Soweto Kinch, l'interview

Un Doua de Jazz | À quelques jours de son concert au festival Doua de Jazz, Soweto Kinch s'est livré. De ses inspirations à sa quête permanente d'histoires à raconter, le jazzman a décortiqué sa musique dans les moindres détails.

Gabriel Cnudde | Mardi 4 octobre 2016

Photo : © DR


À quel moment avez-vous compris que le jazz était la musique que vous vouliez jouer et partager ?
Soweto Kinch : J'avais 13 ans. Je suis allé avec mon père au festival d'Edimbourg (NdlR : le père de Soweto, Don Kinch, est un dramaturge). Dans sa pièce, il y avait quelques musiciens de jazz. La même année, je suis allé voir mon père jouer à Birmingham. Ce sont deux événements qui ont changé ma vie. Quand j'ai vu ces gens jouer avec une telle passion et de telles compétences, j'ai compris que je voulais être comme eux en grandissant.

Ce n'est pas commun qu'un enfant de 13 ans se passionne pour le jazz...
Ce n'est pas vraiment une question d'âge. Beaucoup de musiciens jazz actuels s'y sont intéressés tôt. C'est un langage et même si on ne peut pas le parler quand on est jeune, on peut l'apprécier. Mais vous savez, à 13 ans, j'étais aussi au courant de tout ce qui se passait sur la scène hip-hop. Les artistes que j'écoutais à l'époque, comme A Tribe Called Quest, De La Soul, The Pharcyde, avaient tous incorporé des éléments jazz dans leurs productions. Je comprenais leur musique. Je comprenais le langage jazz, je ne pouvais simplement pas encore le parler.

Voilà qui explique pourquoi on retrouve dans votre travail ce mélange de jazz et de hip-hop.
Oui... Vous savez, je n'ai jamais vraiment cherché à mélanger les deux. Ce sont simplement deux choses qui me passionnent. Je pense que chaque musicien doit se libérer des étiquettes marketing qu'on lui colle dessus. Il suffit d'être à fond dans ce qu'on fait. Être bercé à la fois par la tradition jazz et la tradition hip-hop a été extrêmement important pour le jeune british noir que j'étais.

Vos deux parents sont des artistes (votre mère, Yvette Harris, est actrice). Sont-ils des inspirations pour vous ?
Oui, bien sûr. Évidemment à un niveau personnel : ce sont mes parents. Mais leurs travaux et parcours m'inspirent beaucoup dans mes projets actuels. Pas seulement pour faire de la musique, mais pour organiser des festivals, par exemple. Ils sont le cadre intellectuel qui entoure ma création.

Au delà d'être un musicien chevronné, vous êtes un conteur hors pair. Vos albums racontent tous une histoire différente. Comment cultivez-vous ce pouvoir d'imagination ?
Je pense que tout repose sur l'observation du monde qui m'entoure. Je vois des choses que j'ai envie de commenter. Ça passe par de la parodie, des contes, des métaphores, des allégories. Parfois, on peut même se passer de ça et être très direct. J'essaie simplement d'emmener mes auditeurs dans une aventure. Quand j'écoutais des albums de jazz ou de hip-hop, je partais en voyage.

Vos paroles sont-elles un instrument à part entière ?
Oui, elles le sont. Mais vous savez, le lyricisme passe aussi par les notes qu'on joue. L'histoire passe par la musique, même s'il n'y a pas de mots dessus. C'est un travail conceptuel. Ça prend un peu plus de temps de comprendre l'histoire et le concept, mais quand vous y arrivez, vous vous sentez récompensé.

Vous êtes défenseur des concept albums à une époque où on en écoute de moins en moins. La dictature du hit et du single a cassé l'album en tant qu'œuvre globale. Comment l'expliquez-vous ?
Pour moi, c'est un challenge. Je veux créer des albums qui collent à des thèmes. J'adore ça. Je préfère ça plutôt qu'écrire ce qui me passe par la tête. Les concepts me poussent dans mes retranchements de parolier et de compositeur et je suis obligé de me surpasser. Parfois, je dois rester dans un thème, ou dans l'esprit d'un personnage. Mais je dois dire que je ne suis pas tout à fait d'accord avec vous. Il existe des albums géniaux, conceptuels et thématiques actuellement. J'ai même envie de dire que c'est une mouvance en extension. L'album de Kendrick Lamar, To Pimp a Butterfly, était un très bon album de hip-hop qui suivait une histoire.

Avec quel artiste souhaiteriez-vous partager une chanson ?
Oh, il y en a tellement... À chaque fois qu'on me pose cette question je change de réponse. Mais pêle-mêle : Kendrick Lamar, MF Doom, Wynton Marsalis. Il y a tellement de musiciens extraordinaires... J'ai la chance d'en croiser beaucoup sur ma route.

Justement, que gardez-vous de vos rencontres avec Wynton Marsalis ?
Ce n'était pas des discussions techniques. Il ne me disait pas : « essaie cet accord ou celui-là. » On abordait des questions profondément philosophiques. Avec lui j'ai appris à me questionner. Pourquoi je joue de la musique ? Ce sont des questions très personnelles et culturelles. Que signifie ma musique ? Qui ai-je envie de devenir ? Beaucoup de gens lui reprochent d'être très traditionnel dans son approche du jazz, mais il croit juste en ce qu'il fait. Et je ressens la même chose. Si tu te définis comme un jazzman, alors sois un jazzman ! Joue du jazz ! Pas du swing, pas du blues !

Soweto Kinch
Au Théâtre Astrée dans le cadre du festival Un Doua de Jazz le samedi 8 octobre


Foehn trio + Soweto Kinch

jazz de la montagne à la ville
Théâtre Astrée Campus de la Doua, 6 avenue Gaston Berger Villeurbanne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

23 ans que ça jazz à l'INSA !

MUSIQUES | Comme chaque année à la même période, le Doua de Jazz vient reprendre ses droits à Villeurbanne du 6 au 13 octobre. Seul festival de France géré uniquement par des étudiants, cet événement n'a qu'une mission : ouvrir les portes blindées du jazz aux néophytes.

Gabriel Cnudde | Mardi 4 octobre 2016

23 ans que ça jazz à l'INSA !

Qu'elles paraissent banales, les traditionnelles soirées étudiantes « haut chic bas choc » organisées par les bureaux des élèves du tout Lyon en regard du festival Un Doua de Jazz ! Créé il y a 23 ans déjà par quelques copains de la section musique-études de l'INSA de Lyon, ce festival 100% étudiant n'a cessé de gagner en importance et en popularité. « Au départ, seuls des musiciens amateurs venaient y jouer. Petit à petit, grâce aux partenariats, aux subventions et autres, des artistes professionnels ont été invités », explique Vincent Rocher, président de cette édition. Résultat, le Doua de Jazz s'est offert quelques beaux noms : Chris Potter, Renaud Garcia-Fons, Robert Glasper, Fowatile et beaucoup d'autres. Si le festival est entré dans une autre dimension, sa mission première, elle, est toujours la même. « On cherche à promouvoir le jazz dans le milieu étudiant à des prix accessibles et avec des réductions. Le tarif réduit est à 8 euros. Pour un concert de cette envergure, c'est très peu cher », se félicite le président. Seul festival de France entièrement géré par des étudiants, le Doua de

Continuer à lire

Campus en fête

CONNAITRE | Festivals / À l'aube de la rentrée étudiante, ‘Un Doua de jazz’ va donner, dès le 8 octobre, le coup d'envoi d'une série de festivals organisés sur les campus lyonnais. Tour d'horizon de ces manifestations tout public qui rythment les calendriers universitaires. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Vendredi 25 septembre 2009

Campus en fête

Une fois n'est pas coutume, c'est l'INSA qui dégaine la première. L'école d'ingénieurs de la Doua sort de ses murs pour rencontrer les Villeurbannais à la Maison du Livre, de l'Image et du Son, à l'espace Tonkin ou au CCO. Depuis seize ans, les étudiants programment et communiquent sur ce festival qui accueille entre autre cette année Tigran Hamasyan. Mais le plus souvent, ce sont les services culturels des universités qui portent ces projets. C'est le cas à Lyon 1 où Françoise Maimone a impulsé ‘Le Bruit de la neige’ lorsqu'elle a été nommée artiste en résidence. La metteur en scène a souhaité mêler les genres musicaux et des artistes issus aussi bien d'ateliers de l’université, de centres de formation ou du milieu professionnel. En fin de saison, les 450 étudiants qui suivent des ateliers de pratiques artistiques sur les sites de la Doua et Rockfeller ont un mois pour présenter, à deux reprises au moins, leurs travaux (danse, théâtre, musique, arts plastiques) lors des Arthémiades. Ce temps ‘100% amateurs’ a son pendant professionnel avec ‘Choas Danse’ qui reçoit en janvier des compagnies comme celle de Yuval Pick cette saison. Cité ULa proposition forte de l'univers

Continuer à lire

Un monde de musiques

MUSIQUES | Jazz World Blues Soul / Qui mieux pour incarner tous les genres traités ici, que ces chanteuses qui vous prennent dans leurs bras juste avec leur voix (...)

Stéphane Duchêne | Vendredi 18 septembre 2009

Un monde de musiques

Jazz World Blues Soul / Qui mieux pour incarner tous les genres traités ici, que ces chanteuses qui vous prennent dans leurs bras juste avec leur voix (essayez c’est pas facile) : Diana Krall (2 octobre à la Salle 3000), Madeleine Peyroux (15 novembre à la Bourse du Travail), Sophie Delila (9 octobre au Kao) sont idéales pour les longues soirées d’un hiver qui arrive à grands pas. Plus énergisantes, les habitées Kady Diarra (28 novembre au CCO) et Krystle Warren (20 novembre au Théâtre de Villefranche), ou l’inusable et inclassable Rachid Taha (23 octobre au Kao). Deux des événements de la rentrée verront Raphael Saadiq (4 octobre au Transbo) et Anthony Joseph (le 15 novembre au Transbordeur avec Tinariwen) livrer deux conceptions différentes mais néanmoins jouissives de la soul et du jazz. Tendance de ces dernières années, le jazz manouche, jamais aussi populaire que lorsque porté dans les charts par Sanseverino (3 décembre au Transbordeur) ou Dutronc Jr, prénom Thomas (11 novembre à la Bourse du Travail), n’enterrera pas les bluesmen éternels, vieux crotales parcheminés à la Calvin Russell (16 octobre au Théâtre de Vénissieux) ou menhirs humains comme Poppa Chubby (29 octobre au

Continuer à lire