Michel Granger : « Pour Oxygène, Jarre a été gonflé de prendre un dessin écolo »

L'homme derrière les pochettes | Le peintre et illustrateur Michel Granger est indissociable de l’univers de Jean Michel Jarre : il a en effet signé les plus fameuses pochettes du compositeur depuis l’album fondateur Oxygène (1976). Histoire d’une rencontre et d’une amitié…

Vincent Raymond | Mardi 15 novembre 2016

Photo : Michel Granger © Sebastien Salgado


C'est votre aquarelle Oxygène qui a donné son nom à l'album de Jarre. Elle préexistait donc à sa musique ?
Michel Granger
: Oui, elle avait été publiée dans le journal Pilote en 1972. Je l'ai ensuite présentée à la galerie Marquet, rue Bonaparte à Paris, où j'exposais en compagnie d'un groupe de dessinateurs : André François, Topor, Folon… C'est là que son épouse de l'époque, Charlotte Rampling, a acheté l'original pour lui offrir. Peu après, la dame de la galerie m'a dit que quelqu'un voulait me voir : c'était Jean Michel. Le 15 septembre 1976 à 17 heures — mon calepin est formel (sourire) — nous nous sommes rencontrés pour un projet de couverture de disque. J'ai dû refaire le fond de cette aquarelle qui était en 21x29, 7 pour l'adapter au format carré de la pochette… et depuis 40 ans, Jean Michel l'utilise.

Auriez-vous spontanément associé votre travail à son univers ?
Je n'aurais jamais fait un truc comme ça pour un album de musique — je n'y aurais même pas pensé ! Jean Michel a été gonflé, quand même ! Une tête de mort, à l'époque… C'était les débuts de l'écologie ; les dessins écolos n'existaient pas. C'est peut-être pour cela que ça a fonctionné : c'était un peu précurseur…

Impossible d'imaginer aujourd'hui sa musique sans ce “visage” graphique…
C'est ça qui est incroyable ! Ça m'échappe… Et plus le temps passe, plus j'ai une profusion de messages sur Facebook se rapportant à Oxygène : « J'ai passé ma jeunesse avec ça ; je l'ai découverte quand j'avais deux ans, etc. » Cette image fait partie de l'histoire des gens. Certains se la sont faite tatouer dans le dos — j'ai les photos ; je les garde toutes, c'est complètement dément ! L'image est devenue iconique grâce à la musique.

Vous avez naturellement enchaîné sur Équinoxe (1978).
Équinoxe, c'était plus compliqué, car on n'avait pas le titre. J'essayais de travailler en fonction de ceux que Jean Michel me donnait, mais ça ne marchait pas du tout. Un jour, j'ai pris mon carrousel de diapos, et je suis allé le voir chez lui, à Bougival. Quand il a vu l'image Le Trac projetée, il a dit : « c'est ce qu'il me faut ! » Mais le titre Équinoxe, je n'y suis pour rien ; je ne sais pas qui l'a trouvé… L'histoire nous a en tout cas prouvé que c'était toujours mieux de travailler à partir d'une image existant auparavant.

Comment s'est poursuivie ensuite votre collaboration ?
J'ai dû réaliser environ huit pochettes pour Jarre, sans compter toutes les adaptations : Oxygène, Equinoxe, Oxygène 7-13, Chronology, Rendez-vous, Oxygène 2… Quand on voit les concerts de Jarre, tout son support graphique part de mes images — je ne sais même pas s'il en est conscient, mais tous les ronds et les cercles, ça sort d'Équinoxe. Il y a un mois, on a déjeuné ensemble et il m'a proposé de signer la pochette d'Oxygène 3D sur lequel il travaillait. Je lui ai suggéré de fouiller dans mes trucs, mais il tenait à garder l'image d'origine, parce que c'était son support graphique — « je vis toute la journée avec elle ». Alors il a fait faire une adaptation — avec mon accord, évidemment.

Vous restez en bons termes, donc…
Oh oui, on a une grande complicité. Ma relation avec Jarre a toujours été profonde ; distante, mais familiale. Quand on s'est vus l'autre jour, on était quand même deux mecs de presque 70 balais au restaurant… 40 ans sont se sont écoulés, aussi bien pour lui que pour moi (rires) ! Ce que j'ai réalisé avec lui, c'est plutôt bien dans ma vie d'artiste. À l'âge qu'a mon fils aujourd'hui, 29 ans, on a trouvé tranquillement dans ma piaule un titre qui a fait le tour du monde, sans doute grâce à notre naïveté. Et sans agence, ni conseil. D'ailleurs, c'est dès qu'il y a eu des conseils que ça a merdé : quand ils ont commencé à me dire : « il faut mettre du rouge dans le fond parce que le vert ne va pas ».

Vous arrive-t-il de travailler en écoutant sa musique ?
Non, je l'ai écoutée à l'époque. Aujourd'hui, cela m'arrive de temps en temps par nostalgie, pour le plaisir, mais très peu souvent. J'écoute toutes les musiques, avec une petite préférence pour la musique extra-européenne, indienne, sud-américaine ou africaine — et Vivaldi, aussi. Mais en fin de compte, je travaille surtout en silence. Lorsque je dois exécuter une grande toile technique qui ne nécessite pas de réflexion, alors là je peux prendre des musiques qui m'aident physiquement. Mais sinon, la musique, c'est quand c'est fini. J'aime pas trop mélanger les genres (rires).


Jean-Michel Jarre


Halle Tony Garnier Place des Docteurs Charles et Christophe Mérieux Lyon 7e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Vincent Carry : « l’avenir de nos collaborations avec Jean Michel se situe du côté des idées »

Jean Michel Jarre à la Halle Tony Garnier | Jean Michel Jarre, le Lyonnais revendiqué, n'a encore jamais joué sur Nuits sonores, le festival emblématique des musiques électroniques. Entre Vincent Carry et le précurseur des sons synthétiques, un dialogue fertile existe pourtant depuis plusieurs années. Mais c'est peut-être bien du côté de l'European Lab que se profilent de futures collaborations.

Sébastien Broquet | Jeudi 24 novembre 2016

Vincent Carry : « l’avenir de nos collaborations avec Jean Michel se situe du côté des idées »

Que représente Jean-Michel Jarre pour toi, amateur de musiques électroniques : l’as-tu écouté dès ta jeunesse, l’as tu renié à un moment, l’écoutes-tu toujours ? Vincent Carry : C’est un musicien important de l’histoire de la musique électronique dans la mesure où il est le premier à l’avoir fait rentrer dans la pop culture. Il est un indiscutable pionnier ! Après, je suis plus intéressé par certaines phases de sa carrière. Je reste très attaché à Oxygène. Quels sont vos liens ? Lui se dit votre grand frère bienveillant, il est venu vous rendre visite… Mais jamais Jarre n’a joué sur Nuits sonores. Tout a commencé lorsque Jean Michel Jarre a répondu à une interview publiée dans 20 Minutes dans laquelle il faisait part de son grand intérêt pour Nuits sonores. Je l’avais contacté pour en parler avec lui, puis l’avais invité pour l’inauguration de la Gaîté Lyrique à Paris et nous avons beaucoup discuté

Continuer à lire

Jean Michel Jarre : « Il faut faire attention à ce que la technologie ne soit pas détournée »

Entretien | Il est l'un des précurseurs : son album Oxygène, paru en 1976, a marqué toute une génération et a imposé les synthétiseurs dans l'imaginaire du grand public. Ses shows grandiloquents, avec scénographie avant-gardiste et jeux de lumière épatants, ont laissé une empreinte durable sur les amateurs de raves. Jean Michel Jarre revient en force ces derniers mois : deux volumes d'Electronica où il convie la fine fleur de la scène électronique toutes époques confondues, pour un résultat forcément inégal mais visant juste beaucoup plus souvent qu'on ne l'espérait. Et un nouveau volume d'Oxygène débarque courant décembre, peu après son passage à la Halle Tony Garnier. Rencontre avec un artiste qui a des idées à défendre.

Sébastien Broquet | Mardi 15 novembre 2016

Jean Michel Jarre : « Il faut faire attention à ce que la technologie ne soit pas détournée »

Sur Electronica 2, sorti en mai dernier, on décèle un fil rouge : la méfiance autour des nouvelles technologies, en particulier le morceau avec Edward Snowden, mais aussi le titre avec Massive Attack. D'où vient cette méfiance que vous ressentez ? À quel moment ce doute est apparu chez vous, qui représentez l'innovation, le lien avec les nouvelles technologies ? Jean Michel Jarre : Aujourd'hui, je n'ai pas du tout de doute par rapport à la technologie, qui est neutre par définition. On peut comparer ça à la fission de l'atome : ça fait avancer considérablement les sciences en terme de biologie et de médecine ; mais on a fait la bombe atomique avec. Je ne vais pas mettre la technologie sur le même plan, c'est un exemple pour dire qu'elle est, et je parle d'Internet en particulier, neutre. C'est un bond en avant considérable : comme l'écrivait Le Monde, on a le monde dans sa poche avec son smartphone. Des gens qui n'avaient pas accès à l'information et même à l'éducation peuvent y avoir droit. C'est un progrès considérable. En même temps, on sent bien que l'on peut être manipulés très facilement. Que sur Internet

Continuer à lire