The Drones et USA Nails : blues rock fangeux contre punk noise bétonnée

MUSIQUES | Le Marché Gare accueille le même soir le rouleau-compresseur noise USA Nails et les ravaleurs de façade blues de The Drones. Un sacré chantier en perspective.

Benjamin Mialot | Lundi 26 octobre 2015

«De la musique d'héroïnomanes.» C'est ainsi que notre Grand Duduche à nous qualifie, avec la proverbiale et cocasse franchise qui est la sienne, la musique des Drones. On préfère pour notre part voir en ces Australiens des soupirants maudits, comme Verlaine parlait de poètes maudits. Ce qui revient un peu au même quant au romantisme exacerbé de leur musique – Mano Solo considérait ainsi la drogue qui précipita sa contamination par le virus de Vénus comme «la femme de ceux qui n'en ont pas» – mais souligne dans le même temps l'injuste confidentialité qui est la leur, en tout cas hors de leur continent natal.

Car en matière de blues rock tortueux et tonitruant, les Drones se posent là. À la droite du terraformeur de désert Neil Young, sur les épaules voûtées par le poids du monde de Nick Cave – de l'alcoolisme au suicide, tout l'abécédaire de la murder ballad écrite d'une plume trempée dans de la bile y passe – et légèrement en retrait du pétaradant Gun Club. Une place qu'ils ont su prendre le temps de se faire : formé en 1997, le groupe n'a publié qu'en 2005 son premier véritable album, Wait Long by the River and the Bodies of Your Enemies Will Float By – et n'a depuis jamais totalement renoué, en partie à (noir) dessein, avec ce condensé de sauvagerie et de crasse, malgré l'infatigabilité de son frontman Gareth Liddiard, qui aujourd'hui encore feule et gronde comme un Isaac Brock (Modest Mouse) des mauvais jours.

Enfoncer le clou

«Si quelqu'un t'a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de l'eau, et bientôt tu verras passer son cadavre dans la rivière» conseillait effectivement le général chinois Sun Tzu. Reste que parfois, il n'y a d'autre solution que de pousser ledit offensant. Voire de lui filer une méchante bourrade dans le cas de USA Nails, quatuor punk noise londonien – il y avait un piège – qui, en à peine deux ans d'existence, s'est imposé comme l'alternative la plus crédible à Hot Snakes (les rythmes à tombeau ouvert, les psalmodies crispées) et Future of the Left (les guitares qui vous dissonent les cloches sans discontinuer, la production à gros grains).

Signé sur le label lyonnais Bigoût, USA Nails avait l'hiver passé tordu le Périscope avec la puissance et la vélocité d'un kraken vernien. Désormais armé d'un deuxième album doublement foudroyant et tordu (au point d'en remontrer à pas mal de big names du grindcore), on n'ose imaginer dans quel état il va laisser le Marché Gare – en même temps, quoi de plus beau que des ruines vues par les yeux électroniques d'aéronefs sans pilotes ?

The Drones + USA Nails [+ Torticoli]
Au Marché Gare mercredi 28 octobre


The Drones + Torticoli + Usa Nails


Marché Gare 34 rue Casimir Périer Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Rentrée musique : 20 concerts à ne pas manquer

MUSIQUES | De mémoire de rats de salle de concert, cette rentrée musicale est l'une des plus chargées que la ville ait connue. Qu'à cela ne tienne, ce ne sont pas dix concerts que nous vous avons tagués comme "incontournables" cette année, mais une vingtaine. Faites chauffer les boules Quiès.

Stéphane Duchêne | Mardi 29 septembre 2015

Rentrée musique : 20 concerts à ne pas manquer

Aline / Tigran / Jay Jay Johanson / Is Tropical Après avoir bu et dansé jusqu'à plus soif, bien profité de la belle hype initiée par Regarde le ciel, les Ex-Young Michelin ont pris la route du studio ICP de Bruxelles (temple du rock contemporain) à la rencontre de Stephen Street, mythique producteur et/ou ingénieur des Smiths (il fut le sage-femme de The Queen is Dead, t'as qu'à voir !), de Morrissey et de quatre albums de Blur. Le résultat, bien inspiré (et intitulé La Vie électrique), dégouline forcément de guitares cristallines et de rythmiques 80's dévalées en frenchy dans le texte. Quelque part entre les Smiths donc, les Triffids et un Daho d'époque moins daté. Aline est là, manquerait plus qu'elle revienne. Stéphane Duchêne Le 9 octobre au Marché Gare C'est un fait, le Tigran est un genre de prodigieux caméléon musical dont le génie serait profondément agaçant s'il n'avait pas la mansuétude d'en faire profiter les autres. Ce pianiste jazz (sur le papier uniquement), on l'a connu sous

Continuer à lire