Schlaasss taille dans le lard

MUSIQUES | Le duo électro-hip-hop stéphanois présente son premier album au Marché Gare. Attention, ça va couper.

Benjamin Mialot | Mardi 5 mai 2015

«Les Gones inventaient le cinéma quand vos pères crevaient dans les mines» pouvait-on lire au début du siècle sur une banderole déployée lors d'un derby Lyon Saint-Étienne. Ce dont on ne se doutait pas alors, c'est que les pères en question ne se sont pas tués à la tâche. Ils ont plus vraisemblablement été réduits en charpie (et non pas en Chappie, c'est important pour la suite) par leurs propres enfants, rendus fous par l'inhalation répétée de poussières de charbon.

Un clip défend cette thèse : celui qu'a tourné au Musée de la mine le collectif de vidéastes Shoot !t avec Schlaasss l'an passé, hallucinant plan-séquence filmé face caméra dans lequel le duo stéphanois, le corps agité et l'esprit libre, vocifère en terrain connu son envie de passer sa Salope de prochain au fil d'une lame rouillée.

Bon, d'accord c'est un peu tiré par les cheveux, mais c'est toujours moins douloureux que les nombreux sévices (leur signature : l'insertion rectale d'une Volvo) promis par Charlie Dirty Duran (physique de cheerleader névrosée, flow de doubleuse de manga sous PCP) et Daddy Schwartz (carrure de survivant, timbre de grand dadais) sur leur premier album, un stimulant condensé d'électro-hip-hop provocateur et dégingandé évoquant les pitreries white trash de Die Antwoord, l'arrivisme médiatique et la paresse mélodique en moins – cf. le titre Selfie, pris d'une main industrieuse gantée d'electronica.

C'est d'ailleurs avec un groupe sud-africain plus authentiquement radical et méchant qu'ils fêteront sa sortie, Dookoom. Plus on est de fous...

Benjamin Mialot

Schlaasss [+ Dookoom]
Au Marché Gare jeudi 7 mai


Schlaasss + Dookoom


Marché Gare 34 rue Casimir Périer Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

La tête et les jambes

MUSIQUES | Qui a dit que le vélo était un sport de ringards aux jambes rasées ? Pas le festival Roulez jeunesse, qui tout au long d'un programme alliant joie de la pédale et plaisir musical entend réconcilier petite reine et rois de la hype. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Mardi 3 juin 2014

La tête et les jambes

Au départ, à ce qu'on avait entendu, Roulez Jeunesse entendait célébrer le cyclisme dans ce qu'il a, sans mauvais jeu de mots, de plus "classique" : les cuissardes à peau de chamois, le Tour de France, le bronzage en T. Autant de choses qui passionnent l'un des initiateurs de l'événement : le directeur du Transbordeur, Cyrille "Guimard" Bonin, incollable sur la petite reine et la Grande Boucle.  On ne sait guère ce qui a rendu cet événement moins orienté sur le versant Laurent Brochard de la pédale que vers son côté hip, toujours est-il que le chemin emprunté est un peu différent. Et peut-être un peu plus cohérent avec l'idée de mariage vélo-musiques actuelles – la vérité c'est que les mecs du Tour de France n'écoutent bien souvent que de la daube entre deux soufflantes de Marc Madiot dans l'oreillette ; la vérité c'est que le cycliste pro a les goûts musicaux de Gérard Holtz.  Niveau vélo en effet, ce sera plus ambiance fixie (ce vélo sans dérailleur qui fait fureur chez les hipsters qui aiment à prendre les bosses en 53x12), BMX, et bike polo (du polo garanti 100% sa

Continuer à lire

Inouïs du Printemps de Bourges : le compte-à-rebours en vidéo

MUSIQUES | Jusqu'à la veille des Auditions Inouïs du Printemps de Bourges sises les 13 et 14 février au Marché Gare, découvrez chaque jour l'un des candidats de l'antenne Rhône-Alpes Tagada Tsoin Tsoin. Et en avant-première les vidéos live réalisées tout exprès pour l'occasion par les shooteurs fous de Shoot !t. Huitième et dernier épisode avec la Hip-pop de Joe Bel. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Vendredi 7 février 2014

Inouïs du Printemps de Bourges : le compte-à-rebours en vidéo

Joe Bel (pop) S'il y a une artiste qui mérite le qualificatif de « découverte » sur, disons, l'année et demie écoulée, c'est bien Joe Bel. En l'espace d'une grosse poignée de mois, la jeune femme est passée de concerts en petit comité et en mode guitare-voix à des premières parties inespérées à ce stade de la compétition (Corneille, Ms Dynamite au Stade des Alpes, Ólafur Arnalds à l'Epicerie Moderne), incluant une tournée en ouverture d'Asaf Avidan conclue à l'Olympia (rien que ça). Des concerts qui se comptent par dizaines et presque autant de sollicitations médiatiques pour cette folkeuse pop à la voix soul et au feeling hip-hop. Un album arrivera très bientôt pour non pas boucler la boucle mais pour franchir une nouvelle étape, après celle d'une formule scénique qui la voit désormais se produire en groupe et, pour la première fois, dans le cadre des Inouïs, avec une batterie chargée de rajouter – s'il en fallait – encore un peu plus d'épaisseur au groove irrésistible de demoiselle Bel. Au Marché Gare, vendredi 14 février.

Continuer à lire