Le beau geste frère des Innocents

MUSIQUES | Loin du tapage, JP Nataf et Jean-Christophe Urbain ont ravivé avec l'impeccable "Mandarine" la flamme mélomane des Innocents. Réhabilitant au passage le souvenir parfois faussé d'un groupe qui compte au final beaucoup plus que l'enfilade de tubes pop livrée deux décennies durant.

Stéphane Duchêne | Mardi 13 octobre 2015

Chienne de vie. Vraiment. Quand on voit la vitesse à laquelle s'est rempli le Transbordeur à l'annonce d'un concert surprise des Insus (soit Téléphone reformé en mode clando pour faire genre) et qu'on constate avec quelle discrétion est accueilli le retour des Innocents, eh bien messieurs dames, on vous le dit comme on le pense, quelque chose branle dans le manche, il y a du mou de veau dans l'hygiaphone et le monde est décidément «aussi parfait qu'il est plat» – c'est-à-dire surtout plat.

Parce que, si on peut se permettre de parler un peu musique, les Innocents c'est quand même un autre Finistère que Téléphone. Ironique, quand on songe que les deux groupes ont été portés par une ribambelle de tubes dopés par les radios. Sauf que. Concernant Téléphone, il y a les tubes, taillés pour les stades ou les soirées quadras qui dégénèrent après minuit, mais c'est tout. Du côté des Innocents, il y a les tubes aussi, mais ceux-ci cachent un énorme malentendu.

Geste frère, frères de geste

Car lorsqu'on écoutait, dans les années 80-90, tous leurs hits (on vous fait grâce de la liste), on n'écoutait pas vraiment. On se laissait porter par la vitrine alléchante des mélodies ou par la surface de paroles parfois absconses, mais on allait voir ni l'arrière-boutique ni, en profondeur, les richesses d'arrangements furieusement pop.

On n'entendait donc pas, ou on l'a fait bien plus tard, à quel point les Innocents étaient cultivés, mélomanes et, surtout, avec quelle magie ils parvenaient à marier ce bagage avec un art de la citation (Beatles, XTC, The dB's, n'en jetez plus) et de l'appropriation d'une rare subtilité.

Or, c'est bien cela que met en lumière la reformation du couple de compositeurs JP Nataf/JC Urbain : une inventivité certes jamais tarie (même en solo) mais réenchantée par le retour de ce «geste frère» de ces frères de geste musicale, à l'origine de Mandarine, certificat d'authenticité d'une réconciliation (dont ils font le récit et le bilan) pour l'amour de l'art et pas celui du buzz ou du flouze.

Quand on chante qu'on a «les souvenirs devant nous», c'est qu'il n'est pas question de reluquer le rétro ou de refaire le vieux coup tordu de la nostalgie qui ne dit pas son nom, de la reformation qui – trop vue, trop connue je t'embrouille – déforme les souvenirs.

Les Innocents [+ Bastien Lallemant]
À l'Epicerie Moderne jeudi 15 octobre


Les innocents + Bastien Lallemant


Épicerie Moderne Place René Lescot Feyzin
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Les Chansons de l'Innocence

Pop | Confirmant, cinq ans après Mandarine, leur retour aux affaires, les Innocents font de 6 1/2 le terreau de la confrontation de talents plus habiles à se vivre dans l'exponentiel que dans la simple addition.

Stéphane Duchêne | Mardi 14 janvier 2020

Les Chansons de l'Innocence

Quelle fut belle cette reformation des Innocents, du moins de ses deux têtes pensantes, Jipé Nataf et Jean-Christophe Urbain, il y a cinq ans maintenant. Parce qu'on retrouvait bien entendu avec joie et tendresse ces deux orfèvres pop, auteurs dans la confrontation de leurs innocences, de quelques unes des plus belles pages de la pop française de la fin du siècle dernier. Mais surtout parce qu'on sentait là un pas de deux précautionneux, quelque chose comme une parade amicale, une relation qu'il fallait retisser en douceur, sans maladresse. Cela avait donné Mandarine, plus proche de ces Innocents en demi-teinte dénichés jadis en regardant derrière l'évidence de ces tubes 90's qui avaient tant séduit les radios et colonisé les cerveaux. Il s'agissait alors pour le duo, en composant tout à deux, d'avancer dans le consensus, de

Continuer à lire

Les 10 concerts à voir en septembre

Musique | La concurrence (ou les confrères) prenant leur temps pour redémarrer la saison en mode diesel, c'est une certaine péniche du quai des Étroits, qui ce mois-ci fait figure de bon élève boulimique, alignant comme des perles les concerts de musique pas comme les autres. Septembre sera (surtout) Sonic ou ne sera pas.

La rédaction | Jeudi 1 septembre 2016

Les 10 concerts à voir en septembre

Daniel Romano Les fans hardcore de l'ancien Daniel Romano ont sans doute eu du mal à reconnaître leur protégé canadien lorsqu'ils ont posé l'oreille sur Mosey, son dernier album, puis constaté qu'il avait troqué le costume de dandy à Stetson – et les chansons crincrin qui allaient avec – pour une veste de jogging. Finie (pour le moment) la country pliant (magnifiquement) le genou devant les figures d'Hank Williams ou Merle Haggard, Romano a ici sorti le couteau suisse musical et donne l'impression de balayer d'un revers de main sa discographie précédente à coups de pop cinématographique, emphatique ou intime, reliant par la grâce du fil invisible d'un songwriting impressionnant Morricone, Dylan, Newman, Hazlewood. Et surtout l'ancien Daniel avec le nouveau, génial dans toutes les configurations. Au Sonic le mardi 13 septembre

Continuer à lire

Les 10 concerts à voir en mai

Sélection | Harold Martinez Alors que l'on vient d'apprendre la venue à l'automne du Wovenhand de David Eugene Edwards, on pourra patienter durant ce mois de mai (...)

Stéphane Duchêne | Mercredi 4 mai 2016

Les 10 concerts à voir en mai

Harold Martinez Alors que l'on vient d'apprendre la venue à l'automne du Wovenhand de David Eugene Edwards, on pourra patienter durant ce mois de mai avec son plus proche cousin, pour ne pas dire frère en blues et visqueux. Visqueux au bon sens du terme car cette musique plus habitée qu'une masure aux mille fantômes se nourrit aussi à des milliers de kilomètres de distance (Harold Martinez vient de Nîmes) du même vibrato indécrottable de maître vaudou que celui de Mr Edwards. Une fois qu'elle vous a piqué, vous voilà zombifié. Au Kraspek Myzik le jeudi 12 mai Me First and the Gimme Gimme Gimmes Il y a des super-groupes, des groupes à concepts, des cover band, eh bien Me First and the Gimme Gimme Gimmes est les trois à la fois, poussant les trois bouchons dans leurs plus improbables extrémités. Qu'on s'accroche, ce punk band (formé de membres de Lagwagon, No Use for a Name ou NOFX) a sorti des albums des reprises thématiques (les comédies musicales, le r'n'b, les divas), enregistré un liv

Continuer à lire

Rentrée musique : 20 concerts à ne pas manquer

MUSIQUES | De mémoire de rats de salle de concert, cette rentrée musicale est l'une des plus chargées que la ville ait connue. Qu'à cela ne tienne, ce ne sont pas dix concerts que nous vous avons tagués comme "incontournables" cette année, mais une vingtaine. Faites chauffer les boules Quiès.

Stéphane Duchêne | Mardi 29 septembre 2015

Rentrée musique : 20 concerts à ne pas manquer

Aline / Tigran / Jay Jay Johanson / Is Tropical Après avoir bu et dansé jusqu'à plus soif, bien profité de la belle hype initiée par Regarde le ciel, les Ex-Young Michelin ont pris la route du studio ICP de Bruxelles (temple du rock contemporain) à la rencontre de Stephen Street, mythique producteur et/ou ingénieur des Smiths (il fut le sage-femme de The Queen is Dead, t'as qu'à voir !), de Morrissey et de quatre albums de Blur. Le résultat, bien inspiré (et intitulé La Vie électrique), dégouline forcément de guitares cristallines et de rythmiques 80's dévalées en frenchy dans le texte. Quelque part entre les Smiths donc, les Triffids et un Daho d'époque moins daté. Aline est là, manquerait plus qu'elle revienne. Stéphane Duchêne Le 9 octobre au Marché Gare C'est un fait, le Tigran est un genre de prodigieux caméléon musical dont le génie serait profondément agaçant s'il n'avait pas la mansuétude d'en faire profiter les autres. Ce pianiste jazz (sur le papier uniquement), on l'a connu sous

Continuer à lire

Clair et net

MUSIQUES | JP Nataf a beau faire l'innocent, ou du moins l'ex-Innocents, du nom du groupe avec lequel il connut un succès certain dans les années 90, il n'en a pas (...)

Dorotée Aznar | Mercredi 16 juin 2010

Clair et net

JP Nataf a beau faire l'innocent, ou du moins l'ex-Innocents, du nom du groupe avec lequel il connut un succès certain dans les années 90, il n'en a pas moins sorti il y a quelques mois, l'un des plus beaux disques de l'année. Pas l'un des plus beaux disques français de l'année, non, non, l'un des plus beaux tout court, tous pays confondus. La chose, comme pour ne pas avancer masqué dans l'excellence, avait pour titre Clair, comme on dit vulgairement «c'est clair». Un album qui a laissé pantois ceux qui l'ont eu entre les mains et les oreilles, y compris parmi ceux qui savaient à quoi s'attendre de la part de l'auteur de Plus de sucre, son album précédent, déjà assez fameux. Un disque aussi qui, sous l'anodine apparence de ce petit bonhomme barbu et un peu sans âge, abritait des références aussi illustres que Paul Simon, Bob Dylan, Polnareff ou Yves Simon. Et un songwriter trop heureux de profiter de la liberté chérie de celui qui sait pertinemment qu'il n'a plus à chercher à plaire à quiconque (il l'a suffisamment fait avec ces Innocents tutoyeurs de hit-parades) sinon à lui-même et aux fantômes musicaux qui guettent par dessus son épaule. C'est ainsi que JP Nataf, autoproclamé «p

Continuer à lire

Plus Clair

MUSIQUES | Pop / Il y a sur ‘Clair’, le dernier album de JP Nataf, son deuxième en solo, ce que le jargon énonce généralement comme un morceau de bravoure : une (...)

Stéphane Duchêne | Vendredi 13 novembre 2009

Plus Clair

Pop / Il y a sur ‘Clair’, le dernier album de JP Nataf, son deuxième en solo, ce que le jargon énonce généralement comme un morceau de bravoure : une interminable boucle qui dès lors qu’elle a pénétré votre cerveau ne s’en déloge plus et vous accompagne. 10 minutes durant d’abord (9’57’’ pour être plus précis) puis les jours qui suivent, jusqu’à la supérette, au boulot, sous la douche. Un de ces petits torrents folk dévalant en douceur, comme Bob Dylan en écrivait au kilomètre au fil d’une poétique logorrhée en prose. Ça s’appelle ‘Seul Alone’, pierre angulaire aux contours adoucis d’un album une fois de plus remarquable. ‘Seul Alone’, JP Nataf ne l’a pas été beaucoup ces dernières années. L’ancien chanteur des Innocents a en effet multiplié les projets à deux (Red Legs avec Jeanne Cheral) ou à plusieurs (Imbécile, The Wantones). Revenu à la solitude, Nataf touche au sublime et confirme ce qu’on savait déjà : derrière ce gars discret se cache un des plus grands mélodistes de la pop française. Et un auteur bien plus subtil qu’il ne l’était à l’époque des Innocents, sans lesquels, dans notre époque si différente, il n’aura plus jamais, il le sait, le même succès. Il s’en fout, il ne

Continuer à lire