Cleet Boris, chanteur de l'Affaire Louis' Trio, est décédé

Sébastien Broquet | Lundi 2 mai 2016

Photo : © DR


Cleet Boris, chanteur de L'Affaire Louis' Trio, est décédé ce jour à l'âge de 53 ans, des suites d'une rupture aortique foudroyante. C'est son ami Benjamin Biolay qui a annoncé la nouvelle sur son compte Instagram, confirmée par son éditeur : « Les éditions Dupuis ont la douleur de vous faire part de la disparition d'Hubert Mounier ce matin, 2 mai 2016. »

Hubert Mounier de son vrai nom était né à Lyon en 1962 et avait fondé le groupe de pop L'Affaire Louis' Trio vingt ans plus tard. Le groupe connaîtra le succès en 1987, avec le titre Chic Planète.

Depuis, toujours sous son pseudonyme de Cleet Boris, il avait publié plusieurs bandes dessinées, dont le premier, J'ai réussi, était paru en 1985. La pochette de l'album de Chic Planète était dessinée par son ami dessinateur, Yves Chaland.

Son éditeur précise dans un communiqué : « En 2011, les éditions Dupuis parvenaient enfin à le faire revenir à sa table à dessin avec La maison de pain d'épices, un récit autobiographique racontant au jour le jour les affres de la création musicale du disque éponyme. Depuis, Hubert travaillait sur un immense projet tout aussi personnel pour le label Aire Libre, un essai en 200 planches de bandes dessinées consacré à son personnage favori depuis l'enfance: Tarzan, le seigneur de la jungle. »

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Hubert Mounier dans la place

Chanson | C'est à la suite du concert hommage donné par Benjamin Biolay en juillet 2018 à Fourvière que la scène lyonnaise à commencé à mûrir l'idée d'un projet autour de cette (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 15 octobre 2019

Hubert Mounier dans la place

C'est à la suite du concert hommage donné par Benjamin Biolay en juillet 2018 à Fourvière que la scène lyonnaise à commencé à mûrir l'idée d'un projet autour de cette grande figure de la pop hexagonale mais aussi locale. Très vite, dans le sillage du chanteur Stan Mathis et des Chic Types, l'idée d'un concert fait son chemin puis d'un disque produit par Stardust ACP. La fine fleur de la scène chanson-pop de Lyon picore alors des titres dans le répertoire de Mounier et de l'Affaire Louis Trio pour en enregistrer des relectures au studio Magneto de They Call Me Rico : on y retrouve, en plus de tous les précités, Kent, un vieil ami, Carmen Maria Vega, Buridane, Joe Bel, Denis Rivet, Billie et quelques autres sur un vinyle à sortir le 5 novembre. Le même jour aura lieu dans la grande salle du Transbordeur une release party en présence de tous les intéressés (hormis Joe Bel en tournée au Canada et Kent) où tout ce petit monde dansera sur la chic planète d'Hubert. La chose est gratuite, mais l'on compte dé

Continuer à lire

Slow Joe dans la peau

Street Art | Le visage de Slow Joe, figure du quartier, orne désormais l'un des murs de la mairie du 1er grâce à Don Mateo.

Louis Beaufort | Mardi 4 avril 2017

Slow Joe dans la peau

En février dernier, se découvrait l'ultime album de Slow Joe and The Ginger Accident : Let Me Be Gone. Une dizaine de titres envoûtants et brumeux, servis par la voix lourde et rocailleuse de Slow Joe, crooner indien de naissance et lyonnais d’adoption. Quasiment un an après le décès de ce dernier, une soirée en son hommage se tiendra au Club Transbo, le 13 avril prochain, afin de célébrer l'homme comme le dernier opus du groupe, en compagnie du Ginger Accident. Lorsque Slow Joe était encore dans les parages, il était fréquent de le croiser en terrasse place Sathonay, en train de griffonner l’un de ses nombreux carnets ou discutant avec les commerçants du coin. C’est sous forme de clin d’œil et afin de prolonger cette présence dans le quartier que Jean-Pierre "JiPé" Bouchard, 3e adjoint au maire du 1er arrondissement, a eu l’idée de "tatouer" Slow Joe sur les murs de la mairie. Pour réaliser ce projet, il a fait appel à un autre habitué des pentes de la Croix-Rousse, le peintre Don Mateo, artiste prolifique et adepte des collages-pochoirs sauvages depuis 2010. Cette fois-ci

Continuer à lire

Lyon BD Festival : le plein de super

Bande Dessinée | Pendant que l’immense machine angoumoisine se prend bide sur bide, au grand dam des auteurs et du public, Lyon BD Festival continue de se muscler. Une décennie seulement après sa création, l’incontournable rendez-vous lyonnais est devenu plus fécond que jamais.

Vincent Raymond | Mercredi 1 juin 2016

Lyon BD Festival : le plein de super

Les plus de 200 illustrateurs, scénaristes et coloristes attendus cette année au Lyon BD Festival savent bien qu’ils n’auront pas à apposer leur signature jusqu’à épuisement sur des albums, ni à pester contre les remises de prix. Choyés par une équipe noyautée depuis l’origine par des consœurs et confrères lyonnais (ça aide), nombre d’entre eux sont des habitués. Certains ont même été sollicités pour co-construire l’événement en participant aux projets ou créations présentés durant le week-end. Ainsi, Obion montrera le fruit de sa résidence au musée Gallo-romain (qu’il publie en album), des auteurs français et espagnols se rencontreront et se raconteront dans l’exposition Influences croisées, quand Jimmy Beaulieu, Rubén Pellejero ou Jean-Yves Mitton croqueront des œuvres au Musée des Beaux-Arts… Entre deux spectacles (Lincoln sur scène) ou BD-concerts (Boulet et Inglenook), Lyon BD initie à nouveau une grande exposition avec la complicité du scénariste JC Deveney. Après la question de la parité en BD (Héroïnes), le festival célèbre les super-héros à travers les éditions Lug, décisives dans l’essor des comics Marvel en France. Le panorama proposé retra

Continuer à lire

Hubert Mounier

MUSIQUES | Hubert MounierAprès un retour discographique (et graphique) remarqué (voir PB n°615), avec sa double (disque + BD) Maison de Pain d'Épice, Hubert (...)

Dorotée Aznar | Mardi 14 juin 2011

Hubert Mounier

Hubert MounierAprès un retour discographique (et graphique) remarqué (voir PB n°615), avec sa double (disque + BD) Maison de Pain d'Épice, Hubert Mounier/Cleet Boris retrouve cette fois la scène jeudi 16 juin au Transbordeur. Un retour aussi attendu par le musicien que par le public. Quant à ceux qui ont raté la récente exposition lyonnaise de ses plus belles planches à l'A.del Galerie ils pourront se rattraper avec une reprise de l'expo jusqu'au lundi 27 juin, au même endroit (33, rue Auguste Comte). Et même une dédicace samedi 18 et dimanche 19 juin dans le cadre de Lyon BD festival au Palais du commerce.Un accueil digne de ce grand monsieur. SD

Continuer à lire

In BD with Mounier

ARTS | BD / Comme Fabio Viscogliosi ou Kent, Hubert Mounier/Cleet Boris fait partie de ces Lyonnais qui n'ont jamais vraiment choisi entre la BD et le rock. (...)

Dorotée Aznar | Lundi 28 mars 2011

In BD with Mounier

BD / Comme Fabio Viscogliosi ou Kent, Hubert Mounier/Cleet Boris fait partie de ces Lyonnais qui n'ont jamais vraiment choisi entre la BD et le rock. Sans doute parce que, pour cette génération, la double culture était une évidence. À cet égard, ses premières publications dans la revue lyonnaise Rock & BD à la fin des années 70 étaient plutôt prémonitoires. Cette fois, Cleet Boris a donc suivi pendant plusieurs années les pérégrinations de son Docteur Frankenstein, Hubert Mounier, dans les affres de la création, de la dépression, du sevrage (alcool et cigarette). Puis de la confiance retrouvée. Dans les coulisses de la genèse du disque La Maison de Pain d'Épice, Boris porte sur Mounier un regard et un trait «ligne claire» sans concession, ni auto complaisance, ramenant l'acte de création à ce qu'il est : un petit tas de doutes et de tâtonnements au beau milieu de la vie de tous les jours. Dans ce récit, l'auteur glisse même beaucoup d'autodérision et d'humour, notamment dans la description de l'amitié pleine de franchise qui unit Hubert Mounier et Benjamin Biolay (un vrai personnage de BD), chacun étant à la fois le disciple et le mentor de l'autre. Si ce Journal d'un disque n'est

Continuer à lire

La Maison du Bonheur

MUSIQUES | Album / Sur "Sans Nouvelles", qui clôt quasiment "La Maison de Pain d'Épice", Hubert Mounier chante : «je suis heureux comme avant/Heureux comme un vieux (...)

Dorotée Aznar | Lundi 28 mars 2011

La Maison du Bonheur

Album / Sur "Sans Nouvelles", qui clôt quasiment "La Maison de Pain d'Épice", Hubert Mounier chante : «je suis heureux comme avant/Heureux comme un vieux disque à tourner sans fin/À chanter toujours le même refrain». Celui qui, avec l'Affaire Louis Trio, contait "L'Homme aux Mille Vies" semble en avoir vécu quelques-unes. Et au bout s'être retrouvé. Car si "La Maison de Pain d'Épice" est le quatrième album solo d'Hubert Mounier, on pourrait croire que c'est le premier. Le précédent, "Affaire Classée", était, il est vrai, un album de reprises (magnifiques) de l'Affaire Louis Trio. Et sur les deux premiers, "Le Grand Huit" et "Voyager Léger", planait l'ombre envahissante de Benjamin Biolay, béquille amicale d'un auteur-compositeur décomposé. Vieilli, usé, fatigué, Mounier mais conscient aujourd'hui que «malgré la menace de n'être nulle part à sa place (…) il faut bien voir le monde en face et profiter du jour qui passe», comme il le rime sur "Fatalitas", l'un des tubes en puissance d'un disque qui en compte de nombreux. Réenchanté par une vie privée épanouie et une paternité inespérée, «lâché» par un Benjamin Biolay trop pris par sa carrière, Mounier a pris le taureau par les cornes

Continuer à lire

Double Je

MUSIQUES | Entretien / Hubert Mounier. Réconcilié avec son double Cleet Boris, l'ancien chanteur de l'Affaire Louis Trio revient en force avec un double projet baptisé La Maison de Pain d'Épice : soit un disque, signé Hubert Mounier, et la BD qui en conte la genèse via Cleet Boris. Avec pour fêter ça, une exposition lyonnaise aux accents pop. Propos recueillis par Stéphane Duchêne

Dorotée Aznar | Lundi 28 mars 2011

Double Je

Petit Bulletin : Une exposition Cleet Boris/Hubert Mounier, c'est une première, non ? Hubert Mounier : Complètement. Je raconte des histoires et je m'efforce de faire des bouquins qui aient de l'intérêt quand on les achète, mais je ne me suis jamais considéré comme un grand dessinateur. Alors exposer, cela me paraissait tout de suite un peu prétentieux mais j'ai fini par me laisser convaincre. Avec La Maison de Pain d'Épice, le disque et la BD, c'est aussi la première fois que vos deux activités principales, la BD et la musique, se rejoignent en un projet commun. Cela a-t-il une saveur particulière ? Oui, même si j'avais déjà mis en scène l'Affaire Louis Trio en BD. Mais c'est la première fois que mon double Cleet Boris raconte la vraie vie d'Hubert Mounier. J'avoue que, de moi-même, je n'y aurais pas pensé. Mais quand Dupuis me l'a demandé, l'occasion était trop belle pour que je ne tente pas de réunir mes deux passions. C'est encore une manière pour Cleet Boris de rattraper Hubert Mounier par le col...Si la BD est signée Cleet Boris c'est surtout par pudeur car jamais je n'avais été aussi exposé. Dans mes chansons, j'arrive toujours à év

Continuer à lire