Erratum n°817

Benjamin Mialot | Jeudi 26 novembre 2015

Le programme du festival Itinérances Tsiganes comportait quelques erreurs géographiques. Sa programmation complète et corrigée est disponible

Par ailleurs, le journal contient un article consacré à Autour de Lucie, dont l'annulation du concert au Kao ne nous a pas été communiquée à temps. Que cela ne vous empêche pas de vous intéresser à ce chouette groupe, ni de vous rendre au concert en question, où se produiront malgré tous les excellents Baden Baden.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Rentrée musique : 20 concerts à ne pas manquer

MUSIQUES | De mémoire de rats de salle de concert, cette rentrée musicale est l'une des plus chargées que la ville ait connue. Qu'à cela ne tienne, ce ne sont pas dix concerts que nous vous avons tagués comme "incontournables" cette année, mais une vingtaine. Faites chauffer les boules Quiès.

Stéphane Duchêne | Mardi 29 septembre 2015

Rentrée musique : 20 concerts à ne pas manquer

Aline / Tigran / Jay Jay Johanson / Is Tropical Après avoir bu et dansé jusqu'à plus soif, bien profité de la belle hype initiée par Regarde le ciel, les Ex-Young Michelin ont pris la route du studio ICP de Bruxelles (temple du rock contemporain) à la rencontre de Stephen Street, mythique producteur et/ou ingénieur des Smiths (il fut le sage-femme de The Queen is Dead, t'as qu'à voir !), de Morrissey et de quatre albums de Blur. Le résultat, bien inspiré (et intitulé La Vie électrique), dégouline forcément de guitares cristallines et de rythmiques 80's dévalées en frenchy dans le texte. Quelque part entre les Smiths donc, les Triffids et un Daho d'époque moins daté. Aline est là, manquerait plus qu'elle revienne. Stéphane Duchêne Le 9 octobre au Marché Gare C'est un fait, le Tigran est un genre de prodigieux caméléon musical dont le génie serait profondément agaçant s'il n'avait pas la mansuétude d'en faire profiter les autres. Ce pianiste jazz (sur le papier uniquement), on l'a connu sous

Continuer à lire

La pop "made in France" a RDV aux Belles Journées

MUSIQUES | Sis du côté de Bourgoin-Jaillieu, le tout nouveau festival Les Belles Journées pose sur le papier des bases solides pour cette rentrée rock avec un plateau 100 % frenchy qui permet de faire le diagnostic, partiel mais aveuglant, d'une pop hexagonale absolument radieuse.

Stéphane Duchêne | Mardi 8 septembre 2015

La pop

Il eut été difficile au festival berjallien Les Belles Journées de constituer un plateau plus attrayant, qui plus est pour son coup d'essai. C'est qu'outre Autour de Lucie, dont le statut d'icône d'une certaine pop indé en fait sans doute un peu le grand frère (ou la grande sœur) de l'événement ; les cautions "soulisantes" que sont Lull et le Lyonnais Sly Appolinaire, à qui on ne la fait plus ; 49 Swimming Pools dont les membres (menés par l'ancien critique Emmanuel Tellier), bien qu'ils n'aient plus l'âge de la conduite accompagnée, produisent une musique fraîche comme une rose qui éclorait à l'infini ; et bien sûr H-Burns (voir nos archives à son sujet) ; c'est bien la jeune garde de la nouvelle (oui, encore) pop française que l'on mène ici aux Abattoirs – du moins pas très loin, au Parc de Lilattes. Une jeune garde qui aime le travail chiadé, détient le secret de la chanson qui tue aussi sûrement que le cri du Dr Justice et porte beau sous l

Continuer à lire

Mémoire itinérante

CONNAITRE | Festival / Durant la Seconde Guerre mondiale, les Tsiganes furent internés car, selon des décrets de 1939 et 1940, les nomades étaient des individus (...)

Dorotée Aznar | Vendredi 30 avril 2010

Mémoire itinérante

Festival / Durant la Seconde Guerre mondiale, les Tsiganes furent internés car, selon des décrets de 1939 et 1940, les nomades étaient des individus dangereux et devaient être regroupés. 31 camps furent donc ouverts et notamment en Rhône-Alpes, où les nomades étaient parqués au Fort du Paillet de Dardilly ou au Fort Barraux, en Isère. Cet épisode de l'histoire de France occupe une place infime dans les manuels scolaires, notamment car les Tsiganes ont peu témoigné de ce passé. À l’occasion de la commémoration des 70 ans de l'internement des Tsiganes en France, la Maison des passages et l'ARTAG (Association régionale des Tsiganes et de leurs amis gadjé) -qui organisent par ailleurs depuis quatre ans le festival Itinérances Tsiganes- ont décidé de fusionner leur festival avec cette manifestation nationale. Cette édition présentera le documentariste Raphaël Pillosio qui a réussi à faire parler certains Tsiganes et dont le travail est projeté à plusieurs reprises en mai (au Zola de Villeurbanne, à la médiathèque du Bachut....). Bruno Guichard, directeur de la Maison des passages, explique que cette édition du festival veut montrer que la culture tsigane «ne se cantonne pas à la musique

Continuer à lire