Underground Resistance, l'armée des ombres de la techno

MUSIQUES | Désincarnée la techno ? Pas pour le collectif Underground Resistance qui, depuis 25 ans, façonne le sound of Detroit avec une intégrité sans équivalent. Retour sur cette révolution invisible, avant la présentation de son projet "Timeline" au Transbordeur. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 2 juin 2015

«Le football, ce n'est pas une question de vie ou de mort. C'est bien plus important que cela» clama un jour l'entraîneur écossais Bill Shankly. Depuis vingt-cinq ans qu'il a vu le jour dans ce ghetto géant qu'est Detroit, le collectif Underground Resistance dit la même chose de la techno, composant ses tracks comme d'autres extériorisent leurs sentiments (au hasard, les jeunes gens qu'on vous présente en page 3) : comme si chaque son émis était le dernier.

Les premiers furent l'œuvre de Jeff Mills et de Mike Banks. Et ils faillirent bien n'être que de simples alternatives à la gentrification des dancefloors (oui, déjà). Il eut fallu pour cela que Juan Atkins réponde à leurs sollicitations. C'est en effet en réaction au silence du co-inventeur du genre que les deux camarades ont haussé le ton, fondant ce qui deviendra rapidement plus qu'un label, l'instrument d'affirmation d'une forme festive du nationalisme noir.

Ennemis publics

Inspirés par l'imagerie paramilitaire de Public Enemy et reclus dans une féconde autarcie – UR dispose dans un même immeuble de sa propre structure de distribution, de studios d'enregistrement et même d'un magasin de disques – Mills, Banks et ceux qui grossiront les rangs de leur milice sonore (d'abord Robert Hood, plus tard DJ Rolando, Drexciya ou Suburban Knight) l'affirment : ils ne sont pas tant là pour faire de la musique que pour ébranler les fondations de la très ségrégationniste industrie du disque.

Les morceaux seront à l'avenant : sombres, hostiles jusque dans leur titre (Riot, Sonic Destroyer, Kamikaze...) et de plus en plus conçus comme des chevaux de Troie de la Great black music made in Motown (funk, soul, jazz...). Ironie du sort, malgré l'engagement communautaire de leurs auteurs, c'est en Europe qu'ils auront la plus grande influence. A Lyon, où le collectif CLFT doit beaucoup à ce futurisme belliqueux, c'est ainsi la deuxième fois en deux semaines que Mike Banks, seul membre fondateur à poursuivre le combat – les autres ont estimé que la frontière entre ethos et carcan avait été franchie – se produit.

Vu à Nuits Sonores aux côtés de Carl Craig, il présente cette fois "Timeline", un projet live (saxophone, claviers, machines) qui fusionne primitivisme numérique et technicité jazz en un irrésistible post-swing (comme post-industriel et post-colonial). Dommage qu'il le fasse désormais à visage découvert.

Underground Resistance [+ Levon Vincent + Max Graef + Peter Van Hoesen + CLFT Militia + P.-Moore]
Au Transbordeur vendredi 5 juin


Encore x Haste

Underground resistance + Levon Vincent + Peter Van Hoesen + Max Graef
Transbordeur 3 boulevard Stalingrad Villeurbanne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Underground Resistance : mythe en approche

MUSIQUES | Un véritable culte entoure Underground Resistance depuis ses débuts, et l’influence musicale et militante de cette nébuleuse cagoulée fondée en 1990 à Détroit par Mad Mike et Jeff Mills ne s’est jamais démentie.

Sébastien Broquet | Mardi 29 mars 2016

Underground Resistance : mythe en approche

Une histoire illustre ce culte autour d'UR : en 1999, sort un maxi immédiatement devenu anthem, Knights of the Jaguar. La référence UR 049 est un classique instantané, joué tout autour de la planète. Signé du pseudo Aztec Mystic, c’est le fruit des réflexions et méditations de Mike et Rolando autour de la musique composée autrefois par les aztèques. Ce succès attisa les convoitises. Sony Allemagne voulu licencier le titre. Chez UR, pas de compromission. Pas même de réponse à cette sollicitation : du côté de l’immeuble Submerge — l’entité commerciale d’UR, on ne se fourvoie pas dans ce genre de procédés. Mais chez Sony Music, on ne s’embarrasse pas de telles considérations. Une reprise du titre fut commandée par un directeur artistique nommé Dirk Dreyer. Le maxi sort, intitulé Jaguar, orné d’une pilule d’ecstasy, sans aucune allusion à la VO. Entièrement légal comme procédé, tant que les royalties des auteurs sont reversées. Le choc est rude : un totem du monde techno est visé. Averti, Mike Banks contre-attaque et utilise la force du réseau Internet, ce qui n'était alors pas si courant. Les adeptes d’UR à travers le monde polluent les boîtes emai

Continuer à lire

Nuits sonores - Pour quelques conseils de plus

MUSIQUES | Si les Anglais se taillent la part du lion, il faudra aussi compter avec ces dix-là pendant le festival. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mercredi 13 mai 2015

Nuits sonores - Pour quelques conseils de plus

Nils Frahm / Mehmet Aslan Pianiste de formation, Nils Frahm produit depuis dix ans une musique aux confins de l'ambient et de l'impressionnisme, où la contrainte (genre jouer sans le pouce ou avec un instrument étouffé) est toujours source d'élévation. Pour le dire clairement, c'est lui qu'on aurait aimé voir à l'Opéra. Nuit 1 - Halle 1 Á l'Ancien marché de gros, mercredi 13 mai à 22h30 Né en Suisse, d'origine turque et basé à Berlin, Mehmet Aslan revisite le patrimoine musical anatolien à travers le prisme des rythmes électroniques.Et le résultat est aussi cocasse qu'ob

Continuer à lire