Autechre, le culte de l'abstraction

Electro | Autechre, nom légendaire de la scène électronique, lié à Warp depuis les débuts, s'arrête pour une date au Sucre au moment où cinq (!) albums paraissent.

Sébastien Broquet | Mardi 18 octobre 2016

Photo : © DR


Bon, là, attention, autant vous prévenir de suite : c'est à une rareté, que nous vous convions, mais une rareté particulièrement abrupte, rêche et obscure... Car ce duo de Sheffield, s'il s'est construit une aura cultissime avec les années, au gré des expérimentations les plus poussées, est loin d'être facile d'accès. Et c'est bien évidemment ce qui en fait tout l'intérêt.

Les débuts furent proches de la techno en 1991, les beats hip-hop ont vite trouvé leur place, les sons noisy et les synthés analogiques saturés aussi, les réminiscences de la scène bleep des 90's ressurgissent, les rythmes brinquebalants se sont imposés, les mélodies se cherchent dans la douleur... Et le plus surprenant, c'est que ça marche et que c'est bon : Autechre fascine par son aspect abrasif, provoque par son absence totale d'envie de cajoler, attire par son envie de ne surtout pas vous faciliter l'écoute.

Mais Autechre invente, provoque la transe par le fouet, la distorsion, la déstructuration. C'est sombre, mais lumineux. Hardcore, mais addictif. Gilles Deleuze aurait pu en faire une suite à Présentation de Sacher-Masoch, la psychanalyse pourrait s'intéresser aux similitudes entre le syndrome de Stockholm et le fait de posséder l'intégrale de Rob Brown et Sean Booth, les deux fondateurs (et de l'écouter, surtout).

En prime, ces figures historiques du label Warp Records annoncent la sortie surprise de cinq nouveaux albums d'un coup : les donjons SM vont péricliter, à ce rythme, voyant arriver la concurrence du Sucre qui accueille la paire le 1er novembre prochain.

À l'écoute du premier, elseq 1, nulle inquiétude : l'abstraction et la complexité des compositions sont toujours de mise, la plongée dans leur univers provoque toujours le même effet ; écoutez 13*0 step : c'est fascinant comme chaque élément pris séparément parait inécoutable, par trop industriel, et comme l'agencement savant permet de créer une pièce hypnotique... Réservez votre soirée et prévoyez une RTT pour méditer le lendemain.

Autechre + Russell Haswell
Au Sucre le mardi 1er novembre


Autechre

+ Poborsk + Russel Haswell + Andy Maddocks
Le Sucre 49-50 quai Rambaud Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Jarre vs Autechre : le jour et la nuit

MUSIQUES | Électro / Même si les deux sont des pionniers qui ont traversé les décennies en se tenant toujours à la pointe de la technologie, même si les deux peuvent se réclamer de Schaeffer ou Parmegiani, difficile de faire plus opposé, sur l’échiquier des musiques électroniques, qu’Autechre et Jean-Michel Jarre. Ils jouent à Lyon la même semaine, petit match. Stéphanie Lopez

Dorotée Aznar | Vendredi 12 mars 2010

Jarre vs Autechre : le jour et la nuit

Jean-Michel Jarre n’était pas revenu dans sa ville natale depuis son grand Rendez-Vous avec le Pape, en 1986. Autechre sera à La Plateforme le jour J de la sortie d’Oversteps, son dixième album. Ont-ils une chance de se croiser ? Mystère et match de gomme… Oxygène vs anxiogèneQuand sort l’album Oxygène en 1976, Jean-Michel Jarre caracole en tête des hits parades : douze millions de copies s’écoulent, aussi fluides et légères que les nappes «Bontempi» qui impriment ses mémorables mélodies. Autechre n’a sans doute pas vendu le quart du dixième d’Oxygène en dix albums aussi infredonnables qu’essentiels. Il faut dire qu’avec des titres aussi abscons et austères que Chiastic Slide ou Draft 7.30, les deux geeks ne risquent pas d’emballer la ménagère. Leur musique est sans doute aussi complexe, chaotique et vrille-cortex que les harmonies de Jarre visent la limpidité «tubesque». Méga-concerts vs anti-spectacleQuand Jean-Mimi noie sa musique sous un déluge d’artifices, de light shows, de prouesses pyrotechniques et d’effets spéciaux, Autechre fait taire toutes les lumières. Leur dernier concert lyonnais, en 2005 au DV1, plongeait l’assistance dans le noir complet, a

Continuer à lire

Courants d’ère

MUSIQUES | Musique / Le duo électronique anglais Autechre continue d’imposer une musique émouvante et intelligente qui tourne le dos aux modes et au cynisme ambiant, et préfère la profondeur à la superficialité. Christophe Chabert

Dorotée Aznar | Vendredi 7 mars 2008

Courants d’ère

La tyrannie du dancefloor nostalgique a emporté avec elle les utopies musicales des années 90. Mais elle n’a pas balayé les utopistes qui persévèrent dans l’idée qu’on peut à la fois toucher le cerveau et libérer le corps. Et il suffit de plonger quelques minutes dans le nouvel album d’Autechre pour comprendre que cette utopie-là, qui prend soin de se situer hors des caprices de la mode, parle en fait en profondeur de notre temps présent. C’est une musique de fragments sonores, de réseaux brisés et reconnectés, d’espaces invisibles et virtuels dans lesquels les mots — mais on devrait plutôt parler de verbe, au sens poétique et philosophique du terme — se perdent comme dans un gouffre, où les notes ne sont plus que des ondes tremblantes brouillant les repères de l’auditeur. Depuis quinze ans, Rob Brown et Sean Booth explorent l’abstraction électronique avec une constance et une intégrité jamais prises en faute. De leurs premiers essais ambiant jusqu’aux déluges soniques massifs et chaotiques de leurs trois derniers albums, la discographie d’Autechre est la peinture d’un paysage post-industriel où l’humain ne trouve plus sa place que comme une masse d’émotions en fusion. Un tableau q

Continuer à lire