La Rumeur court toujours

Hip-Hop | Loin des circuits traditionnels, La Rumeur se propage depuis vingt ans déjà. Avec un magazine, cinq albums et une société de production, c'est tout un univers qui a été créé autour du collectif.

Gabriel Cnudde | Mardi 11 octobre 2016

Photo : La Rumeur © DR


Vingt ans maintenant que les six larrons de La Rumeur sont dans le paysage. Vingt ans qu'Ekoué, Hamé, Mourad, Philippe, Kool M et Soul G s'efforcent de lutter contre l'injustice, loin des canaux traditionnels : pas de promo radio, pas de passage à la télévision. Mais un rap juste et authentique, un magazine et, depuis le début de l'année, une société de production (La Rumeur Filme). Pour souffler toutes ces bougies, La Rumeur se lance dans une nouvelle tournée pour présenter un cinquième album, dont la sortie est prévue en avril 2017, et un premier long-métrage, Les Derniers Parisiens.

Autant de plateformes pour diffuser leur message, leur peine et surtout leurs paroles subversives. Eux-mêmes désireux de ne pas être inclus dans ce qu'on appelle le rap français, trop calibré à leur goût, ces rappeurs qui propagent La Rumeur font dans le hip-hop old school aux instrumentaux sombres.

La bonne nouvelle, c'est qu'ils seront au Marché Gare le 15 octobre prochain, en compagnie de JP Manova.

La Rumeur + JP Manova
Au Marché Gare le samedi 15 octobre


La Rumeur + JP Manova

Rap
Marché Gare 34 rue Casimir Périer Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

La Rumeur enfle

Hip-Hop | Les Derniers Parisiens sont en ville : non contents d'avoir attisé les regards avec leur tout premier film distribué en salles, un polar pigallien de (...)

Sébastien Broquet | Mardi 4 avril 2017

La Rumeur enfle

Les Derniers Parisiens sont en ville : non contents d'avoir attisé les regards avec leur tout premier film distribué en salles, un polar pigallien de haute volée qu'ils présenteront en ouverture de cette Ninkasi Urban Week (au Comœdia le lundi 11 avril), les gars de La Rumeur en profitent pour reprendre la scène dès le lendemain, du côté du Kao le mardi 12 avril. Soit deux soirées aguicheuses avec les lyricists les plus palpitants de leur génération, totalement multi-supports puisqu'ils éditent aussi un Webzine éponyme. Ekoué, Hamé et Philippe Le Bavar refusent toujours tout diktat, quel qu'il soit, enquillent les punchlines sans qu'elles masquent l'absence de fond, bien au contraire car les trois acolytes sont profondément ancrés dans une société qu'ils observent avec minutie et auscultent au scalpel pour mieux la commenter et la dévoiler au fil de leurs plumes acérées. Du grand art.

Continuer à lire

"Les Derniers Parisiens" : en peine capitale

ECRANS | En probation, Nas est employé par son frère Arezki, tenancier d’un bar à Pigalle. Si Nas déborde d’ambitions pour animer les nuits, son aîné les tempère sèchement, (...)

Vincent Raymond | Mardi 14 février 2017

En probation, Nas est employé par son frère Arezki, tenancier d’un bar à Pigalle. Si Nas déborde d’ambitions pour animer les nuits, son aîné les tempère sèchement, causant leur rupture. Alors, le cadet se tourne vers un investisseur prêt à l’écouter… Représentants de La Rumeur, Hamé & Ekoué signent une ode nostalgique quasi élégiaque au Pigalle de jadis, à ses troquets populaires s’effaçant peu à peu du paysage : Les Derniers Parisiens est scandé de saynètes montrant la faune de la rue dans son quotidien — clochard pittoresque, joueurs de bonneteau embobinant les passants, etc. Une manière d’inscrire l’aventure/mésaventure de Nas, caïd en carton, dans une perspective bien actuelle, car ses rêves appartiennent au passé ; à un idéal façonné entre les années 1950 et 1980. Pas étonnant, avec ses codes périmés qu’il se fasse si facilement enfumer par une nouvelle génération sans feu… ni lieu. Reda Kateb et Slimane Dazi composent une fratrie a priori surprenante, mais en définitive plutôt convaincante. L’authenticité du film doit beaucoup à la complémentarité de ces deux personnages, e

Continuer à lire

15 concerts où emmener votre amant/e, votre petit cousin ou même votre maman

Sélection | Sortez vos agendas, montez le volume : voici 15 concerts où choper des acouphènes, siroter des mousses et accessoirement, parfaire votre culture musicale ; de la sono mondiale au hip-hop américain, en passant par l'underground finlandais, point de répit pour les esgourdes.

Gabriel Cnudde | Mardi 20 septembre 2016

15 concerts où emmener votre amant/e, votre petit cousin ou même votre maman

HD Been Dope À peine 20 ans, une dégaine d'adolescent et il est pourtant l'un des poids lourds de la scène hip-hop new-yorkaise. Lui, c'est HD Been Dope, adulé par la critique et par ses confrères depuis sa première mixtape, sortie à 16 ans seulement. Avec son flow calé sur des instrumentaux très 90's, le jeune MC veut aller chercher ce qui se faisait de meilleur pendant l'âge d'or du rap de la Big Apple. Pour le moderniser, le modeler à sa sauce et en faire de l'unique. Au Périscope le jeudi 22 septembre Ibrahima Cissokho Cet inépuisable Sénégalais chante en anglais, en wolof et en mandingue, comme pour transcender les frontières du monde. Influencé par les musiques traditionnelles sénégalaises aussi bien que par toutes les musiques qui ont un jour croisé sa route (jazz, salsa, rock), Ibrahima Cissokho livre à ses auditeurs une musique que l'on pourrait bien qualifier "d'autour du monde" tant ses prestations sont des invitations à l'ouverture. Au Périscope le jeudi

Continuer à lire

Pêche originelle

MUSIQUES | Il a dix ans. On sait, cela ne semble pas vrai, mais le festival L'Original a dix ans. Et il n'a, en dépit d'une programmation 2013 manquant un peu de lustre, rien perdu de l'esprit «festif, fédérateur, rassembleur, défricheur et prescripteur» qui l'anime depuis sa fondation. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Vendredi 22 mars 2013

Pêche originelle

A chaque type de musique son festival. Les musiques électriques ont La Route du Rock, Rock en Seine ou Le Rock dans tous ses États. Les musiques électroniques ont Nuits Sonores, Astropolis ou le tout nouveau Weather Festival. Et l'on pourrait, toujours en se cantonnant au territoire français, filer la démonstration avec les musiques (plus ou moins) improvisées, les musiques du monde, les musiques sacrées, les musiques contemporaines, les musiques extrêmes... Mais les musiques dites urbaines ? Sans doute trop indisciplinées, comme est venue le rappeler la volonté récemment affichée par le ministre de l'Intérieur Manuel Valls de «lutter contre les paroles [de rap] agressives», elles n'ont peu ou prou que L'Original. A cette aune, le fait que ce rendez-vous dédié à la promotion des valeurs originelles du mouvement hip hop (respect, camaraderie...) et à sa pluralité créative (rap donc, mais aussi graff, DJing, danse et beatboxing), s'apprête à souffler sa dixième bougie mérite qu'on tire notre casquette équilibriste à son fondateur, le breakdancer Jean-Marc Mougeot (qui comme tant d

Continuer à lire

Grands brûlés

MUSIQUES | Depuis une quinzaine d'années qu'elle gronde (ses pairs rappeurs, les autorités), La Rumeur a été sujette à bien des flatteries de la part des commentateurs (...)

Benjamin Mialot | Vendredi 19 octobre 2012

Grands brûlés

Depuis une quinzaine d'années qu'elle gronde (ses pairs rappeurs, les autorités), La Rumeur a été sujette à bien des flatteries de la part des commentateurs musicaux. Ici comme ailleurs, on a salué l'intransigeance de ses propos, le punch de ses productions, l'intensité de ses prises de paroles, sa constance, son mordant, sa combativité, sa jugeote, son intégrité... Mais le plus beau compliment qu'elle ait reçu, c'est la Cour de cassation qui le lui a adressé lorsque, au tout début de l'été 2010, elle a estimé que ses propos ne relevaient pas de la diffamation mais participaient au débat d'idées, mettant un terme à huit ans de lutte judiciaire contre le très chatouilleux Ministère de l'Intérieur. Une décision de justice qui n'a, c'est heureux, en rien entamé le mojo du groupe, attendu au Kao mercredi 24 octobre : son quatrième album, Tout brûle déjà, bien qu'il accuse par moments le poids des années (difficile, arrivé à quarante piges, d'éviter la redite) et de l'hyperactivité de ses auteurs (Hamé et Ekoué, les plus visibles, ont notamment réalisé le téléfilm De l'encre, présenté par ailleurs cette semaine au Comœdia), met la p

Continuer à lire