PNL / Odezenne : les nouveaux princes de la ville

MUSIQUES | Le Kao accueille, le même soir et à guichets fermés, les deux révélations rap françaises de l'année : d'abord les rimeurs en laisse d'Odezenne, ensuite les poètes de cage d'escalier de PNL. Attention toutefois, l'une des deux est une imposture.

Benjamin Mialot | Mardi 1 décembre 2015

Tout au long du XIXe siècle et jusqu'au début du XXe, les pays européens ont rivalisé de démesure dans l'organisation d'expositions coloniales, ces zoos humains où les gens bien nés s'amusaient à se faire peur au contact de peuplades dites exotiques. De nos jours, ces reconstitutions odieusement récréatives n'ont heureusement plus cours – sauf au World Showcase du Walt Disney World Resort. Mais la fascination pour le "sauvage ", elle, demeure.

La différence, c'est que ce dernier a depuis renversé à son avantage monétaire ce rapport de domination – good for him. Comment ? En faisant du rap hardcore, ce sous-genre du hip-hop qui aime à entretenir le flou entre introspection et nombrilisme avec un langage aussi fleuri qu'un nom de cité dortoir. C'est le cas en France, par exemple, de Booba, Kaaris et Graadur, dont les frasques auto-caricaturales mettent d'accord les "grands reporters" des news culturels comme les kids des quartiers dits sensibles.

C'est aussi et plus encore celui de PNL, duo des Tarterêts dont les atermoiements catogan au vent sur la vie à l'ombre des tours mortes-vivantes ensorcellent tout ce que le pays compte de whiteys qui "résistent" au fondamentalisme en levant le coude plutôt que le poing – le clip de Le Monde ou rien a été visionné plus de 14 millions de fois. Au point, c'est la définition même de la fascination, de les empêcher de voir le groupe pour ce qu'il est vraiment : une paire de mannequins H&M marketée comme un Fauve des banlieues (premier concert au Palais de Tokyo, pas d'interviews, rimes aussi riches que celles de Frédéric Lefebvre), à peine plus représentative d'elles que le Bondy Blog et qui produit un R'n'B formaté à coups de logiciels correcteurs de tonalité pour les cakes qui roulent fenêtres ouvertes.

La maîtresse en maillot de bain

Jusqu'à la sortie (le jour même des attentats de Paris, aw shit) de son troisième album, Dolziger Str. 2, Odezenne était la coqueluche d'une poignée d'obsédés des figures de style homophoniques. Depuis, le trio bordelais, nommé en "hommage" à une institutrice tyrannique, fait lui aussi l'unanimité.

La comparaison avec PNL pourrait s'arrêter là : Odezenne ne prétend asséner aucune vérité urbaine et sa musique n'a dans le fond de hip-hop que quelques beats qui clopinent et phrasés tête baissée – pourtant des freestylers d'exception, ses membres se réclament plus volontiers des grands songwriters indie des années 90 à la Grandaddy et Smog.

Si ce n'est qu'il est lui aussi le porte-parole d'un certain désœuvrement générationnel, certes moins matérialiste que celui chevillé aux trapèzes sur-développés de ses confrères, qu'il exprime dans des chansons forcément pop où, sur fond de boucles de guitares mélancoliques et de nappes de synthé antidatées, le culot syllabique le dispute au romantisme premier degré. Pas besoin d'attirail pour exceller dans le rap, nous expliquait la semaine dernière L'Animalerie. CQFD.

Odezenne
Au Ninkasi Kao vendredi 4 décembre

PNL
Au Ninkasi Kao vendredi 4 décembre


Odezenne


Le Kao Ninkasi Gerland, 267 rue Mérieux Lyon 7e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


PNL


Le Kao Ninkasi Gerland, 267 rue Mérieux Lyon 7e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Promenons-nous dans les bois

MUSIQUES | «La pluie a tout emporté, les canards, les oignons, / La pluie a tout emporté, nos guenilles, nos haillons.» fredonnait Thomas Fersen. L'an passé, elle a même (...)

Benjamin Mialot | Jeudi 26 juin 2014

Promenons-nous dans les bois

«La pluie a tout emporté, les canards, les oignons, / La pluie a tout emporté, nos guenilles, nos haillons.» fredonnait Thomas Fersen. L'an passé, elle a même emporté Woodstower, interrompant prématurément le highly anticipated concert de Eels. Refroidis par ce vilain coup du sort (et sans doute un peu à court d'un autre genre de liquide), ses organisateurs ont décidé de se retirer de la course à la tête d'affiche pour mieux se recentrer sur la spécificité de leur festival : ses atours de fête foraine éphémère – passés les 23 et 24 août, la nature du Grand Parc de Miribel-Jonage reprendra ses droits. D'un sound-system sous-marin à un espace rétrogaming en passant par un DJ set 100% slows, Woodstower fourmillera donc plus que jamais de rendez-vous décalés. La programmation musicale fera quant à elle dans le hip hop aux sourcils froncés via le concasseur (et quar

Continuer à lire

Woodstower 2014 - La programmation

MUSIQUES | On connaissait l'affiche de Woodstower 2014, on connait désormais une partie de sa programmation : pour l'instant à dominante hip hop, elle verra (...)

Benjamin Mialot | Mercredi 2 avril 2014

Woodstower 2014 - La programmation

On connaissait l'affiche de Woodstower 2014, on connait désormais une partie de sa programmation : pour l'instant à dominante hip hop, elle verra notamment se succéder, samedi 23 août au Grand Parc de Miribel Jonage, les Casseurs Flowters (duo potache composé d'Orelsan et Gringe), DJ Pone (quart de Birdy Nam Nam, complice du duo précédemment mentionné et, plus généralement, figure du platinisme d'ici), Biga*Ranx (ambassadeur français du ragga) et les lettrés et corrosifs Odezenne. Le dimanche sera lui, comme à son habitude, dévolu à la détente, notamment au rythme des pitreries du duo de batteurs Fills Monkey.   Plus de détails par ici : www.woodstower.com

Continuer à lire

Une touche d'Odezenne

MUSIQUES | Odezenne. Ce pourrait être le nom d'un parfum à base d'huile de graine d'hibiscus, de concentré de jasmin et d'arômes de fleurs de cerisier, dont les notes (...)

Benjamin Mialot | Jeudi 25 avril 2013

Une touche d'Odezenne

Odezenne. Ce pourrait être le nom d'un parfum à base d'huile de graine d'hibiscus, de concentré de jasmin et d'arômes de fleurs de cerisier, dont les notes fruitées et florales seraient vantées dans une publicité "clipesque" tournée par un équivalent asiatique de Baz Lhurmann (Riyuhei Kitamura, nous souffle un connaisseur) au pied du château de Nagoya. Ce pourrait, si le single le plus diffusé de ce quintette de rappeurs bordelais ne s'appelait pas Tu pu du cul. Ce pourrait aussi être, si l'on en croit son langage fleuri, son monolithisme vocal et le swing de ses instrus, le nom d'un successeur pour public averti des trop polis Hocus Pocus. Ce pourrait, si ces freestylers aguerris ne se réclamaient pas de producteurs avant-gardistes (Flying Lotus, Daedelus, Madlib) et de Radiohead, ne faisaient pas montre d'un sens de l'humour pour le moins décapant et ne troussaient pas leurs punchlines assonantes comme d'autres composent des chansons en laisse – pour un résultat à l'incontestable mordant : «T’es sémaphore / Le microphone / C’est pas ton fort / Tu parles fort / Tu fais le o

Continuer à lire