Super Orion bouscule le raï

Sono Mondiale | Mazalda, combo d'alternatifs ambianceurs férus de pulse afrobeat et de sono mondiale camouflée façon Sublime Frequencies, s'aventure dans un projet au nom 70's en compagnie de la voix de miel de Sofiane Saidi : ça s'appelle Super Orion et vous allez en entendre parler. Ici-même par Stéphane Cézard, leur guitariste, pour commencer.

Sébastien Broquet | Mardi 4 octobre 2016

Photo : © Marion Bornaz


Mazalda : origine et influences ?
Stéphane Cézard :
Mazalda est un sextet qui existe depuis quinze ans, ayant endossé de nombreuses formes : orchestre de rue accoustique, groupe de scène ou exploration sonore multi-spatiale, avec depuis le début un amour des traditions populaires du monde entier. C'est nourri de ces influences multiples allant notamment du raï, des musiques traditionnelles africaines, indiennes ou européennes au rock prog, que la musique et le son unique de Mazalda sont nés.

Super Orion : un projet multiple, avec des invités d'horizons divers…
Il y a eu deux phases dans la construction du projet : d'abord en 2014/15, 10's Orion Raï avec le chanteur Cheb Lakhdar et le derbki (joueur de derbouka) Mohamed Ben Amar, lors de laquelle Mazalda a eu une première approche du raï avec ces deux musiciens oranais et a commencé à s'approprier les danses, les façons d'orner et d'accompagner le raï.
Puis, Super Orion où Mazalda s'affranchit du répertoire de Cheb Lakhdar et élargit ses influences à la musique turque, égyptienne ou marocaine, en plaçant la couleur du sextet au coeur du projet, tout cela grâce à la collaboration magique avec Sofiane Saidi.

Comment se sont passées ces rencontres ?
Mohamed Ben Amar est un derbki oranais, un "ancien" qui a traversé de multiples époques du raï, a joué avec Rimitti, Cheba Fadela, Houari Benchenet, Tahar Fergani... Sofiane Saidi est né à Sidi Bel Abbès en Algérie et possède une approche très ouverte et personnelle de la musique orientale, qu'il explore avec sa voix aux multiples facettes, il a joué avec Smadj, Naab, Natacha Atlas, El Mordjane...
Ces deux rencontres d'abord musicales se sont avérées très fortes humainement, c'est incroyable, magique et très enrichissant pour nous de passer du temps sur et hors scène avec Sofiane et Ben, notamment dans le contexte actuel.

Le futur ?
Super Orion Spécial, c'est à dire Super Orion augmenté des sabars, tamas et voix de deux musiciens sénégalais rencontrés à Saint-Louis, Khadim Niang et Bouna Ngom : à voir au festival Africolor en décembre 2016 à Paris.
Et au printemps 2017, sortira le premier album de Super Orion / Mazalda feat. Sofiane Saidi, sur le label lyonnais Carton Records.

Mazalda 'Super Orion' feat Sofiane Saidi
Au Marché Gare le vendredi 7 octobre


Mazalda 'Super Orion' feat Sofiane Saidi

Nord afro beat, musiques traditionnelles psyché
Marché Gare 34 rue Casimir Périer Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Sofiane Saidi ravive la flamme du raï

Raï | Premier album commun pour Mazalda, combo lyonnais, en compagnie du merveilleux chanteur de raï qu'est Sofiane Saidi : on se précipite à Bizarre! pour déguster cette sucrerie à l'eau de rose.

Sébastien Broquet | Mardi 3 avril 2018

Sofiane Saidi ravive la flamme du raï

Outre le fait qu'il est un magnifique compagnon de virée nocturne, Sofiane Saidi s'avère un sacré chanteur de raï dès lors que sa bouche s'approche d'un micro. Il faut conter ici qu'il a débuté tôt, traînant dans les fêtes et les mariages de Sidi Bel Abbes (où il est né) pour approcher les frères Zergui, idôles du raï d'alors. Qu'il a commencé à fouler la scène des clubs dès 15 ans, et pas n'importe où : à Oran, le berceau de cette musique canaille et romantique qui nous envoûte encore aujourd'hui même si l'on se demandait bien où était passée la relève de la star Khaled, du tant regretté Cheb Hasni, assassiné (et que Sofiane rencontra) ou encore des très électriques Raïna Raï. Fuir l'islamisme Ce qu'a bien compris la bande de Mazalda, c'est qu'avec Sofiane, il était possible de le réinventer, ce raï. Car parti à Paris à 17 ans en 1990, pour fuir le FIS et les ravages de l'extrêmisme religieux, Sofiane Saidi n'a pas perdu son temps en s'installant chez son frangin, naviguant sans relâche dans la nuit parisienne où il a un temps retrouvé la fine fleur musica

Continuer à lire

César du meilleur espoir musical

À Suivre | Voici quatre Lyonnais sur lesquels on veut bien miser quelques gonettes cette année. Suivez-les de près.

Sébastien Broquet | Mardi 20 septembre 2016

César du meilleur espoir musical

Big Junior Qu'est-ce que cela donnerait si Grandmaster Flash avait mangé Damon Albarn au goûter, et quelques synthétiseurs au souper ? Réponse : Big Junior. Emmené par quatre briscards de la scène lyonnaise émergente (Matthieu et Richard, ex-Welling Walrus, Adrien et Johan, de Hokins), la formation pour le moins singulière se veut fondatrice d'un nouveau genre, le hip-wave. Avec un premier EP en poche (Snii), les Big Junior enchaînent les dates avec toujours la même énergie communicative. Avec du flow, du beat et des riffs tout le monde est servi : il ne vous reste plus qu'à taper du pied. Pomme Elle n'a pas 20 ans mais l'assurance vocale des plus grandes. Autodidacte de talent, Pomme n'a besoin que d'une guitare, d'un banjo et d'un violoncelle pour ouvrir les portes d'un univers mielleux. Après cinq ans à arpenter les caveaux et les péniches lyonnaises, elle s'exporte enfin grâce à l'aide de Polydor. Si elle n'a pour l'heure qu'un EP en poche (En Cavale), Po

Continuer à lire

Bons voyages

CONNAITRE | Villeurbanne n'a pas le monopole des festivals citoyens – autrement dit gratuits et participatifs. Ainsi de Vénissieux, qui chaque été depuis quinze ans (...)

Benjamin Mialot | Mercredi 3 juillet 2013

Bons voyages

Villeurbanne n'a pas le monopole des festivals citoyens – autrement dit gratuits et participatifs. Ainsi de Vénissieux, qui chaque été depuis quinze ans organise Fêtes Escales, une manifestation articulée autour de «temps forts» bon enfant (pique-nique, feu d'artifices, bal...) et, surtout, de concerts en plein air pensés comme des cartes postales.   Cette année, à l'approche de la commémoration de la prise de la Bastille, le parc Dupic se parera ainsi successivement des couleurs d'Israël (là où le folk-rock de la pétulante Riff Cohen puise sa chaleur), de la Jamaïque (grâce au vétéran du reggae Winston McAnuff, accompagné pour l'occasion par l'accordéoniste néo-musette Fixi), de l'Amérique dite des grands espaces (où s'aventure Sanseverino avec un disque de bluegrass francophone aussi gouailleur et vigoureux que ses albums manouches) ou encore du Sénégal (pays d'origine du prodige de la

Continuer à lire