Chaque mois au Sucre, le Palma Soundsystem part en live

Benjamin Mialot | Mardi 27 octobre 2015

La scène se passe à un concert de Metallica. En prélude à l'insurpassable Master of Puppets, James Hetfield initie avec ses fans le dialogue suivant : lui crie «master!», eux répondent en chœur «puppets!». A priori innocent, ce jeu de rôle à gorge déployée, dès lors qu'on prend en considération sa traduction (et le propos originel du morceau, longue métaphore sur l'addiction à la cocaïne), en dit long sur la bienheureuse servilité dont est capable l'Homme, cet éternel ressortissant de la société du spectacle debordienne. Mais il est un rapport de domination sonore plus dérangeant encore : celui liant les DJs (i.e. des control freaks qui ont réussi) aux clubbers, qui guettent les drops comme les camés réclament leur dose – les bras tendus et la bouche pleine de râles vaguement humains.

À cette aune, le projet mené depuis 2012 par le trio lyonnais Palma se relève d'une salutaire originalité. Trois garçons, des tas de machines qui clignotent tels les trésors d'un bunker d'Ali Baba et encore plus de possibilités de se jouer en live et avec force improvisations des conventions techno : telle est en effet l'équation que posent et résolvent Visitor for Reworks, Raj et Noma chaque mois au Sucre, sur les ondes disruptives de la webradio LYL et avec leur premier EP.

Tout juste publié sur leur propre label, il sera au cœur de leur prochaine intervention (au sens amical du terme, cf. How I Met Your Mother s04e04). Et risque paradoxalement de faire replonger les plus fragiles, vu sa concentration en mélodies acides et en kicks conquérants.

Week-end #9 : Palma Soundsystem
Au Sucre vendredi 30 octobre


Palma soundsystem

Noma + Raj + Visitors for reworks
Le Sucre 49-50 quai Rambaud Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Amour en eaux douces : "Une sirène à Paris"

Fantastique | Alors que son père va vendre la péniche familiale Flowerburger, historique siège d’un groupe d’embellisseurs de vie — les surprisiers — Gaspard, un musicien au cœur brisé, découvre Lula, jeune sirène échouée sur les rives de Seine. Pour la sauver, il l’emmène chez lui…

Vincent Raymond | Mardi 10 mars 2020

Amour en eaux douces :

S’il n’y avait les rêveurs pour le porter et lui donner de l’oxygène, le monde s’écroulerait, asphyxié. Mathias Malzieu en fait partie, qui déploie son imaginaire de chansons en livres et de livres en films, explorant des univers connexes à ceux de ses devanciers Tim Burton ou Jean-Pierre Jeunet. Comme dans La Mécanique du cœur ou Métamorphose en bord de ciel, le meneur de Dionysos ose ici un conte façon alchimie entre merveilleux et mélancolie avec des héros cabossés depuis l’enfance et des créatures surnaturelles. Avec ses décors baroques, sa musique faite maison, ses interprètes attachants (le couple Duvauchelle/Lima s’avère osmotique), Une sirène à Paris cherche à ranimer un certain esprit magique, que l’on peut apprécier comme une forme de nostalgie d’un paradis cinématographique perdu. Malgré tout, ce mixte d’ambition et de naïveté revendiquée manque, c’est triste à dire, de moyens à l’écran. Peut-être aurait-il fallu être étourdi par un surcroît de couleurs et de frénésie à la Baz Luhrmann pour que la féérie du projet soit plus

Continuer à lire

La vie et rien d’autre : "Tu mourras à 20 ans"

Drame | Soudan. Alors que se tient devant l’ensemble du village une cérémonie célébrant la naissance de Muzamil, le chef religieux prophétise que l’enfant succombera à vingt ans. Consterné, le père s’enfuit travailler à l’étranger et la mère élève Muzamil dans cette unique perspective funeste…

Vincent Raymond | Mardi 11 février 2020

La vie et rien d’autre :

Régulièrement dépeint sur nos écrans, le déterminisme social minant l’Occident possède un double maléfique dans les pays où la tradition/l’obscurantisme/la religion (rayez la mention inutile) fait sa loi. Cette fable moderne l’illustre, qui fait froid dans le dos par sa gravité réaliste. Et serre le cœur, à moins d’être totalement dépourvu d’empathie. Car Amjad Abu Alala montre les effets pervers de la malédiction inaugurale : un conditionnement généralisé biaisant toute destinée. Ainsi, sa mère porte le deuil de Muzamil dès le jour de sa naissance et lui interdit quasiment tout contact avec l’extérieur (incitant de fait les autres enfants à l’affubler du charmant sobriquet de Fils-de-la-Mort), ne lui laissant pour seules occupations que la fréquentation de l’école coranique où il pourra enfin bénéficier d’une attention positive après avoir appris par cœur tous les textes sacrés. Prisonnier d’une prophétie et de son village, il lui faudra comprendre qu’il vit entre des barreaux pou

Continuer à lire

Noir comme la neige : "Un jour si blanc"

Drame | Ne parvenant pas à faire le deuil de son épouse décédée dans un accident de voiture, un policier occupe son congé à enquêter en-dehors des règles sur l’infidélité de la défunte, découverte post mortem. Il s’enferre alors dans sa névrose et se ferme à sa famille. Et à sa petite-fille notamment…

Vincent Raymond | Mardi 28 janvier 2020

Noir comme la neige :

Particulièrement distingué ces derniers mois dans un registre militant avec Woman at war ou Mjólk, le cinéma islandais ne dédaigne pas pour autant l’univers qui, en littérature, lui a permis de conquérir une aura internationale : le genre noir. Coiffé d’un titre pesant de toute l’ironie de son oxymore, Un jour si blanc en est la sombre démonstration, qui offre un adroit pendant audiovisuel à cette riche production romanesque. Dès les premières images, Hlynur Pálmason fait de son film un manifeste temporel : par de longs plans traquant la durée ou, au contraire, en jouant la fixité d’une caméra sur un décor alors que défilent jours, nuits, saisons. Ce faisant, il crée une atmosphère épaisse à la mesure du sentiment d’isolement moral subi par son mutique héros — Ingvar Eggert Sigurðsson, un clone de Sam Shepard vu chez Baltasar Kormákur et Sólveig Anspach — ; une chape de silence, de calme apparent qui sont autant de prolégomènes au déchaînement d’un désespoir sourd et violent. Si s

Continuer à lire

Ladj Ly : « ma banlieue est joyeuse, mais ça peut partir en vrille »

Les Misérables | Il y a quelques années, Ladj Ly tournait Les Misérables, court-métrage matriciel dont l’accueil a permis (dans la douleur) la réalisation de son premier long en solo. Primé à Cannes, il est à présent en lice pour représenter la France dans la course à l’Oscar du meilleur film étranger.

Vincent Raymond | Mardi 19 novembre 2019

Ladj Ly : « ma banlieue est joyeuse, mais ça peut partir en vrille »

Comment vous êtes-vous remis dans l’énergie du court-métrage ? Ladj Ly : J’avais toujours eu cette idée de faire un long-métrage : plein de séquences étaient écrites. Mais comme vous savez, c’est le parcours du combattant de tourner un long. J’ai voulu faire le court pour rassurer et montrer que j’étais capable de faire de la fiction et des trucs cool. Ça aurait pu tomber à l’eau, mais j’étais convaincu par cette stratégie. Je savais ce que je voulais : mon énergie était déjà là. Ce court a bien marché dans les festivals, on a gagné un quarantaine de prix. Et malgré ça, on a quand même eu du mal à financer le long… Malgré votre parcours et À voix haute, vous aviez encore besoin de prouver des choses ? Clairement. Ça fait vingt ans qu’on fait des films avec Kourtrajmé ; notre parcours est assez riche, avec des clips, du long du documentaire… Mais malgré tout ça, c’est compliqué de fair

Continuer à lire

Olivier Coussemacq : « La poésie est pour moi un art sublime, suprême »

Nomades | Le cinéma n’a pas de frontière. Le réalisateur français Olivier Coussemacq le prouve en signant un film on ne peut plus marocain, "Nomades". Rencontre (logique) à l’occasion des Rencontres du Sud…

Vincent Raymond | Jeudi 8 août 2019

Olivier Coussemacq : « La poésie est pour moi un art sublime, suprême »

Habituellement, les films traitant des questions de migration du point de vue du Sud sont produits ou réalisés par des Marocains. Quel est votre rapport au Maroc ? Olivier Coussemacq : Cela a été une des difficultés du projet, en effet… Quand j’ai présenté le film à Tanger, en avant-première marocaine dans le cadre du festival du cinéma marocain, on n’a pas reconnu au film son identité marocaine. Quand je suis en France avec ce film, on me dit « Mais c’est un film avec des inconnus en langue arabe ! » J’ai un rapport ancien avec le Maroc, un rapport d’amour surtout, comme pour un certain nombre de pays et des liens anciens avec le Maghreb, ainsi qu’un intérêt pour ce qui n’est pas “nous“. J’ai envie d’aller voir ailleurs pour éviter de trop parler de nous — d’autres le font très bien. Enfin, j’ai eu quelques difficultés dans le passé, à titre intime, avec ma mère que je ne développerai pas et les mères du Maghreb en règle générale, sont des femmes qui m’émeuvent par leurs capacités de résistance, leur générosité. Un caractère de mère amoureuse et protectrice… Les Marocains ne se reconnaissaient pas

Continuer à lire

Routes et déroutes du sud : "Nomades"

Drame | Pour dissuader son ultime fils Hossein de seize ans de tenter l’exil illégal vers l’Europe par la voie maritime, Naïma quitte Tanger, direction la campagne du sud. Chez son oncle et sa tante, Hossein se sent coupé du monde moderne et en veut à sa mère…

Vincent Raymond | Jeudi 8 août 2019

Routes et déroutes du sud :

« Quand je me regarde, je me désole ; quand je me compare, je me console », dit un proverbe que Hossein pourrait faire sien : son exil dans le sud rural lui permet de relativiser sa situation et de constater les privilèges dont il dispose. Mais relativiser marche dans l’autre sens : comment ne pas vouloir quitter un pays qui interdit à ses locaux l’accès aux hôtels, à moins qu’ils ne soient escortés par les touristes ? Comment ne pas être écœuré de voir sa cousine quasiment “vendue“ à un compatriote établi à l’étranger ? Comment ne pas désespérer de n’avoir pour seul perspective l’exercice de cireur de chaussures — soumis de surcroît à une forte concurrence ? Dans le sillage des brûlots de Nabil Ayouch, Olivier Coussemacq porte un regard intérieur sans concession sur la société marocaine, où la jeunesse et les femmes n’ont le choix qu’entre le désarroi et le désespoir. Demeurent ici en bout de course des graines d’espoir pour la méritante Naïma et par ricochet pour son entêté de fils. Il n’est pas défendu de croire qu’elles fleuriront. Nomade

Continuer à lire

Brian de Palma à Quais du Polar

Quais du Polar | [Moment vieux con] Aux jeunes publics qui pensent que Freddie Mercury et Queen ont tout inventé avec Bohemian Rhapsody, on recommande chaudement d’aller (...)

Vincent Raymond | Mardi 26 mars 2019

Brian de Palma à Quais du Polar

[Moment vieux con] Aux jeunes publics qui pensent que Freddie Mercury et Queen ont tout inventé avec Bohemian Rhapsody, on recommande chaudement d’aller faire un tour à l’Institut Lumière pour découvrir en grand Phantom of the Paradise (1974) pour tant de raisons que cette page n’y suffirait pas. Essayons tout de même. Il s’agit d’abord d’une relecture-réactualisation du classique Fantôme de l’Opéra de Gaston Leroux — déjà porté à l’écran avec Lon Chaney —, mâtinée de références au Faust de Gœthe comme à l’indispensable figure matricielle du cinéma de Brian De Palma, Alfred Hitchcock. S’il reçoit un très mérité Grand Prix au festival d’Avoriaz en 1975, c’est en tant que comédie musicale rock innovante qu’il marque autant les yeux et les oreilles, s’inscrivant automatiquement comme un marqueur de son temps et un classique du 7e art. Paul Williams, qui compose en sus le méphistophélique Swan, signe une bande-originale magistrale, enchaînement de tubes pop-rock, du dia

Continuer à lire

Brian is not in the kitchen

Reprises | Si Brian De Palma ne sera pas présent (ce soir-là…) en chair et en os à l’Institut Lumière, deux de ses films y seront projetés lors d’une double séance, histoire (...)

Vincent Raymond | Mercredi 13 février 2019

Brian is not in the kitchen

Si Brian De Palma ne sera pas présent (ce soir-là…) en chair et en os à l’Institut Lumière, deux de ses films y seront projetés lors d’une double séance, histoire de rappeler à quel point son cinéma est précieux. Deux joyaux qui, comme toujours, marquent leur temps en ressuscitant une période passée. Pour commencer, Les Incorruptibles (1987), évocation de la Prohibition et de la pègre de Chicago — mais aussi réminiscence de la série télévisée des années soixante — réunissant Sean Connery (Oscar pour l’occasion), De Niro et Kevin Costner. Dans la foulée, à 21h30, L'Impasse (1993), flashback hallucinant dans le milieu criminel des 70’s pour le duo Al Pacino / Sean Penn dans une œuvre à la postérité moins envahissante que Scarface mais sans doute plus aboutie. Les Incorruptibles + L'Impasse À l’Institut Lumière ​le vendredi 15 février à 19h

Continuer à lire

Roberto Saviano et Brian de Palma invités à Quais du Polar

Polar | Double annonce choc pour Quais du Polar, qui annonce la venue de deux stars au pedigree long comme un épisode de Derrick : Roberto Saviano et Brian de (...)

Sébastien Broquet | Mercredi 6 février 2019

Roberto Saviano et Brian de Palma invités à Quais du Polar

Double annonce choc pour Quais du Polar, qui annonce la venue de deux stars au pedigree long comme un épisode de Derrick : Roberto Saviano et Brian de Palma. Le premier est un journaliste Italien rendu immensément célèbre par la parution en 2006 (en France, 2007) de Gomorra, mettant crûment à jour l'ampleur de la main-mise de la camorra, la mafia napolitaine, sur la ville et au-delà. Une enquête minutieuse qui lui vaudra d'être publié dans 42 pays, mais aussi des menaces de mort de la part de la camorra. Roberto Saviano vit toujours, depuis, sous protection policière. Mais ne s'est pas calmé : il est aujourd'hui l'un des plus farouches opposants à l'extrémiste Matteo Salvini, le ministre de l'Intérieur. Saviano a depuis publié d'autres ouvrages, dont le tout aussi intéressant Extra pure : Voyage dans l'économie de la cocaïne en 2014. La rencontre "Une heure avec…" Roberto Saviano est programmée le samedi 30 mars à 11h, au Théâtre des Célestins. Brian de Palma également convié Brian de Palma, cinéaste, vient lui présenter son premier roman écrit

Continuer à lire

Art bien urbain

Street Art & Tatouage | Art vivant par excellence, le street art a conquis les murs des galeries mais ne s’arrête pas là : des festivals s'implantent et des liens se tissent avec d’autres disciplines.

Lisa Dumoulin | Mardi 8 janvier 2019

Art bien urbain

Côté expos, c’est chez Superposition que ça se passe, avec le premier solo show de Mani, équilibriste du noir et blanc mêlant fresques murales, dessin et animations, intitulé La mécanique du vide : prometteur (du 31 janvier au 2 mars). Mais aussi avec l’exposition Inking Board du projet Skate Station, deuxième édition de ce rendez-vous mixant les univers du tatouage et du skate : seize tatoueurs lyonnais (dont Pandido, Mathias Bugo, Gladys to meet you...) sont invités à encrer deux skateboards en bois brut, comme ils le feraient sur le bras d'une personne (du 11 au 26 janvier). Côté visites, on guette l’incontournable balade dans les pentes organisée par Nomade Land et Flo 81 le 19 janvier, mais aussi une nouvelle visite insolite sur le street art à la Croix-Rousse, proposée par Les Visites des Filles le 12 janvier. Côté festivals, il ne faudra pas manquer la première édition de Peinture Fraîche qui se tiendra du 3 au

Continuer à lire

Redoublement en 6e pour Tom Cruise : "Mission : Impossible - Fallout"

Action | Suite directe de Rogue Nation, Fall Out revisite les fondamentaux de la franchise Mission : Impossible en passant la sixième vitesse. La rapidité, une manière comme une autre pour Tom Cruise de défier le temps qui passe…

Vincent Raymond | Mercredi 1 août 2018

Redoublement en 6e pour Tom Cruise :

Censé empêcher un groupe terroriste de s'emparer de sphères de plutonium, Ethan Hunt compromet sa mission afin de sauver un membre de son équipe. La CIA lui met alors dans les pattes l’agent Walker chargé d’évaluer l’IMF ; charge à lui de récupérer les éléments radioactifs… Pour ce sixième opus, on ne change pas une équipe qui gagne (des dollars), et encore moins l’architecture narrative de la franchise : une nouvelle fois, il est ici avéré qu’une taupe trahit l’Agence et des preuves accablantes s’accumulent contre Hunt ; lequel, placé en fragilité, doit jouer contre sa hiérarchie pour sauver le monde avant même de prouver son innocence. Voilà qui n’est pas sans rappeler la trame de l’excellent film inaugural de DePalma (1996). Impression renforcée par un finale à coup d’hélicoptères, une large inscription territoriale du film entre Paris et Londres et le démasquement grâce à un masque du traître de l’histoire. Les références à l’épisode matriciel deviennent des révérences assumées. Éternelle genèse Vingt ans plus tard, ce

Continuer à lire

Sans-papiers, sans pantalon : "Corps étranger"

DRAME NU | de Raja Amari (Fr-Tun, 1h32) avec Hiam Abbass, Sara Hanachi, Salim Kechiouche…

Vincent Raymond | Mardi 20 février 2018

Sans-papiers, sans pantalon :

Le drame des réfugiés est le sujet du moment ; il irrigue donc à des degrés divers, et avec plus ou moins d’inspiration, une part non négligeable des scénarios actuels. Parfois, on a l’impression qu’il sert de prétexte commode à des auteurs pour “faire concernant” ou donne une colonne vertébrale socio-politique à une histoire manquant d’assise. Tel Corps étranger. Bien sûr, il y a à la base l’arrivée clandestine en France de Samia, ayant fui le Maghreb et un frère fondamentaliste. Mais le cœur du film, c’est surtout la relation qu’elle va entretenir avec la femme qui lui donne un toit et du travail, Leila, ainsi qu’un jeune homme de son village, Imed. Ce ménage à trois violent et délétère, fait de trouble sensualité, de jalousies et de dominations à géométrie variable, intéresse en premier chef la réalisatrice, davantage que les misères des sans-papiers. Il ne s’agit pas là d’un jugement moral, seulement un constat. Le fait est que ses réalisations précédentes montraient déjà sa fascination pour l’érotisation des corps et le charme vénéneux qu’ils pouvaie

Continuer à lire

Tante hâtive d’évasion : "Oh Lucy !"

Road Movie | de Atsuko Hirayanagi (Jap-E-U, 1h35) avec Shinobu Terajima, Josh Hartnett, Koji Yakusho…

Vincent Raymond | Mardi 30 janvier 2018

Tante hâtive d’évasion :

Tokyo. Employée s’épanouissant dans son aigreur de vieille fille, Setsuko accepte de se rendre à la place de sa nièce Mika au cours d’anglais dispensé par John. Séduite, elle décide de continuer mais Mika et John s’enfuient aux USA ! Setsuko part à leur recherche, avec sa sœur (qui la hait)… Les chemins de la liberté prennent parfois des détours inattendus ; celui emprunté par Setsuko se révèle cahoteux, voire libertaire, mais en définitive des plus efficaces puisqu’elle parvient à se défaire de toutes les attaches toxiques de son existence. En cela, elle accomplit ce que beaucoup rêvent de faire : dire son fait à son patron et à ses proches, changer de vie, trouver l’amour… Un poil foutraque, par moments d’une absurdité totalement incorrecte, ce road movie pris en sandwich entre deux tranches de vie tokyoïte ne ressemble pas à grand chose de connu — à part peut-être une sorte de manche retour de Lost in Translation. Quant à sa fantaisie, elle ne masque pas la cruauté ni l’hypocrisie ambiantes : le bonheur existe, mais il se paie au prix fort.

Continuer à lire

Attention aux coulures !

Street Art | Côté street art, c'est une explosion et pas seulement de couleurs ces derniers mois dans la ville. Voici un trait de cette effervescence : à vous de lever le nez pour dénicher le reste.

Lisa Dumoulin | Mardi 12 septembre 2017

Attention aux coulures !

Je me laisse guider Le street art invite à l'errance : la ville est autant sujet que l'œuvre, qui se niche dans ses recoins, se créant son propre écrin dans un contexte mouvant, à l'opposé du musée où la scénographie est pensée pour l'artiste. Initier des virées pour pister les graffeurs sur leur terrain est l'idée futée de Nomade Land et de la galerie Superposition, décidément hyperactive. Flo81, gérant de la boutique spécialisée 81Store, guide ces visites en compagnie d’un artiste invité. Nomade Land mène depuis 2015 ces balades d’un autre genre, zoomant sur les transformations urbaines, la ville en mouvement, main dans la main avec des architectes, des sociologues ou des artistes. Ici, l’art urbain est observé pour ce qu’il révèle de la cité. La balade se déroule dans les pentes, lieu d'expression et d'observation privilégié permettant d'avoir un aperçu dense de la scène actuelle et se clôture par un arrêt à la galerie Superposition, rue Longue, avec l'artiste exposant : le 23 septembre, Wenc partagera son regard avant de présenter ses oeuvres et celles de sa tribu autour des

Continuer à lire

"Noma au Japon" : comment réinventer le meilleur restaurant du monde

ECRANS | de Maurice Dekkers (P-B, 1h33) documentaire

Vincent Raymond | Mardi 25 avril 2017

Couronné plusieurs années consécutives meilleure table du globe, le Noma de Copenhague se voit confier une carte blanche durant six semaines par le Mandarin Oriental de Tokyo. Pour l’équipe menée par le chef René Redzepi, le défi est de taille : il s’agit en effet de composer une carte nouvelle respectant l’esprit Noma tout en se nourrissant des particularités du terroir japonais. Une course contre la montre et pour les papilles s’engage… On ne saurait mieux expliquer le processus créatif de la haute cuisine, naissant d’une fusion de talents individuels et d’une symbiose d’inspirations sous la houlette d’un chef d’orchestre aux intuitions audacieuses. Capable de tirer le meilleur de chacun, de fuir les évidences gastronomiques et de se remettre en question sans concession, Redzepi apparaît comme un catalyseur et un liant. Sa curiosité et son perfectionnisme contagieux, respectueux de la nouveauté, des cultures, des saveurs ou de l’esthétique, rappellent la démarche de Benjamin Millepied dans l’excellent documentaire

Continuer à lire

"Les Figures de l’ombre" : Les étoiles noires de la NASA

ECRANS | de Theodore Melfi (É-U, 2h06) avec Taraji P. Henson, Octavia Spencer, Janelle Monáe, Kevin Costner…

Vincent Raymond | Mardi 14 mars 2017

La trajectoire Katherine Johnson, Dorothy Vaughan et Mary Jackson, brillantes mathématiciennes à la NASA durant les années 1960, dont les contributions permirent à l’aérospatiale d’effectuer des avancées décisives. Tout en combattant la ségrégation au quotidien, car elles étaient noires… Alors que la société étasunienne semble n’avoir jamais été autant proche de succomber à ses pulsions rétrogrades, Hollywood continue de produire des biopics édifiants et formatés, idéalisant — héroïsant parfois — des personnalités issues de la société civile. Quand Jeff Nichols ose le drame réaliste et pudique avec Loving, Theodore Melfi chausse les grosabots d’une hagiographie convenue, farcie de répliques sur-écrites pour donner une apparence de comédie, de retournements moralisateurs ainsi que de personnages secondaires tellement archétypiques et manichéens qu’on n’imagine même plus les trouver dans des scripts d’apprentis scénaristes. Ces gugusseries semblen

Continuer à lire

Mat Gallet : « On a la brigade éphémère la plus dingue et la plus brillante qui soit »

Grand Cuisine Cinéma Club | Ce dimanche a lieu la seconde édition du Grand Cuisine Cinéma Club, un festival de films culinaires, durant lequel on n’oublie pas de manger. Interview avec Mat Gallet, l’un des organisateurs de l’événement.

Adrien Simon | Dimanche 18 décembre 2016

Mat Gallet : « On a la brigade éphémère la plus dingue et la plus brillante qui soit »

Un mot sur l’année dernière : en plus des dix films présentés (six documentaires, deux films d’animation, un long-métrage de fiction et un court-métrage) on pouvait manger des petites assiettes en rapport direct avec les projections : du houmous préparé par Simon Huet pour suivre le film Make hummus not war, des ramens de Yomogi avec Tampopo, une salade thai de Têtedoie en accompagnement de Farang. Le dispositif va changer ? Mat Gallet : Au Grand Cuisine Cinéma Club, on essaye d’imaginer un format d’événement propre à chaque thématique. La première édition tournait autour des foodmaniacs. On l’avait donc construite comme une expérience quasi boulimique : douze heures non stop, une orgie de films et de tapas un peu sexy. Là, avec l’édition #disruption, on se devait de tester un nouveau modèle. Vu les films programmés, il nous semblait important que les cuisiniers puissent vraiment donner leur interprétation des films. On a donc pris le contrepied de tous les conseils qu’on nous donnait. Et plutôt que de faire un événement plus gros, on a choisi de proposer un événement plus concent

Continuer à lire

À mater & à manger

Grand Cuisine Cinéma Club | Le Grand Cuisine Cinéma Club retend la toile et remet le couvert pour un second festival de mets et de films, dont une avant-première goûtue : à savourer sans modération.

Adrien Simon | Mardi 13 décembre 2016

À mater & à manger

C’était en septembre de l’année dernière : un festival de cinéma (le premier du genre) offrant autant à voir qu’à manger. Pour la première édition du Grand Cuisine Cinéma Club, les spectateurs-dîneurs enchaînaient douze heures de films (documentaires, animation, fiction et courts-métrages) sur la cuisine, et de tapas apparus à l'écran (du houmous pour accompagner Hummus not war, des ramens pour suivre Tampopo...). Mat Gallet (Nuits sonores, Le Sucre) et sa bande recommencent ce week-end dans une formule moins boulimique, avec un nombre restreint de convives et une sélection filmique plus resserrée. En parallèle, quelques-uns des jeunes chefs lyonnais les plus en vue du moment « cuisineront en live, pendant les séances, dans la salle » pour (en plus de nombreuses surprises) servir un vrai repas, à table.

Continuer à lire

Virée en Corée

Sono Mondiale | Le virtuose de la guitare et maître ès jazz & musiques improvisées qu'est Nguyên Lê avait nommé son opus inaugural, en 1994, Million Waves, d'après une ancienne (...)

Sébastien Broquet | Mardi 10 mai 2016

Virée en Corée

Le virtuose de la guitare et maître ès jazz & musiques improvisées qu'est Nguyên Lê avait nommé son opus inaugural, en 1994, Million Waves, d'après une ancienne musique de Cour de Séoul qui l'avait inspiré pour ce disque. Cet adepte d'un jazz rock virant parfois pesant retrouve pour ce cycle au musée des Confluences les effluves de la Corée, qu'il dit être « la plus groovy qui soit en Asie de l'Est », pour un projet en compagnie du groupe Baraji. Le guitariste vietnamien et ses ambassadeurs des musiques traditionnelles donneront un concert commun samedi soir, explorant les sons pluriels de ce pays, fort peu connus dans nos contrées. Musiques de Cour (aak, tangak, hyangak) et musiques traditionnelles seront réinterprétées par l'ensemble venu de Corée en collaboration avec Nguyên Lê (les deux donnant également une masterclass commune la veille). Intrigante prestation que les curieux ne manqueront pas. Dans le cadre du même programme, une conférence de Alexandre Guillermoz plongera dans les arcanes du chamanisme en Corée du Sud avant la projection du film Un Kut à Séoul, relatant un rituel filmé en 1991 à Séoul. Enfin, la pause déj

Continuer à lire

Anomalisa

ECRANS | Comme David Lynch, Charlie Kaufman fait partie de ces gens qui, sans le cinéma, seraient à coup sûr devenus un peu fous. Explorant leurs insondables mondes intérieurs, les films qu’ils conçoivent défrichent et déchiffrent des territoires cinématographiques fascinants. C’est encore le cas avec Anomalisa, sa première animation en stop-motion…

Vincent Raymond | Mardi 2 février 2016

Anomalisa

Depuis ses débuts comme scénariste de Spike Jonze ou Michel Gondry, Charlie Kaufman tire de son crâne des histoires cousines, où les protagonistes éprouvent brutalement une modification dans leur perception de la réalité et sont confrontés à des événements pouvant évoquer des symptômes schizophréniques : surgissement de personnages uniformes ou incarnant l’altérité, disparitions soudaines… Habituellement dévolu à des thrillers ou des films d’épouvante, ces thèmes ont ainsi emprunté avec Kaufman de multiples variations, abordant la comédie surréaliste (Dans la peau de John Malkovich) comme le drame romantique (Eternal Sunshine of the Spotless Mind). Nourri de ses expériences d’auteur, le scénariste a pris parallèlement un tournant plus radical et personnel. Il poussa en effet son questionnement à l’extrême, pour deux films usant de la mise en abyme et interrogeant l’acte de création : Adaptation. (2002) et Synecdoche, New York (2008). Deux œuvres emboîtées sur elles-mêmes, contenant moins de résolutions que d’interrogations, cependant cohérentes avec la démarche de Ka

Continuer à lire

Clubbing : Les trois soirées de la semaine

MUSIQUES | 29.01.16 ENCORE : THEO PARRISH L’une des plus belles et fascinantes perles de la house music, le rare Theo Parrish, fait escale au Transbordeur - (...)

Sébastien Broquet | Mardi 26 janvier 2016

Clubbing : Les trois soirées de la semaine

29.01.16 ENCORE : THEO PARRISH L’une des plus belles et fascinantes perles de la house music, le rare Theo Parrish, fait escale au Transbordeur - c’est confirmé, malgré des soucis personnels il a tenu à assurer son set au long cours - quatre heures - où le groove sera omniprésent sous les doigts agiles de ce maître de la scène de Détroit, cette famille où se côtoient également Moodymann et Marcellus Pittman. Ses apparitions n’étant pas si fréquentes, réservez vite. Lotfi (La Face B) assurera le warm-up. Culte. 29.01.16 PALMA SOUND-SYSTEM Trio parmi les plus prometteurs de la ville, le collectif lyonnais Palma a installé une résidence mensuelle au Sucre où ils défendent leur vision d’une techno influencée par l’electronica et la minimale : l’occasion d’entendre les productions sorties récemment sur leur propre label, le tout nouveau Palma Records. L’invité du soir étant Aubrey, originaire de Portsmouth où il

Continuer à lire

Les chants des machines

MUSIQUES | Pour les gens de la musique électronique, l'image et la lumière ne sont (trop) souvent que des placebos pour laptopgazer – comme on parle de shoegazers (...)

Benjamin Mialot | Mardi 24 février 2015

Les chants des machines

Pour les gens de la musique électronique, l'image et la lumière ne sont (trop) souvent que des placebos pour laptopgazer – comme on parle de shoegazers pour les guitaristes obnubilés par leurs pédales d'effet – souffrant d'une sévère carence de charisme. D'une certaine manière, le Mirage Festival inverse ce rapport de subordination, investissant Le Sucre pour deux showcases conçus comme des soirées d'appel destinées à attirer l'attention sur les sections moins intelligibles du festival. Le compromis s'arrête là, Monkeytown et Crème Organization, les deux labels à l'honneur de ces soirées, comptant parmi les plus insaisissables du Vieux Continent. Le premier, tanière de Modeselektor, par la polissonnerie – qu'on pourrait ici orthographier avec un y – avec laquelle ses pensionnaires, en l'occurrence Bambounou et le solaire Benjamin Damage, se jouent des codes de la techno. Le second, fondé à Amsterdam voilà tout juste quinze ans par DJ TLR, par sa propension des siens (y compris les petits derniers, Marquis Hawkes et Innershades), émulée depuis par L.I.E.S., à avilir la h

Continuer à lire

Le Sucre, notre ami d'en haut

MUSIQUES | Son premier anniversaire tout juste révolu, le Sucre passe à l'heure d'été avec un programme à trois entrées qui va vous faire voir (ou plutôt entendre) du pays. Embarquement immédiat. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 15 juillet 2014

Le Sucre, notre ami d'en haut

Rarement rédacteurs du Petit Bulletin furent autant humiliés que lors du tournoi de ping-pong qui rythma l'été inaugural du Sucre. Inutile, donc, d'espérer profiter de sa deuxième édition pour nous la mettre façon Jean-Philippe Gatien : cette année, ce sera sans nous. Ce ne sont heureusement pas les meilleures raisons qui manqueront d'escalader le rooftop dans les semaines qui viennent. Elles sont même au nombre d'un multiple de trois, son programme estival se découpant en une triplette de cycles thématiques.   Le premier, élaboré avec Rinse FM – radio londonienne naguère pirate qui fut aux premières loges de l'avènement de la bass music – se présente comme un recensement des individus qui, demain, sans doute, constitueront les points cardinaux de la scène électronique lyonnaise. Parmi eux, des disquaires (Sofa Records le 24 juillet, Groovedge le 7 août, Chez Émile le 14), des collectifs qui n'ont déjà plus grand chose à prouver (à l'instar du Palma Sound System, le 31 juillet, ou du

Continuer à lire

De Palma, l’Obsession hitchcockienne

ECRANS | La redécouverte en pièces détachées de l’œuvre de Brian De Palma continue et on a bon espoir qu’un jour tous ces morceaux se rassemblent en une belle (...)

Christophe Chabert | Mardi 17 juin 2014

De Palma, l’Obsession hitchcockienne

La redécouverte en pièces détachées de l’œuvre de Brian De Palma continue et on a bon espoir qu’un jour tous ces morceaux se rassemblent en une belle rétrospective — et, c’est de saison, peut-être un Prix Lumière ? En attendant, c’est donc Obsession qui fait son retour sur les écrans grâce à la Ciné Collection du GRAC. En 1976, De Palma sort du triomphe de Phantom of the Paradise et pousse un cran plus loin sa relecture du cinéma d’Hitchcock en s’attaquant frontalement à Vertigo, dont il transpose le motif — une femme meurt, son double apparaît — dans l’Italie pleine des vestiges de son glorieux passé artistique. Alors que la première partie — le kidnapping, le crime — pourrait laisser croire que le cinéaste va privilégier une approche par le genre, Obsession prend ensuite des atours beaucoup plus mystérieux et impose un De Palma romantique, nouant un dialogue très fécond entre le classicisme et la modernité. La tension du film repose sur ce drôle de jeu où il

Continuer à lire

Report du "Fils du comique"

SCENES | La production Ki m'aime me suive se voit dans l'obligation d’annuler les représentations du spectacle Le Fils du comique prévues mercredi 4 juin à la Bourse (...)

Nadja Pobel | Jeudi 15 mai 2014

Report du

La production Ki m'aime me suive se voit dans l'obligation d’annuler les représentations du spectacle Le Fils du comique prévues mercredi 4 juin à la Bourse du Travail de Lyon pour des raisons de santé de Pierre Palmade.   Une absence de la scène durant quelques semaines est en effet nécessaire à l'artiste pour appréhender les projets qui l'attendent à la rentrée de septembre, a fait savoir le producteur. La date de Lyon est reportée au 4 février 2015, les billets du 4 juin peuvent être échangés ou remboursés et restent également valables pour cette nouvelle date.

Continuer à lire

De Palma et les fantômes de Faust et d’Hitchcock

ECRANS | Avec "Phantom of the paradise", cette semaine au Comœdia, Brian De Palma réinventait en plein Nouvel Hollywood la comédie musicale rock, passée au prisme des films d’horreur, du queer et de son maître Hitchcock. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 4 mars 2014

De Palma et les fantômes de Faust et d’Hitchcock

Alors que le piteux Passion sonnait comme un chant du cygne pour Brian De Palma, son œuvre passée n’en finit plus de ressurgir sur les écrans : après Blow out, Pulsions, Scarface et même Les Incorruptibles, c’est Phantom of the paradise qui a droit à une copie restaurée numériquement. Celui qui fut longtemps le moins fréquentable des réalisateurs nés du Nouvel Hollywood a conquis une étiquette de "classique" plutôt amusante quand on juge l’impureté des œuvres qu’il tournait à l’époque, empruntant à Hitchcock et Antonioni, mais aussi aux séries B horrifiques et au giallo italien ou, comme ici, à la comédie musicale. Dans Phantom of the Paradise, De Palma entonne déjà un chant du «cygne», du nom du producteur maléfique Swan, croisement entre Phil Spector et Elton John, incarnation à la fois du côté obscur du music business et d’une culture queer alors naissante — on nous glisse que

Continuer à lire

L’Impasse tragique

ECRANS | Une semaine après Scarface, le Cinéma Lumière propose de redécouvrir son pendant tourné dix ans plus tard, L’Impasse, toujours avec De Palma derrière la caméra et (...)

Christophe Chabert | Jeudi 31 octobre 2013

L’Impasse tragique

Une semaine après Scarface, le Cinéma Lumière propose de redécouvrir son pendant tourné dix ans plus tard, L’Impasse, toujours avec De Palma derrière la caméra et Pacino devant. Plutôt que d’offrir une suite à leur film culte, les deux choisissent d’en faire l’inverse exact : Scarface était furieusement de son temps ? L’Impasse sera intemporel… Tony Montana était un idiot intégral, obsédé par la réussite et prêt à buter tout ce qui entraverait son ascension ? Carlo Brigante ne pensera qu’à se ranger, affichant tout du long une sagesse mélancolique face à un monde du crime qu’il méprise. De Palma s’offre une rime visuelle entre les deux : une affiche publicitaire vantant un «Paradis» caricatural à base de lever de soleil, de plage et de palmiers. Dès la première scène de L’Impasse, où l’on voit Brigante agoniser sur une civière, on sait que ce paradis-là ne sera jamais atteint, et cette introduction en forme de requiem donnera sa tonalité tragique à

Continuer à lire

Scarface, Cubain de vulgarité

ECRANS | En 1983, les utopies politiques des années 70 sont déjà loin ; la rutilance reaganienne et le mauvais goût triomphant s’installent durablement en Amérique. (...)

Christophe Chabert | Vendredi 25 octobre 2013

Scarface, Cubain de vulgarité

En 1983, les utopies politiques des années 70 sont déjà loin ; la rutilance reaganienne et le mauvais goût triomphant s’installent durablement en Amérique. Brian De Palma, rescapé d’un Nouvel Hollywood dont il fût une figure atypique, bricolant des hommages maniéristes à son maître Hitchcock, se pique pourtant d’en offrir la critique la plus cinglante, faisant de la résistance bien planqué derrière les apparats de l’époque. Il s’empare donc d’un scénario signé de cette vieille baderne d’Oliver Stone, une transposition du Scarface de Hawks à Miami au moment où Fidel Castro vide ses geôles et répand sur le sol américain des criminels découvrant conjointement la Floride et la corruption généralisée du système. Pour De Palma, tout devient prétexte à un étalage de vulgarité qui tient autant à la mode du moment qu’à un regard sarcastique sur un libéralisme sans frontière morale transformé en religion. Tony Montana (Al Pacino, génialement clownesque) est le héros ultime de ce carnaval d’arrogance blindée, un pauvre type que tout le monde traite de «plouc», qui s’avachit dans une montagne de coke avant d

Continuer à lire

Insomniaque - Semaine du 22 au 28 mai

MUSIQUES | 23.05 Palma All Night LongLa saison passée, ils ont bien failli reléguer Todd Terje au rang de DJ de warm-up. Cette année, à Nuits Sonores, et bien que se (...)

Benjamin Mialot | Mercredi 15 mai 2013

Insomniaque - Semaine du 22 au 28 mai

23.05 Palma All Night LongLa saison passée, ils ont bien failli reléguer Todd Terje au rang de DJ de warm-up. Cette année, à Nuits Sonores, et bien que se produisant plus de trois heures avant lui, c'est Vitalic qu'ils ont manqué de priver de son peak time. Autant dire que les sets mi-house mi-techno de Raja, Noma et Reworks, les trois masterminds du collectif lyonnais Palma, sont de ceux qui vous retournent une salle plus sûrement que le Chevalier du Dragon inverse les chutes d'eau. Sceptiques ? Allez donc les écouter cette semaine au Terminal.   24.05 EZ! #12Vous voyez cette séquence du film The Cable Guy dans laquelle Jim Carre

Continuer à lire

L’envie de Brian

ECRANS | Alors que son piteux Passion s’éteint lentement sur les écrans, Jean Douchet se charge de rallumer la flamme Brian De Palma avec son stage annuel à (...)

Christophe Chabert | Jeudi 7 mars 2013

L’envie de Brian

Alors que son piteux Passion s’éteint lentement sur les écrans, Jean Douchet se charge de rallumer la flamme Brian De Palma avec son stage annuel à l’Institut Lumière. Une sélection de quatre films plutôt bien vue, puisqu’elle ne s’axe pas seulement sur le De Palma maniériste relisant avec son style emphatique les classiques hitchcockiens (il y en a deux, toutefois superbes : Blow out et Pulsions), mais aussi au cinéaste capable de transcender une commande et en faire un matériau éminemment personnel. En cela, son Mission Impossible est un sommet. Chargé de lancer une franchise de blockbusters initiée par l’acteur et producteur Tom Cruise, De Palma signe un film d’espionnage ludique et théorique, capable de glisser une réflexion très forte sur l’après-guerre froide, de tisser d’incroyables scènes de suspense pur et de multiplier les mises en scène à l’intérieur de la mise en scène, les trompe-l’œil virtuoses et les images manquantes ou menteuses. Encore plus étonnant, Outrages

Continuer à lire

Passion

ECRANS | Vaine tentative de Brian De Palma pour réactiver les fondamentaux de son cinéma, ce remake de "Crime d’amour" se traîne entre esthétique de feuilleton télé teuton et autoparodie sans queue ni tête. Catastrophe ! Christophe Chabert

Christophe Chabert | Vendredi 15 février 2013

Passion

Il faut d’abord se pincer pour croire que Brian De Palma est bien derrière la caméra de ce Passion. Les premières scènes, en effet, laissent plutôt penser que Claude Chabrol avait laissé en guise de testament ce remake du dernier film d’Alain Corneau. On retrouve la même désinvolture filmique, la même direction artistique ingrate, la même platitude visuelle que dans ses opus tardifs. En tout cas, pas trace du grand style De Palma ; juste des dialogues tiédasses, des intérieurs design cheap, des bureaux blancs sur blancs et deux actrices (Rachel MacAdams et Noomi Rapace) qui récitent sans conviction une partition il est vrai très faible. Même la musique du revenant Pino Donaggio ressemble plus aux compositions derrickiennes de Mathieu Chabrol qu’à celles d’un Bernard Hermann. Viral bol L’intrigue (mal) posée, où une ambitieuse chef d’agence de pub à Berlin (MacAdams) trahit sans vergogne son assistante (Rapace) pour obtenir une promotion new-yorkaise, tandis que ladite assistante, guère plus scrupuleuse, entame une liaison avec l’amant de sa patronne, De Palma y ajoute un sous-texte théorique qui relève du cache-misère cynique. Ici, to

Continuer à lire

L’Odyssée de Pi

ECRANS | Longtemps entre les mains de Jean-Pierre Jeunet, cette adaptation d’un best seller canadien racontant l’histoire d’un adolescent indien perdu au (...)

Christophe Chabert | Mardi 11 décembre 2012

L’Odyssée de Pi

Longtemps entre les mains de Jean-Pierre Jeunet, cette adaptation d’un best seller canadien racontant l’histoire d’un adolescent indien perdu au milieu du Pacifique sur un canot de sauvetage avec comme seul compagnon un tigre peu amical, a finalement atterri entre celles d’Ang Lee. Les trente premières minutes donnent d’ailleurs le sentiment que le réalisateur de Brokeback mountain fait du Jeunet à sa sauce, c’est-à-dire en gommant les contours des vignettes colorées très Amélie Poulain pour tester la plasticité de ses images. Car Lee, lorsqu’il s’attaque à des blockbusters, devient un cinéaste expérimental. C’est sans doute ce qu’il y a de plus impressionnant dans L’Odyssée de Pi, cette manière de fondre les plans les uns dans les autres, de faire sortir l’image de son cadre, de jouer avec les formats, de créer de purs moments de sidération plastique par l’effet conjugué de la 3D et d’une picturalité saisissante. Cette sophistication entre toutefois en conflit avec le programme familial du scénario et avec un

Continuer à lire

La grande bouffe

MUSIQUES | On savait le label Gourmet Recordingz du genre à ne rien faire comme les autres. Par exemple, naître en plein acmé de la crise du disque pour servir (...)

Benjamin Mialot | Vendredi 1 juin 2012

La grande bouffe

On savait le label Gourmet Recordingz du genre à ne rien faire comme les autres. Par exemple, naître en plein acmé de la crise du disque pour servir d'arrière-cuisine autoproductive à un groupe d'electro hip-hop savoureusement bouffon (Les Gourmets, of course) avant de, à peine un an plus tard, débuter l’élaboration de l'un de ces pieux et panachés catalogues dont la frange indépendante de l'industrie est féconde (on avoue un faible pour le chiptuner 2080 et pour les folkeuses barely legal de Jüne). On le savait du genre à ne rien faire comme les autres, mais à ce point... C'est vrai quoi, vous en connaissez beaucoup vous, des structures qui fêtent leurs sept ans en organisant une soirée toute entière dédiée à leurs compagnons de galère ? Avouez qu'il y a là de quoi réveiller Pierre Bourdieu et lui inspirer un addendum à La Distinction. Critique sociale du jugement. Surtout de quoi le réveiller en fait, ladite soirée affichant une programmation très Future sound of Lyon, pour reprendre le nom de l'une des scènes les plus excitantes de la dernière édition de Nuits sonores. Le Blogg, spacieux caf'conc' inauguré l'hiver dernier,

Continuer à lire

Les Hallucinations, c’est maintenant !

ECRANS | La deuxième édition d’Hallucinations collectives propose pendant cinq jours au Comœdia un recueil de ce que le cinéma compte de films bizarres, originaux, provocants, rappelant au passage que ce cinéma-là est en voie d’extinction sur les écrans… Christophe Chabert

Christophe Chabert | Vendredi 30 mars 2012

Les Hallucinations, c’est maintenant !

Cette semaine, deux événements se font concurrence en matière de cinéma : sur la rive gauche du Rhône, l’arrivée au sein du «pôle de loisirs» (notez le mot «loisirs», il est important) Confluence d’un nouveau multiplexe UGC Ciné Cité ; de l’autre côté du fleuve, au Comœdia, ce sera la deuxième édition d’Hallucinations collectives, où il s’agira de montrer tout ce qui a peu de chances d’atterrir sur les écrans d’en face, la position du groupe UGC étant par exemple de ne plus sortir les films interdits aux moins de 16 ans — soyons justes, beaucoup de cinémas indépendants font implicitement la même chose… Car Hallucinations collectives et ses organisateurs (l’association Zone Bis) aiment justement ce qui, de l’Histoire du cinéma à son actualité, bouscule le spectateur et lui rappelle qu’un film, ce n’est pas qu’une sortie, mais aussi une expérience. Que les émotions au cinéma, ça ne se fabrique pas dans les bureaux d’un studio mais ça se contrôle par le travail de la mise en scène. Et qu’en définitive, cette marge-là restera quand les pages des nouveautés hebdomadaires auront depuis longtemps été déchirées des mémoires. Voyage au bout de l’enfer

Continuer à lire

Le paradoxe Donoma

ECRANS | Réalisé avec 150€ selon son réalisateur Djinn Carrénard, Donoma est en train de provoquer un mini-séisme dans le cinéma français ; comme si le scandale n’était pas de jeter des millions d’euro par les fenêtres dans des navets honteux, mais de tourner en autoproduction et en dehors des règles corporatistes… Christophe Chabert

Dorotée Aznar | Dimanche 20 novembre 2011

Le paradoxe Donoma

L’événement de la semaine en matière de cinéma français à Lyon, ce n’est pas la sortie avancée des Lyonnais, mais bien celle de Donoma, dans une salle ayant eu le courage d’accueillir ce film produit, tourné et distribué en dehors des clous. Les clous, c’est une profession et l’organisme qui la contrôle, le CNC, qui freinent des quatre fers l’émergence d’un cinéma indépendant en France. Son mécanisme redistributif, forgé à l’époque de Jack Lang, a permis de "sauver" le cinéma français, ou tout du moins d’échapper aux crises que tous les cinémas européens ont connues. Mais le CNC est aussi une instance de régulation de la distribution. Aucun long-métrage ne peut sortir sans le précieux sésame que constitue son visa ; on se souvient de l’incident créé par Éric Rohmer avec L’Arbre, le maire et la médiathèque, dont il avait d’abord tourné un "brouillon" en 16 mm sans demander l’aval du CNC, puis qu’il avait décidé de sortir tel quel. Rohmer avait donc distribué le film lui-même, en direct avec les exploitants. Mais c’était Rohmer… Un réalisateur en «guérilla» Djinn Carrénard, lui, n’est personne. Et pourtant, vingt ans après, son premier film, Donoma

Continuer à lire

Donoma

ECRANS | De Djinn Carrenard (Fr, 2h13) avec Emilia Derou-Bernal, Sékouba Doukouré…

Dorotée Aznar | Mercredi 16 novembre 2011

Donoma

Autoproduit pour 150€ (chiffre officiel), Donoma ouvre de toute évidence une brèche dans le système du cinéma français. Mais attention, cette brèche économique salutaire ne se reflète sur l’écran qu’à travers une image brute de chez brut, un son plat et un récurrent problème de focus. Car pour l’essentiel — ce que Djinn Carrenard a à dire et ce qu’il fait passer grâce à ses comédiens, Donoma est un film très français, qui privilégie la parole à l’action, la chronique anecdotique au grand récit. Rien que du déjà-vu (la banlieue, la maladie, la religion, l’amour), mais rarement avec une telle pugnacité pour faire surgir à l’écran une vérité des sentiments âpre, douloureuse, cruelle, parfois lourdingue, parfois touchante. Là où Carrenard se démarque de Maiwenn (l’anti-structure du film et son goût pour le réalisme cru poussent au rapprochement), c’est que lui croit encore à la fiction, à l’épaisseur d’un cinéma qui, même minimaliste dans ses moyens, cherche la fulgurance par un raccord inattendu, une image bizarre, une impasse de dialogue. Imparfait, inégal, trop long, Donoma a un mérite : il réinvente avec innocence et naïveté la manière de filmer des hi

Continuer à lire

Les Secrets

ECRANS | De Raja Amari (Fr-Tun-Alg, 1h31) avec Hafsia Herzi, Sondos Belhassen, Wassila Dari…

Dorotée Aznar | Vendredi 14 mai 2010

Les Secrets

Il faudrait réécrire l’article de Truffaut sur le cinéma français. On pourrait dire, notamment, que ce qui le distingue du cinéma américain, plutôt tourné vers l’action (au sens descriptif, historique et politique), tient au fait qu’ici nous préférons un cinéma des idées. Et on pourrait prendre pour illustrer, par exemple, Les Secrets de Raja Amari, puisqu’on l’a sous la main. Pour son second film, la réalisatrice, d’origine tunisienne mais ex-élève de la Fémis (donc un peu française), passe son temps à filmer une idée. Celle que le titre résume tel un paradigme. Les Secrets est donc un film sur les secrets, autant dire un pléonasme. Problème : Raja Amari pense que sa mise en scène sert et justifie la démonstration de cette idée. Qu’elle spatialise à travers une maison étrange et le corps de trois femmes, sur plusieurs générations, vivant dans l’anonymat, cachées, sous la coupe quasi carcérale de la plus âgée. Rien de sociologique, heureusement. Plutôt l’envie de tutoyer le film de genre, tout en élaborant un cinéma théorique, plastique, sensible, féminin. Sauf qu’au troisième plan, la cinéaste a tout dit. Le reste n’étant qu’une illustration des tensions et frustrations dont le

Continuer à lire

Redacted

ECRANS | de Brian de Palma (ÉU, 1h30) avec Izzy Diaz, Daniel Stewart Sherman...

Dorotée Aznar | Mercredi 13 février 2008

Redacted

Après le fiasco de son adaptation du Dahlia noir, le grand Brian de Palma repart à zéro. Il a réalisé en vidéo haute définition ce brûlot anti-guerre en Irak, beaucoup plus passionnant pour son dispositif que pour les idées qu'il véhicule. Car plutôt que d'opter pour une fiction relatant ce fait-divers réel - similaire à celui raconté dans Outrages du même De Palma - où des soldats américains montent une expédition punitive contre une famille irakienne, il préfère élaborer un écheveau complexe de témoignages documentaires : du journal vidéo filmé par un G.I. jusqu'à des images d'attentats retrouvées sur le web, en passant par un reportage lyrique réalisé par un couple de français. Les sources se recoupent et démontent peu à peu la mécanique qui conduit au drame. Mais, à l'exception des photos finales, rien de ce qui apparaît à l'écran n'est vrai ; tout n'est que reconstitution. La mise en scène n'avait donc disparu que pour mieux réapparaître ensuite, plus puissante que jamais. En réponse aux vérités tronquées des infos télé, De Palma préfère tout refilmer sans censure. C'est passionnant, mais seulement théorique. Car De Palma a trop de métier pour créer ce fameux «effe

Continuer à lire