (dont une extérieure), poursuit les efforts de thématisation et de brassage démographique produits l'an passé, mais cette fois avec un vrai souci d'équilibre. Comprenez par-là qu'aucune tête d'affiche ne devrait s'accaparer le public de la Carte blanche comme Laurent Garnier et Carl Cox l'ont fait en 20

Continuer à lire

Insomniaque - Semaine du 2 au 8 octobre

MUSIQUES | Les trois RDV nocturnes à ne pas manquer cette semaine : Modek au DV1, Abdulla Rashim au Terminal et Dusky au Sucre. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mercredi 25 septembre 2013

Insomniaque - Semaine du 2 au 8 octobre

03.10 Sortie d'usineDans notre précédent numéro, nous vous expliquions succinctement que le DV1 n'était pas avare en nouveautés cette rentrée. Les soirées Sortie d'usine, organisées en collaboration avec le tout jeune webzine Electro News et inaugurées cette semaine, en sont une. Et si elles accueillent à chaque fois des producteurs aussi doués que Modek, Flamand bien-portant qui produit, à l'instar de son parrain Don Rimini, une sorte d'équivalent électronique d'un comic book (autrement dit une musique musclée, flashy, pleine d'onomatopées et, in fine, extrêmement divertissante), nous risquons de vous les recommander souvent.

Continuer à lire

Insomniaque - Semaine du 27 mars au 2 avril

MUSIQUES | 29.03 Reperkusound #8 - Nuit 1 S'il ne fallait retenir qu'une des trois nuits composant la huitième édition du festival Reperkusound (organisé une fois (...)

Benjamin Mialot | Jeudi 21 mars 2013

Insomniaque - Semaine du 27 mars au 2 avril

29.03 Reperkusound #8 - Nuit 1 S'il ne fallait retenir qu'une des trois nuits composant la huitième édition du festival Reperkusound (organisé une fois n'est pas coutume au Double Mixte), ce serait celle-ci. Pour les présences à son affiche de Redshape, référence berlinoise de la techno masquée, et Dusty Kid, prodige italien de la techno vagabonde (son Lynchesque est un peu l'hymne officiel du Petit Bulletin, NDLR), tous deux invités par Ed'n'Legs dans le cadre d'une carte blanche. Et pour celle de FUKKK OFFF, le nouveau kaiser de l'électro rentre-dedans.   30.03 Reperkusound #8 - Nuit 2

Continuer à lire

Nuits Sonores 2012 - Ten years secret stage - Nos pronos

MUSIQUES | À quelques heures du coup d'envoi du premier bouquet final de la dixième édition de Nuits Sonore (le second étant, comme vous le savez, le highly anticipated concert de New Order), prenons quelques minutes pour faire le point.

Benjamin Mialot | Samedi 19 mai 2012

Nuits Sonores 2012 - Ten years secret stage - Nos pronos

Des rumeurs plus ou moins folles voire carrément démentes circulent quant à l'identité des mystérieux Dj's qui auront l'honneur/la lourde tâche de tenir la grande scène de Brossette samedi soir pour la Ten years secret stage. Agoria Co-fondateur du festival et poster boy de la musique électronique d'ici, Sébastien Devaud ne peut pas ne pas être du lot. Probabilité : 100% Laurent Garnier Un habitué des lieux qu'on ne présente plus. Il se murmure qu'il mixera en compagnie de son collègue du dessus. En tout cas, il sera forcément là : il n'a plus de place dans son calendrier, sauf, comme par hasard, le 19 mai. Probabilité : 100% Clara Moto L'Autrichienne a droit à un portrait dans le journal frappé du sceau Red Bull qui circule sur le festival... alors qu'elle n'est pas programmée. Coïncidence ? On ne pense pas. Probabilité : 80% Daft Punk Le ouï-dire le plus invraisemblable, à tel point qu'il a depuis sa diffusion été

Continuer à lire

Reperkusounds good

MUSIQUES | Festival Reperkusound / Sept, comme les sept jours de la Création. Sept, comme les sept merveilles du monde. Sept, comme le pH de l'eau pure. Sept, (...)

Benjamin Mialot | Vendredi 30 mars 2012

Reperkusounds good

Festival Reperkusound / Sept, comme les sept jours de la Création. Sept, comme les sept merveilles du monde. Sept, comme le pH de l'eau pure. Sept, comme les sept vertus du bushido. Sept, comme les sept nains. Sept, enfin, comme l'âge du festival Reperkusound, qui se tiendra, comme de bien entendu, à l'Espace Double Mixte les 6, 7 et 8 avril prochains. De prime abord, la coïncidence est troublante. À l'aune de sa programmation, elle est d'une cosmique luminosité.  Et pour cause : jusqu'ici l’apanage des éleveurs nomades de canidés et des futurs bacheliers, l'événement s'est mué, sous l'influence de ce nombre qui justifie à lui seul l'existence de la numérologie, en un redoutable méli-mélo électronique. Oh bien sûr, l'electro-punk bas de la crête (Shaka Ponk, La Phaze), la drum'n'bass Max Havelaar (Highlight Tribe) et la house autocrate (Sebastian) y figurent toujours en bonne place. Mais de la techno hélicoïdale de Mr Nô à l'abstract hip-hop tradi-futuriste du vétéran nippon

Continuer à lire

Trois bonnes raisons d’aller à Reperkusound

CONNAITRE | Alternatif et récréatif, le festival Reperkusound s’installe ce week-end au Double Mixte. On y va pour écouter des artistes obscurs ou décalés, des électrons ivres de sons extrêmes qui font sortir des dancefloors bien peignés. Stéphanie Lopez

Dorotée Aznar | Mercredi 31 mars 2010

Trois bonnes raisons d’aller à Reperkusound

Si la programmation de cette cinquième édition de Reperkusound met son côté punk-rock au vestiaire pour privilégier l’électro, ce n’est pour autant pas l’électro «privilège» de la scène, disons, Versaillaise, qui s’accapare le gros de l’affiche. Plutôt des artistes punk-rock dans l’esprit, treillis-casquettes de sortie, avec des groupes engagés comme La Caution ou Oddateee, des junglists puristes comme Roni Size, des dubbers d’orage comme Brain Damage… Hip-hop, techno, dubstep : la programmation sans tambour ni paillettes du Reperkusound offre à sa manière une version printanière du Riddim Collision. Trois bonnes raisons d’y aller. ODDATEEERude boy définitivement nourri au grain hip-hop première vague, pionnier enragé du groove sur macadam, Oddateee n’a rien à envier à Eric B ou Chuck D, si ce n’est peut-être leur notoriété. Son dernier album, «Halfway Homeless», n’est pas seulement le fruit des errances d’un prince autoproclamé à demi SDF, c’est la synthèse parfaite du hip-hop east coast, de l’électro indus et de l’ambiance de «joint parties» captée dans les squats new-yorkais que ne fréquenteront jamais Pharrell ou Jay Z. Le brûlot d’un héros underground qui, sur scèn

Continuer à lire

L’effet Doppler

MUSIQUES | Musique / Le premier titre de Songs to Defy, nouvel album des Lyonnais de Doppler, aurait pu être entonné par Christine Lagarde et un chœur de polyphonies (...)

Stéphane Duchêne | Vendredi 10 octobre 2008

L’effet Doppler

Musique / Le premier titre de Songs to Defy, nouvel album des Lyonnais de Doppler, aurait pu être entonné par Christine Lagarde et un chœur de polyphonies libérales baptisé le Mystère des Voix Boursières. Il clame en effet We’re not sick mais contient les germes de la maladie, annonçant la catastrophe qu’il prétend nier. Dégât collatéral, sans doute, de l’effet Doppler, soit, selon nos amis ingénieurs, le décalage de fréquence d’une onde acoustique entre la mesure de l’émission et celle à la réception lorsque la distance entre l’émetteur et le récepteur varie au cours du temps. Autrement dit, quand la crise approche, on peut toujours la nier en essayant de courir. Ou faire comme Doppler et poser l’équation dès la première seconde de l’album, timbre nasillard d’antique animateur radio : «il-faut-que-ça-gueule». Ensuite ? Eh bien ensuite ça gueule. Songs to Defy n’est que le second album de Doppler en dix ans d’existence, ce qui explique peut-être que la déferlante sonore qu’il induit et la rage qu’il transporte ne sont toujours pas jugulées. Et si l’on reproche souvent aux albums bruitistes de ne chercher qu’à remplir le silence, cette déferlante-là est loin d’être uniforme. Hard ma

Continuer à lire

Stars 90

MUSIQUES | Festival / «Lyon va trembler» annonce le slogan de Reperkusound 2008. Si, effectivement, Lyon tremble au son des concerts de cette troisième édition alors (...)

Stéphane Duchêne | Jeudi 17 avril 2008

Stars 90

Festival / «Lyon va trembler» annonce le slogan de Reperkusound 2008. Si, effectivement, Lyon tremble au son des concerts de cette troisième édition alors qu’elle se déroule à Chassieu, il y a de quoi s’inquiéter. Car l’ambitieux festival de Mediatone après sa belle réussite de l’an passé (7000 spectateurs) nous ressert encore la crème du gros son, avec plein de genres qui finissent en «-core» (hardcore, funkcore, ohouiencore) mais riment le plus souvent avec «acouphènes». Un Reperkusound décliné en deux modes et en deux soirs, Reperkurock, d’abord, pour le binaire qui tache et Electrokusound, ensuite, pour l’électro qui déchausse les dents. Simple souci formel, puisqu’on aimera généralement le tout, composé d’une armada de groupes à découvrir mais aussi des valeurs montantes telles que Karlit & Kabok ou Dead Sexy Inc. Et pour attirer le chaland alternatif, le gros son se déclinera également sous la forme de «gros» noms : on retrouvera par exemple un revenant de taille en la personne de Goldie. Une éternité en effet qu’on n’avait pas eu de nouvelles de celui que l'album Timeless (1995) avait propulsé roi de la jungle. L’homme aux crocs dorés était alors si branché qu’i

Continuer à lire