Les soirées du 6 au 12 mai

MUSIQUES | Trois RDV nocturnes à ne pas manquer cette semaine : la release party du numéro 100 du magazine "Hétéroclite" au Lavoir, Tolouse Low Trax au Terminal et la label night Moonrise Hill Material au Sucre. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 5 mai 2015

07. 05 Hétéroclite fête son n° 100

Pour une fois, débutons cette sélection par un peu de copinage. Nos amis d'Hétéroclite, «mensuel gay et lesbien mais pas que» qui depuis bientôt dix ans réussit le pari de décrypter et défendre la culture LGBT tout en s'affranchissant de ses clichés, fête leur centième numéro. En ces temps de désaveu du papier et de la pensée, ce n'est pas un mince exploit. Ils le fêteront dignement au Lavoir Public avec une résurrection de Pressing, le talk-show théâtral itinérant qui précéda le lieu et, surtout, un mix de la plantureuse et érudite Rihanna Foutre, l'égérie du magazine. On y sera.


Hétéroclite fête son numéro 100


Lavoir public 4 impasse de Flesselles Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Ding ding

Toulouse low trax + sacha mambo
Terminal 3 rue Terme Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Moonrise Hill Material label night

Folamour + Ethyene + Kaffe Creme + Okwa
Le Sucre 49-50 quai Rambaud Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Stéphane Caruana : « Hétéroclite était un OVNI il y a quinze ans, ça l’est toujours aujourd’hui »

Média | En avril 2006, Renan Benyamina, Dorotée Aznar et Marc Renau (directeur de la publication du Petit Bulletin) lançaient Hétéroclite, le journal gay mais pas que. 10 000 exemplaires (le double aujourd’hui), pour rendre visible cette minorité. Sans aucune concession, avec sérieux et drôlerie aussi, ce gratuit fête en ce printemps ses quinze ans. Son rédacteur en chef Stéphane Caruana revient pour nous sur cette aventure hors du commun.

Nadja Pobel | Vendredi 30 avril 2021

Stéphane Caruana : « Hétéroclite était un OVNI il y a quinze ans, ça l’est toujours aujourd’hui »

Quand le premier numéro parait en avril 2006, ce journal était-il un OVNI dans le paysage de la presse ? Et comment le définir aujourd’hui ? Stéphane Caruana : C’était un OVNI il y a 15 ans, ça l’est toujours aujourd’hui. C’est une proposition unique en son genre dans le sens où il n’y a pas, en France, de gratuit LGBT+ avec un vrai contenu de qualité sur l’aspect culturel, un ancrage communautaire auprès des associations, des commerçants gay et lesbiens de Grenoble, Lyon, Saint-Étienne. Les autres publications gratuites sont généralement uniquement orientées vers un public d’hommes gay et ce sont des pages de pub avec un contenu réduit au strict minimum disponible dans les bars et les boites. Le journal a été complété par deux offres parallèles, Sissy et Out. Que recouvrent-elles ? Out a été proposé pour marquer le temps de la Marche des Fiiertés, distribué à ce moment-là. L’idée est d’avoir un support qui permette de trouver toutes les adresses des associations et commerces sur la ré

Continuer à lire

Fist & Chips, Cake Moss et Shakiramisu au menu de Braise-Moi

Food & Queer | Braise-moi est un livre de recettes, non pas de grand-mère ou de vieil oncle mais plutôt de plume libérée. Édité par nos amis du mensuel Hétéroclite, imaginé par Émilie Bouvier et joliment mis en images par notre photographe Anne Bouillot, le recueil donne à voir sous un jour nouveau notre pratique de la cuisine, grâce à des jeux de mots et à un travail graphique qui modifient toute la saveur des plats.

Dalya Daoud / Rue89Lyon | Mardi 28 novembre 2017

Fist & Chips, Cake Moss et Shakiramisu au menu de Braise-Moi

Quand on parle de cuisine, on a souvent l’image d’une femme derrière les fourneaux ou d’un chef étoilé (et moins d’une cheffe). Est-ce le terrain sur lequel Braise-moi se rend, l’air de rien ? Émilie Bouvier alias Boubi : Si Braise-moi a une dimension féministe, à plusieurs niveaux, il ne s’inscrit pas dans le sillage d’une mère Brazier ni n’a pour objectif de redorer le blason des cheffes. Tout simplement car ce livre ne revendique aucune prétention gastronomique. Les recettes sont facilement réalisables, destinées à une cuisine plutôt quotidienne. En revanche, il prend indéniablement à rebours les codes du livre de cuisine traditionnel et se moque des règles imposées aux femmes en tant que maîtresse de maison (en filigrane dans les recettes), et en matière de régime alimentaire (avec une recette comme le Cake Moss par exemple). Au contraire, Braise-moi propose une vision décomplexée et libérée de la cuisine en s’adressant aussi aux femmes débarrassées de leurs activités mulièbres. Une recette comme Les Cookies Dinker par exemple, soit des cookies salés, rend hommage aux femmes libérées (qui c

Continuer à lire

Le Sucre met son queer

CONNAITRE | Après deux Garçon Sauvage couronnées de succès, le Sucre passe à la vitesse supérieure en matière de reconnaissance de la culture queer en se faisant l'écho du (...)

Benjamin Mialot | Mercredi 1 juillet 2015

Le Sucre met son queer

Après deux Garçon Sauvage couronnées de succès, le Sucre passe à la vitesse supérieure en matière de reconnaissance de la culture queer en se faisant l'écho du festival Loud & Proud, organisé par l'hyperactive Gaieté Lyrique – dont le nom fait enfin sens. Comme dans le cas du F.A.M.E. en avril, le programme des (ré)jouissances lyonnaises est évidemment une version downgraded de son grand frère parisien – on aurait bien récupéré le concert d'Austra et l'atelier booty shake, notamment. Il n'en est pas moins prometteur. On se félicite pour commencer de la venue de Didier Lestrade, co-fondateur d'Actup et du magazine Têtu – qui n'a pas toujours été un calendrier pour routier épilé, qu'on se le dise – qui, en amont de la release party du numéro d'été de nos amis d'Hétéroclite, s'attachera à mettre au jour les liens historiques qui unissent le monde du clubbing à la communauté LGBT. Connaissant la qualité de ses chroniques nocturnes pour Libération (écrites tout au long des années 90 et compilées en 2010 chez Singulier), son intervention devrait être une parfaite introduction à ce

Continuer à lire

Kubrick, jusqu’à plus soif…

ECRANS | Après avoir fait ressurgir le Taxi Driver de Martin Scorsese mercredi dernier, UGC Ciné-Cité Confluence, dont la programmation est assez baroque, s’offre (...)

Christophe Chabert | Lundi 9 septembre 2013

Kubrick, jusqu’à plus soif…

Après avoir fait ressurgir le Taxi Driver de Martin Scorsese mercredi dernier, UGC Ciné-Cité Confluence, dont la programmation est assez baroque, s’offre rien moins que sept Kubrick en alternance cette semaine — avec en bonus la reprise de Room 237, documentaire peu apprécié par ici sur les exégètes cinglés de Shining. Il s’agit bien sûr du prestigieux catalogue Warner, incluant 2001, odyssée de l’espace — meilleur film de tous les temps, même si j’en vois qui braillent au fond de la classe — Lolita, Orange Mécanique, Full metal jacket, Barry Lyndon, Eyes wide shut et donc Shining. Au cas où certains n’auraient toujours pas vus ces monuments-là sur grand écran, où s’il y en a encore qui ont des reproches à leur faire — on vise particulièrement ceux qui ont des réserves sur Eyes Wide shut, qui nous émeut aux larmes à chaque vision — il n’y a même pas à barg

Continuer à lire

Ça va cogner !

ECRANS | Ceux qui, dans un moment de distraction, n’auraient pas suivi le principe de la programmation cinéma de Quais du Polar à l’Institut Lumière cette année, (...)

Christophe Chabert | Vendredi 23 mars 2012

Ça va cogner !

Ceux qui, dans un moment de distraction, n’auraient pas suivi le principe de la programmation cinéma de Quais du Polar à l’Institut Lumière cette année, risquent d’être surpris d’y trouver Docteur Folamour et Fight club. Il est vrai que ces deux films n’ont pas grand-chose (sinon rien) à voir avec le genre policier, même pris dans son sens le plus large. Éclaircissement nécessaire : les invités littéraires ont eu cette année carte blanche pour présenter un film de leur choix, polar ou pas, et c’est ainsi que les chefs-d’œuvre de Kubrick et Fincher seront commentés par, respectivement, Dan Fante et S. J. Watson le samedi 31 mars. Un amusant raccourci pourrait d’ailleurs les réunir, la charge explosive et brutale contre la société de consommation signée David Fincher trouvant quelques échos dans la satire mordante de la guerre froide orchestrée, trente-cinq ans avant, par Stanley Kubrick, ne serait-ce que dans leur peinture au vitriole d’une Amérique où la folie destructrice se loge au cœur du système (démocratique chez Kubrick, nerveux chez Fincher). Les autres chapitres de cette programmation verront Michael Connelly présenter

Continuer à lire