Quirky Festival, le petit bal retrouvé

Benjamin Mialot | Mardi 19 janvier 2016

Perdu dans une rue non passante du sommet des pentes, le Bal des Fringants pourrait n'être qu'un rade associatif parmi d'autres. Géré par une alumnus du Kraspek Myzik, c'est en vérité un café-concert tout ce qu'il y a de plus intime et chaleureux (et un cabaret burlesque, un atelier de couture ou encore un théâtre jeune public, selon les jours) où se pressent local heroes et indie darlings – à l'instar, récemment, du céleste Anonymous Choir.

Pour le faire savoir et du même coup souffler sa première bougie, il organise du 26 janvier au 14 février le Quirky Festival, qui rassemble une petite dizaine de concerts défricheurs. Côté Lyonnais, on y retrouvera notamment l'étonnante électro-pop arabique de Säthonay, l'irrésistible early krautrock de La Société Étrange et les belles expérimentations médiévalo-psyché d'Odessey & Oracle.

Côté foreigners, il faudra compter avec le folk plein de terre et de peine de Butch McKoy (frontman du survolté trio post-punk I Love UFO) et le songwriting tout en lignes brisées d'Éric Pasquereau, a.k.a. The Patriotic Sunday, a.k.a. l'une des trois boules de nerfs avec lesquelles s'amuse le grand fauve noise Papier Tigre. Le tout à des heures non indues (18h30 en semaine !), ce qui ne gâche rien.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Le Bal des Fringants : « Être un peu en dehors des clous »

Croix-Rousse | Le Bal des Fringants, c'est l'un de ces tout jeunes lieux qui font bouillonner les pentes de la Croix-Rousse d'une ardente énergie, décuplée presque un mois durant par le Quirky Festival. Convivial, décalé, fureteur, le Bal est mené de main de maîtresse par Muriel, activiste de l'ombre et créatrice d'émotions : entretien.

Sébastien Broquet | Mardi 2 mai 2017

Le Bal des Fringants : « Être un peu en dehors des clous »

Comment est né le Quirky Festival ? Muriel : Le festival permet de faire venir des artistes coup de cœur qui n'ont pas forcément la notoriété pour remplir la salle : on peut ainsi les mettre en lumière et amener des gens vers eux. Et un festival, c'est une manière de communiquer sur le Bal des Fringants, avec ce temps fort dans l'année. C'est la troisième édition... La salle n'a que deux ans, mais c'est la troisième édition du festival oui ! Là, c'est l'édition de printemps. Et on aura une suite "été indien" au second semestre, où l'on accueillera notamment Aquaserge et d'autres groupes qui ne sont pas venus depuis longtemps à Lyon. Mais pour ce mois de mai, nous irons aussi trois jours hors-les-murs, en extérieur, à l'amphithéâtre des Trois Gaules. Quelle esthétique musicale est défendue par le Quirky ? À l'origine, c'est l'idée d'être un peu en dehors des clous : on aime bien les mélanges d'esthétique. Avec un fond folk, forcément : je suis bien là-dedans, et ça correspond aux contraintes sonores de la salle. C'est pour ça qu'il y aura Raoul Vig

Continuer à lire

Quirky : l'étrange festival au Bal des Fringants

Quirky Festival | Insolite, biscornue, étrange, voici comment l'on pourrait qualifier la programmation de l'édition printanière d'un Quirky Festival, si riche de révélations et de talents, mêmes confirmés, à découvrir, qu'elle méritait bien une petite sélection suggestive et subjective.

Stéphane Duchêne | Mardi 2 mai 2017

Quirky : l'étrange festival au Bal des Fringants

Raoul Vignal Derrière ce patronyme peu glamour se cache l'une des révélations lyonnaises de ces derniers mois : un artiste folk aux doigts de fées dont l'art du picking et le goût pour la mélancolie évoquent de loin en loin un Nick Drake à moustache. Loin d'être un débutant, Raoul a déjà à son actif trois EP, une BO de film et une petite réputation berlinoise consécutive à un séjour de deux ans dans la capitale allemande. Mais c'est bien son premier album, The Silver Veil (Talitres) qui voit sa côte exploser. Enregistré à Berlin, le disque dont le titre évoque pour le coup le ciel posé comme un drap sur la capitale allemande, lève paradoxalement ce même voile sur un talent au potentiel immense qui fait le lien entre diverses écoles : celle de l'American primitive de John Fahey et Robbie Basho, celle du revival folk contemporain (José Gonzalez, Kings of Convenience) et celle, donc, unique de Nick Drake, décédé à l'âge où Vignal sort son premier album. Comme un signe d'héritage. Raoul Vignal

Continuer à lire