Les soirées du 24 au 30 juin

MUSIQUES | Trois RDV nocturnes à ne pas manquer cette semaine : le coup d'envoi des Summer Sessions du Transbordeur, Joakim au Sucre et le Connection Festival. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 23 juin 2015

25.06 Tous en Tong birthday

Cohérence estivale, quand tu nous tiens, ce sont les tôliers de l'émission radio Tous en Tong (diffusée sur la station viennoise C'rock Radio) qui donneront le coup d'envoi, forcément retentissant, des Summer Sessions du Transbordeur. Ils fêteront pour l'occasion leurs vingt ans de bons et loyaux et services envers la cause rock'n'roll avec un duel de one-man-punk-bands (Seb & The Rhâââ Dicks contre Pedro de la Hoya) qui promet de faire chauffer les cervicales ET les zygomatiques, et un concert de l'excellent trio liégeois Le Prince Harry, dépositaire d'un synthpunk hautement teigneux et camé.


Connection festival : Day and night

Ron Morelli + Lazare Hoche + Gilb'r + HBT/FM + Hardrock striker + Siler & Dima + Pablo Valentino + CLFT militia + Mr no + Jaysper & Klaar, Miimo, La Biche + Wavesonik + Laurent Caligaris & Jacques Terrasse + Folamour
Ayers Rock Boat 21 Quai Victor Augagneur Lyon 3e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Tous en tong birthday #1

Le Prince Harry + Seb and the Rhâââ dicks vs Pedro de la Hoya
Transbordeur 3 boulevard Stalingrad Villeurbanne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


XIII de France

Busy P + Boston Bun + Joakim
Le Sucre 49-50 quai Rambaud Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Insomniaque : où danser ce week-end

Clubbing | Trois plans pour vos nuits blanches.

Sébastien Broquet | Mardi 24 octobre 2017

Insomniaque : où danser ce week-end

27.10.17 > NINKASI QUASAR Ce pourrait bien être la première party marquante du Ninkasi tout neuf post-chantier : avec le retour en ville de Tommy Four Seven, l'un des tous meilleurs DJs techno du moment, la présence de Zadig, Marcel Fengler, Adam X ou encore Polar Inertia et Olivia Mendez, le tout réparti sur trois salles sous l'égide du crew Particules. Vous ne dénicherez pas mieux cette nuit. Rave. 27.10.17 > TERMINAL Bon, d'accord : il y a aussi le boss de Versatile dans la boîte noire... Gilb'R, c'est l'assurance d'un éclectisme et d'une finesse légendaires. C'est celui qui a largement contribué à l'arrivée de la jungle en France, qui a fait les belles heures du grand mix de Radio Nova, qui a signé I-Cube & co sur son label... Un groove épicurien qui jamais ne déçoit. Patron.

Continuer à lire

Insomniaque - Semaines du 4 au 17 février

MUSIQUES | Trois RDV nocturnes à ne pas manquer d'ici la mi-février : Superpoze au Sucre, Marcellus Pittman au Petit Salon et Ron Morelli à la Plateforme. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 3 février 2015

Insomniaque - Semaines du 4 au 17 février

06.02 Superpoze + Tokimonsta Superpoze ne tape pas sur des bambous mais sur des MPC, et c'est numéro un quand même. Du moins ce le sera quand ce jeune Caennais, révélé en 2012 par un mémento d'abstract hip-hop bienheureux (The Iceland Song, comme du Roudoudou retravaillé par Bonobo), se décidera à sortir son premier album. Pour l'heure, c'est fort de deux épatants EPs que ce fan avéré de Shigeto se produira au Sucre – au côté, d'ailleurs, d'une autre figure asiatico-américaine du beatmaking : l'enchanteresse de buildings Tokimonsta, à laquelle il dédicacera sans doute son sifflotant Monsta Mash. 07.02 Art Feast presents... A Detroit, tout marche par trois. Forcément. Ainsi des Bell

Continuer à lire

Orgie de sucre

MUSIQUES | Avec ses installations audio dernier cri, sa terrasse panoramique et ses ambitions next-gen, le Sucre s'est imposé en l'espace d'un demi-mois comme un incontournable de la vie nocturne lyonnaise. Une tendance que le reste de sa programmation estivale devrait confirmer. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Vendredi 12 juillet 2013

Orgie de sucre

Ça ne pouvait pas ne pas marcher. Un club perché au sommet d'une friche industrielle devenue un haut lieu de l'art contemporain, cautionné par un all-star cast de DJs (Agoria, Laurent Garnier), d'entrepreneurs (Bruno Bonnell) et de médias (Libération y a organisé une sauterie pour son 10 000e numéro) et géré par l'équipe de Nuits Sonores... Non vraiment, quand bien même le quartier environnant est encore embryonnaire – la Confluence, désertée avec fracas par le cuistot étoilé Nicolas Le Bec et le galeriste Olivier Houg – ça ne pouvait pas ne pas marcher. Nulle surprise donc à ce que Le Sucre, par ailleurs caractérisé par une jauge respirable (800 places, alors que l'endroit peut théoriquement en accueillir le double) et un confort d'écoute sans équivalent de ce côté-ci du Rhin (le son est limpide, idéalement spatialisé et supportable), affiche depuis son ouverture fin juin un taux de remplissage limite indécent. Signes avant-coureurs de diabète On ne saurait donc trop vous conseiller de réserver au plus tôt vos places pour les nombreux rendez-vous électroniques de qualité qu'hébergera le lieu tout au long de l'été. En tête ceux des 19 et 26 juillet, qui verront

Continuer à lire

Nuits Sonores 2013 - Jour 1

MUSIQUES | Après un warm up aussi vert et bon enfant qu'une réunion de fruits Oasis et une inauguration moins guindée que celle de l'an passé, Nuits Sonores 2013 est entré hier dans le vif du sujet. Retour sur une première journée qui, bien que déséquilibrée, n'a pas été avare en torgnoles soniques. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Jeudi 9 mai 2013

Nuits Sonores 2013 - Jour 1

La tentation était trop grande, y céder n'a pas été sans conséquences : programmés sur la scène principale des Subsistances, l'illustre Carl Cox (qui se produisait pour la première fois au festival) et le fidèle Laurent Garnier ont vampirisé la quasi totalité du public du premier NS Days, jusqu'à imposer au personnel de sécurité l'improvisation, à l'entrée d'une verrière rapidement devenue impraticable, d'un système de file d'attente. On pourrait le déplorer. On pourrait si ces deux "dinosaures" n'avaient pas d'ores et déjà assuré deux des prestations les plus mémorables de Nuits Sonores 2013, le premier dans le registre fédérateur et bouncy qui a fait sa réputation, le second avec l’œcuménisme et la passion qu'on lui connaît depuis maintenant neuf éditions. On pourrait si ce monopole avait empêché les Bordelais de J.C.Satàn, chefs de file du renouveau garage, de livrer un concert survolté et poisseux, et les Strasbourgeois de Electric Electric de prouver qu'avec ou sans Colonie de vacances, ils comptent parmi les faiseurs de bruit les plus excitants du pays.

Continuer à lire

Nuits Sonores 2013 - La prog de nuit

MUSIQUES | Au moment de lever le voile sur le volet diurne de Nuits Sonores 2013, les équipes d'Arty Farty étaient si ric-rac que c'est avec des valises oculaires éligibles à une "franchise bagages supplémentaires" qu'elles ont animé la conférence de presse correspondante. Cette fois, elles étaient en avance : censée tomber jeudi 21 février, la programmation nocturne de la onzième édition du festival a été révélée la veille, le teint frais et le sourire franc. La voici.

Benjamin Mialot | Mercredi 20 février 2013

Nuits Sonores 2013 - La prog de nuit

Editorialisation. Tel est, plus encore que pour les éditions précédentes, le maître-mot de cette onzième édition de Nuits Sonores. On a pu le vérifier avec les NS Days et leurs scènes labellisées (une portant l'emblème de la bible en ligne Resident Advisor, une sponsorisée par la Red Bull Music Academy et une consacrée à la carte blanche à Bruxelles), c'est au tour des Nuits, sises comme l'an passé (mais pour la dernière fois) aux anciennes usines Brossette et organisées, toujours comme l'an passé, en trois scènes aux dimensions décroissantes, de se faire l'écho de ce souci de cohérence. Qui par le biais d'un partenariat avec un festival, qui via un regroupement géographique, qui à la faveur d'une délégation d'une partie de la fonction de curateur à un artiste. Au-delà de ce qu'elle induit en termes de mise en réseau et d'image, la démarche aboutit sur un net renouvellement de la proposition artistique formulée par Arty Farty : cette année, les big names se comptent sur les doigts de la main, la programmation s'équilibrant entre pointures discrètes et nouveaux venus en pleine bourre.A cette aune, on attend beauco

Continuer à lire

Nuits sonores – Vendredi 18 - Report

MUSIQUES | Sept lieux, six sessions de 9h de live, trois concerts spéciaux. Il fallait bien ça pour fêter les dix ans de Nuits sonores, fleuron européen de la musique électronique (et plus si affinités). Compte-rendu du jour 3. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Samedi 19 mai 2012

Nuits sonores – Vendredi 18 - Report

Une blonde en mal de vodka. Un grand brun nous reprochant l'absence de points de vente de cigarettes. Une poignée de jeunes ayant pensé à tout sauf à la weed. Hier, la frange la plus secouée du public de Nuits Sonores nous a pris pour un distributeur ambulant. Manque de pot pour elle, même si notre manière de danser peut prêter à confusion... Coup de bol pour elle, hier, les hallucinations et la transe étaient comprises dans le prix des billets.  Le freak, c'est chic À l'Hôtel-Dieu, on s'est demandé si «l'appartement de fous» qui jadis scindait en deux la cours de sa chaufferie était encore en service et si ce n'était pas ses locataires qui se succédaient sur la grande scène. Prenez les Londoniennes de Trash Kit. Elles ont bien essayé de nous la mettre à l'envers, à se pointer sans leurs habituelles peintures de guerre fluo, mais leur rock, primitif et béat comme du Animal Collective interprété par les Slits, ne laisse aucun doute : elles souffrent d'un touchant complexe de Pete

Continuer à lire

JOAKIM Milky Ways

MUSIQUES | (Versatile/Module)

Dorotée Aznar | Vendredi 28 août 2009

JOAKIM
Milky Ways

Vous avez demandé l’OVNI électro de la rentrée, ne quittez pas, il gravite haut perché sur le label Versatile, avec un deuxième album qui emprunte ses rêves d’aliens et de nébuleuses soniques à la Voie Lactée. Musicalement, cela se traduit par un big-bang krautrock en guise d’ouverture, une odyssée de huit minutes où se percutent batteries bestiales et guitares assassines, une entrée en matière fracassante qui pose la signature de Joakim : un Martien martial, sous l’influence lunaire de Faust, Can et John Carpenter. En pourfendant les dancefloors à des années-lumière des poncifs boum-boum et des trémoussages de derrières, le psychonaute de Versatile n’aura jamais mis que deux albums pour imposer son univers singulier, entre rock primitif et disco robotique, maelström sonore et mélodies météores, ballades psychédéliques et volutes vocales décrochées des étoiles. Si Milky Ways emprunte ainsi mille chemins aux embardées contrastées, c’est pour mieux surprendre à chaque recoin, nous embarquant dans un voyage astral aux rebondissements intersidérants. Moins électro peut-être que son précédent Monsters & Silly Songs, mais tout aussi barré et puissant, Joakim signe ici le disque «french p

Continuer à lire